-
Le 29 December 2011 à 21:28 | mise à jour le 03 February 2012 à 17:43

Fabrique-moi un skatepark modulaire !

Fabrique-moi un skatepark modulaire !

On compte environ 3000 skateparks en France. Si depuis quelques années, les skate parcs en béton connaissent un succès grandissant, les équipements modulaires constituent encore la majorité des spots. Nous avons rencontré la société 3R Skateparks pour en savoir plus sur leur fabrications...

Article par 

Article du 31 mai 2006 remis à jour

De l'idée à la pose... rencontre avec Christian Richez

La mise en place d'un skatepark ne se limite pas à un simple achat comme on pourrait le faire pour son pain à la boulangerie. Pourtant, de nombreuses villes commettent encore l'erreur de s'équiper sans consulter les principaux concernés : les pratiquants de roller, skateboard, BMX ou trottinettes. Un long travail en amont est nécessaire pour proposer un équipement qui répondra le mieux aux besoins de chacun.

Une fois le type d'équipement déterminé, vient l'heure des appels à la concurrence parmi les fabricants. Mais comment sont fabriqués les modules ? Christian Richez nous détaille les principales étapes de la conception et de la pose d'un skatepark.

Bonjour Christian, comment se passe la rencontre avec les acteurs locaux ?

Christian Richez : En général, les mairies ou les jeunes nous contactent, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un agent commercial.
Il peut aussi arriver que nous allions à leur rencontre afin de bien définir quelles sont leurs demandes et leurs besoins.

1) Soit la mairie fait une consultation d'entreprises

Il faut avoir au moins trois devis pour pouvoir comparer (ceci est valable jusqu'à un projet de 90.000 Euros H.T.)

2) Soit elle lance un appel d'offres.

C'est ce qui se fait le plus couramment. Ce procédé est donc plus contraignant car ce n'est pas qu'un simple devis que l'entreprise retourne à la ville mais tout un dossier administratif.

Par ailleurs une consultation est souvent signée par le maire ou la personne qui a suivi le dossier alors que l'appel d'offre est signé par le maire mais seulement après le choix du bureau des marchés. Or, ce dernier ne regarde souvent que les prix et ne tient pas toujours compte de la qualité, de la finition et du confort pour les pratiquants.

Une consultation est rapide et simple pour tout le monde. En général, le produit correspond mieux au choix final des jeunes.

Un appel d'offres engendre des lourdeurs administratives qui, en plus, aboutissent sur l'achat d'un prix sans tenir compte de tout le travail de ceux qui ont mené le projet.



Quelles sont les étapes de la mise en place d'un skate park ?

Christian Richez : On peut distinguer une douzaine d'étapes successives avant d'arriver à la pose du skate park. Nous allons les détailler une par une.

1) On sort nos plans de modules avec les listings de découpe

Ce plan détaille les pièces que l'on doit découper. On y précise également le débit. La plupart des modules sont d'abord conçus sur les logiciels de Conception Assistée par Ordinateur. Il peut arriver que les clients nous demandent des formes particulières. Nous étudions donc la faisabilité et nous leur proposons des solutions. On commence toujours par les tubes.

2) Découpe des tubes

Vient ensuite la découpe des tubes qui se fait à la scie aluminium. Ils seront utilisés pour former la structure des différents modules.

3) Remplissage des tubes

Nous remplissons ensuite les tubes de sable afin des les insonoriser. Ce procédé nous permet de considérablement atténuer le bruit fait lors de l'utilisation des modules.
Ils sont ensuite rebouchés avec de la laine de verre. Résultat : un bruit quasi-nul !

4) La création de l'ossature

L'étape suivante consiste à créer la structure du module à proprement parler. Viennent alors les soudures des éléments. Nous concevons la forme du module : les plans inclinés, les courbes...

5) Les joints phoniques

Chaque élément du module est séparé par des joints phoniques que l'on ajoute avant de positionner les tôles sur l'ossature. Là encore, nous réduisons considérablement les nuisances sonores.

6) Installation de la surface de roulements

On fixe ensuite les surfaces de roulement sur l'ossature.
Elles ont été préalablement découpées sur une immense machine qui permet d'avoir un bien plus gros débit. Auparavant, nous les découpions à la main, cela prenait des heures ! Maintenant, en une dizaine de minutes, nous pouvons découper plusieurs plaques d'aluminium ! Après la découpe, les plaques sont envoyées vers une autre machine qui nous permet de leur donner le rayon de courbure désiré.

7) Finition de la surface

Lors de la fabrication, nous avons posé des pointages pour solidifier l'ensemble le temps de la fabrication. Nous les enlevons.

On rabote ensuite les angles pour obtenir des angles d'attaques jusqu'à 3 mm afin d'épouser au mieux le sol. On finit le travail en ponçant les soudures...

8) Le sablage

Ensuite, le module est envoyé dehors, au sablage. C'est ce procédé qui donne le grain si caractéristique des modules. Nous sous-traitons cette étape. Un compresseur de chantier est utilisé pour envoyer du sable sous pression sur la surface. On doit ensuite re-détendre un peu les attaques car le compresseur à sable crée un choc thermique qui déforme la surface de roulage.

9) Le logo

La dernière opération consiste à appliquer notre logo 3R sur le module qui est maintenant prêt à partir !

10) Le transport

Les différents modules qui composent le park sont chargés dans une semi-remorque. Ils sont expédiés vers le lieu de pose soit complets, soit en pièces détachées s'il sont trop volumineux.

11) La pose

Le module est enfin réassemblé sur son lieu de pose. Il est nécessaire de le fixer au sol : on met le tire-fond pour des raisons de sécurité. On injecte un scellement chimique et le module est fixé au sol.

12) Administratif

On envoie ensuite aux villes un certificat de conformité. L'équipement sportif est aux normes. Les villes sont couvertes. C'est une obligation des constructeurs envers les municipalités. On doit aussi souvent fournir un plan de masse qui consiste à positionner les modules sur l'aire en indiquant les cotes des modules, leur espacement. Cela correspond à l'emplacement des modules. Voilà !

13) Il ne reste plus qu'à rider le park, on ne l'a pas posé pour faire joli !

Liens utiles

Voici quelques liens vers d'autres articles de rollerenligne.com et vers le site du fabricant que nous avons interviewé.

3rskateparks.com
Description des modules d'un skatepark
Gestion et animation d'un skatepark
Le roller dans la ville : entre rejet et tolérance
Shanghai : le plus grand skatepark du monde

Texte : Alfathor
Photos : Alfathor
Merci à Christian Richez
et 3R Skateparks 
Mis en ligne  le 29 December 2011 - Lu 19551 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB