-
Le 08 August 2005 à 00:00 | mise à jour le 30 January 2015 à 16:26

Roller street : une réussite 100 conteste pour l'édition 2005

Roller street : une réussite 100 conteste pour l'édition 2005

Pour la deuxième édition du 100 Contests, la ville de Cergy a vu gros : Un contest amateur où se côtoient roller, skate et BMX, une belle aire toute neuve, un price money alléchant ainsi qu'une belle brochette de riders, sans oublier des concerts prévus chaque soir ! Le week end du 16 au 18 Juin s'annonçait donc plus que chargé...

Mis en ligne par 

Sans contest...

Jeudi 16 Juin : Les trainings

Je peux dire que j'ai eu de la chance car cette semaine je suis du matin. Ceci tombe pile pour le 100 Contests. Je fini donc le travail à 14h, le temps de passer chez moi me changer et de prendre les frères plus quelques rambolitains et nous voilà sur la route direction Cergy-Pontoise. L'endroit est difficile à rater et les indications pour y accéder très simple. On trouve de suite ainsi qu'une place où se garer. Il s'agit d'une grande plaine avec plusieurs scènes montées pour les divers concerts du week-end. On distingue parfaitement les tours de la Défense au loin.
Gradins, projecteurs, banderoles, diverses tentes et carré VIP ; les moyens techniques déployés par la ville sont importants ; tout le monde est sidéré par la taille de l'évènement.
L'aire de street est posée un parvis composé de dalle d'aggloméré. Manque de chance, il a plu quelques jours auparavant et avec l'eau le bois s'est gondolé, ce qui donne des légères bosses sous les pieds ; heureusement ceci ne gêne pas tant que ça pour rouler.
Je croise J.P. fraîchement enrôlé par le Ride Local. On parle un petit peu ; il me dit que l'aire de street possède quelques défauts. La courbe de la grosse fun box qui éjecte bizarrement, avec un plan incliné un peu raide pour la réception. Le corner avec ses plans inclinés semble trop raide pour être ridable... Tout ceci devrait être corrigé prochainement lors de l’implantation définitive. Et oui ! La ville de Cergy, a acheté une VRAIE aire de street pour ses riders. Au cours de notre discution J.P. fait la police à plusieurs reprises pour le port du casque. Pour ces trois jours de sport extrême, celui-ci est obligatoire, ceci étant plus par mesure de publicité des protections vis à vis du grand public que par mesure de sécurité.
Après notre discussion, je chausse et fais connaissance avec l'aire de street. Quelques courbes sont effectivement très particulières, la pyramide est rapide et agréable à utiliser ainsi que son curb que je prends plaisir à grinder. Rouler sur un plancher en bois est un peu inhabituel, après quelques minutes on s'y habitue progressivement. Il manque d'accroche pour la prise d'élan et les virages car le bois est encore un peu humide. Espérons que les cieux seront plus cléments pour les jours à venir...
Les BMX et les rollers roulent en même temps. Chacun ayant sa façon d'exploiter l'aire de street, en descendant un module, je fais un face à face malencontreux avec un adepte de la pédale. En moins de 10 minutes je me retrouve à l'hôpital. Bilan, la paupière gauche ouverte. Un point de colle plus tard je suis de retour au park. Dans ma chute, mon genou a dû toucher le vélo ou je ne sais quoi d'autre donc la reprise se fait en douceur.
Vers 19h on lève le camp, pour retourner chez soi. Les premières impressions sont bonnes malgré ces courbes trop raides. Tout le monde semble motivé pour revenir demain.

Vendredi 17 Juin : les qualifs

Je quitte le travail et rentre me changer. J'appelle les Rambolitains, ils ne peuvent pas venir car ils sont déjà en vadrouille sur Paris. Pour les frères c'est pareil, l'un travail et l'autre souffre de la cheville. Heureusement une amie curieuse et ne connaissant pas l'esprit d'un contest décide de me suivre. Malgré un retard de train, je passe la prendre et nous filons sur Cergy à travers les bouchons des départs en week-end. On arrive donc tout juste pour le début des qualifications. En me voyant, Gnaf désigne sa montre du doigt pour me faire comprendre que je suis plutôt en retard. Mon genou me faisait toujours mal, je décide de ne pas aggraver mon cas en ridant. Je préfère me préserver pour une autre fois. L'heure des qualifications est bien choisie car cela coïncide avec la sortie des bureaux. Le public est donc présent malgré la grisaille. Le temps ne s'est toujours pas amélioré, tout le monde espère qu'il ne va pas pleuvoir. Les qualifications se déroulent sous forme de poules de 3 riders pendant 5 minutes. L'organisation est bonne, car dans chacune d'elles on retrouve de riders de niveaux à peu près équivalents, ceci évite de faire des sessions déséquilibrées et assure un déroulement homogène.
Pour le contest, une soixantaine de courageux sont venus de tout la France. On notera la présence de gars de Nice de Perpignan, Narbonne ou encore Sedan sans oublier les Parisiens. Quelques Belges et Portugais sont également de la partie. C’est une belle affiche, qui, devant la taille des modules promet du spectacle. Le jury est composé de Wilfried Rossignol, Kalid et Anastase, quant au speaker, il s'agit du cauchemar des gens de bonne éducation, j'ai nommé, Thomas Buchet. Rappelons qu'il s'agit d'un personnage important dans un contest car il lui incombe la tâche de chauffer rider et public ainsi que de faire monter l'ambiance.
Aujourd'hui, on a l'impression que tout le monde roule sans trop forcer, à croire que tous cherchent leurs repères et prennent leurs marques pour la finale prévue le lendemain. Il en est de même pour le speaker, à notre grand regret il semble qu'il ait rangé ses tartinages de rondelles et autre joyeusetés ; comme il s'agit d'un contest devant le grand public, il ne faudrait pas choquer la ménagère de 50 ans. Côté aire de street entre Warren qui se prend le kink en Soul Disaster Soul et Loïc Charlier en Alley Oop Mistrial, on peut dire que les tricks sont quand même là. L'ambiance monte doucement au fur et mesures des poules. D'ailleurs celles-ci se déroulent avec une certaine rapidité. Les copings étant neufs et pour la plupart en inox, la wax est souvent utilisée pour donner un peu de glisse à ce métal si collant. Beaucoup de monde aura remarqué un rail caché dans les rambardes du park, culminant à plusieurs mètres au dessus du vide. Certains parisiens auraient déjà des vues dessus. Nous n'en saurons plus que demain...
En Last Tricks plusieurs riders se payent le luxe de grinder le rail des juges. D'un coup tout le monde se réveille et devant un tel spectacle l'ambiance se chauffe immédiatement caméras et flash se mettent en route. Un des premiers à ouvrir le bal est le Parisien Nicolas Maye qui tente un Backside Royal et par la suite enchaîne sur un True Spin Top Soul d'une propreté irréprochable. D'autres le suivent comme Warren dans un Kindgrind à faire trembler.
Manque de chance, le timing est serré car les B.M.X. attendent les fins des qualifications pour passer à leurs tours. Ces quelques petites folies si agréables à regarder provoquent donc des retards et les poules se voient passer de 3 à 4 riders, mais cela ne nuit en rien à la gestion des runs. Il est agréable de voir qu'il existe un respect mutuel, chacun laissant l'autre s'exprimer avant de s'élancer pour prendre le module à son tour. Les last tricks sont souvent l'occasion de voir des figures un peu démentes, voire originales. On retiendra par exemple un local un peu farfelu qui s'amuse à dropper par deux fois du grand wall.
Une fois tous les riders passés, c'est au tour des finales B.M.X. de commencer. Vu que j'ai une soirée de prévu, je ne peux donc pas rester trop longtemps. Je vais saluer JP et Gnaf et repars avec mon amie. Elle débute le roller et repart enchantée et bien motivée pour continuer.

Samedi 18 Juin : les finales

Ce matin, je me suis couché tard ; la soirée était bien chargée dans beaucoup de sens du terme. Je prends un petit repas histoire de tenir la route et retourne au 100 Contests. Le pass donné la veille par Yohan m'aide à passer les divers barrages dressés sur la route pour accueillir une randonnée roller ; et me permet de me garer à 10 mètres du contest. Quand je vois la file de voitures stationnées, j'aurai dû marcher pendant ¾ d'heure...
Je suis comme à mon habitude à l'heure, ou en retard pour les autres. Les trainings touchent à leur fin et déjà on sent que l'ambiance n'est plus la même qu'hier ; il se passe quelque chose. Tout le monde affûte ses tricks. Les filles sont également de la partie, Aurore non contente d'avoir baptisé le rail en Soul nous fais une grosse frayeur sur une tentative de Backside Royal on ne peut plus raté sur le curb de la fun box. D'après le bilan des pompiers sur place, ils pensent à une fracture du coccyx. Direction l’hôpital pour des examens complémentaires.

Aujourd'hui, fini la grisaille, le soleil est présent et le fait sentir. Les finales commencent sous un soleil de plomb. Les riders sont appelés un par un et ont deux runs d'une minute pour convaincre les juges. Les courbes étant ce qu'elles sont, nous n'assisterons pas à un festival de pirouettes en tout genre, seul Warren s'aventure sur un Flat Spin Over The Car, bien propre. En ce qui concerne les grinds je crois bien que tout (ou presque) a été tenté sur les rails du park, du Switch-Up au Budget en passant par le Disaster. Pierre Ackrich en a surpris plus d'un avec son Royal to Backside Savannah sur le kink, ou encore Loïc Charlier avec son 360° Royal To Mistrial. La finale se déroule en même temps qu'un clash de rap, celui-ci capte une partie de l'attention du public. Pourtant quand on voit Adrien Anne avec son Backside Torque Budget Alley Oop Acide, le vrai spectacle est là, devant nos yeux et on ne peut qu'en demander encore. La réponse fut apportée par Fabrice Guyont avec son Alley Oop Negative Mistrial. Il ne manquerait plus que les streeteurs se mettent à faire du park. Curieusement, c'est ce que nous fait Momo en nous gratifiant d'un 270° Top Soul sur le long quarter. Les modules étant un peu trop proche, les runs sont pour certains difficiles à construire de façon correcte. Rares sont ceux qui arrivent à gérer cette difficulté. A voir Ilia rouler dans un run fluide et très rapide ça n'a pourtant pas l'air bien compliqué. Il arrive à avoir une bonne utilisation de l'aire aussi bien en grind qu'en rotation. Il rentre par exemple avec son 540° en transfert d'une fun box à l'autre.
Dans les Last Tricks on pourrait croire qu'Ilia et Adrien s'affrontent dans un concours de longueur de grind sur le rail caché, Victoire indéniable d'Adrien qui le prend presque entier en Backside Full Torque. Quand à Warren au bout de 3 tentatives, il n'arrive toujours pas à nous mettre son Kindgrind sur le rail des juges ; alors qu'hier il nous rentrait ce trick avec une facilité déconcertante. Le soleil tape dur pour un après-midi de Juin, Ilia n'est plus qu'un coup de soleil vivant. Bien que le mal soit déjà fait, il se force à porter un tee-shirt à manche longue pour limiter les dégâts.

Après les finales hommes, vient le tour des filles. La gente féminine ne fût représentée que par deux parisiennes, Laetitia et Samira. Aurore est encore à l'hôpital pour divers examens. Elle seule aurait pu inquiéter Laetitia durant cette finale femme sans surprise. Samira a nettement moins d'expérience, cela se ressent sur sa façon de rouler, de plus on la sent trop sous pression pour réussir quoi que ce soit. Sur un Sunnyday To Soul et un 540° sur la Fun Box, Laetitia s'assure la victoire.
En attendant les résultats, nous assistons sur la scène d'à côté à un clash de rap. Il s'agirait d'une pratique qui consisterait à faire des rimes et des phrases sur un sujet tiré au hasard. Il paraîtrait aussi qu'il ne faut pas faire de hors-sujet et ne pas insulter son adversaire. C'est pourtant bel et bien ce à quoi nous assistons plié en deux de rire devant un lancer de canette sur certains participants par le public. Le spectacle est partout, sur scène comme dans le public ; voilà quelque chose de bien distrayant. Chapeau à l'organisation d'avoir tenu aussi longtemps devant un tel chaos. L'ordre ne fût pas facile à rétablir mais devant la menace de ne pas faire la finale devant eux, les esprits se calment quelque peu.
Le soleil et la poussière donnant vite soif, je profite d'un stand pour me réhydrater. En discutant autour d'une bière avec J.P., il m'append qu'une session s'est poursuivie durant une bonne partie de la nuit, skate, roller et BMX mélangée, le tout dans une bonne ambiance comme on en voit rarement et avec pour fond sonore les concerts qui se déroulaient 100 mètres plus loin.
Une fois toutes les finales terminées, tous les possesseurs de bracelets sont appelés sous la tente V.I.P. Un service de vigile s'assure qu'il n'y a pas de resquilleur et une fois sur place nous découvrons avec enchantement petits-fours et kir Royal servis dans des flûte de champagne ; ça change du gobelet en plastique, le tout à profusion et à volonté. La mairie n'a vraiment lésinée sur rien. C'est à ce moment que débarque Aurore, elle rentre à l'instant de l'hôpital. Déçue de ne pas avoir pu participer à la finale, elle devra se consoler de la troisième place. Après le discours de remerciement du maire arrive la remise tant attendue des prix avec la victoire presque sans surprise d'Ilia et de Laëtitia qui empochent chacun 1 000€. Les deuxièmes et troisièmes se contentant de 500 et 250€.
A cette remise des prix on aurait pu rajouter la palme du mérite qui serait revenue à Loïc Charlier. Celui-ci participa aux finales avec une platine brisée. Il devait pratiquement entre deux grinds la remettre dans l'axe en tapant son patin.
Une fois tout le monde rassasié, la tente se vide peu à peu, le soir tombe. Quelques groupes de riders roulent encore. L'ambiance est décontractée, les projecteurs assurent un bon éclairage. Pouvoir rider de tels modules avec une ambiance pareil est tellement rare que je décide de chausser et tant pis pour mon genou. La nuit et la faim arrivant sonnent la fin de la session. Le temps de dire au revoir à la marmotte qui reprend la direction de sa cité Yvelinoise et je reprends la route la tête pleine de souvenirs.

Conclusion

En résumé, il s'agit vraiment d'un bon contest qui prend de l'ampleur à chaque édition. Il ne faudra en aucun cas rater la prochaine. De source sûr, il y aura bel et bien un 100 Contest III. En ce qui concerne les dates, rien n'est encore fixé ; l'idéal étant bien sûr de le caler après les épreuves du bac et plus le week-end qu'en fin de semaine. Surveillez l'agenda sur Rollerenligne.com...
Au rayon des rumeurs ; quelques Américains en vadrouille sur notre territoire, à la vue des photos du park et du price-money auraient bien aimé participer au contest. Donc il y aurait des chances qu'il y ait du beau monde l'an prochain (à confirmer).
Merci a Yohan pour le pass, à la bière de rafraîchir, à la mairie de Cergy pour les bouteilles d'eaux et de champagnes, au B.M.X. pour le point de colle et à JP pour les infos.

Résultats

Hommes

1) Ilia Koutchoukov
2) Pierre Ackrich
3) Geoffrey Lopez
4) Nicolas Auroux
5) Warren Digne
6) Wistiti
7) Momo Sylla
8) Arigna Phaviseth
9) Loïc Charlier
10) Nicolas Picaretta
11) Fabrice Guyon
12) Adrien Anne
13) Nicolas Maye
14) Denis Gul

Femmes

1) Laëtitia
2) Samira
3) Aurore

Galerie photo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Liens utiles

Texte et photos : JFBest
Mis en ligne  le 08 August 2005 - Lu 7494 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB