-
Le 22 May 2013 à 21:05 | mise à jour le 23 May 2013 à 13:42

Ride de la Camargue Avril 2013


Ride de la Camargue Avril 2013


En attendant de fêter les 10 ans de la ride de la Vaunage Youb Solo a organisé en avril la ride de la Camargue (plus courte). Revenons sur cet évènement...

Le récit de Thierry Feutrier

Enfin du beau temps ! Il a encore neigé sur les sommets autour de chez moi et le message de Youb sur facebook est un détonateur : nous allons rouler. Et je ne suis pas le seul à apprécier cette perspective, Nico, Evinrude, Alexis et Isa des Krokos ; Loïc et Kat du Puy en Velay ; JP d’Eurocopter ; L’Or des Funny ; Youb et moi, inamovibles piliers de cette belle ride de la Vaunage.

Tous prenons le temps de goûter les premiers tours de roues, de regarder les fleurs sur les bas cotés ; nous prenons des nouvelles de chacun après ce trop long hiver sans nous voir. La température est idéale, la communion avec la nature inégalable, cette sensation de vitesse au milieu des champs, je ne connais aucun autre sport qui me procure cela. L’expression « avoir la banane » est faite pour nous, camaraderie, soutien, passion et bien-être.

Déjà nous dépassons le canal Rhône/Sète et filons sur la véloroute ; des chevaux, des taureaux, des pécheurs, nous contemplent avec stupeur et entendent les cascades de nos rires s’estomper au loin avant de réaliser notre passage. J’aime patiner en regardant le ciel se confondre avec la terre à l’horizon. Une continuité infinie dont je n’ai pas l’habitude et qui m’émerveille. Tout en roulant nous échangeons nos impressions du moment : nous sommes des explorateurs sur une autre planète et nous avançons vers l’inconnu ; je vois des cités dans les nuages, je suis ailleurs.

Bien sûr l’esprit de la ride est toujours là et nous nous taquinons avec Nico et les groupes de cyclistes, secouant nos muscles de leur torpeur hivernale. Ruban sans fin sous nos roues, plaisir ininterrompu dans nos cœurs, le temps n’existe plus et nous partageons en gourmet ses moments forts L’odeur de l’iode se fait plus présente, les flamants roses nous survolent en escadrille, le clocher des Saintes est un phare dans l’immensité des marais nous entourant.

Nous rejoignons MC, qui assure l’intendance, sur la plage, et nous dirigeons en flânant vers un restaurant. Tout le monde est heureux de cette pause revigorante, Youb est en forme plaisantant et jamais avare de bons mots ; JPP mange comme 4, mais où met il tout cela ; Evinrude à des crampes au bassin, apparemment le roller le stimule ; Ouh, déjà 15h ? Vite nous rechaussons et nous élançons vers l’ouest avec le soutien des dieux de la météo puisque le vent a tourné et nous entraine dans sa course. Le trafic routier s’est intensifié en ce Jeudi de l’ascension, certains conducteurs semblent manquer de tolérance, nous apostrophant aux carrefours, à quoi Isa, imperturbable, répond qu’elle n’entend pas leurs messages d’admiration et de soutien mais qu’elle les remercie. Nico a bouffé du taureau à midi et accélère, je comprends que je vais souffrir mes muscles ayant épuisé leurs faibles réserves et nous avons largué les autres. C’est moins sympa, bien que stimulant, et je décide au carrefour d’Aigues Mortes de retourner chercher mes compagnons de bonne fortune. L’Or serre les dents, courageux petit soldat, Kat roule de concert et JPP, souriant, ferme la route.
Nous empruntons un chemin buissonnier pour varier le plaisir de nos sens, grimpant vers le château d’eau, et restons ensemble pour additionner nos énergies. Déjà le bout de la route ? MC s’est égarée en chemin et nous patientons assis dans un fourgon, la pluie tombant finement depuis notre arrivée ; on me charrie plein pot sur le choix de ma blonde qui se fait espérer, puis les discussions deviennent techniques avec l’approche des 24h du Mans. Nous nous quittons un peu sonnés par la séparation après cette journée incroyable, comme à chaque fois.

Dis c’est quand qu’on roule Maître Youb ?

Les protagonistes de la ride de la Vaunage 2013



Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB