-
Le 05 May 2006 à 00:00 | mise à jour le 29 January 2012 à 18:08

Test du K2 Fatty Paris

Test du K2 Fatty Paris

Le K2 Fatty Paris est un produit freeride 100% dédié au marché français. Il est né de la collaboration du shop parisien Ootini avec la firme K2. Dans les magasins spécialisés, de nombreux riders équipaient la boot du légendaire K2 Fatty sur la platine du K2 Soulslide. Dorénavant, le montage est fait de série en usine ! Voyons ce que ce "custom" a dans le ventre...

Mis en ligne par 

Une coque street sur une platine freeride

Ce produit ne figure pas au catalogue 2006 de K2, puisqu'il est uniquement conçu pour le marché français. Le k2 Paris répond donc plutôt bien aux attentes du free ride.

Description et usage

Le K2 Fatty Paris se destine à un usage freeride. Il se compose d'une Boot Fatty pro initialement dédiée au street et de la platine K2 Soulslide U.F.S. en aluminium extrudé 7000. Ses roues de grand diamètre sont adaptées pour les déplacements rapides et sa coque street permet de rentrer quelques bons tricks. Bref, il se présente comme un compromis entre les déplacements rapides en ville et l’agressif. Côté esthétique, les teintes, grises et noires correspondent bien aux tendances urbaines actuelles et au style de pratique du patin. Mais sur le terrain quand est-il vraiment ?

La chaussure : "Fatty" une base réputée

Le Fatty Paris se montre souple dès le départ. La boot est réputée pour s’assouplir vite… peut-être un peu trop d’ailleurs pour permettre un contrôle du patin très précis et une bonne restitution de la poussée. Après quelques gaps et autres figures on sent déjà que la cheville est moins maintenue.
Côté maintien donc, la cheville reste un peu trop lâche à cause de la souplesse du spoiler. Le strap comme les lacets permettent pourtant de rester assez bien calé au fond du patin et d'être relativement précis en poussée. Le confort s'améliore rapidement avec le temps pour devenir impeccable. Il faut juste attendre qu’il se fasse. Cela peut quand même prendre quelques semaines. Mis à part quelques points de pression les premiers temps, le confort de la soft-boot sera très appréciable. Progressivement, la chaussure épouse la forme du pied. Le maintien s’en trouve donc amélioré au fur et à mesure de l'usage, notamment au niveau du talon. On s’y sent finalement comme dans un chausson. La semelle intérieure molle complète bien l'ensemble.
Le serrage présente quelques inconvénients : Les lacets, tout d’abord, sont trop longs par rapport au nombre d’oeillets. On se retrouve donc vite encombré. Cependant il serre bien le haut du pied. Si le strap ne vous semble pas utile, vous pourrez toujours l’enlever en démontant le spoiler.

Dès le départ, la boucle serre assez peu la cheville. A force de se prendre des chocs, elle finira par ne plus se fermer ou à s’ouvrir durant les slides ou autres figures en appui sur le spoiler.
Globalement, le chaussant reste bon. Il met du temps à se faire, mais on est à l’aise dans ce patin dès les première heures de ride.

Le Train roulant : place au SoulSlide

La platine Soul U.F.S. en aluminium extrudé 7000 est très haute et très rigide. Elle mesure 247mm, comme les platines F.S.K. de Salomon. Elle n’est pas trop longue, et ne dépasse pas ni sur l’avant ni l’arrière du patin. Cela lui confère une bonne réactivité et une facilité de prise en main très appréciable. Elle est assez résistante au choc et sera donc bien adaptée à la pratique du freeride. On pourra même faire un peu de slalom tant sa réactivité est excellente.
La soul plate glisse plutôt bien. Il en est de même pour la royal plate. Cependant, les tricks sont assez durs à passer, même si la souplesse des patins peut permettre de faire ce genre de grind. Il sont quand même assez rarement exécutés en freeride.
La boot est bien adaptée pour les cess slide, elle résiste à l’outrage du temps. La platine permet, dès lors, de s’en donner à coeur joie.

Des roues un peu fragiles

Les roues utilisés mesurent 80 mm pour une dureté de 82A. Elles ne sont pas estampillées au nom d'une grande marque. Ce sont les mêmes que sur les modèles Soulslide et Soul7 de K2. On regrettera leur grande fragilité : nous avons cru dénoyauter par moments. De plus, elles restent trop tendres pour la pratique du freeride. Côté usure, le polyuréthane s’use vite, surtout en cess-slide. Cette "dureté", est, en revanche mieux adaptée pour les réceptions de gap. Elles procurent un bon amorti. On regrettera donc surtout que ces roues supportent vraiment très mal toutes les glissades.
Les roulements proposés par K2 sont des A.B.E.C. 7 de la firme. Ils résistent bien aux chocs et roulent, sans trop se gripper malgré les enchaînements de slides. Cependant, ils supportent très mal l’eau même s'il n'y sont que très faiblement exposés.

Un point faible : les axes !

La première chose qui nous a choqué concernant les axes est leur placement sur la platine droite : Les têtes sont placées du côté droit et les pas de vis à gauche. Du coup, c’est l’inverse pour le patin gauche où les têtes de vis sont à l’intérieur. Donc si vous êtes est droitiers, les têtes de vis morfleront à fond en soul ou en top. De plus, K2 a opté pour un diamètre de 6 mm alors que le patin est tourné vers une discipline plutôt rude pour les axes. Du 8mm aurait été plus adapté.
Le train roulant se montre donc très pratique pour le free ride : réactif et résistant. Nous avons été agréablement surpris par les possibilité qu’offre le patin à l’usage.

Conclusion

Souple et réactif, il offre un bon contrôle. En gap ou en slide on apprécie le confort et la glisse de ce patin qui se révèle performant dès les premières heures.
Cependant on regrettera que les roues ne suivent pas le rythme. D'autre part, le patin gagne trop en souplesse avec le temps. Les axes quant à eux sont aussi fragiles. Enfin, la boucle, après quelques chocs, ne tient plus du tout ou s’ouvre tout le temps. Enfin, il nous semble que ce produit est proposé à un prix un peu élevé pour un concept déjà réchauffé : une boot de street sur une platine de free ride. C’est du déjà vu !
Pour résumer, nous avons été séduits par le concept et nous nous sommes fait plaisir à l'usage tant le patin reste agréable à rider, mais nous avons été déçu par la finition globale. Pour 249 Euros, on aurait voulu quelques innovations ou tout du moins de meilleures finitions. Un avantage cependant : le patin peut être repassé en mode "street" à tout moment, vu qu'il dispose de l'U.F.S.
Ce patin reste un bon produit pour s’en donner à coeur joie au travers du mobilier urbain mais face aux modèles d’autres marques, il ne propose rien de très révolutionnaire pour son prix, qui le propulse pourtant parmi les produits dans la moyenne haute de la discipline.
Il faut préciser que c’est l’une des première fois qu’une marque a écouté les riders pour développer un patin qui leur convienne à peu près. La boot de street est montée directement en usine sur un platine free ride, donc plus besoin de faire le montage seul chez soi.

Les points forts et à les points à améliorer

Les plus

+ Souplesse
+ Légèreté
+ Confort du chausson de street
+ Qualité de glisse


Les moins

- les roues trop fragiles
- Boucle capricieuse
- Axes fragiles et mal placés sur la platine droite

Notes

Souplesse07/10
Maintien07/10
Serrage05/10
Confort08/10
Châssis / Platine08/10
Roulements06/10
Roues04/10
Axes et visserie05/10
Finition08/10
Rapport qualité/prix 06/10
 

NOTE FINALE :

83%

Fiche technique

Nom : Fatty Paris
Marque : K2
Coque : Fatty Pro
Tige / Chausson : Souple / Dur
Châssis : Soulslide - Aluminium 7000 extrudé 247 mm
Roues : 80 mm 82 A
Roulements : ABEC 7
Serrage : Boucle, lacet, strap
Entretoises : Aluminium
Pointure : Du 40 au 46
Amorti : Semelle intérieure
Prix : 249 Euros
Commentaires / usage conseillé : Freeride
Produits concurrents : Gamme Salomon F.S.K, Twister Rollerblade, Gamme Cell Powerslide...

Galerie photos


Le K2 Soulslide

Liens utiles

Test : Rollerblade Fusion X5 (2010)
Test : Roller freeride K2 Il Capo (2010)
Test : Powerslide Metro (2010)
Test du patin freeride Seba FR1 (2008)
Test du patin freeride Seba FR1 (2006)
Test du Tecnica Freeride (2001)

Test : Bobor
Merci à Ootini pour le prêt du patin
Mis en ligne  le 05 May 2006 - Lu 21197 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB