Bien utiliser ses bras en roller course

Contrairement au sport le plus populaire de la planète où seuls deux joueurs ne sont pas manchots sur le terrain, les bras jouent un rôle déterminant en roller : Aide à la propulsion, aide à la relance, vecteur de rythme, les segments supérieurs sont presque aussi utiles que les membres inférieurs…

dijon echappee small

Article du 1 octobre 2007 mis à jour le 26 août 2018

Le rôle des bras en roller

Les segments supérieurs peuvent remplir de nombreux rôles en roller :

  • conserver l’équilibre et stabiliser le patineur en action
  • aider à la propulsion et à la relance
  • permettre la conservation d’un rythme
  • Améliorer l’aérodynamisme quand ils sont dans le dos
  • Amortir les chutes quand c’est nécessaire :-)

Les bras : des segments « équilibrateurs »

Les bras permettent constamment de maintenir l’équilibre de patinage. Les débutant ont tendance à les écarter beaucoup du corps pour compenser leur manque de stabilité. Plus ils sont écartés du corps et plus ils jouent un rôle de balancier en garantissant l’équilibre.

Plus ils sont proches du corps et moins l’équilibre est assuré. Plus votre niveau de patinage progresse et plus vos bras se rapprocheront de votre corps. Cela signifie que vous maîtrisez de mieux en mieux votre équilibre grâce à un bon placement du reste du corps et à une bonne position de patinage.

Rythme de foulées et de bras sont liés

Le mouvement des bras influe sur la fréquence de patinage et inversement : Plus le balancements des bras est lent, plus la foulée et la glisse s’allongent. Plus la fréquence de balancement est rapide et plus la foulée se rétrécie, notamment en sprint, en relance et en montée.

Les bras : des aides à la propulsion en roller

Des patineurs avec les bras dans le dos aux 24H Roller du Mans 2016

Le balancement des bras modifie constamment le rythme de la foulée. Ainsi, ils constituent une aide non négligeable en relance. Plus le mouvement d’oscillation sera ample et puissant et plus la foulée sera marquée et efficace pour peu de bien rester sur un de ses appuis au sol.

En revanche, l’effort physique est alors plus important. La position de patinage doit rester relâchée et non étriquée ou crispée. En sprint, les bras sont dynamiques. Ils contribuent à la stabilité et apportent une aide à la propulsion. le mouvement doit être souple et ferme.

Les bras dans le dos

En vitesse de croisière, il est fréquent que les patineurs conservent les bras dans le dos. Cette technique soulage les lombaires qui sont un peu moins sollicités. On a donc un peu moins mal au dos. Le patineur compense la non utilisation des bras pour l’équilibre par un balancement latéral des épaules. Cela permet de continuer à appuyer fort sur les appuis sans utiliser les bas.

Vidéo 1 : Lucca Presti (Italie) sur 300 m

Comment placer les bras en roller ?

Les bras ne doivent pas entraîner le corps sur le côté, vers le sol ou vers le haut, mais indiquer la direction vers l’avant pour être efficaces. En côte, le rôle des bras est déterminant pour garder du rythme et ne pas perdre de vitesse. Ils s’orientent vers l’objectif.

Vidéo 2 : Roger Schneider en vadrouille

 

 

Le rôle des bras en virage

Course de roller indoor aux Etats-UnisEn virage, les bras peuvent être utilisés comme balanciers quand on s’incline vers l’intérieur du virage, si ce dernier est prononcé. Ils peuvent rester positionnés dans le dos si le virage est suffisamment grand. Le bras à l’intérieur de la courbe peut aussi être verrouillé pour aider à prendre une trajectoire, un peu comme les motards avec leur genou en courbe. Cela se fait beaucoup en course indoor quand les plus jeunes s’amusent à effleurer le sol pour faire comme les grands. Cela permet de verrouiller le haut du corps et de rester gainer.

Un bras ou les deux peuvent aider la relance en sortie de virage.

L’utilisation des bras en peloton

En peloton, et notamment durant une montée ou une relance, le fait de calquer son rythme de bras sur celui de la personne qui précède, aide à conserver l’harmonie des deux foulées et à rester bien intégré au groupe.

Conclusion

Si vous gardez à l’esprit que les bras peuvent être déterminants dans votre qualité de patinage, vous vous rendrez compte au fur et à mesure de votre apprentissage qu’ils sont indispensables que ce soit en côte, en relance, en virage, ou simplement pour vous équilibrer. Nous avons abordé la vitesse, mais les bras ont encore d’autres rôles dans les sports acrobatiques !

Liens utiles

L’influence de la position du bassin sur le patinage

Texte : Alfathor
Photos : REL, AM Sports
Christine Dumouchel

Auteur

Alexandre Chartier

''alfathor''

Fondateur et webmaster de rollerenligne.com depuis 2003. Alexandre est un passionné de roller en général et sous tous ses aspects : histoire, économie, sociologie, évolution technologique... Aspirine ou café recommandée si vous abordez un de ces sujets !

SOUTENIR ROLLERENLIGNE.COM

Vous aimez les contenus de REL, Mediaskates.com et Spotland.fr ?

Aidez à pérenniser l'association !

A lire également

  • Aucun article associé.
  • Publicité Ligne Droite Roller

    Publicité Ligne Droite Roller 2021

    Publicité Cadomotus

    Cadomotus : from rookie to pro

    6 réponses pour “Bien utiliser ses bras en roller course

    1. supercrasher

      Trés bon site, complet et bien pensé, etant débutant je visite régulierement pour découvrir les tec

    2. Quentin

      super site,sa m’aide beaucoup a m’améliorer dans le domaine! merci et continuez !

    3. nanoux

      Merci pour vos conseils précieux, je débute et ils me seront très utiles, notamment les exercices !

    4. Mehdi

      je vous félicite pour vos conseils maintenant je vais les utiliser pour voir ce qu’il en ai sont s’ils bon ou pas !

    5. jasina

      C’est vraiment tres instinctif de toute facon

    6. corinne

      Bravo pour votre site! Il est vraiment très utile aux débutants comme moi :)
      Si je peux me permettre, il y a une petite typo dans le texte, juste avant la conclusion:
      « à resté » -> « a rester »
      J’ai aussi une petite question: j’ai fait une petite dizaine de sorties et je suis encore un peu « pataude » (surtout dès qu’il y a un obstacle sur la chaussée, type bouche d’égout). En moyenne, au bout de combien de sorties se sent on à l’aise sur des patins (au point de pouvoir s’en servir comme moyen de locomotion en ville)?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *