-
Le 07 March 2018 à 13:03 | mise à jour le 07 March 2018 à 13:20

De Marseille au Caire, le roller derby écrase le sexisme (13)


Deux fois par semaine, elles chaussent leurs patins, passent une jupette ou un short sur une paire de leggings, ajustent leur hidjab ou dénouent fièrement leurs cheveux : ainsi parées, les joueuses de l'équipe de roller derby du Caire, les Cairollers, sont des résistantes.

Ce mot n'est pas exagéré, dans une ville encore considérée en 2017 par la fondation Thomson-Reuters comme la "plus dangereuse pour les femmes". Dans la capitale égyptienne, elles sont harcelées quotidiennement dans la rue, les transports, traquées pour un vêtement, menacées pour une attitude ou un rire... Mardi, encore, une jeune vedette de la pop locale, Sherine Abdel Wahab, a été condamnée à six mois de prison pour avoir dénigré, en plaisantant... la qualité de l'eau du Nil ! L'an passé, l'avocat égyptien Nabih al-Wahsh, avait déclaré qu'une femme portant un jean troué méritait d'être agressée. "Les violer est un devoir national", ajoutait-il même, soulevant un tollé international.

Informations complémentaires : lire l'article de La Provence

Mis en ligne par :
Bénévole sur REL et Spotland depuis plusieurs année je pratique le roller depuis 2008 au Skate Club Lorrain d'Hettange-Grande. Ces dernières je me suis orienté vers la pratique de la longue distance et des courses en solo. Je gère Spotland et effectue quelques articles et news sur REL, un juste retour de ce que m'a apporté ce site.

Site Web Facebook


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB