-
Le 01 October 2007 à 11:36 | mise à jour le 01 October 2007 à 05:45

Montpellier / Marcy-Lyon : Piqués au vif


Montpellier / Marcy-Lyon : Piqués au vif


Les Mantas de Montpellier ont reçu samedi soir un sérieux coup au moral et à l’orgueil en allant perdre 8-6 sur le terrain des Abeilles de Marcy-Lyon, prétendants sérieux à la qualification finale.

La journée était pourtant des plus conviviales : Un bon vieux déplacement en bus avec poker, black jack et DVD… A l’ancienne. Mais comme dans le ciel lyonnais de plus en plus bas, le temps allait bien vite tourner au gris. La semaine passée Montpellier avait affronté puis vaincu à l’usure une équipe de Villard vaillante. Samedi soir, Marcy était diminué mais fier et solidaire et l’histoire a tourné court.
Pourtant Montpellier a été volontaire. Les discours fédérateurs et empreints d’une bonne volonté manifeste dans le vestiaire ont été relayés sur le terrain. Mais pendant quelques minutes seulement.
Les Mantas ont pressé, vite et bien, comme prévu. Mais dès lors qu’ils ont commencé à faire briller le jeune portier lyonnais, et que Jocelyn Marie débutait son festival de réalisme, tout allait foutre le camp. Marcy a marqué sur sa première contre-attaque et Montpellier a dû attendre son 25e lancé avant d’offrir à Juraj Ozorak son 6e but de la saison. Malheureusement, Marcy avait déjà marqué son 2e but.
Montpellier allait outrageusement dominer son sujet et Marcy profité du manque de réalisme montpelliérain pour faire étalage de son talent en la matière. Tout le monde envoyait ses arguments au portier lyonnais, intransigeant, il se permettait même d’affronter Juraj Ozorak en break et d’envoyer le slovaque au tapis. A la pause, Montpellier avait lancé près de quarante fois sur le gardien, Marcy pas plus de 15 et menait pourtant 5-1.
La seconde période amenait coup sur coup ce sentiment de colère, puis de courage mais finalement de dépit. Car les bonnes intentions étaient de plus en plus flagrantes mais les doutes et surtout le manque encore net de cohésion dans le jeu allaient se révéler terribles.
Mené 8-3, les Mantas ont remonté la pente, marquant deux fois, toujours par Ozorak. Dans le même temps, Marcy allait également marquer, mais par trois fois. 8-3 après 35 minutes de jeu. L’attaquant slovaque poursuivait son périple, rejoint par Matthieu Eichholtzer pour son premier but cette saison. Montpellier était revenu à deux longueurs, 8-6 et cinq minutes à faire en deuxième. Mais l’éclat de joie n‘a pas eu lieu. Montpellier n’a plus marqué et l’euphorie est retombée aussi vite qu’elle était apparue.
La semaine précédente, Villard avait mis Montpellier en face du miroir de la réalité. Ce championnat de France D1 n’est pas une rigolade, il faut jouer, il faut presser, il faut ouvrir le jeu. Message reçu pensait-on au lendemain de la victoire aux forceps contre la bande d'Yves Crettenand. Pas tout à fait. Car samedi en plus du miroir, les Mantas ont aussi eu le cadeau bonus qui va avec, la claque en pleine figure.
Il faut que cette vilaine piqûre d’abeille ait fait mal, qu’elle ait touché les joueurs et leur staff en plein dans leur orgueil de prétendus favoris, qu’elle ait mis l’équipe en colère. Car ce groupe vaut beaucoup mieux qu’un tout petit 8-6 à Marcy-Lyon. Il faudra l’expliquer très clairement à Tarbes la semaine prochaine à Batteux.

Fiche technique
A Lyon, salle La Duchere, Marcy-Lyon bat Montpellier 8-6 (5-1 ; 3-5)
Arbitres : M. Arnal et Rompant
Spectateurs : 20
Buts pour Montpellier : 20'37 Ozorak ; 30'27 Ozorak ; 30'57 Ozorak ass Garcia Q ; 38'22 Eiccholtzer ass Thierion et Garcia O ; 40'03 Ozorak ; 41'48 Ozorak.
Buts pour Marcy-Lyon : 3'01 Marzin ass Marie J ; 12'29 Marie J ass Marzin et Darfeuille ; 23'28 Marie J ; 24'22 Crousle ass Coya ; 28'52 Marie A ; 32'07 Marie J ; 34'36 Bonnabosch ass Marzin et Darfeuille.
Pénalités à Montpellier : 16’
Pénalités à Marcy-Lyon : 12’



Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB