-
Le 29 January 2019 à 21:01 | mise à jour le 30 January 2019 à 22:17

Test des boot roller course Powerslide R4 Trinity

Test des boot roller course Powerslide R4 Trinity

Powerslide dispose de collections de rollers course assez larges, du débutant à l'expert. Nous nous sommes penchés sur l'un des modèles d'entrée de gamme de la marque Allemagne, le R4 Trinity, un patin à coque plastique renforcée par de la fibre de verre...

Mis en ligne par  Alexandre CHARTIER

Le Powerslide R4 Trinity en résumé

Notre avis

Malgré un look assez passe-partout et une coque à base plastique / fibre de verre qui pourrait laisser sceptique, le Powerslide R4 a de bons arguments à faire valoir. La boot offre un maintien suffisant pour patiner en confiance, même montée sur une configuration 3x125 mm. Sa souplesse sur la partie supérieure pardonne les fautes techniques. Ainsi, on peut patiner longtemps sans avoir mal aux pieds ou se blesser les malléoles. Sans avoir la nervosité extrême d'un modèle en carbone, elle dispose quand même d'une bonne réactivité et d'un maintien général satisfaisant. Nous la conseillons particulièrement aux patineurs qui voudraient tester pour la première fois un patin de course après avoir roulé avec un roller de randonnée ou de longue distance équipé d'un cuff. Si vous voulez un maximum de contrôle et de maintien, optez pour son grand-frère R6 Marathon Trinity.

Les points forts et les points à améliorer

 

Les points forts

  • Le confort dans la durée
  • Le bon rapport qualité/prix
  • Le niveau de performance général
    pour un modèle d'entrée de gamme

 

Les points à améliorer

  • Le système de serrage perfectible
  • Quelques détails de finition

test Powerslide R4 Trinity 2018

Fiche technique du Powerslide R4 Trinity

Marque: Powerslide
Modèle : R4 Trinity
Année : 2018
Coque : Composite de fibre de verre renforcée de plastique (GFRP - GlassFiber Renforced Plastic) - GFK
Tige : microfibre
Couleurs dominantes : noir, argenté et bleu
Chausson : intégré à la coque
Serrage : boucle micrométrique, sangle et lacet ciré
Entraxe : Trinity (uniquement compatible avec une platine Trinity)
Thermoformable ? non
Hauteur en cm : 13,5 cm en taille 41EU
Rigidité de l'avant du pied : souple à moyenne
Rigidité au niveau de la cheville : moyenne
Tailles disponibles : 38 au 46 EU | US 6-13
Prix public : 209,90 €
Point particulier : aération sous la voute plantaire
Usage recommandé : Pratique de la longue distance et découverte du roller course

Test détaillé du Powerslide R4 Marathon Trinity

test Powerslide R4 Trinity 2018

Après l'essai du Powerslide Marathon R6, nous nous intéressons à sa version épurée, le R4 : la même structure mais sans cuff. Il s'agit d'un modèle conçu pour s'initer au roller course, mais il convient assez bien pour les randonnées sur longue distance ou les courses d'endurance.

Modalités de test

test Powerslide R4 Trinity 2018

Nous avons été testé la coque R4 durant un mois à raison d'une dizaine de kilomètres par jour au minimum sur différents type de parcours et de revêtements. En ville pour évaluer sa réactivité en relance et son confort, sur pistes cyclables et sur voies vertes pour atteindre des vitesses plus élevées. Nous avons fait le choix de la monter sur une platine Trinity Triple X de 12,5 pouces avec des Roues Rollerblade Hydrogen Pro 125 mm.

Présentation de la coque R4 Trinity

La coque Powerslide R4 se compose d'une structure en plastique renforcée par de la fibre de verre (GFRP). Ces matériaux moins nobles que la fibre de carbone ont l'avantage d'être moins coûteux. Ils sont aussi un peu plus lourds et un peu moins rigides que du carbone, toutes choses égales par ailleurs.

La structure de la coque monte largement au dessus des malléoles (13,5 cm de haut en 41EU selon Powerslide). Contrairement au R6 Marathon Trinity, le R4 ne possède pas de cuff. On trouve une ouïe d'aération sous la voute plantaire pour mieux ventiler le chausson. Attention, elle risque bien de laisser rentrer l'eau en cas de pluie.

Le design général est assez sobre et classique avec des couleurs argentées, noires et bleues.

La tige

Elle est réalisée en cuir synthétique. Sa rigidité est modérée dans l'ensemble : plutôt ferme sur la partie basse du pied et de la cheville, pour devenir plus souple sur la partie haute de la tige au niveau des malléoles. Cela correspond aux spécifications indiquées par Powerslide sur son site Internet.

Cette tige haute mais relativement souple offre une bonne tolérance aux mauvaises prises de carres. Elle évite de se faire mal aux pieds quand la technique n'est pas/plus au rendez-vous. Ce type de modèle est clairement conçu pour les patineurs qui débutent la vitesse. On dispose d'un maintien honorable sans sacrifier le confort dans la durée.

Le chausson

Le chausson est intégré à la coque (non amovible). Il n'est donc pas possible de le laver séparément. Il se compose de microfibres.

La mousse est présente en quantité suffisante. Elle est suffisamment dense pour ne pas sentir la structure. Nous n'avons ressenti aucun point de compression et aucune ampoule n'est à déplorer à l'issue des tests.

Le système de serrage : prenez votre temps pour bien l'ajuster

Le Powerslide R4 dispose :

  • d'un lacet ciré qui va du bas du pied jusqu'à la naissance du tibia
  • d'une sangle avec boucle micrométrique sur le cou-de-pied
  • d'une sangle à scratch sur la naissance du tibia

Le laçage peine un peu à coulisser dans les oeillets, il faut bien prendre le temps de serrer en partant du bas et en remontant progressivement pour obtenir un maximum de précision, d'autant que le pied est plutôt large.

La sangle à boucle micrométrique est un peu longue sur le modèle que nous avons testé. On arrive à la butée de la boucle en serrant. D'autre part, elle aurait mérité un peu plus de précision, les crans ont tendance à sauter au moment du serrage, ça ne permet pas forcément de serrer à fond.

La sangle à scratch remplit bien sa mission. Elle finit de caler le pied dans la chaussure. Les premiers temps, elle s'avère un peu raide et demande quelques séances pour s'assouplir. Au pire, vous pouvez la desserrer un peu pour mieux fléchir et avoir une meilleure position de patinage.

Finition

Les finitions sont assez propres dans l'ensemble. Les collages qui font la liaison entre la coque et la tige auraient pu être un peu plus précis mais rien de méchant.

A l'usage

On prend assez vite les R4 en main, même quand on est habitué à patiner avec un patin haut. Dans un premier temps, il ne faut pas hésiter à être ferme sur les serrages, quitte à relâcher un peu la tension au fil du patinage, des séances et des kilomètres. Le confort général est très satisfaisant, on apprécie de ne pas avoir la cheville maltraitée par une coque trop dure. On peut patiner des kilomètres sans se soucier de la technique en permanence. C'est assez appréciable. C'est le genre de modèle avec lequel vous pouvez commencer à tonifier vos chevilles avant de passer à un modèle plus typé compétition. Il vous permettra de bonnes accélérations même s'il trouvera ses limites quand vous commencerez à travailler vos carres. C'est sans doute sur longue distance, à une vitesse linéraire, que le Powerslide R4 Trinity a le plus d'intérêt. Il conviendra bien pour les courses d'endurance de type 6 heures et 24 heures.

test Powerslide R4 Trinity 2018

Vidéo promotionnelle du Powerslide R4 Trinity complet

Liens utiles

Logo Pierre Qui Roule

Merci à Pierre Qui Roule
Mis en ligne  le 29 January 2019 - Lu 886 fois

Mis en ligne par :
Fondateur et webmaster de rollerenligne.com. Alexandre est un passionné de roller en général et sous tous ses aspects : histoire, économie, sociologie, évolution technologique... Ne le branchez pas sur ces sujets sans avoir une aspirine à portée de main !

Site web Google+ facebook Twitter


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB