-
Le 06 February 2006 à 00:00 | mise à jour le 18 January 2011 à 09:18

Marathon Roller de Marrakech

Marathon Roller de Marrakech

La seconde édition du roller Marathon de Marrakech s'est déroulée en parallèle de l'épreuve de course à pied qui réunit des milliers de participants venus du monde entier. Le départ fut donné le dimanche 29 janvier à 9h00, sous le haut patronage de sa majesté le Roi Mohammed VI . Récit d'une course pas comme les autres...

Mis en ligne par 

Le départ

Il est environ 7h30 du matin lorsque les patineurs européens partent des différents hôtels de Marrakech. La plupart sont venus de France grâce à une collaboration entre "Planet Roller", "Roller Squad Institut" et "Actuevents".
Chacun jette immédiatement un oeil sur le ciel. Les deux jours précédents, la pluie tourmentait la capitale. Ce matin, le ciel est bas et gris, mais il ne pleut pas. C'est le soulagement parmi les patineurs !
La ligne de départ/arrivée est posée sur la large avenue Mohammed V, très lisse. Nous partirons dos à la Koutoubia, une des plus belles mosquées de Marrakech, dont le minaret se détache sur l'horizon. La Ménara est au bout de la ligne droite. Plusieurs patineurs marocains sont déjà sur place et discutent le sourire aux lèvres. Nous connaissons la plupart d'entre eux qui ont déjà participé à l'édition précédente, l'année dernière.
9h00, le départ est donné, une centaine de patineurs de tous niveaux s'élancent pour une immense boucle de 42,195km, la distance officielle d'un marathon en course à pieds. L'allure est modérée en tête, mais l'écrémage se fait rapidement. Les inégalités techniques et les différences de matériel se font rapidement sentir. Cela n'empêche pas les patineurs marocains, très endurants, de tenir la dragée haute aux patineurs des clubs français pendant la majeure partie de la course. Avec de bons patins, ils feraient des miracles !

Le parcours

Le tracé du Marathon emprunte tout d'abord l'avenue Mohammed V, dans une partie hôtelière non loin du centre ville. La route pique ensuite vers la Médina et ses longs remparts ocres. Le Marathon fait le tour de la ville en passant par le sud. Les routes empruntées par les patineurs brillent par endroit tant elles sont lisses. Ce parcours est un vrai billard ! Quelques passages en réfection agrémentent un peu le parcours : des bandes sans bitumes se présentent parfois devant les pelotons. Un saut suffit à les passer, non sans émotion pour quelques non initiés !
La route se dirige vers le calme du jardin Tikida. Les rollers traversent des plantations de palmiers, d'orangers et d'oliviers. Les gardes et la police sont très présents tout au long du chemin et veillent à indiquer la bonne direction.
Une ambulance ferme le cortège. Rien à dire sur l'organisation qui est très présente tout le long du circuit. Les groupes passent le Club Issil, puis, les deux Tours, et plongent dans la palmeraie. Les points de ravitaillements sont installés tous les 5 kms et offrent de l'eau, des raisins secs, des tranches d'oranges, et des dattes en abondance.
La traversée de la Palmeraie restera certainement un des moments les plus inoubliables. Le soleil, timide aux premières heures du jour, a dardé de ses rayons durant la course. Après une heure de trajet, il brille haut dans un ciel limpide. Le chemin serpente au milieu des palmiers, en léger faux plat descendant. La vitesse augmente, on se sent complètement immergé dans cet environnement si particulier. La pluie des jours précédents a charrié une fine couche de boue sur la route, il faut rester vigilant sur les appuis.
A la sortie de la Palmeraie, l'horizon semble plat, un vent régulier souffle de face. Une longue route part vers l'horizon en ligne droite. Nous passons un gué chargé d'un limon rouge, nous croisons un troupeau de mouton, un âne, des charrettes : le dépaysement est total.
De retour dans la périphérie de Marrakech, la population se fait à nouveau plus dense. Le cortège est souvent doublé ou accompagné par des mobylettes, vélos, scooters et quelques véhicules surchargés pas toujours récents. Les habitants, chaleureux, nous applaudissent et nous encouragent à chaque coin de rue. Des groupes de musiques locaux se sont installés le long de la voie et rythme les foulées de musiques orientales. La fin de course emprunte un long faux plat montant qui traverse la ville. Après un ultime virage, la ligne droite d'arrivée se dessine au loin. La foule est massée en nombre pour accueillir les finisseurs. L'essentiel du tracé fut plat et rapide, les décors vraiment dépaysants, et l'ambiance agréable. On reviendra...

La course de Youssef Boughaleb (5ème)

"Je suis Marocain, je fais du roller depuis un an. J'avais déjà fait le marathon l'année dernière, mais je n'ai pas pu terminer. Je n'avais pas de bons rollers. Il me manquait des roues. J'ai eu mes nouveaux patins début juillet. C'est mon cadeau d'anniversaire des K2 Radical 90. On ne trouve pas de rollers ici, mon oncle me les as ramenés de Suède.
Je ne patine pas beaucoup, environ 2 fois par mois, surtout le dimanche. Je suis en terminale scientifique.
Pour ce qui est de la course, je suis parti avec les premiers. J'étais environ 7ème à ce moment là. J'ai relâché le rythme, puis relancé pour rattraper la tête. Je suis revenu à la 4ème place après 5km. Au 7,5km je suis en première position. Nous prenons de la vitesse au niveau d'Al Maha.
Jusqu'au 25ème kilomètre, tout va très bien. Je suis avec Youssef Chaguire qui a terminé 2ème l'an passé. Simohamed ("Kbida") est avec nous. Il terminera deuxième.
A l'entrée dans la palmeraie, les choses difficiles ont commencé. La boue rend la route glissante. Sur la route El Jadida, nous ne sommes plus que 7. A la sortie, nous ne sommes plus que 6. Le premier, Christian Courtois, s'est échappé. Il a 600m d'avance. Nous ne sommes plus que 5. A l'arrivée, Youssef a accéléré. Le 3ème est devant également à une trentaine de mètres. Je pousse pour tenter de les rejoindre sur l'avenue de France. Je suis alors 3ème derrière Simo.
Sur l'avenue Mohammed VI, je donne tout, mais je me fais doubler. C'est dommage, mais je suis content d'avoir fait mieux que l'année dernière. Avec les cours, ce n'est pas facile de s'entraîner. J'ai failli lâcher plusieurs fois. Youssef m'a aidé. Ses rollers étaient foutus. Il terminera 6ème."

Résultats

Résultats hommes

1) 01h32m40 - COURTOIS Christian
2) 01h33m40 - NARJISE Mohamed
3) 01h33m42 - MARZOLF Jean-Baptiste
4) 01h33m42 - SIMON Ludovic
5) 01h33m48 - BOUGHALEB Youssef
6) 01h35m29 - CHAGUIR Youssef
7) 01h37m57 - BELOEIL Jean-Yves
8) 01h41m06 - HARBACH Hafid
9) 01h45m44 - NANI Lahcen
10) 01h46m25 - HEUZE Olivier

Résultats femmes

1) 01h37m56 - CAVILLA Valerie
2) 01h45m48 - GRIZEAU Amandine
3) 01h52m51 - CORNU Valerie
4) BEAUDENUIT Joelle
5) GUINDEY Catherine
6) BRIFFAUT Martine
7) WIECHERS Anne
8) CAUJOLLE Laurence
9) PAILLET Jocelyne
10) JAVOUHEY Marika

Liens utiles

Galerie du Marathon sur le portail photo de Rollerenligne.com
http://www.marathon-marrakech.com/
http://www.planetroller.com/
http://www.rsi.asso.fr/Texte et photos : Rollerenligne.com
Merci à Mouss, Christine, aux moniteurs R.S.I. et à tous les participants.
Mis en ligne  le 06 February 2006 - Lu 6467 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB