-
Le 25 April 2006 à 00:00 | mise à jour le 04 March 2015 à 22:13

Bilan de la World Inline Cup et de la French Inline Cup du Val d'Europe 2006

Bilan de la World Inline Cup et de la French Inline Cup du Val d'Europe 2006

Après bien des rebondissements, la seconde étape de la World Inline Cup et de la French Inline Cup s'est bien déroulée non loin de Disneyland Resort Paris, sur un circuit plat et rapide. Le marathon masculin a été remporté de façon assez inattendue par l'australien Daniel Flinster (Team World Inline Center). Chez les femmes, Nathalie Barbotin (MMC Micro Salomon) monte sur la première marche grâce à une échappée gagnante. Bilan des courses du week-end...

Mis en ligne par 

On a pas vu de Mickey...

Organiser une épreuve digne de ce nom en région parisienne relève du parcours du combattant. Quelques années auparavant, le Marathon du Val d'Oise a relevé le défi de partir de la capitale en direction de Roissy. A l'époque, la sécurité n'était pas toujours optimale mais la course a eu le mérite d'exister et de montrer le roller.

En 2005, les organisateurs ont dû faire face à des difficultés importantes durant le déroulement de leur événement. Pourtant, tous les patineurs souhaitent un marathon à Paris, mais l'événement n'est pas des plus aisées à mettre en place.

En 2006, on peut dire que la nouvelle équipe d'organisation, s'appuyant notamment sur l'expérience d'AM Sport (organisateur de l'épreuve de Dijon) a bien relevé le défi. La malédiction parisienne est donc belle et bien rompue. Le choix d'une course sur circuit fermé a favorisé un meilleur contrôle des événements. Le cahier des charges du géant américain semble avoir été des plus draconniens.

Tout n'a pourtant pas été de tout repos. Après de nombreux changements de distances et de tracés, la seconde étape de la World Inline Cup et de la French Inline Cup se sont finalement tenues dans l'enceinte du parc Disney. Le village a été installé non loin des parkings. Le tracé, 800m plus loin s'étalait sur une boucle de 3,7 km que les open on parcouru 6 fois et les élites 11 fois.

La course féminine par Nathalie Barbotin

"Le marathon a été animé par de nombreuses attaques, pour mon plus grand plaisir. J'apprécie vraiment ce genre de courses où les patineuses "font" la course . Les attaques avaient surtout lieu sur la partie la plus difficile, avec les virages et le revêtement moins régulier, après la ligne d'arrivée. Nadine Gloor, Anne claire maillard, Nicole Begg et moi-même avons été les plus offensives. Nous avons attaqué à tour de rôle dès le depart, créant de nombreuses échappées, accompagnées par Catherine Kragg ou Ghizlane Samir entre autres.

Malgré tous nos efforts offensifs, les italiennes des equipes Luigino et Powerslide ont toujours réussi à contrer et à éviter que nos attaques n'aboutissent au prix de gros efforts.

A deux tours de l'arrivée, le peloton commencait à s'organiser pour préparer le sprint. J'ai senti qu'il restait encore une chance de s'échapper, alors j'ai tenté le tout pour le tout et j'ai attaqué une derniere fois dans les virages après la ligne d'arrivee. Bien aidée par Nicole, puis par Livia, mes deux coéquipieres, j'ai pris tres vite une centaine de mètres au peloton, malgré une tentative de Nadine Gloor de revenir. Mais comme personne n'a voulue l'aider dans son effort, j'ai réussi a avoir 20 secondes d'avance au passage de la cloche.

A 2 km de l'arrivée Anne Claire Maillard a, elle aussi, tent" de sortir du peloton pour éviter le sprint mais les équipieres des sprinteuses se sont rapidemement mises au travail... A 300 m de l'arrivée le peloton fondait sur Anne Claire et c'est Simona di eugenio qui gagne le sprint devant ponzetti.

Quant à moi, j'avais passé la ligne d'arrivée 5 secondes avant, remportant, plus ma plus grande joie, la première édition de la course de Mickey !"

La course élite hommes

Le marathon masculin est longtemps resté compact. A quelques tours de l'arrivée, et malgré les sprints intermédiaires, plus de 65 patineurs se sont disputés l'arrivée. Pourtant l'allure rapide du peloton aurait dû faire casser le paquet plus rapidement. Une moyenne de 39km/h a été annoncée avec des pointes à plus de 50km/h.

Les patineurs partent très vite. Devant les équipes phares de la coupe du monde contrôle la course : MMCmicro Salomon, le team Powerslide ou encore Inline Center. L'équipe Rollerblade France se fera également remarquer à travers les échappées de Vincent Esnault et Damien Cochet.
Dans le dernier tour, le peloton lève le pied pour préparer le sprint final qui semble avoit été voulu par les grosses écuries. C'est à ce moment qu'un groupe d'échappée composé de 7 patineurs se fait la belle de façon plutôt opportune et prend une centaine de mètres d'avance. Maxime Sourisseau et Finster tentent de s'échapper une nouvelle fois. Alexis Contin s'extirpe du peloton pour aller chercher les échappés. Derrière le peloton ne peut plus rien faire pour revenir sur le petit groupe de tête. Le sprint massif est imminent. Finster s'impose devant Provost et Contin, qui passe Sourisseau sur les derniers mètres. Derrière, Massimiliano Presti (MMC Micro - Salomon) règle le sprint.

La course élite vue par Maxime Provost (Team Mas Rollerblade France)

" Plusieurs tentatives d'échappées ont animé la course. Pour ma part, j'ai tenté de partir 3 fois, mais à chaque fois, j'étais condamné par un Salomon qui ne collaborait pas. A un tour de l'arrivée je me fais replacer par mes co-équipiers. Je peux ainsi partir dans la dernière échapée qui fut la bonne : A 3 Km de l'arrivée, 7 échappés s'envolent : Julien Sourisseau (Loops Racing), Finster (World Inline Center), Nicolas Pelloquin (Roll'x), Thomas Desplanches (Korean, ASTA), et 2 autres. Puis, à 2 km de l'arrivée, Julien et moi nous sommes extirpés de ce petit groupe. Nous avons été rejoint à 1km de l'arrivée par Finster. Il fini en solitaire dès le début de la ligne droite (A 800m de l'arrivée). Je termine 2ème à quelques mètre de lui. Alexis contin devance Julien Sourisseau juste avant la ligne."

La course Open vue de l'intérieure par Alfathor

La course open prend le départ après les 10/13 ans, avec quelques minutes de retard. Les vétérans sont d'abord séparés des seniors, avant d'être finalement regroupés à nouveau. Certains bien positionnés auparavant ronchonnent un peu. Je décide de me placer derrière l'escouade des Lyonnais qui a bien roulé lors de la première F.I.C. à Nîmes. Ce coup-ci ci, j'oublie les Lightning 10 vitness lourds comme des enclumes et j'opte pour mes moulés Renard plus rigides et plus légers.

Le peloton part fort mais doit vite lever le pied. 300 m après la ligne droite de départ, il faut négocier le virage en épingle dont la sortie est un peu rugueuse. Les patineurs, encore très regroupés, freinent fort pour ne pas trop se bousculer. Je suis toujours placé derrière les frères Gamba qui remontent tranquillement vers la tête de course.

Nous arrivons sur une route assez étroite, mais roulante, parallèle à la ligne de départ. Le peloton commence à s'étirer. L'allure continue à monter. Devant, les lyonnais se regroupent et impriment le rythme. Nous arrivons sur une portion à travers champs, le paysage a des airs de Beauce : plat et venteux. Au retour sur la ligne droite d'arrivée, nous sentons la force impressionnante du vent de face. Il faudra déboiter tard au sprint pour parvenir à faire une place !

Je croise Didier Chaplain, le vétéran en forme du moment, on discute rapidement, en roulant roue dans roue. Devant les lyonnais se relaient. On sent qu'ils préparent un coup. ça ne rate pas ! Une fois tous regroupés, ils attaquent sur la portion précédant la ligne droite d'arrivée. Je relance pour revenir sur le paquet d'échappée, ça passe encore. Ils relancent franchement en sorties de virages. Les écarts se creusent, le peloton commence à se réduire. Nous ne sommes plus qu'une douzaine en tête. Je ne vois plus personne derrière.

Le groupe reste assez compact jusqu'à l'arrivée. Dans l'avant dernier tour, la vitesse monte franchement, histoire de faire le ménage, mais ça tient. Le dernier tour commence un peu plus lentement. à 2 km de l'arrivée, cela joue à qui se placera en tête. Du coup, deux pelotons roulent en parallèle. A plus d'un kilomètre de l'arrivée, les patineurs appuient franchement sur l'accélérateur. Bon sang ! Le sprint va partir de loin ! Cela ne rate pas. A l'entrée de la ligne droite d'arrivée, face au vent, le groupe pousse déjà à bloc. Devant, un patineur a pris une sérieuse option sur la victoire. Il n'arrivera pas au bout et se fera rattraper avant la ligne. J'essaie de déboiter pour me faire une place plus avant, mais je sors beaucoup trop tôt ! Le vent me rappelle gentiment à l'ordre, j'essaie de prendre la roue des patineurs devant, c'est trop tard !
Dernier du sprint. Je termine finalement 10ème au scratch et 6ème de ma catégorie. En tête, 1er Philippe Poirier (VSF Ferté Bernard), vainqueur du grand Fond vétéran quelques semains avant, s'impose devant Thomas Jordy (Librac Roller Skating), et Didier Chaplain (RC3V Roller Club V.V.). Les anciens n'ont pas dit leur dernier mot !

A côté des courses...

L'organisation avait opté pour un immense chapiteau composé de deux tentes pour héberger le village. Cela aurait été assez utile en cas de pluie. Fort heureusement, le soleil a brillé toute la journée. Durant la journée, des matches de hockey ont animé la structure gonflable. Le soir, parallèlement aux podiums, les danseurs et les slalomeurs s'en sont donnés à coeur joie côté démos. Petite dédicace à Soraya, Victor, Jean-Marc, Claudia, etc.
Avant la course élite, une randonnée populaire d'un millier de patineurs a traversé le parc. Près de 40.000 personnes arpentait Disneyland Paris ce jour là...

Résultats (Scratch)

Elites femmes

1) Nathalie Barbotin - Team Salomon
2) Simona Di Eugenio
3) Linzia Ponzetti - Team Christalp Ladies
4) Giovanna Turchiarelli - Alessi Powerslide
5) Justine Halbout - 2APN77 Avon
6) Sandra Gomez - Alessi Powerslide
7) Angèle Grandgirard - Team World Rollerblade
8) Andrea Haritchelar - Team Atleticum Rollerblade
9) Nicole Begg - Team Salomon
10) Laura Lombardo

Nationales femmes

1) Christelle Bouchet - Asta Nantes
2) Claire Campourcy - Limairac
3) Ludivine Houze - Rocs
4) Emilie Rouger - Mont-Blanc Roller
5) Fanny Picard - CPR Chateau Gontier
6) Aurélie Rapin - CS Brétigny
7) Magali Cadoret
8) Claire Martinez - Intrépide Angers
9) Stéphanie Mateu - Montpellier Inline
10) Servane Raoult - ROB Breuillet

Elites Hommes

1) Daniel Finster - World Inline Center
2) Maxime Provost - MAS Rollerblade
3) Alexis Contin - Powerslide International
4) Julien Sourisseau - Loops Racing
5) Massimiliano Presti - MMC Micro Salomon
6) Francesco Zangarini - MMC Micro Salomon
7) Pascal Briand - Powerslide International
8) Luca Saggiorato - MMC Micro Salomon
9) Ben Alchin - World Inline Center
10) Fabio Francolini - Powerslide International

Open hommes

1) Philippe Poirier - VSF Ferté Bernard
2) Thomas Jordy - Librac Roller Skating
3) Didier Chaplain - RC3V Roller Club V.V.
4) Benjamin Bourlier - Lou Roller
5) Fabrice Branche
6) Jean Baptiste Gamba - Générations Roller
7) Thibaut Dejean - Paris Université Cub
8) Alexandre Vigouroux - Lou Roller
9) Benoît Gamba - Générations Roller
10) Alexandre Chartier - www.rollerenligne.com

Liens utiles

Texte : Alexandre Chartier
Photos : Yann Piriou
Sylvain Rouillard et Alexandre Chartier
Mis en ligne  le 25 April 2006 - Lu 3745 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB