Test du Rollerblade Maxxum Edge 90

Rollerblade nous a confié une paire de patins Maxxum Edge 90 en test. Ce roller au tempérament freeride s’avère polyvalent et convient également pour la randonnée. Découverte…

Rollerblade Maxxum Edge 90

Le Rollerblade Maxxum Edge 90 en résumé et en vidéo

Notre avis en bref

Le Rollerblade Maxxum Edge 90 est conçu pour un usage mixte randonnée et freeride. Le patin fait le job ! Son esthétique aboutie a plu à nos testeurs. Il s’avère particulièrement polyvalent grâce à sa coque rigide, sa réactivité et sa nervosité. Il exprime au mieux ses qualités en environnement urbain. Bien qu’il soit compact, ses capacités d’accélération et son roulage sont appréciables. Il permet des changements de directions rapides grâce à un excellent maintien. Seules ombres au tableau : le chausson un peu raide et la boucle micrométrique du tibia trop courte.

Les points forts et les points à améliorer

les plus

Les plus

  • + La finition
  • + L’efficacité du système de serrage
  • + Le bon roulage
  • + La réactivité
les moins

Les moins

  • – La raideur du chausson
  • – La boucle micrométrique du tibia trop courte

Fiche technique du Rollerblade Maxxum Edge 90

  • Marque : Rollerblade
  • Modèle : Maxxum Edge 90
  • Année : 2021
  • Coque : rigide
  • Thermoformable : non
  • Chausson : Premium Haute performance – Semelle Active Airflow
  • Serrage : Deux boucles micrométriques et lacets
  • Genre : existe en deux versions hommes et femmes
  • Pointure : 23-31 cm | 36.5-47 EU
  • Amorti : Absorbeur de choc sous le talon
  • Taille de roue max. : 90 mm
  • Entraxe : 165 mm
  • Platine : aluminium extrudé 279,4 mm avec axes à vis
  • Roues : Rollerblade Supreme 90 mm – 85A
  • Roulements : Twincam ILQ7
  • Frein : tampon de série
  • Pris public : 279 €
  • Usage recommandé : randonnée urbaine et freeride

Le test du Rollerblade Maxxum Edge 90 en détail

Esthétique : une coque de Twister Edge avec un châssis long

Le design du Maxxum Edge 90 a fait l’unanimité parmi les personnes que nous avons interrogées. La combinaison de blanc, bleu et orange fait son effet ! Son look moderne plaît aux patineurs. En même temps, il fait un clin d’oeil aux modèles Tecnica d’il y a 20 ans.
Les habitués du Twister Edge ne seront pas dépaysés. En effet, Rollerblade utilise la coque du Twister pour équiper le Maxxum. Toutefois, le cuff du Maxxum diffère de celui du Twister. Il est plus bas et plus souple. Enfin, le Maxxum possède un châssis assorti à la coque. Quatre roues de 90 mm complète l’ensemble.

Rollerblade Maxxum Edge 90

Maintien / précision

La coque rigide du Maxxum remplit son office. Elle est très enveloppante. Le pied est bien tenu. Il ne bouge pas latéralement, tant grâce à la rigidité des matériaux qu’au cuff.

Serrage : des boucles micrométriques de bonne facture

Le système de serrage comporte :

  • Un lacet orange sur tout le pied
  • Une sangle micrométrique sur le cou-de-pied
  • Une seconde boucle micrométrique sur la base du tibia
Rollerblade Maxxum Edge 90

Comme sur le Rollerblade E2 Pro, Rollerblade propose des matériaux robustes, épais et de qualité. C’est assez rare en ce moment pour être souligné !

Le lacet coulisse assez bien, même si serrer une coque rigide n’est jamais facile. Il n’est quasiment pas utile La grosse sangle à boucle micrométrique serre fort. Elle cale bien le pied dans le patin.
La seconde boucle micrométrique est également efficace… mais un peu courte ! Du coup, elle est un peu galère à serrer.
Un autre point positif : les boucles micrométriques peuvent être démontées et remplacées. En effet, des vis à empreinte cruciforme les fixent à la coque.

Confort : un chausson raide

Un des (rares) bémols du patin : le chausson Premium amovible s’avère un peu raide dans l’ensemble. Quand le serrage de la sangle est bien ajusté, un point de pression peut apparaître au niveau du coup de pied. Cela peut devenir douloureux dans la durée.
Hormis cela, le chausson est assez épais et participe au maintien général. Aéré, il évacue assez bien la transpiration.
La coupe « V-cut » du chausson laisse une bonne liberté de mouvement vers l’arrière.

A noter : le chaussant se destine à des pieds assez fin.

Des ouïes sur les côtés du patin et une grille sous le pied permettent une bonne ventilation.

La platine aluminium du Rollerblade Maxxum Edge 90 : une bonne surprise

Rollerblade mise sur une platine en aluminium extrudé de 279,4 mm. Elle abrite 4 roues de 90 mm. Son profil bas permet de rabaisser le centre de gravité. Ainsi, le patineur gagne en stabilité. Pour résumer : une platine assez rigide, réactive et maniable. Elle est équipée d’axes doubles (axe à proprement parler et vis), c’est un peu dommage. En effet, des axes simples type course auraient été plus cohérent sur un patin de cette qualité.

Roues du Rollerblade Maxxum Edge 90

Les roues Rollerblade Supreme

Cette roue mono-densité de série se défend plutôt bien. La Supreme mesure 90 mm pour une dureté intermédiaire de 85A. Sa structure à 7 rayons est classique. D’autre part, les roues sont un peu glissantes au départ, le temps de s’user. Ensuite, l’accroche devient plus satisfaisante, plus homogène. Nous avons noté la présence de quelques bulles sur les roues, même si la finition globale est plutôt bonne. L’usure est assez lente et régulière.

Roulements : Twincam de série pour le Rollerblade Maxxum Edge 90

Rollerblade a équipé le Maxxum Edge 90 de roulements Twincam ILQ-7 de série. Ce modèle a fait ses preuves. Il reste assez silencieux dans la durée tant que vous ne prolongez pas les séances aquatiques. Rien à signaler.

Finition

La finition générale du Maxxum 90 est très bonne, hormis quelques points de détails. Toutefois, un renfort latéral amovible sur la coque aurait été un plus, ainsi qu’une base plus large pour pouvoir se caler sur des barres ou des murets.

Le Rollerblade Maxxum Edge 90 à l’usage

Premières impressions au chaussage : comme nous l’avons dit, le chausson orange a un super look, mais il donne un effet un peu carton quand on le chausse. Cependant, il s’assouplit un peu avec le temps. Les premiers serrages font forte impression également : précis, efficace, puissant… sauf la boucle un peu courte.

La maniabilité est au rendez-vous, les prises de carres brutales, les freinages intempestifs et les changements de direction à l’arrache ne sont pas un problème. La coque encaisse sans broncher.

En plus, le RB Maxxum Edge 90 permet de prendre de bonnes pointes de vitesse. La coque et la platine ont du répondant. C’est l’un des plus rapides que nous ayons testé dans sa catégorie. Il offre vraiment un bon rendement et on se fait plaisir !

En freestyle, il reste assez maniable malgré sa platine 4×90 mm. Bien sûr, il n’est pas fait pour le slalom, donc limitez-vous à la rando et au freeride soft. Il ne dispose pas d’espace sous la coque pour slider. De toute façon, sa platine n’est pas conçue pour le freeride dur. Le Maxxum 90 se défend aussi bien en randonnée urbaine qu’en freeride (soft). En résumé, c’est un très bon modèle pour la ville.

Liens utiles

Le Maxxum 90 sur le site de Rollerblade

Auteur

Alexandre Chartier

''alfathor''

Fondateur et webmaster de rollerenligne.com depuis 2003. Alexandre est un passionné de roller en général et sous tous ses aspects : histoire, économie, sociologie, évolution technologique... Aspirine ou café recommandée si vous abordez un de ces sujets !

SOUTENIR ROLLERENLIGNE.COM

Vous aimez les contenus de REL, Mediaskates.com et Spotland.fr ?

Aidez à pérenniser l'association !

A lire également

Publicité Ligne Droite Roller

Publicité Ligne Droite Roller 2021

Publicité Cadomotus

Cadomotus : from rookie to pro

Une réponse pour “Test du Rollerblade Maxxum Edge 90

  1. Hub Rollo

    Excellents patins assez polyvalents.

    Les axes de roues sont une véritable misère. En 3 dévissage on a commencé à arrondir l’empreinte hex trop peu profonde dans un alliage trop mou (qui a par ailleurs tendance à « coller » dans la platine — par électrocorrosion?). Au 4ème dévissage, on est bon pour sortir la perceuse. C’est une honte absolue.

    Sinon, mes pieds adorent le confort et j’aime bien à la fois le guidage précis en patinage urbain et le bon rendement en rando (jusqu’à une 50aine de km, au-delà le poids devient problématique pour l’endurance).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *