SOLO ONLY SOLO 2 le retour

Ce forum va être consacré à toutes les questions et à tous les sujets relatifs aux 24h du Mans Roller.

Modérateurs : DELVAR, Appache-Zwoofff, sg1_diablo, Rollo, Gadget, emile64, clochette, wawa, 8wd, alfathor, BOBOR

Répondre
Avatar de l’utilisateur
roller 2B
Messages : 211
Inscription : 07 févr. 2014 20:29
Localisation : Douzillac (24)
Contact :

SOLO ONLY SOLO 2 le retour

Message par roller 2B » 07 juil. 2016 16:44

Retour sur ma course aux 24 heures du Mans ce week-end.

L'an dernier je m'étais inscrit en solo, cherchant en parallèle une place en équipe afin de rééditer ma course de 2014. La recherche s'est avérée vaine et je me suis résigné à courir en solo ne sachant pas trop où je mettais les pieds (pardon les rollers). Finalement la course s'est bien passé et le virus du solo s'est implanté en moi. C'est pourquoi pour 2016, je n'ai même pas cherché à intégrer une équipe me disant, je l'ai fait une fois, je peux le refaire.
Hélas si je m'étais préparé correctement en 2015, force est de dire que ce ne fut pas le cas pour cette année. Un claquage mollet gauche en coupant un arbre fin décembre, une élongation à l'entraînement fin janvier, une belle déchirure musculaire fin février après reprise, le tout entrecoupé de quelques crises d'arthrose, états grippaux, etc...ne m'ont pas permis de rouler ces 6 derniers mois et, à 3 semaines du départ je ne totalisais que 180 km de roulage contre près de 650 km à la même époque l'année précédente.
Qu'à cela ne tienne, je suis contaminé par le solo et je me dis : « j'y vais, je fais les 2 tours obligatoires du départ, le dernier tour pour valider ma course et je remplis durant les 23 heures restantes ». Je verrai bien ce que ça va donner.
3 semaines avant la course, grosse crise d'arthrose au genou droit. Je n'arrive pas à poser le pied par terre et à force de remèdes de grand mère, cachets, massages, etc... je m'en remet 8 jours avant la course. Cela ne présage rien de bon mais je suis quand même optimiste.
Pas de coach cette année. Elle ne peut pas venir, victime d'un mauvais microbe. Ce sera Solo/Solo donc. A ce titre je remercie les coach de ARMFLO et ARMCARO, des Japonais, ainsi que Pap Yann Solo qui m'ont beaucoup aidé et COACTO MIKE SOLO qui m'a proposé l'aide de son team.
Au camping, je m'installe face aux Anglais du London Skater mais assez loin pour éviter le bruit qui m'avait perturbé l'an passé, car je m'étais retrouvé au milieu du campement des dits Anglais. Petit tour au village roller pour admirer les dernières nouveautés roller et récupérer mon dossard.
Le lendemain préparation pour la parade puis installation dans les box. J'y retrouve quelques solos de l'an dernier qui sont devenus des amis et en rencontre d'autres que je suivais sur la toile, comme l'inénarable PAP Yann SOLO, heureux et jeune grand-père depuis peu et figure marquante dont la gouaille et la bonne humeur éclairent tant les courses.
Cette année je pars chaussé en fond de ligne avec une bonne partie des solos. Le temps est nuageux et quelque peu ensoleillé, mais il fait assez chaud, moins que l'an passé cependant.
Et c'est parti. Me basant sur mes temps de l'an dernier, j'ai prévu de faire 10 tours de 16 heures à 19 heures, prenant le temps restant avant 19 heures pour me reposer, soit environ 30 mn puis roulage de nuit de 19 heures à 7 heures le lendemain, 3 tours par heure avec le temps restant au bout des 3 tours avant l'heure suivante en repos. Moins je vais vite, moins j'ai de repos.
Naturellement les plans, même bien huilés ont toujours une faille. Ici la faille se glisse au bout du 4ème tour. J'entends un « cloc-cloc » caractéristique de platine qui se dévise, et surprise, ma plkatine droite commence à me lâcher.Je finis le tour, inspecte le matériel. Rien de méchant, elle s'est décalée et légèrement dévissée sur l'arrière mais inutile de laisser pourrir et de prendre des risques. 15 minutes plus tard, nouveau départ pour 4 tours de plus et j'arrête à 18 h 30 pour quand même souffler un peu avant un nouveau départ à 19 heures qui en fait sera à 19 h 45. Je roule une heure et 4 tours de plus. Il fait un peu plus frais. Le plus génant étant le vent d'Ouest qui vous claque à la figure dés la fin de la descente du Dunlop dans l'entame du petit raidillon .
Nouvel arrêt de 25 minutes et me sentant bien je repars pour 3 tours. Hélas à la fin de ces 3 tours, j'ai très mal au talon droit et pour cause, mes chaussures neuves n'enregistrent qu'une quarantaine de kilomètres au compteur et ne sont pas faîtes à mon pied, alors c'est le pied qui ndécide de faire à la chaussure. Une magnifique ampoule que m'envierait EDF vient de se former sur le talon droit. Soins et pansements prodigués par mes coach de substitution, et nouveau départ pour 3 tours. Ça va je roule bien, pas trop vite mais régulier.
Nouveau repos d'une demi heure et c'est reparti. J'ai pris un doliprane ce qui atténue la douleur de mon talon.
De nouveau 4 tours à se retaper la montée du Dunlop. J'y pense et me dis que nous faisons un sport de maso. Endurer la souffrance de cette montée, les heures à rouler en essayant de ne pas penser au mal de jambes, de pieds, de dos et dire, « ce n'est pas tellement pour la performancemais pour le plaisir de patiner » si tant est que l'on puisse trouver du plaisir à souffrir. Mais il y a toujours cette petite voix dans la tête qui te sussure, « Roules, continues de rouler » quand tu pense « Arrêtes-toi, reposes toi, va dormir » ; Curieux, non ?
Les solos sont des fous, mais portés aussi par les encouragements des autres solos ou duos ou même membres d'autres équipes, les petites poussettes dans les côtes, les mots gentils. J'en viens à m'essouffler à remercier des encouragements.
Peu avant minuit un train de solos me dépasse dans cette fameuse montée du Dunlop. Petite conversation :
- »Hé ! Le Corse tu ne peux pas le faire sauter ce Dunlop ? »
- « Fournis moi les exp)losifs et c'est fait dans la minute »
Malgrè la fatigue, l'humour est toujours là.
Je stoppe vers minuit et m'accorde 2 heures de pause pour manger et surtout dormir un peu. En même temps mon talon me fait mal et mon genou droit pétri d'arthrose commence à me titiller.
Je reprends la route vers 2 h 15, un peu reposé et ,avec la fraîcheur de la nuit ou le petit somme réparateur, je me sens des ailes. J'ai l'agréable surprise d'être accompagné durant quelques toursd'une de mes coéquipières du PUC en 2014. Nous discutons ferme, je ne sens plus mes jambes et ne vois pas le temps passer, mais mon corps lui le voit et rappelle à l'ordre. Les yeux se ferment. Je stoppe dons 3 heures pour dormir un peu. Durant cette haltej'ai essayé de situer mon classement mais n'y suis pas parvenu, les listings étant peu lisibles sur les écrans. J'ai quand même noté la présence en tête de leur catégorie de mon DUO féminin préféré, 100 % TWINS. Cela me booste pour la suite.
Ensuite à 7 h 30 j'entame une série fractionnée, 1 tour, 1 arrêt, 1 topur, 1 arrêt, etc... et ce jusqu'à 11 heures pour manger un peu.
Et toujours les encouragements d'autres courreurs mais aussi du bord de piste. Cela fait chaud au cœur.
Je décide de repartir à midi mais la pluie s'invite sur le circuit, la piste devient glissante et plusieurs chutes sont annoncées. Trop fatigué pour affronter la descente du Dunlop, je préfère déchausser et attendre que cesse l'averse. Puisqu'il n'y a rien d'autre à faire, autant dormir un peu.
14 h 45, allez la dernière ligne droite. Je couvre deux tours puis comme une bonne partie des solos, me poste sur le haut du Dunlop avant de déferler avec le groupe solo sous une pluie d'applaudissements vers cette ligne d'arrivée tant espérée, la joie dans les yeux d'en finir enfin, malgrè la fatigue.
En conclusion, j'aurai joué les feignasses cette année puisque j'ai roulé 10 heures pour 10 heures à dormir, mais on à l'âge de ses artères et le corps sait vous en faire souvenir. 30 tours effectués (125,550 km) mais résultat satisfaisant dans la mesure où je n'étais même pas sûr de faire mes 3 tours obligatoires (2 au début, un à la fin).
Du coup je me vois obligé de rempiler l'an prochain pour rehausser ce score très moyen. Mais je suis content de moi tout de même.



Corsica Roller Solo 
Alias Roller 2B
quand on veut, on peut

Avatar de l’utilisateur
Fenlabise
Messages : 212
Inscription : 13 avr. 2015 19:40

Re: SOLO ONLY SOLO 2 le retour

Message par Fenlabise » 07 juil. 2016 17:39

En lisant ton récit je me trouve bien c...
Moi qui trouve toujours une excuse pour ne pas participe a ma première épreuve .
Bravo pour ta course et ton abnégation

Avatar de l’utilisateur
roller 2B
Messages : 211
Inscription : 07 févr. 2014 20:29
Localisation : Douzillac (24)
Contact :

Re: SOLO ONLY SOLO 2 le retour

Message par roller 2B » 07 juil. 2016 17:56

Fenlabise
il ne faut pas se chercher d'excuses. Ce n'est pas une honte de ne pas avoir de résultats. La vie n'est pas toujours très tendre et on est pas toujours au top. L'important est de faire le premier pas. J'y vais sans me poser de questions. Bien ou mal j'ai toujours le plaisir de patiner.
On te vois aux prochaines 24 heures ?
quand on veut, on peut

Avatar de l’utilisateur
Fenlabise
Messages : 212
Inscription : 13 avr. 2015 19:40

Re: SOLO ONLY SOLO 2 le retour

Message par Fenlabise » 07 juil. 2016 19:15

Je ne sais pas , le Mans vu de l'exterieur cela me paraît tellement énorme .
Peut être commencer par un ou deux six heures?

Avatar de l’utilisateur
roller 2B
Messages : 211
Inscription : 07 févr. 2014 20:29
Localisation : Douzillac (24)
Contact :

Re: SOLO ONLY SOLO 2 le retour

Message par roller 2B » 07 juil. 2016 19:17

oui, une ou deux 6 heures pour se mettre en jambe ou alors une première en équipe pour appréhender la piste du Bugatti.
quand on veut, on peut

Avatar de l’utilisateur
gui_gui
Equipe ReL
Equipe ReL
Messages : 4394
Inscription : 28 nov. 2004 13:48
Localisation : METZ (Extrême Orient)
Contact :

Re: SOLO ONLY SOLO 2 le retour

Message par gui_gui » 08 juil. 2016 6:16

Bravo Roller2B, que d'émotion à te lire. Et ces voix contradictoires dans la tête (stop, encore... :lol: ) bon dieu qu'est ce que c'est vrai.
Faudra quand même que j'essaye de venir une fois !

Xia
Membre bienfaiteur
Messages : 63
Inscription : 31 janv. 2005 12:28
Localisation : Annemasse

Re: SOLO ONLY SOLO 2 le retour

Message par Xia » 08 juil. 2016 7:46

Felicitation d'un de tes voisins de stand!
Tu as super assure. Je t'ai vu tour apres tour sur la piste est souvent avec le sourir, alors bravo!

Crashouille
Membre bienfaiteur
Messages : 30
Inscription : 01 sept. 2005 14:08
Localisation : 93

Re: SOLO ONLY SOLO 2 le retour

Message par Crashouille » 08 juil. 2016 14:33

Cette année je n'ai fait que quelques tours en "vrai" solo, et c'est bien plus dur physiquement et mentalement de d'être dans un train où même un petit groupe. Respect !

ma couille
Messages : 123
Inscription : 01 août 2007 16:37
Localisation : somewhere dans Montpellier

Re: SOLO ONLY SOLO 2 le retour

Message par ma couille » 27 juil. 2016 12:00

salut, ouais, bravo à toi.
C’était aussi ma première participation en tant que solo(mais tout seul, tout seul). :D :D
pas de train, pas de personne devant ou voulant m'aider dans la Dunlop, je ne voulait pas. :x

Je retrouve pas mal de points communs dans tes propos (roule, ne t’arrête pas, t'as pas mal....).
La douleur, pour moi ce sont mes malléoles qui m'ont posées des soucis à partir de 8/9h le dimanche. ( tout fait en carbone).

C'est véritablement un super challenge et un défi pour soi même ce truc, mais ça m'a plu.
Le but maintenant étant de faire mieux que ce que j'ai fait, 196 kms. (je crois que le dernier tour n'a pas été pris en compte, surement arrivé trop tard).
Pas grave, je reviendrait, comme toi, mieux préparé, en souhaitant ce coup-ci avoir plus de caisse pour faire une meilleure performance.
Le principal était de ne pas "trop" se blesser.

Merci à tous pour les encouragements divers :wink: :wink:

Répondre