...et ses prédictions argentines se sont révélées parfaitement exactes. Lorsque la short-list de Fabien Savreux était sortie, le monde du rink français s'était étonné que le nom du capitaine de l'équipe de France, Cirilo Garcia, n'y figure plus...

En effet, non seulement Cirilo Garcia avait été de toutes les sélections de l'équipe nationale depuis des années mais il avait aussi figuré sur les dernières pré-sélections et participé à une majorité de matchs-test avec la France qui s'entraînait pour le Mondial de la Roche-sur-Yon depuis plusieurs mois.

Double national franco-argentin, Cirilo Garcia a de nombreux contacts avec son pays d'origine et le joueur de Saint-Omer avait fait des déclarations intéressantes au responsable du site argentin clasicodeportivosanjuan.blogspot.com.

L'ex-capitaine avait aussi précisé qu'il ne s'agit pas d'un adieu mais d'un "au revoir", que ce n'est pas un renoncement mais un éloignement, laissant les portes ouvertes pour aider l'équipe de France.

"J'étais sur la liste des 10 joueurs que Fabien Savreux, entraîneur des Tricolores, a convoqué pour le Mondial mais c'est moi qui ai décidé de ne pas jouer. Garcia avait aussi expliqué que "la France travaille très bien, mais la continuité n'est pas suffisante avec le même groupe. L'équipe se modifie chaque année et c'est à éviter si tu essaies d'inculquer un style défini. Il y a toutefois de plus en plus de qualité mais le dernier pas, le plus difficile, ne peut pas être franchi par un groupe qui change"

Concernant le Mondial, Garcia considérait que :

"ce serait très compliqué pour la France dans son groupe (Espagne, Angola et Hollande) mais qu'en jouant à la maison une qualification était possible".

L'équipe d'Argentine

"En ce qui concerne l'Argentine, son rival principal sera le Portugal. Si l'équipe se surpasse, elle sera Championne du Monde parce que l'Espagne que j'ai observé à l'Euro de l'an passé n'était pas vraiment bien".

Garcia s'est aussi montré confiant quant à la sélection de Darío Giuliani parce que :

"s'il est certain qu'elle a perdu des joueurs-clé, les remplacements sont excellents aussi. Ce n'est pas la première fois que cela passe ainsi avec les joueurs de Barcelone. Pour un joueur qui vit du hockey et qui a une famille, il est difficile de risquer sa santé. Alvarez et Pascual sont jeunes et auront d'autres opportunités. Il ne faut pas les mettre sous pression, mais bien plutôt encourager ceux qui sont maintenant sélectionnés".

C'est une déclaration empreinte de sagesse et d'expérience qui s'applique non seulement à l'Argentine mais à toutes les sélections pour le Mondial.