SOLO ONLY SOLO 6 ( le retour)

Ce forum va être consacré à toutes les questions et à tous les sujets relatifs aux 24h du Mans Roller.

Modérateurs : sg1_diablo, Rollo, Gadget, emile64, clochette, wawa, 8wd, alfathor, BOBOR, DELVAR, Appache-Zwoofff

Répondre
Avatar de l’utilisateur
roller 2B
Messages : 224
Inscription : 07 févr. 2014 20:29
Localisation : Douzillac (24)

SOLO ONLY SOLO 6 ( le retour)

Message par roller 2B »

Retour sur les 24 heures roller du Mans 2022.
Après le gel, la pluie, la chaleur, puis la canicule et les 2 années covid qui ont plombé l’épreuve, c’est enfin le retour. Quelle joie de retrouver ce circuit mythique du Mans.
Plus que pour la course, je viens pour retrouver les amis et amies solo ou pas, pour certains pas revus depuis 3 à 4 ans. Après installation au camping je monte au village roller récupérer ma puce. Première rencontre en la personne de Sébastien Robin notre Binus national toujours fidèle au poste. De retour au campement c’est le passage de Mikaêl (Yu Mike San) qui ne pouvant participer suite à une intervention chirurgicale s’est transformé en Coach pour Jean-pierre Bona se présentant en solo. Jean-Pierre ne pouvait pas trouver meilleur coach et le résultat final de sa course en est la preuve. Mike m’invite à venir prendre l’apéro. J’y emmène Cornélia, solo Berlinoise qui a planté sa tente à côté de la mienne et avec qui j'ai sympathisé. Nous passons une bonne soirée, avec modération bien sûr car demain est le grand jour. Loïc ex Perigo roller maintenant aux Fox d’Angoulême passe nous dire bonjour. Son équipe est inscrite en découverte et pour lui c’est le premier Le Mans. Je le reverrai plusieurs fois sur le circuit, son équipe ayant fort bien roulé pour une première.
Je n’ai pas trop bien dormi sans mon appareil respiratoire mais au lever ça va. Je me prépare pour la parade, j’y vais cette année peut-être reverrai-je quelques camarades. Et en effet je revois Nicolas Jestin, Sébastien de Limoges et quelques autres en équipes issus de toutes régions.
Ouverture des paddocks, les solos sont dans les box 7 à 9 et on nous dispatche du 1 au 9. Tant mieux on sera moins serré. Je décale au box 6, nous sommes 4 solos disposant d’un bel espace.
L’annulation de 2019 et les deux années covid ont fait fondre le nombre de participants de moitié mais l’ambiance est là, les gens ont envie d’oublier cette période difficile. Je retrouve Christophe Laicheungkit, Catherine Exibard (Kat seulette), Yannick Manuel, Laurent Zerr, même Laetiss Ya est là oeuvrant en duo et seules Toucaen présentes, pardon pour ceux que j’ai oublié.
Comme d’habitude avec la plupart des solos je prends le départ chaussé en fond de ligne, David Pagnen me salue, heureux de le revoir lui aussi. Il s’est préparé depuis si longtemps mais n’a hélas pas atteint le résultat espéré. Bizarrement le juge en place nous fait partir en même temps que les autres concurrents allant se chausser. Comme Yannick et d’autres solos, je trouve cela inconvenant et un manque de respect évident vis à vis de ceux qui ont fait les qualifications pour obtenir une bonne place au départ.
La Dunlop après trois ans de non pratique me semble toujours aussi terrible, de plus couplé à la chaleur nous avons le vent de face dans la montée. Je prends ma vitesse de croisière, moins de dix kilomètres heure pour grimper mais la montée me paraît interminable. J’appréhende la descente ayant chuté deux fois dans celle-ci en 2017 et 2018, mais ça passe bien. Dans le virage du garage vert, je suis doublé par les premiers concurrents, c’est dire que je ne roule pas vite. Je me fais un deuxième tour mais cette chaleur et ce vent m’anéantissent, du coup fini le tour je vais dormir une demi heure. Je repars à 17 h 30 mais au bout de deux tours toujours ce problème de chaleur et comme j’ai pris le départ sans entraînement, 111 km depuis septembre ( 46 km en rando + les 65 km de la GROL), je décide d’attendre la fraîcheur du crépuscule. Cornélia continue sur sa lancée. C’est également son premier solo au Mans, habituellement elle participe aux Marathons roller, malgré cela elle finira 7ème de sa catégorie avec 55 tours (230,175 km).
Je vois Sabrina passant devant le paddock. Comme je suis heureux de la voir depuis tout ce temps. Elle assure le ravitaillement pour un solo et une équipe d’amis faisant le va et vient entre les box et la zone relais. Elle n’a pu prendre le départ blessée sur la Roll’athlon suite à une chute au 30ème kilomètre. Ses déplacements continus la fatigue beaucoup mais elle ne manque pas chaque fois qu’elle m’aperçoit de me prodiguer encouragements et mots gentils et toujours avec son sourire immuable.
20 h 00 je rechausse prêt au départ. Je reçois un message, aïe ! mon portable est quasi déchargé, qu’à cela ne tienne je décide d’aller récupérer mon chargeur d’un coup de roller au camping avant de reprendre, mais comme un âne dans le virage en sortie de circuit je me mange le trottoir et chute lourdement en arrière. Les coudes râpés et un gros choc au dessus du coccyx et grosse douleur à cet endroit. Je veux me relever mais le membre de l’organisation sur place m’en empêche et appelle les secours. Arrivée de l’ambulance qui me conduit au poste de secours. Là, la médecin de garde me prédit un gros bleu, donc rien de grave, là est l’avantage d’être un peu enveloppé. Vers 22 heures je sors du poste, je rends visite dans leur box aux Zumeaux. Patrick Clavequin est présent tandis que Michel Delande boucle son relais. Ils n’ont pas fait la course escomptée mais était heureux de retrouver des amis. Je discute un peu avec lui puis je vais me coucher.
Je me lève à 2 heures et passe voir les kinés. Un bon massage du dos me fait un bien fou et je repars à trois heures, je roulerai jusqu’à 7 heures du matin, profitant de la fraîcheur de la nuit et toujours émerveillé par le lever du soleil sur l’arche du Dunlop. Après m’être ravitaillé, je vais prendre un café au box 30, là je vois Long Ye-su qui a aligné son équipe des Ulteam en prestige Master. L’un des ses équipiers blessé a du déclarer forfait et en concurrence avec les master de Rungis Long a du cacher cette défaillance pour garder leur avantage. Les Ulteams finiront d’ailleurs second de leur catégorie, 7ème au général avec un tour d’avance sur les Master de Rungis. Bravo à eux. Je vais ensuite dormir un peu. Cornélia est repartie après une petite nuit. J’aurai aimé suivre la progression de tout un chacun sur les écrans dans les box mais ces derniers n’ont pas été activé et comme je ne suis pas équipé technologiquement…
Nouveau départ à 11 heures jusqu’à midi trente pour engranger quelques tours supplémentaires, puis déjeuner, la chaleur devient de nouveau insupportable. Je chausse pour la dernière heure. A 15 h 40 j’achève ma dernière ascension du Dunlop. Christophe est déjà là ainsi qu’une dizaine de solos. D’autres arrivent mais nous sommes chassés par le juge du départ qui vocifère, « il ne faut pas s’arrêter, les drapeaux sont interdits, vous devez rouler ». Il est hors de question que je fasse un tour de plus et donc une montée supplémentaire. La descente se fait donc à allure réduite et pour la plupart des solos nous nous regroupons dans la ligne droite au bas de la descente du Dunlop . C’est dommage que cette tradition de rassemblement ait été gâché par ce juge. Pendant cette halte improvisée je fais la connaissance in situ de Rémy Tonnard (Remytosolo) de Brest avec qui je communique sur le net mais que je n’avais jamais rencontré. Durant la progression vers la ligne d’arrivée j’ai la joie de trouver l’équipe du SPUC qui ont aligné 3 équipes en Enduro et se sont bien débrouillés, tous passant la barre des 400 km voir 500 km, nous discutons un peu puis je vois arriver Michel et ensemble nous passons la ligne main dans la main heureux d’en finir.
Ce ne fut pas une épreuve mirobolante car je n’ai fait que 17 tours, soit 71,145 km et rouler près de 9 heures mais le principal fut de revoir tous ses amis roller qui m’ont manqué depuis trois ans. Elément positif j’ai perdu 4,2 kg sur les deux jours, ça y est j’ai trouvé le secret du régime parfait, couvrir un 24 heures roller chaque week-end, une idée à creuser et à breveter pour se faire un pognon de dingue comme l’a dit quelqu’un que vous devez connaître.
J’ai pensé rouler avec Amandine (Didine Kuby) avec qui j’avais roulé en 2018 et qui avait fait une si belle course en solo quad en 2018, nous devions le faire en 2019 mais hélas sa vie et sa carrière l’ont appelé ailleurs. Avec Yannick nous avons eu une pensée pour elle.
La bière en fin d’épreuve, bière Corse bien sûr fut la bienvenue. Allez je reviendrai l’an prochain. On se motive malgré l’allergie évidente face au Dunlop.
quand on veut, on peut
Avatar de l’utilisateur
Fenlabise
Messages : 249
Inscription : 13 avr. 2015 19:40

Re: SOLO ONLY SOLO 6 ( le retour)

Message par Fenlabise »

Une nouvelle fois beau récit.
J ’ai plaisir à lire tes péripéties .
Peu importe le nombre de km seul le plaisir compte .
Tu as tout compris à la vie .
Avatar de l’utilisateur
gui_gui
Administrateur
Messages : 4834
Inscription : 28 nov. 2004 13:48
Localisation : METZ (Extrême Orient)
Contact :

Re: SOLO ONLY SOLO 6 ( le retour)

Message par gui_gui »

Ouaip, beau récit, roller2B. Continue comme ça ! 8)
Avatar de l’utilisateur
domi le solo
Messages : 30
Inscription : 12 juil. 2016 8:54

Re: SOLO ONLY SOLO 6 ( le retour)

Message par domi le solo »

C'est vrai qu'il était dur Le Mans cette année.
Dès le matin, attente de l'ouverture des boxs en pleine chaleur, le capital énergie en prend un coup.
Départ sous un soleil de plomb et un terrible vent de face dans la dunlop, je serai allé plus vite à la monter en courant.😀
J'ai bu environ 1l à l'heure les 6 premières heures, heureusement, la nuit a été assez fraîche soulageant les organismes mis à rude épreuve.
Moins de participants aussi cette année, compliquant la formation de pelotons, obligé de s'accrocher aux duos, équipes ou gentilles personnes voulant bien nous supporter un tour ou deux 😀.

Pourquoi j'ai rempilé, Domi.
Avatar de l’utilisateur
Kéno40
Membre bienfaiteur
Messages : 3250
Inscription : 01 sept. 2009 13:46
Localisation : 92

Re: SOLO ONLY SOLO 6 ( le retour)

Message par Kéno40 »

Et bé, si quelqu'un débarque tu vas pas lui vendre le 24H Du Mans. Seuls les vrais savent !! ^^
Bon courage et reviens au top en 2022!
Répondre