-
Le 10 March 2009 à 01:09 | mise à jour le 09 March 2009 à 22:11

Elite : Montpellier 2 – 8 Rethel




Montpellier s'est logiquement incliné face au leader ardennais dans le cadre de la 14ème journée du Championnat de France Elite. Rethel l'emporte 8-2 sans avoir eu à forcer son talent. Les Diables ont profité de la défaite d'Anglet à Grenoble pour remporter ce week-end son septième titre de champion.
Il n'y a jamais de hasard. A voir le nombre de spectateurs présents samedi soir à Batteux, on a vite compris que cette rencontre de la 14e journée avait quelque chose de spécial. C'était la première fois que les Mantas jouait à domicile sans Juraj Ozorak depuis son départ pour Nîmes.
C'était le retour attendu d'Anthony Duchosal dans les lignes héraultaises. Et puis bien sûr, c'était la confrontation excitante face à ce qui se fait de mieux en France, voire en Europe, depuis presque aussi longtemps que Lyon règne sur le foot français.
Sans hésiter, Rethel est parti à l'assaut. Un système parfaitement rôdé, mettant en permanence les joueurs rouges et noirs en alerte face à toutes les erreurs de l'adversaire. Un mauvais changement de ligne, dans la seconde la passe est partie et un joueur est en position de but. Une passe trop molle et immédiatement un triangle offensif se forme autour de l'enclave. Tout est fait dans cette équipe retheloise pour faire feu de tout bois. Il aura fallu sept minutes d'un Martin Bradette encore une fois époustouflant devant le filet montpelliérain avant que les Diables ne trouvent la première ouverture. Dès la première situation de supériorité, William Richard concluait le travail amorcé par Lefranc et Fayault. Le capitaine ardennais inscrira un but quasi similaire cinq minutes plus tard. Ce fut au tour de Bouché de se fendre d'un petit show à la brésilienne au milieu de défenseurs oranges et bleus pris de vertiges.
Paradoxalement Montpellier ne courbait pas la tête pour autant. Cette confrontation face à Rethel a révélé un aspect important et rassurant également. Montpellier a su se faire défaire de ses habituelles inhibitions collectives pour jouer de façon assez précise et surtout, la tête libéré de tout enjeu. Il est certain que face à Rethel, les meilleurs intentions du monde ne sont que rarement récompensées, mais face à Nice et Tours, les deux autres prétendants au maintien, c'est une qualité sur laquelle il faudra savoir compter.
On a vu réellement de bonnes choses samedi soir côté montpelliérain. Beaucoup de tous petits rien c'est vrai, mais des détails importants. A l'image de cette passe brillante de Duchosal devant la cage de Lefranc et dont la reprise par Hostein fut bloquée in extremis. A l'image de l'énergie fournie par trois garçons particulièrement concernés par leurs sujets et très impliqués. Certes tout n'a pas été grandiose mais les performances de Damien Duteïs, de Raphaël Lamesta et d'Alban Darfeuille ont été très honorables. Les deux premiers d'entre eux ont d'ailleurs marqué en seconde période. Le troisième a pris des initiatives, des risques et il s'est distingué de quelques beaux gestes. Dans l'ensemble, c'est toute l'équipe de Montpellier qui a fait bonne figure. Et même si les cinq autres buts de Rethel sont là pour ramener à tout le monde les pieds sur terre, il faut saluer l'état d'esprit. Rethel marquera en effet encore par cinq fois, grâce à deux doublés de Lefranc et Grégoire et un dernier but de Lacuisse. Rethel est champion de France pour la septième année consécutive. A voir la qualité de son jeu et l'efficacité de son système, on ne peut que reconnaître qu'à ce niveau là, il n'y a jamais de place pour le
hasard. Ce qui est vrai pour la conquête d'un titre l'est tout autant que pour celle du maintien.

A Montpellier, complexe Albert-Batteux, Rethel bat Montpellier 8-2 (4-0 ; 4-2)



Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB