-
Le 29 March 2006 à 00:00 | mise à jour le 04 March 2015 à 21:56

Bilan du Championnat de France Grand Fond 2006 à Mouilleron le Captif (85)

Bilan du Championnat de France Grand Fond 2006 à Mouilleron le Captif (85)

Le championnat de France de Grand Fond 2006 s'est déroulé à Mouilleron-le-Captif, non loin de la Roche sur Yon en Vendée, les 25 et 26 mars derniers. Si les conditions climatiques ne furent pas toujours au beau fixe, les athlètes ont pu exprimer leur talent grâce à une organisation sans faille. Nous vous proposons de revivre ici l'événement à travers un résumé de chaque course et des témoignages de quelques vainqueurs. Retour vers ce weekend intense...

Article par 

Bilan des courses

Le temps capricieux a rendu le samedi matin vraiment morose. Les conditions se dégradèrent dans la matinée : la pluie et les rafales de vent s’intensifiant pour les Junior et Nationaux, puis se calmant et s’arrêtant en fin de matinée. L’après-midi, le circuit a séché en grande partie durant la pause. Le temps beaucoup plus clément a laissé passer quelques rayons de soleil. Un public beaucoup plus nombreux s'est massé sur les bords du circuit.

Le contre la Montre Élites femmes : Caroline Gaucher remporte le titre

On note chez les Élites Femmes la « surprise » créée par Caroline Gaucher (Coulaines – Loops Racing) pour son retour. La saison précédente a fait office de reprise, suite à sa fracture de la malléole. Elle avait déjà acquis 2 titres de championne de France Nationale à Coulaines en juillet dernier. Caroline l’emporte devant Maud Rico (Valence d’Agen R.S.) et Laetitia LeBihan (A.V.R.I.L. Vanne – Roll’X). La championne de France en titre, Ghizlane Samir, échoue au pied du podium et prend la 4ème place.

Le témoignage de Caroline Gaucher

"Le Contre-La-Montre s'est effectué dans des conditions vraiment difficiles, avec la pluie, et les rafales de vent. C'est pourquoi, sur ce circuit détrempé, contrairement aux habitudes, j'ai cherché avant tout les plaques de "gratton" qui procuraient une meilleure accroche. Afin de conserver un bon rythme, il fallait également avoir les bras sortis presque tout le long des 3km.
La configuration du circuit, lors des passages dans les lotissements (plus à l'abri du vent) permettait quelques relances pour essayer de reprendre un peu de temps sur les nombreuses pertes d'adhérence subies sur le reste du parcours.
L'arrivée s'effectuait en côte, juste après un virage très glissant en dévers. De plus, cette montée vers la ligne d'arrivée était vent pleine face, ce qui pour moi était vraiment la partie la plus dure du circuit, surtout après près de 3km d'effort. On est vraiment obligé de tout donner jusqu'au dernier moment, parce qu'on ne peut pas estimer si on monte à un bon rythme ou pas par rapport aux autres... et en plus, le profil de la côte faisait que la ligne d'arrivée n'apparaissait qu'au dernier moment.

Peu avant le départ, une personne du team Loops m'a dit que la course allait se jouer sur la première portion de campagne. Sans pour autant croire au podium (vu que c'était mon retour en Elite), c'est juste pour réaliser la meilleure perf' possible que j'ai pris en compte le conseil, en partant sur un rythme assez élevé, et réussissant à le conserver jusqu'à l'arrivée.
C'est vraiment une surprise qui m'attendait après cette ligne, surtout quand Laetitia, Anne-Claire et Ghizlane sont passées. Je pense que cette perf' est certainement due à un cumul de choses : l'entraînement intensif (avec les conseils de mon entraîneur Jérôme Lanceleur ), mais aussi à mon choix de roues, et mes "petites" roues 5x84mm !"

Elites hommes : Le contre la Montre de Thomas Boucher

Thomas Boucher termine le contre la Montre avec seulement quelques dixièmes d'avance sur Alexis Contin. Pascal Briand arrive 3ème à 13 secondes du vainqueur.

"Sur un sol mouillé, l'envie est toujours variable. Je partais dans les premiers, du fait de ma non participation l'an dernier. Je ne suis pas parti trop vite pour éviter d'être exténué après 2km puisque c'est la partie la plus difficile. Il fallait en avoir pas mal encore après sous le pied pour la suite. La portion sur la route nationale était importante car on a souvent tendance à se laisser aller sur les portions plus faciles. Puis je me suis pas posé de questions, j'ai "envoyé" au maximum jusqu'à la ligne. Je n'avais pas de référence car tous les prétendants passaient dans les derniers. Après les arrivées de Tristan ou Pascal, je me disais que j'étais dans le coup pour la victoire. C'est vrai qu'avec Alexis, ça s'est joué à très peu de choses, ça a voulu sourire pour moi cette fois-ci, alors tant mieux"

Nationaux hommes et femmes

Du côté des hommes, Anthony Averty (Saint Sébastien) termine devant Yannick Broustaut (R.S.G.M Inline) et Christophe Martinet.
Voici le récit de la course du vainqueur (Anthony Averty) :
"je n'ai commencé le roller qu'il y a un an et demi. Il s'agissait de ma 1ère participation au Contre La Montre. Je suis parti en 3ème position. La première portion du circuit en campagne glissait pas mal, il fallait prendre des risques contrôlés pour éviter la chute et surtout essayer de recréer de la vitesse après chaque virage. J'ai franchi la ligne complètement mort. Quand j'ai entendu mon temps annoncé au micro (9'10"), je me suis dit que c'était fini pour moi, que mon temps n'était pas terrible vis à vis de ceux réalisés l'an dernier à Grenade, d'autant qu'il restait encore 46 patineurs à passer. Puis petit à petit, à l'écoute des temps des arrivants, je me suis rendu compte que personne ne me passait devant. Je me suis mis à espérer et puis après le passage de Thierry Zocca (dernier concurrent à s'élancer), j'ai compris que j'avais gagné."
Chez les féminines, le Contre La Montre revient à Maryline Jeannerod (S.R.V.). Elle devance Claire Campourcy (C.P.R. Toulouseà et Anne-Sophie Petitprez (Rolling to Gap) qu'à peine 5 centièmes séparent.

Juniors hommes : Maxime Buchet, l'homme en forme

Chez les Juniors, Maxime Bucher confirme sa très bonne forme entrevue à la Ferté, en signant un temps de 9 min. blanc au 5km. Il relègue ainsi son poursuivant, Nicolas Pelloquin (champion du Monde par équipe en 2005), à plus de 10secondes. Ce temps l’aurait placé dans le top10 en Élite. La troisième place revient à Robin Duez (ALVA- Loops Racing). A noter : Robin comme Nicolas passeront en Élite dès les 3 Pistes.

Les Grands Fonds

Les minimes garçons

La course des minimes garçons s’est effectuée à un bon rythme, avec un écrémage par l’arrière, dû au rythme. L’arrivée s’est faite avec un peloton assez massif. Pierre Laurent (Guingamp RS), un minime évoluant essentiellement en Italie où il réside, a lancé le sprint d’assez loin, dans le dernier dernier kilomètre. Il prend les choses en main, alors que le peloton se groupe sur 4 lignes en abordant la flamme rouge. Il aborde le dernier virage en tête, mais se fait dépasser dans la montée vers l’arrivée par Catelin (Rouen), puis Bédiaf (Lamballe), avant d’être surpris par Bordas (Landévant) sur la ligne.

Les minimes filles

En minime fille, dès le second tour, un groupe d’une petite dizaine de patineuses se forme, avant d’exploser suite à un effort conjugué de Carine Talbourdet, Pauline Jégouic et Jessica Abeillé (championne d’Europe sprint en 2005). Dans le dernier tour, Carine Talbourdet, qui semblait beaucoup plus fraîche que ses 2 consoeurs d’échappée, place son attaque finale au pieds de la côte qui mène à l’arrivée, et termine facilement en tête, devant Abeillé et Jégouic.

Les vétérans : Un plateau de grand Fond de plus en plus relevé

Chez les féminines, Cathy Coustes (Pibrac) termine quelques secondes devant Nathalie Poujol (T.U.E.S.G) et Corinne Boyer (R.S. Grenoble).
La course masculine est remportée par Philippe Poirier,  favori sur les forums, qui termine moins d'une seconde devant Nordine Saidou et Olivier Babonneau (ancien membre du Team Salomon International) . Le niveau était relevé cette année !

Pour résumer : Un groupe de 8 coureurs s'est retrouvé seul très rapidement après un tour et demi. Ensuite les sprinters, ont fait en sorte de verrouiller la course. Les rouleurs du groupe se sont marqués et la situation a donc stagné. On notera que les trois patineurs qui sont montés sur le podium sont tous d'anciens membres de l'équipe de France senior. Le vainqueur fût même vice champion du Monde. Ils avaient donc tout intérêt à attendre le sprint.

Philippe Poirier a pris des relais dans un premier temps, puis Erwan Le Corre. Ce dernier a beaucoup mené. Poirier, confiant dans son sprint, a décidé d'attendre dans les roues, toujours placé en 4 ou 5ème position, et faisant l'effort quand un patineur menacait vraiment de partir.
Le groupe va finalement terminer avec 1 petite minute d'avance sur le peloton. Une fois le trou fait, la vitesse est ensuite restée équilibrée entre l'échappée et le reste du peloton.

Le témoignage de Philippe ricard - Vétéran - "Ma course du grand fond en milieu de classement".

"Après un bon départ, je parviens à revenir sur mon seul coéquipier, Serge Guichard (Equipe A.M.S. 0pen pour la F.I.C.). Je fais un tour, puis deux, dans le même peloton. Dans une des nombreuses petites côtes, je décroche et roule a ma main avec d’autres coureurs avec lesquels on forme des pelotons de fortune ..
Je patine au moins 3 tours tout seul, puis un groupe de 4 me rejoint. Je roule avec eux dans le 6ème tour puis je prend un relais et me remet derriere ceux qui restent. Il ne reste plus que 3 coureurs et j’entend « Allez Alain ,allez ». Pensant bien faire dans une descente je me place devant pour emmener ce coureur au cours du 7ème tour. Dans le dernier tour, plus personne derrière moi (j’ai du y aller fort ,désolé pour lui). Je passe la ligne droite d’arrivée qui est envahie par les nombreux spectateurs. Ils n’ont pas compris que la course ne s’arrêtait pas après les premiers ! Grrr... Je continue seul , J’entend toujours derrière moi « Allez Alain ».
Dans la grande ligne droite avant de revenir sur Mouilleron j’aperçois au loin un patineur seul que je fixe en point de mire. Je finis par le doubler sur la ligne… essoufflé par mon sprint pour le fun bien sûr ! Voilà , je suis légèrement déçu de n’avoir pas pu « rester » avec mon coéquipier mais je l’avoue je suis pas du même niveau..."

La journée de dimanche

Le lendemain matin, c’est sur un circuit détrempé et très glissant que les Cadettes et Cadets se sont élancés. Les 2 catégories ont connu de nombreuses chutes.

Les courses cadets et cadettes

En cadet, Ewen Fernandez (Patineurs d’Herbauges – Bont) a décidé de durcir la course, en attaquant dans toutes les côtes, ce qui a éliminé pas mal de patineurs très rapidement, le peloton de tête fondant à chaque tour, si bien qu’à mi-course ils n’étaient plus que 6 dans ce peloton.
Dans le dernier tour, Elton De Souza (Alpin Roller – Roll’X) dynamite la fin de course, en attaquant dans les 2 derniers km. Il créé rapidement un trou, Ewen Fernandez se lance alors à sa poursuite, mais l’acrt créé par Elton, et le rythme de celui-ci, ajouté je pense à la fatigue d’Ewen l’empêche de rattraper l’homme de tête. De plus, dans la dernière côte, Ewen est dépassé au sprint par Jean-Bernard Péridy (Longjumeau – Loops Racing), qui prend la seconde place.
Chez les cadettes, le peloton de tête se réduit très rapidement également, et elles ne sont plus que 7 ou 8 à l’abord du dernier tour. Dans le dernier km, une chute de Aude Sohier entraîne d’autres patineuses, dont Cindy Etonno, qui semblait la favorite pour cette course. Le sprint a lieu, et voit la victoire de Juliette Pouydebat (Grenade RS).

La course élite femmes

Dans l’après-midi, c’est sur un circuit bien sec, et avec des températures très agréables que les femmes s’élancent. Nathalie Barbotin prend très rapidement les choses en main. Elle décide d’attaquer dans toutes le côtes, tandis que les passages plats se font à un rythme très lent, ce qui entraîne très rapidement la cassure du peloton élite femme. Elles ne sont alors plus que 8 dans le groupe de tête.
Au premier ravitaillement, une nouvelle attaque est lancée, alors que 2 athlètes s’apprêtaient à ravitailler (Caroline Gaucher et Justine Halbout, tenante du titre 2005 de l’épreuve).
Alors que Caroline Gaucher rattrape le groupe des 5 patineuses de tête (Barbotin, LeBihan, Samir, Maillard et Duchemin), une nouvelle attaque a lieu, et fait céder définitivement Gaucher, rencontrant un problème technique avec une roue, la contraignant à l’abandon.
La suite de la course se fera à la façon d'une épreuve à élimination, sur un rythme toujours très élevé. Aurélie Duchemin (Bouguenais – K2 Pierre Qui Roule) est d’abord distancée, puis ce vient au tour de Laétitia LeBihan.

Elles ne seront donc plus que 3 à l’abord du dernier tour. C’est Anne-Claire Maillard (CPB Rennes – K2 Pierre Qui Roule) qui lance les hostilités dans le dernier kilomètre, avant d’être dépassée dans le sprint final par Nathalie Barbotin (Dinan – Salomon Suisse), qui l’emporte d’un fil devant Samir (PUC).

La course de Caroline Gaucher

"Le rythme fut très saccadé en début de course, dans un but évident d'éliminer un certain nombre de patineuses. Nathalie Barbotin attaquait dans presque toutes les les côtes, tandis que les passages plus roulants se faisaient à un rythme assez bas, avec un peloton assez crispé, des relais qui se passaient mal, des vagues, pas mal d'observation, et il me semble une volonté de certaines patineuses de me faire mener.
A l'abord du 3e tour nous n'étions plus que 7 patineuses, jusqu'à une nouvelle attaque dans la partie ou l'on s'y attend le moins (normalement) : en zone de ravitaillement, c'est pourquoi Justine Halbout et moi nous somme faites surprendre et avons eu du mal à réagir(stratégie collective ?).
J'ai donc tenté de rattraper le peloton, mais en arrivant à proximité de celui-ci, les 5 filles attaquèrent de nouveau. J'ai ensuite été obligée d'abandonner, à cause d'un problème d'axe. Le reste de la course se fit à l'usure, Aurélie décrochant, puis Laétitia, et donc un final à 3."

La course des nationales femme : Anne Sophie Petitprez - 23ans - Rolling to Gap

On peut définir Anne Sophie ainsi : talent, discrétion, charme, gentillesse, puissance... Ella a déjà terminé 3ème du Contre La Montre du Grand Fond de Lavault en 2003 alors qu'elle était licenciée aux fameux Intrépide d'Angers. Lors d'un séjour en Autriche pour études en 2005, elle goûte au passage aux joies de la longue piste en glace. Elle revient en France en stage à Gap fin 2005 où elle signe au "Rolling to Gap" de Thierry Feutrier. Elle retrouve son niveau grâce au ski de fond et à un peu de roller.
Elle prend la 3ème place le samedi matin avec des roues en 85A totalement inadaptées sur le mouillé et avec des diamètres inégaux ! Elle ne doit son titre qu'à elle seule. Elle est en effet isolée, sans entraîneur, pour sa préparation dans la région de Troyes. Parallèlement, elle rédige son mémoire. Son entraînement s'appuie sur la pratique du cyclisme et du roller, chrono en mains sur la Véloroute des 3 Lacs.  Elle a avoué vouloir attendre les résultats du Grand Fond pour savoir si elle avait le niveau pour courir à la French Inline Cup de Nîmes. Aucun doute : on reparlera d'elle.

La course des nationaux hommes vue par Anthony Averty

Chez les nationaux; Christophe Martinet s'impose devant Sébastien Darnal (USF Roller) et Thierry Zocca (Grenade R.S.). Voici le récit de course d'Anthony Averty.
"Le départ fut prudent pour le peloton, le circuit était encore humide. La chute des cadettes a refroidi tout le monde. La sélection s'est faite par l'arrière, petit à petit. Quelques patineurs, dont je faisais parti, voulaient s'échapper pour éviter une arrivée massive, mais la majorité du peloton hésitait à prendre des relais appuyés pour créer une cassure. Il y avait des relances dans les côtes et le lotissement puis sur le plat tout le monde se relevait et se regardait. Étant cuit pour le dernier tour, je me suis retrouvé à la fin de ce premier peloton et je n'ai pas pu participer au sprint final. Il parait que des mains ont traîné pour se hisser dans les premières places !"

La course junior

Chez les Juniors, un groupe de 7 patineurs se détache très rapidement. On y retrouve entre autres Nicolas Pelloquin (CPRM), José Malagon (CPRM), Robin Duez, Maxime Bucher, Charles Peyret-Forcade (Gujan Mestras. La course sera perturbée par plusieurs problèmes techniques, d’abord Peyret-Forcade contraint de s’arrêter pour resserrer une roue, mais qui sera attendu par le groupe de tête qu’il rejoindra après un long effort solitaire, puis c’est Robin Duez qui rencontrera un problème de serrage, et sera dépanné par son collègue de Loops Racing Maxime Bucher, le poussant le temps du resserrage. A plusieurs reprises, des attaques vont être effectuées, par Pelloquin, Duez et Bucher. C’est ce peloton réduit qui entame le dernier tour. Maxime Bucher tentera d'abord de mettre le feu à 3km de l’arrivée, tenant de partir seul, avant d’être repris par le groupe, Pelloquin tentant alors sa chance, en vain.

A l’abord de la flamme rouge, Bucher attaque de nouveau, est recollé juste avant le dernier virage, dans lequel un cafouillage dans le peloton va le déporter vers le trottoir extérieur, et l’empêcher de participer au sprint final. Dans la côte, Robin Duez alors en tête gardera le meilleur sur Pelloquin, qui termine 2ème, et Peyret-Forcade,3ème. A noter une nouvelle 4e place de Malagon lors de ce 50km.

La course élite vue par Thomas Boucher, vainqueur de l'épreuve

"Comme pour chaque grand fond, le départ est toujours assez tranquille du fait de la longueur de l'épreuve et de la difficulté du circuit.
Après environ 10 kilomètres à allure régulière et peu soutenue, le peloton a commencé à s'étirer avec les premières accélérations. C'est à la fin du troisième tour, en revenant sur une échappée de six patineurs, que Julien Levrard, Thomas Desplanches et moi-même, nous sommes retrouvés en tête presque sans le vouloir. Nous avons pris rapidement 20-30 secondes d'avance essentiellement du fait que le peloton se regardait.

Puis après 10-15 km d'échappée, nous étions passés à 1'40 d'avance et alors savions que nous étions parti pur un petit moment, sans se dire que nous irions au bout. Au fil des tours, l'avance grimpait mais la fatigue apparaissaient aussi. A 30km de l'arrivée, nous étions plus que deux, Julien et moi, Thomas ayant lâché.

Nous nous sommes bien entendu jusqu'au moment du sprint final où je savais que, logiquement, je devais l'emporter, mais après 70 km ce n'est pas si simple. J'avais remarqué que tous ceux qui avaient gagné dans touts les catégories étaient en tête à l'entrée du dernier virage, j'avais donc décidé d'emmener le sprint et j'ai réussi à rester jusqu'au bout en tête, même si Julien m'a poussé dans mes derniers retranchements dans les 10 derniers mètres."

Les résultats des teams partenaires de Rollerenligne.com

Asphalte Roller

Les patineurs du Team Asphalte, partenaire de ReL, ont réalisé de belles performances lors de ces championnats de France. Ils reviennent sans podium ou de titre mais de magnifiques places proches des accessits et parmi les meilleurs de chaque catégorie.
Jean Marc Bigey manque le titre à 200m prêt après avoir tenté sa chance en catégorie Vétéran en tentant une échappée au pied de la bosse d'arrivée (42km). Il termine au pied du podium, 4ème repris dans les deux cent derniers mètres.
Timothée Willm se classe par deux fois 5ème (junior hommes 50 km et C.L.M.) battu de quelques mètres au sprint sur le 50 km.
Gaëlle Luttenbacher, en cadettes filles, tombe avec le groupe de tête dans le dernier virage rendu glissant par la pluie et se classe tout de même 6ème du marathon. Quelques regrets pour Gaëlle qui faisait partie des 5 premières détachées pour le titre....mais la chute en a décidé autrement.

Lionel Kuhn attrape une 6ème place méritoire dans la catégorie National hommes (50 km) après avoir tout donné et manqué la bonne échappée.
Enrique Anguenot après avoir forcé sur le contre la montre, 16 ème place, a du abandonner suite à une déchirure musculaire au mollet sur le 50km.
Le positif reste que les patineurs d'Asphalte ont fait partie des animateurs des pelotons de tête dans leurs catégories respectives. A n'en pas douter qu'avec l'expérience et le travail cela payera un jour.

C.S. Bretigny

Pour le Team de Bretigny : En élite, on notera la 14ème place de Nicolas Duval et la 25ème place d'Arnaud Legendre.
En national, Arnaud Bertine termine à la 62ème place, en milieu de peloton.
En nationale femmes, Aurélie Rapin se place 18ème et Delphine Pelletier, 31ème.

Pour conclure, on remarquera les avis unanimes de la part des participants sur la très belle organisation du club de Mouilleron pour ce Championnat de France. Du côté des anecdote du week-end, on notera la présence dans les rangs des vétérans hommes d'une personne de 72 ans. On reviendra enfin sur le beau geste est a signalé dans la course des juniors quand le peloton a ralenti pour attendre Charles Peyret-Forca qui a eu un souci mécanique afin de lui permettre une réparation en "plein vol" et qui a fini sur la 3ème marche du podium !

Principaux résultats

Contre la montre Élites hommes

1) Boucher Thomas - 08:24.18 - Saint Sébastien
2) Contin Alexis - 08:24.49 - Levallois
3) Briand Pascal - 08:37.86 - R.C. Penthièvre Lamballe
4) Provost Maxime - 08:38.92 - A.S.T.A.
5) Loy Tristan - 08:39.75 - Locminé
6) Henry Sébastien - 08:57.25
7) Lannezval Mikael - 09:00.19 - Levallois
8) Gauclin Kevin - 09:00.77 - A.L.V.A.
9) Babault Sébastien - 09:01.51 - Avin
10) Barrault Matthieu - 09:02.33 - Levallois

Contre la montre Élites femmes

1) Gaucher Caroline - 05:59.35 - Coulaines
2) Rico Maud - 06:01.93 - Valence Roller Skating
3) Le Bihan Laetitia - 06:03.00 - A.V.R.I.L
4) Beaujot Sophie - 06:04.65 - A.L.V.A.
5) Samir Ghizlane - 06:08.53 - P.U.C.
6) Halbout Justine - 06:09.07 - Avon
7) Maillard Anne-Claire - 06:15.67 - Cercle Paul Bert
8) Duchemin Aurélie - 06:19.73 - Bouguenais
9) Commereux Célia - 06:25.24 - Beaumanoir Dinan
10) Schiro Aurore - 06:26.61 - A.L.V.A.

Grand Fond Élites femmes

1) Barbotin Nathalie - 1:19:20.23 - Beaumanoir Dinan
2) Samir Ghizlane - 1:19:20.29 - P.U.C.
3) Maillard Anne Claire - 1:19:24.99 - Cercle Paul Bert
4) Duchemin Aurélie - 1:20:21.44 - Bougenais
5) Le Bihan Laetitia - 1:23:58.06 - A.V.R.I.L.
6) Saliou Albane - 1:15:25.10 - Saint Sébastien
7) Fabret Amandine - 1:21:04.48 - A.S.T.A.
8) Halbout Justine - 1:03:28.74 - Avon
9) Gaucher Caroline - 0:43:09.51 - Coulaines
10) Commereuc Célia - 0:45:13.16 - Beaumanoir Dinan

Grand Fond Élites hommes

1) Boucher Thomas - 2:01:29.17 - Saint Sébastien
2) Levrard Julien - 2:01:30.55 - Levallois
3) Briand Pascal - 2:04:23.49 - Penthièvre Lamballe
4) Boulard Philippe - 2:04:25.73 - Levallois
5) Sierra J-S - 2:04:26.43 - C.P.R. Toulouse
6) Provost Maxime - 2:04:34.64 A.S.T.A.
7) Henry Sébastien - 2:05:46.90 - R.S.Vandoeuvre
8) Loy Tristan - 2:05:49.89 - Locminé
9) Perthuis Benoît - 2:07:25.31 - Levallois
10) Gauclin Kevin - 2:07:55.92 - A.L.V.A.

Liens utiles

Les impressions des participants sur le forum

Texte : Ludovic Alvarez (Loops Racing)
& Alexandre Chartier
Photos : Sylvain Rouillard et Asphalte Roller
Mis en ligne  le 29 March 2006 - Lu 5355 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB