-
Le 11 March 2011 à 11:51 | mise à jour le 11 March 2011 à 10:56

Anglet n'a qu'une idée en tête


Anglet n'a qu'une idée en tête


Les Artzak quittent pour un week-end leur statut de leader de la Ligue Elite pour se retrouver au pied de l'un des objectifs de leur saison. En recevant Caen pour le compte des demi-finales de la coupe de France, les joueurs du président Chazalon n'auront aucun droit à l'erreur afin d'espérer se qualifier pour la finale.
La saison dernière, les Angloys s'étaient arrêtés à ce stade de la compétition, aux portes de la finale. Face à eux, ils avaient trouvé le futur vainqueur de l'épreuve, Rethel. Et même si quelques semaines plus tard, Anglet avait enlevé son tout premier titre de champion de France, la défaite 7-2 dans les Ardennes était resté en travers de la gorge des joueurs d'Olivier Dimet.
Cette année, la faveur du tirage au sort établi en janvier a permis aux Basques de recevoir. Un atout indéniable.

« A ce stade de la compétition et vu les blessés que nous avons en ce moment, s'est très important de pouvoir jouer chez nous, soutient l'entraîneur joueur des Artzak. Déjà au niveau financier, on fait l'économie d'un déplacement, mais surtout, on s'évite de la fatigue. Avant d'aller jouer à Rethel et à Amiens, c'est une donnée importante. »

Face à eux, les champions de France auront à composer avec une formation de Caen qui ces derniers temps souffle le chaud et le froid. Les Conquérants traversent une période délicate et s'attendent à une opposition rigoureuse.
« On ne peut faire que quelque chose d'énorme sur ce match, avoue Gérôme Guérin, le capitaine caennais. Si on perd, c'est logique. Anglet ne peut pas se permettre un nouvel échec à domicile après celui de la finale européenne. Nous on a rien à perdre, on vient sans aucune pression. L'avantage, c'est que contre Anglet, on retrouve notre statut d'outsider, et ça c'est bien. (*) »

Anglet ne doit donc surtout pas se tromper, Caen vient sur la pointe des pieds, mais avec la ferme intention de bousculer l'ordre établi.
« On ferait une erreur en se disant que parce que Caen est moins bien en ce moment, ça va être facile, affirme Jeff Ladonne, l'arrière international basque. C'est tout le contraire. Ils vont venir sans pression et avec l'envie de relancer leur saison. On ne doit rien faire pour les y aider. »

Pour se faire une place en finale (à Grenoble le 16 avril prochain), les Artzak devront se garder du moindre complexe de supériorité. Ce que l'entraîneur joueur basque n'a pas manqué de rappeler.
« Caen prouve depuis plusieurs saison que c'est une bonne équipe, explique Olivier Dimet. On le dit souvent, mais sur un match, tout peut arriver, et ils le savent très bien. Alors nous sommes favoris, c'est vrai, mais ça ne nous donne pas le gain du match. Il faudra être conscient que cette coupe de France est un objectif réel à ne pas prendre à la rigolade. »

L'autre demi-finale opposera Rethel déjà qualifié à Villeneuve ou Grenoble. Ce quart de finale se joue ce week-end. La date de la seconde demi-finale n'est pas encore déterminée.

(*) propos issus du site RHAF.info



Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB