-
Le 09 November 2005 à 00:00 | mise à jour le 27 January 2013 à 08:51

Essai matos : Land-Roller, le patin tout-chemin

Essai matos : Land-Roller, le patin tout-chemin

Voilà quelques semaines que les forums s'agitent à propos des "Land-Roller", des patins tout-chemin nés outre-atlantique. Leurs roues inclinées et positionnées latéralement font couler beaucoup d'encre. Nous ouvrons le carton avec une certaine fébrilité, partagé entre scepticisme et curiosité. Le temps de les inspecter, puis de faire quelques photos, de les chausser, et c'est parti !

Article par 

Décorticage...

Une fois les monstres sortis du carton, nous faisons le tour du propriétaire. Les collègues de bureau regardent ces engins avec un sourire en coin : "ça sert à découper les pizzas ?", "Comment on peut tenir là dessus ?". Il faut dire que la structure est peu commune : Deux roues de grand diamètre avec jantes en aluminium sont fixées par des axes sur l'extérieure de la chaussure et inclinées latéralement. Les diamètres avant sont inférieurs aux diamètres arrière. La tranche de la roue tend vers le centre de la chaussure.

Mais pourquoi avoir placé les roues ainsi peut-on se demander ? La réponse est simple : Ce positionnement a été choisi pour privilégier une garde au sol basse. L'utilisation de roues de grand diamètre favorise le passage sur des obstacles de tailles plus conséquentes. Entre la roue arrière et la coque, se trouve un petit garde garde-boue en plastique qui annonce la donne : ce patin se destine à un usage sur tous les types de surfaces.

En nous attardant au centre du moyeu, nous constatons que les roulements ne sont pas des 608 classiques, mais des 6200Z, d'une dimension supérieure. La structure du châssis en aluminium rappelle celle d'un truck de quad. La pièce taillée d'un bloc est épaisse et rigide. Deux bras en partent vers l'extérieur de la chaussure.

Esthétique

La chaussure offre une présentation sommaire, des lignes épurées, sobres et sans fioritures. Les tons bleus clairs et gris sont assez discrets. Les parties réfléchissantes ne se voient quasiment pas en plein jour mais se révèlent extrêmement efficaces la nuit. Le point qui retient le plus l'attention est bien évidemment le positionnement incliné et latéral des roues. Il est assez plaisant d'évoluer en ville avec ces patins et de voir la tête médusée des passants quand on passe avec ces engins aux pieds. Les questions ne tardent pas à fuser.

Appréciations sur la chaussure

Passons aux aspects techniques. La construction souple/dur de la coque est assez classique. Elle laisse un peu trop de liberté au pied, au regard de la structure particulière du patin. Un concept plus enveloppant aurait apporté davantage de maintien, de rigidité et de réactivité. Cela aurait permis d'exploiter un peu plus le potentiel de ce produit. Un patin de ce type nécessite une tenue de pied irréprochable et nous avons constaté quelques lacunes en terme de maintien. La coque est un peu trop souple et n'offre pas suffisamment de précision. Il faudra bien serrer l'ensemble pour avoir le maximum de sensations. Veillez à prendre la pointure qui sera la plus proche de votre pied.

Pour ce qui est du confort, la chaussure est assez agréable dans l'ensemble. On sent quand même quelques vides autour du pied. Le chaussant est long et assez fin. Il aurait mérité d'être plus proche du pied, quelques flottements entraînent des pertes de sensations. Une sorte de cale semble avoir été placée dans la partie basse du tendon d'Achille. Le chausson monte assez haut sur le mollet mais une structure en V à l'arrière aurait apporté davantage de confort. Le système de serrage est composé d'un lacet sur le coup de pied et d'une boucle micrométrique sur le tibia. Le lacet coulisse particulièrement bien, ce qui enveloppe correctement l'avant du pied. Attention, il ne faudra pas oublier de compléter laçage par le dernier cran qui a été ajouté sur le coup de pied car il apporte un maintien non négligeable. L'utilisation d'un scratch sur le coup de pied est un peu légère. Une boucle micrométrique ou un système plus enveloppant aurait mieux bloqué le pied. Il faudra resserrer au bout d'un moment. De même, lorsque l'on utilise la boucle micrométrique placée au niveau du tibia, on a pas vraiment l'impression d'avoir serré et l'on devra aller jusque dans les derniers crans pour commencer à avoir un début de maintien. Cela évitera également de sentir les pieds rentrer en dedans.

Et maintenant... le train roulant

Le châssis : nous entrons dans le vif du sujet. C'est le principal intérêt du Land Roller. Il plutôt épais et semble assez solide. Il a bien supporté les mauvais traitement que nous lui avons infligé. La structure en aluminium a été évidée et comporte de nombreux renforts qui offrent plus de rigidité et de solidité. Il ne semble pas se déformer à l'usage. Les inventeurs ont clairement cherché à économiser à alléger la structure pour gagner en masse. Comparé à un patin de randonnée classique, ces patins sont lourds à emmener, malgré un nombre de roues réduits. Il pèsent 1,985 kg pour une pointure 42 contre environ 1,5 kg pour une paire de roller classique. En revanche, comparé à un Coyote de 3,250 kg, ils font figure de poids plume. Pour résumer on peut dire que leur masse correspond bien aux contraintes liées à leur usage.
Du côté des roulements, les 608 classiques utilisés couramment dans le roller ont été remplacés par des 6200Z, d'une dimension bien supérieure. Les Land Rollers ont une particularité surprenante : les roulements sont montés par deux, mais côte à côte ! Ils ne sont pas séparés par une entretoise. L'explication semble résider dans le fait que cette configuration permet de mieux supporter les torsions engendrées par le positionnement latéral des roues. Il est dommage que ces roulements soient sertis. Ils ne peuvent être démontés. L'entretien s'avèrera donc assez difficile, surtout en sachant que ces produits ne se trouvent pas au coin de la rue. Relativisons cependant, l'eau et les impuretés ne semblent pas y entrer outre mesure. D'une part, le roulement est abondamment graissé et assez étanche, d'autre part, la hauteur des roues le met hors de portée de la plupart des impuretés.
Le montage/démontage risque de faire perdre patience à quelques personnes. Ils sont particulièrement durs à sortir du moyeu en aluminium. De plus, le fait qu'ils soient contigus va demander l'utilisation d'un outil particulier.
Les roues de grand diamètre offrent un confort appréciable sur les surfaces accidentées. Les irrégularités passent même mieux qu'en 100mm. Il faut dire que la roue avant mesure déjà 145mm et que la roue arrière culmine allègrement à 180 mm ! Pour ce qui est de la masse des monstres, la "petite" roue atteint les 300 gr contre 125 gr environ pour une roue de 100mm.
La couche de vernis sur les roues part assez rapidement et permet d'avoir des réactions plus régulières en poussée. La jante en aluminium offre une excellente rigidité. On se sent plus rassuré lors des sauts et des prises d'appuis un peu fermes.
Nous avions craint, a priori, que la bande de roulage ne soit un peu fine pour l'usage auquel le patin se destinait. Cela n'a pas été complètement le cas. Le patin se comporte bien sur les sols en terre ferme, les chemins damés ou les gravillons. Par contre, il sera préférable d'éviter l'herbe, à moins qu'elle ne soit rase et dure, car c'est là que l'on prend le Land Roller en défaut. Sur sol mouillé, les roues procurent une assez bonne accroche. C'est le manque d'appuis au sol qui prend en défaut. Avec seulement deux appuis par pied, la poussée n'est pas aussi franche. Il faut relativiser, ce n'est pas un patin Tout Terrain, mais bel et bien un tout chemin. On utilisera donc essentiellement ce patin sur des surfaces fermes.
Le montage / démontage des axes et de la visserie est assez simple dans l'ensemble. Le châssis est fixé à la coque par deux points d'ancrages identiques à ceux que l'on peut trouver sur n'importe quelle paire. L'entraxe des Land Roller n'est pas standard. Il mesure 190mm. On pourra donc y adapter d'autres coques que celle fourni d'origine, mais n'importe lesquelles non plus. Les axes employés sont propres à la marque. Leurs mensurations imposantes sont un gage de solidité. Ils mesurent 10mm de diamètre contre 7 à 8mm pour la plupart des autres produits du marché. Ce surdimensionnement est lié au fait que les roues ont un positionnement particulier : ces pièces travaillent en torsion autour d'un seul point de fixation.
On regrettera simplement le fait qu'il ne vas pas être simple de trouver des pièces de rechange de type roues, roulements et axes. D'autre part, leur spécificité risque d'engendrer un surcoût.

En pratique

La première appréhension sur le risque de voir les pieds rentrer en dedans est vite effacée. La stabilité sur les appuis est rassurante. Les prises des carres ne posent pas de problème, il faut juste un léger temps d'adaptation. Les croisés se font exactement de la même façon qu'avec des patins classiques. Il faudra être vigilant sur les fins de poussée quand on appuie fort car on perd assez facilement l'adhérence. Le fait de n'avoir que deux roues en contact avec le sol favorisera les foulées courtes et fréquentes. Les passages dans les zones où le bitume est abimé sont encore plus aisés qu'en 100mm. Les gravillons passent bien également, tout comme la terre battue. Si vous évoluez dans une ville où le sol est aussi torturé qu'à Montpellier, c'est un confort non négligeable. Le patin trouvera ses limites dans les passages herbeux dense et un peu gras. Il est probable que des roues équipées de "pneus" d'une largeur supérieure permettrait de rendre les Land Roller plus polyvalents.

Conclusion

Apporter un regard objectif sur ce type de produit n'est pas une chose aisée. Il nous a fallu un peu de temps pour mettre les préjugés en arrière-plan. Concevoir un patin tout-chemin sans augmenter la garde au sol de façon disproportionnée ne laissait que cette perspective aux inventeurs et ils s'en tirent honorablement. La force de ce produit réside dans son train roulant. La coque aurait mérité quelques améliorations supplémentaires en terme de maintien et de serrage. Si le fabricant souhaite élargir l'usage de son produit au tout terrain, quelques modifications peuvent être apportées : Le concept des roues latérales est intéressant, mais il faudrait revoir leur largeur est insuffisante pour des terrains vraiment variés.

La rigidité de la coque et le maintien apportés par la chaussure sont insuffisants par rapport à l'usage qui peut être fait du produit. La question du Service après-vente risque de se poser rapidement : ni les roulements, ni les roues ne sont de dimension standard. En France, les Land-Roller est commercialisé à environ 300 € la paire selon les shops. L'ensemble est un peu cher si l'on considère la qualité moyenne de la coque. Le prix de l'originalité ?

Les points forts et à les points à améliorer

Les plus

+ garde au sol basse
+ polyvalence

Les moins

- Manque de maintien de la coque
- Serrage manquant de précision
- manque d'appui sur sol souple

Notes

Souplesse09/10
Maintien06/10
Serrage06/10
Confort08/10
Châssis / Platine08/10
Roulements07/10
Roues07/10
Axes et visserie08/10
Finition08/10
Rapport qualité/prix 06/10
 

NOTE FINALE :

71%

Fiche technique

Coque : Souple/dur
Chausson : Mousse
Châssis : Aluminium
Roues : Jantes aluminium 180mm à l'arrière et 145mm à l'avant
Roulements : 6200Z sertis
Frein : Tampon
Serrage : Boucle, lacet, scratches
Entretoises : Pas d'entretoise
Pointure : N.C.
Amorti : -
Prix : 300 Euros
Usage conseillé : Pratique polyvalente orientée tout-chemin
Produits concurrents : Pas de concurrence sur cette niche

Galerie photos

Liens utiles

Site Hawaii Surf

Test : Alfathor
Photos : Alfathor
Merci àwww.hawaiisurf.com
Mis en ligne  le 09 November 2005 - Lu 34925 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB