-
Le 30 September 2013 à 16:09 | mise à jour le 24 October 2013 à 16:53

Elite : Rethel / Aubagne - 35 minutes les yeux dans les yeux


Elite : Rethel / Aubagne - 35 minutes les yeux dans les yeux


Après une saison 2012/2013 bien compliquée, les Diables de Rethel entament ce soir la nouvelle saison à domicile, après une promenade à Toulouse (11-1). Les regards sont crispés, celui du président, des joueurs et des spectateurs, qui garnissent copieusement la salle André Chausson.

Didier Lefèvre appelle les joueurs des deux équipes, en n’oubliant pas de ponctuer la montée sur le terrain du numéro 42, Patrik Sebek, entraineur-joueur, d’un « enfin » qui en dit long sur son impatience, suite à une homologation tardive de sa licence.

1ère période

Dès le début du match, les joueurs d’Aubagne semblent très concentrés et le niveau de patinage est très élevé. P. Sebek se présente à son nouveau public, passant en revue l’ensemble des Jokers d’Aubagne avant de servir idéalement J. Lefranc qui voit son tir repoussé par le poteau. Déjà dix minutes de passées et toujours 0 à 0, les Diables se heurtent à de valeureux promus. A force de presser, J. Thomas commet une faute, première situation de supériorité pour les visiteurs, la salle devient silencieuse au bord de l’inquiétante et surtout surprise par le niveau et l’envie affichée par Aubagne.
A peine revenu à 4 vs 4, Rethel ouvre la marque, une passe de B. Boitard étant déviée dans son propre but par un défenseur adverse ( 1-0, 13’54). La salle exulte mais une première tentative de B. Couraud, pousse les spectateurs à rester prudents et la deuxième bonne position pour ce même numéro 38 sera la bonne ( 1-1, 16’45). Après un échec de J. Thomas face à un G. Gontero très impressionnant, K. Gabillet redonne l’avantage à Rethel ( 2-1, 17ème). Une minute plus tard, M. Simo place un gros slap, dont il a le secret, qui finit dans la mitaine chaude du gardien visiteur. Aubagne résiste et après un contre de S. Wegel contrecarré irrégulièrement par C. Grégoire, les arbitres appliquent les nouvelles règles, c’est un tir de réparation (un pénalty). S. Wegel doit se faire justice lui-même ce qu’il ne parvient pas à faire et à 42 secondes de la sirène, P. Sebek profite d’une erreur de sortie de zone défensive pour rentre plus large l’avance des locaux à la pause ( 3-1, 24’18).

Malgré le score, les Rethélois font grises mines et les Jokers semblent ravis.

2ème période

Après une pause où les murs ont dû trembler dans les vestiaires locaux, le public s’attend à un réveil de ses préférés. Et bien non. Moins d’une minute après la reprise, Aubagne continue sur la même lancée, N. Sacchelli, trompe un T. Lefranc battu sur un shoot du revers ( 3-2, 25’52). Cinq minutes de jeu, G. Gontero n’a toujours pas touché le palet, ses coéquipiers font tourner la rondelle sans se précipiter. Les deux équipes se rendent coup pour coup. C. Grégoire écope de deux minutes, Aubagne en profite pour jouer le 5 vs 4 et sur un changement mal maîtrisé de Rethel, ils sont tout proche de profiter des errances du champion d’Europe, mais T. Kane sort le palet de l’aire de jeu. L’ambiance est pesante, mais à 3 vs 4, K. Gabillet bien servi par J. Thomas, permet à Rethel de souffler un peu ( 4-2, 8’14). Ce sera le tournant du match, les Jokers semblent fatigués et les Diables font enfin parler leurs expériences à trois reprises en trois minutes ( 5-2, 11’21, 6-2, 11’56, 7-2, 14’39), ce dernier but de L. Tran à la suite d’un coast tout coast, comme on dit au basket. La logique reprend ses droits, deux poteaux pour Rethel et un nouveau but suite à une bévue derrière la cage de G. Gontero dont profite L. Tran pour servir idéalement J. Lefranc ( 8-2, 19’17). La fin du match sera marquée par la pénalité de 5 minutes infligée à M. Simo suite à une bousculade sur N. Jame, celui-ci écopant pour la deuxième fois de 2 minutes. Le dernier but à 3 vs 3 de K. Gabillet restera anecdotique ( 9-2, 21’10). Malgré une fin de partie à 4 vs 3, Aubagne ne marquera plus.

Comme la plupart des spectateurs, je m’attendais à voir Rethel donner la leçon au promu Aubagne, le match fut une toute autre histoire, félicitations aux Jokers, les Diables, même inquiétés un temps, l’emportent largement.

Benoit Couraud, joueur des Jokers d’Aubagne  et buteur ce soir

« On a abordé le match en essayant de se faire plaisir car on n’a pas souvent l’occasion de jouer contre les meilleurs joueurs du monde. On a voulu jouer avec le palet, c’est difficile, on a essayé de le garder quand on l’avait, on savait que lorsqu’ils le récupéreraient on ne reverrait pas de sitôt. C’est aussi compliqué de jouer avec de la pression, chaque erreur on la paie « cash », mais ce soir on a tenu. On a commencé à faire des erreurs, on est une équipe de bas de tableau, jeune et sans expérience et avec la fatigue venant plus le talent en face, même si le score est un peu dur, la victoire de Rethel est logique. On est content d’avoir eu l’occasion de jouer contre les meilleurs joueurs du monde. »

Gilles Gontero, gardien des Jokers d’Aubagne

« On est venu ici avec l’envie de ne pas prendre une « rouste », on ne voulait pas subir, se mettre en carré et subir sans cesse. On veut toujours jouer, comme à Carpentier ( ndlr : Aubagne en N1 l’an dernier avait atteint le final four de la Coupe de France à la Halle Carpentier), cette fois cela a bien marché, on a réussi à tenir. Malgré les 5 minutes de passage à vide qui sont très durs à digérer. Lorsque l’on aura 50 minutes en Elite dans les jambes cela ira mieux. Ce match nous a fait beaucoup de bien. Notre prochain match à Toulouse sera notre première finale de l’année. Il ne faudra pas la rater, on est obligé de la gagner. On a un mini-championnat de bas de tableau à faire si on veut se sauver et on doit le remporter. »



Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB