-
Le 24 October 2014 à 09:10 | mise à jour le 24 October 2014 à 09:56

Mondial rink : confiante, la France souhaite rejetter toute pression inutile


Mondial rink : confiante, la France souhaite rejetter toute pression inutile


On savait les françaises sûres de leurs forces, nous les avons en effet retrouvé pleine de confiance lors de la conférence de presse organisée du côté du complexe Léo Lagrange de Tourcoing. De bonne augure à deux jours du début du championnat du monde féminin de Rink Hockey dont elles sont tenantes du titre ?

Exit la pression à domicile, Fabien Savreux, l'entraineur français voulait dédramatiser l'évènement. « Ce serait une erreur de se considérer comme les favoris, même à domicile. Disons que l'on vise le podium ». Voilà de quoi déplacer cette maudite pression chez ses adversaires. « Je n'ai pas de stress particulier, même si nous sommes tenants du titre. Pour moi l'Argentine et l'Espagne sont les favoris. Je nous place juste derrière. Mais c'est très serré ».

Même son de cloche chez Adeline Leborgne, sa capitaine depuis 2008, avec une nuance tout de même : les exigences françaises reviendront à partir des matchs à élimination directe. « Il est plus important de bien finir que de bien commencer »

Si tension il devait y avoir ce dimanche face aux USA, pour l'entrée en matière de nos françaises, elle sera avant tout émotionnelle. Leborgne, qui côtoie la sélection tricolore depuis qu'elle a 15 ans, disputera ici sa dernière compétition. Elle avoue que le contexte la touchera forcément, elle qui débuta le Rink au HCF Tourcoing, le club local. « Cela fait plaisir de revenir là où tout a commencé. Il y aura des visages familiers dans les gradins ». Un discours émouvant avant que la raison ne reprenne le dessus : « Je veux réussir mais je n'ai pas la responsabilité seule, nous sommes une équipe ! Nous sommes encore championnes du monde et nous allons tout faire pour que ça continue dans une semaine même si c'est plus compliqué de défendre un titre que de le gagner. Tout est possible. Rappelez-vous qu'au Brésil, nous avions perdu un match en poule avant de faire un sans-faute ». A Recife, la France s'était en effet inclinée face au Portugal avant de réaliser un sans-faute la menant au titre face à la Suisse, le Chili, la Colombie et enfin l'Espagne. Une belle série. Un exemple à suivre ?



Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB