-
Le 27 August 2006 à 00:00 | mise à jour le 27 February 2015 à 18:45

Bilan de la Coupe du Monde de roller Soccer 2006 : les français champions du monde !

Bilan de la Coupe du Monde de roller Soccer 2006 : les français champions du monde !

La Coupe du Monde de Roller-Soccer 2006 s'est déroulée en Allemagne à Nuremberg. La France alignait deux équipes lors de cette édition : Paris et Marseille. La symbolique est forte... d’autant plus quand on sait que les deux formations se sont affrontées lors de la finale de l’événement…

Article par 

Coupe du Monde de Roller-Soccer, finale 100% française

Les équipes

Coupe du monde de roller soccer 2006

Le plateau se composait de 11 équipes venues de :

  • Bavière (Allemagne),
  • Gottingen (Allemagne, Champion en titre)
  • Brême (équipe composée de joueurs du reste du monde)
  • U.S.A (équipe du créateur Zack Philips)
  • Norvège
  • Autriche
  • Angleterre (Rouge)
  • Angleterre (Blanc)
  • Pays-Bas
  • France (Marseille)
  • France (Paris)…

L’équipe parisienne qui a remporté la finale se composait de Johan Chauliaguet (Jo), Gregoire Pinto (Greg), Timothé Pinto (Timo), Jean-Marie Blaise (J.M.), Guillaume Guilbert (Becks), David Grunwald (Dav), Benoît Serveau (Ben), Sébastien Lafargue (Seb). Au poste d’entraîneur, on retrouvait Jean-Emmanuel Chapartegui (J.E.). C’est Claire Léonard (Planet Roller) qui était en charge de l’organisation. 

Déroulement

Coupe du Monde de roller soccer 2006

Les matches comportaient deux mi-temps de dix minutes et quatre minutes de prolongations ainsi que le tir aux buts. Pour les finales, les équipes s’affrontaient durant deux fois douze minutes.

Les Poules

  • A : Bavière, Pays Bas, Angleterre (Blanc), France (Paris)
  • B : Allemagne (Gottingen), France (Marseille), Autriche, Angleterre (Rouge)
  • C : U.S.A, Norvège, Allemagne (Brême) 

Les 2 premiers de chaque poule étaient automatiquement qualifiés pour les quarts de finale et les 2 meilleurs troisièmes sont repêchés.

L’aventure de l’équipe parisienne par J.E.

Nous sommes partis vendredi 11 août à 9h00 du matin de place d’Italie dans 2 voitures : Seb, Johan, Greg et Moi dans une première, Guillaume, Ben, Claire et  David dans une seconde. Timo et J.M. quant à eux, ont pris l’avion.
Nous sommes arrivés à Nuremberg aux alentours de 19h00. Nous avons fait la session d’entraînement avec tout le monde. J’ai découvert pour la première fois la superbe salle du Nuremberg, avec son sol si glissant. Nous avons fait la connaissance de l’équipe de Marseille, puis de celle de Norvège. Tout de suite, j’ai senti que l’état d’esprit était excellent ici. J’ai pu rencontrer Zack, le créateur du roller-soccer et Christian, l’organisateur de l’événement. Je me suis aperçu que tout le monde allait dans le même sens. En effet, ce sport n’est pas connu. Personne ici ne cherche la gloire. Pourtant, certains l’ont en individuel et sont de très bons riders mais aucun n’avait cet état d’esprit. Nous étions juste heureux de nous voir pour disputer cette compétition qui est peut-être assez méconnue, mais qui a pour nous une saveur incroyable. Je sentais l’excitation chez tous les participants, parfois trop hélas…

Coupe du Monde de roller soccer 2006

Johan, notre gardien titulaire, a envoyé un ballon au-delà d’une grille. Je lui ai dit d’aller le chercher. Je m’en veux encore. Il s’est ouvert profondément la main en montant sur la grille. L’entaille dans la paume était forte et la déception immense. Pour lui, c’était la fin de la Coupe du Monde, ses chances de rejouer étaient presque nulles. Christian Graf, l’organisateur de la coupe du Monde, Claire et Benoît (volontaire à la Croix Rouge) ont accompagné  Johan à l’hôpital pendant que le reste de l’équipe allait tenter de rejoindre nos hôtels. Nous avons mis près de deux heures à les trouver. Nous craignions que Johan ait le nerf de la main sectionné, ce qui aurait impliqué une opération.

Tous nos espoirs au goal reposaient maintenant sur Benoît, et pour être honnête, personne n’y croyait beaucoup. En effet, à l’entraînement, il ne nous paraissait pas très à l’aise. J’ai fait tout ce que je pouvais pour le mettre bien en condition afin qu’il fasse la Coupe du Monde de sa vie. Les hôtels trouvés, et le repas ingurgité, nous avons croisé les marseillais qui avaient l’air très en forme.

Samedi matin : premier match contre l’Angleterre

Le samedi matin, nous nous apprêtions à disputer notre premier match de poule contre les anglais à 11h35. Johan rentrait de l’hôpital avec plus de peur que de mal. Nous étions tous rassurés mais déçus pour lui car il ne pourrait pas rentrer sur le terrain avant le lendemain et encore ce n’était pas sûr.
Coupe du Monde de roller soccer 2006Pour le premier match, J.M. a ouvert la marque rapidement. Puis, nous avons été dominé. Mais la défense resta plus forte avec notamment des arrêts décisifs de Ben. Je pense que la motivation devait être encore plus forte pour lui étant donné qu’il a passé la soirée avec Johan à l’hôpital. A la fin du match, Becks (Guillaume) détruisait définitivement les espoirs anglais en inscrivant un second but.

Le match contre la Bavière

Notre première victoire en poche nous nous apprêtions à jouer contre les organisateurs : la Bavière. Nous étions plein de confiance. Notre appréhension avait fortement diminuée : nous étions bien rentrés dans la compétition.
Le match démarra par un but de Seb d’entrée de jeu, mais nous nous fîmes surprendre à 1 minute de la fin assez bêtement. Ce match nous a servi de leçon afin de ne pas commettre la même erreur une seconde fois.

Dernier affrontement du groupe : la Hollande

A l’approche du dernier match de groupe contre la Hollande, J.M. est venu me voir et m’a dit qu’il n’était pas assez efficace. Je lui ai simplement dit de tirer de plus loin pour avoir plus d’angle… Il a retrouvé la confiance qui lui a manqué en début de compétition. Il nous a inscrit un quadruplé pour une victoire 4-0 avec en prime le but le plus rapide de la compétition en 8 secondes où il s’est offert la défense hollandaise à lui tout seul !

Coupe du Monde de roller soccer 2006Quarts de finale contre la Norvège
Nous étions en ¼ de finale et le score de 1-0 de la Bavière contre les Anglais nous offrait la première place du groupe. Même si nous étions les moins bons premiers nous l’étions et nous allions jouer la Norvège en quart.
Je m’apprêtais à tout remballer pour aller me reposer avec l’équipe quand Christian Graf nous a dit que le match se déroulerait ce soir. Ce fut dur de se concentrer. Nous nous sommes tous rhabillés en quelques minutes pour disputer notre match contre l’équipe la plus fair-play de ce tournoi : la Norvège.
La Norvège est un potentiel favori. Malgré un début poussif, J.M. puis Guillaume nous assuraient notre participation. L’entrée de Johan s’est faite en fin de match. Il a pu participer à la compétition dès le samedi finalement.
Après cette victoire 2 à 0, nous sommes allés dans un pub allemand avec les autres équipes même si Becks, Dav, Jo, J.M. et moi sommes partis au Burger King. Nous sommes rentrés finalement à l’hôtel vers 22h00 alors que Greg, Seb et surtout Jo sont un peu sortis.
Avec Becks dans la chambre, c’était impossible de dormir. Nous nous faisions tous les scénarios dans la tête. Nous n’avions pas forcement l’habitude de vivre ce genre d’événement. Personnellement j’étais épaté par le comportement de tout le monde, que ce soit les remplaçants ou les autres. Je me disais que j’avais intérêt à être bien moi aussi.

Dimanche : matches décisifs

Le lendemain après une nuit difficile, nous sommes partis au stade vers 10h00 pour voir les marseillais se qualifier aisément en demi finale. Maintenant il nous restait l’obstacle américain avant une probable finale franco-française, mais quel obstacle !
Je pense que les américains avaient été impressionnés par les français, que ce soit Paris ou Marseille. Je crois qu’ils n’étaient pas heureux de jouer contre nous. Ils m’ont beaucoup questionné, beaucoup félicité, mais je ne disais que peu de choses. Je savais qu’ils mourraient d’envie d’aller en finale et de gagner leur coupe du Monde.
Coupe du Monde de roller soccer 2006Vers 12h30, le match démarra avec un but américain au bout de 3 minutes, mais franchement j’ai été surpris par notre équipe. Cueillis à froid, nous avons réussi à renverser la tendance avec un exploit offensif de Seb, mais surtout grâce à une défense hors norme face aux attaques américaines incessantes. Nous avons tout donné et les 2 fois 10 minutes et la prolongations n’ont pas suffit pour nous départager. Nous allions connaître notre première séance de tir au but.

Séance de tir au but

J.M. était passé au goal car il prenait plus de place que Ben dans les buts. Les américains débutèrent par un échec alors que Becks transformait le premier but de cette séance de 4 penalties : 1-0 après 1 tir. Les américains égalisèrent mais Seb déjà décisif pendant le match nous a redonné l’avantage : 2-1 après 2 tirs. Après l’échec américain, Jo pouvait nous qualifier en finale mais hélas son tir ne fut pas cadré, statut quo après le troisième tir. Avant le quatrième et dernier tir je dis à J.M. que s’il arrête la frappe américaine nous sommes en finale… chose faite, c’est l’explosion de joie ! Nous sommes en finale et les marseillais aussi après avoir écrasé Gottingen en demie 4-0.
La finale de rêve allait bien avoir lieu : Paris – Marseille. Quoiqu’il arrive les français seront champions du monde de Roller-Soccer. Claire, Manu, et Magali qui étaient plus partagés que nous quant à l’issue finale. Ils étaient déjà enchantés par tout cela. Il ne faut pas oublier que nous avions été dernier l’an passé !

Une finale symbolique : Paris-Marseille

Notre finale se déroulait à 16h00 et nous étions tous prêts. Mes quelques consignes n’avaient plus vraiment d’importance dans ce genre de match, on donne tout. Le seul point sur lequel je ne m’étais pas trompé c’est sur le rôle crucial des remplaçants : Timo, Dav, et Jo.

Nous avions convenus avec les marseillais de chanter la Marseillaise ensemble et je pense que ça en a marqué plus d’un, franchement c’était beau et à la fois triste. C’était beau car peu importe la rivalité qu’il y a avec Marseille dans le foot ou ailleurs. Ici, nous respections et apprécions cette équipe. Ils sont très bon. C’est une bande de potes qui se fait plaisir et qui donne beaucoup sur le terrain ou en dehors. En revanche, c’était triste car beaucoup auraient aimé que les deux équipes gagnent.

Le match débute avec une pression sans précédent de Marseille. Nous étions cloués devant notre but. Honnêtement, j’étais impressionné par cette défense. Ben fit un arrêt décisif mais se fit couper la respiration. C’était à Jo de rentrer au goal. Timo et David ont permis aux autres de se reposer et de se motiver pendant qu’ils assuraient eux aussi un travail défensif énorme. Greg et Seb, en vrais patrons de la défense, ont tout fait pour que nous décrochions une prolongation à 0-0. Je ne parle même pas de la performance de Jo, blessé, qui a su suppléer le meilleur gardien de la compétition comme s'il était sur le terrain depuis la première seconde du tournoi.

Prolongations

Coupe du Monde de roller soccer 2006

En prolongation c’était encore plus chaud. Mais à 40 secondes de la fin, nous arrivions à dégager la balle. Je me disais que ça se jouerait à nouveau aux penalties. Avec le peu de voix qu’il me restait, je boostais Becks pour qu’il aille presser et récupérer la balle. Il y est arrivé et dans un angle assez étrange il fit une frappe presque hasardeuse qui toucha la transversale.... en retombant je vis le ballon toucher les filets. Au vue de cette finale, notre victoire n’était pas méritée car les marseillais étaient meilleurs que nous. Nous le reconnaissons tous. Nous sommes allés chercher au bout de nous cette victoire à 27 secondes de la fin de la prolongation...  C’était de l’euphorie partout dans notre camp. La tristesse se lisait chez les marseillai,s pourtant pas déméritants. Le reste se passe de commentaires et la pudeur m’empêche de raconter les détails de notre joie intense…

Peu importe si nous étions champions du Monde d’un sport encore méconnu. Nous avons tous vécu quelque chose de fort. Nous sommes fiers et heureux. Nous allons organiser la coupe du monde en 2007 avec la ferveur qui nous a permis de la gagner en 2006.

Bravo à tous les joueurs et organisateurs pour ce moment fabuleux et surtout un grand coup de chapeau aux marseillais et Hugo, meilleur joueur de la compétition, ce qui est totalement mérité. Maintenant : vivement 2007….

Liens utiles

Site officiel de la Fédération Internationale de Roller Soccer
Site français du roller Soccer
Le roller soccer

WORLD CUP Final : Marseille-Paris, 2006 (1) - YouTube

WORLD CUP Final : Marseille-Paris, 2006 (2) - YouTube

Rollersoccer World Cup : Marseille-England, 2006 - YouTube

 

Texte : J.E
Photos : J.E. & droits réservés
Mis en ligne  le 27 August 2006 - Lu 5694 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB