-
Le 16 June 2011 à 20:06 | mise à jour le 16 June 2011 à 20:29

Les Artzak condamnés à l’exploit



Battus 8-4 à Rethel lors de la finale aller, les Artzak d’Anglet n’ont plus d’autres alternatives que la réalisation d’un exploit que bien des gens pensent impossible. Samedi soir (20h30) se jouera le match retour de la finale de la Ligue Elite, le tout dernier match de la saison. Contre Rethel qui part avec quatre buts d’avance, Anglet ne devra rien calculer jouer le tout pour le tout.

A la mi-temps de ces deux matchs de finale, la donne est très simple. Rethel a pour le moment réalisé le coup parfait. Alors que les deux équipes étaient au coude à coude dans la première manche, les Ardennais ont profité de trois minutes d’absence de leurs adversaires pour faire un écart de quatre buts alors que le score était encore de 5-4 en leur faveur à cinq minutes de la fin du match. Ces trois minutes sont peut-être déjà le tournant décisif de cette saison car elles permettent à Rethel d’appréhender le match retour avec une relative sérénité.

Anglet est donc clairement condamné au miracle samedi soir.

« Je pense en effet que c’est le terme qui convient, reconnaît Olivier Dimet, l’entraîneur joueur des Basques. Nous avions la possibilité de maintenir un écart raisonnable à l’aller, mais j’ai fait des erreurs dans mes choix et j’en assume les conséquences. Désormais, il nous reste un match et on sait que Rethel a déjà une main sur le trophée de champion. Nous n’avons plus rien à perdre. »

Bien qu’une nette majorité de la famille du roller hockey français considère l’exploit tout simplement impossible, la famille Artzak, elle, y croît.

« Si nous n’y croyons pas, qui va le faire ? Et puis sinon, on ne joue pas le match et on donne tout de suite la coupe à Rethel », ironise Dimet. Le technicien basque se raccroche aux deux matchs de saison régulière, surtout le premier, qui ont vu Anglet battre Rethel 10-3 et 3-2. Deux victoires, dont la toute première de l’histoire à Rethel, qui permettent au camp angloy d’espérer.

« Nous avons la capacité technique et physique de réaliser ce qui serait probablement le plus grand exploit de l’histoire de notre club. C’est psychologiquement qu’il faudra être prêt. Je ne veux même pas dire que nous ne devrons pas faire d’erreur, rester disciplinés et appliqués, ça tombe sous le sens et mes joueurs le savent très bien. Et je ne veux pas non plus que le vestiaire soit sous le coup de la pression, car cette pression, j’estime qu’elle est sur les épaules de Rethel qui peut tout perdre samedi soir. Nous, à l’heure actuelle, le trophée, nous l’avons déjà perdu. Il nous reste une chance infime d’inverser la tendance. Ça serait un formidable exploit pour nous mais ça serait aussi une déconvenue terrible pour Rethel. »

L’expérience rethéloise doit faire craindre à Anglet une capacité de leur adversaire à savoir négocier une avance de quatre buts, mais dans le même temps, les Diables auront possiblement des difficultés à savoir sur quel pied danser. Gérer l’avance ou bien chercher à enfoncer le clou au risque de se découvrir ? Voilà le dilemme que devra résoudre le camp ardennais avant samedi soir.

« Je ne vais pas aller jusqu’à dire que je préfère être à ma place qu’à la leur, mais il est vrai que la façon dont ils vont aborder ce match sera très importante. Mais encore une fois, nous, nous n’avons aucune question à nous poser. »

Le club angloy profitera de ce tout dernier match de la saison pour honorer les jeunes finalistes des différentes équipes Jeunesse ainsi que son équipe féminine qui seront présentées au public. La rencontre sera retransmise en direct et en intégralité sur Artzak TV avec une prise d’antenne exceptionnelle à 20h.



Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB