-
Le 30 November 2007 à 10:10 | mise à jour le 30 November 2007 à 03:16

N1 : Villard-Bonnot – Montpellier (samedi)


N1 : Villard-Bonnot – Montpellier (samedi)


Rendez-vous demain samedi 1er décembre à 19h00 à Chambéry pour assister au match entre Villard-Bonnot et Montpellier. Le débat paraît déséquilibré entre Montpellier, 1er, et Villard, 6e. Vainqueurs 10-5 à l'aller, les Mantas n'ont a priori rien à craindre des Dauphins. Rien en effet lorsque l'armada montpelliéraine est au complet, et samedi ce sera loin d'être le cas...

Revue d'effectif
Villard était reparti de Montpellier avec une jolie valisette lors du tout premier match de la saison en septembre. 10-5 au compteur et une équipe montpelliéraine qui avait pu compter sur le poids offensif considérable de son attaquant slovaque, Juraj Ozorak.Le géant avait inscrit cinq buts ce soir-là.
A Villard on compte certainement le surveiller de très près samedi lors de la revanche à l'occasion du match retour. Ce ne sera pas utile. En effet, Juraj Ozorak ne sera pas du déplacement dans les Alpes, ainsi que plusieurs autres joueurs majeurs.
Brent Shantz, le solide arrière canadien sera lui aussi absent. Olivier Garcia, expérimenté défenseur sera auprès de son épouse sur le point d'accoucher. Et enfin, dernière incertitude, et non des moindres, Raphaël Facchini, l'entraîneur-joueur montpelliérain devrait lui aussi être forfait. "J'ai été salement touché à la cheville lors de notre déplacement à La Rochelle", explique-t-il. "L'hématome est encore important et pour le moment je ne suis pas en état de jouer. On verra samedi comment les choses se présentent."
Autant dire que l'arrière-garde montpelliéraine aura fort à faire d'une formation alpine qui ne saura que se réjouir d'une telle offrande.
"Ce sont des choses que l'on risque de rencontrer au cours d'une saison", poursuit le coach montpelliérain. "C'est là qu'intervient la profondeur de banc et que des joueurs de second plan peuvent apparaître sur le devant de la scène."
Il ne s'agit pas de tirer le moindre signal d'alarme car même diminuée de ses principaux atouts, la formation héraultaise reste très dangereuse. D'autant qu'un vrai leader doit savoir faire face à toutes circonstances, et se maintenir à flots même au travers des pires tempêtes.
Sans Ozorak, Shantz, Garcia, et Facchini, Montpellier part affaibli mais devra revenir la tête haute, question de crédibilité.



Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB