-
Le 19 December 2017 à 22:12 | mise à jour le 11 January 2018 à 07:34

James Leonard Plimpton (Etats-Unis) - le père du patin à roulettes traditionnel

James Leonard Plimpton (Etats-Unis) - le père du patin à roulettes traditionnel

James Leonard Plimpton est sans doute l'inventeur qui a connu le plus grand succès et la plus grande richesse grâce à ses patins à essieux. Il a apporté de nombreuses innovations à nos très chers quads et les a popularisés à travers le Monde...

Mis en ligne par  Alexandre CHARTIER

Biographie de James Leonard Plimpton (1828-1911)

Prototype de patin Plimpton de 1860James Leonard Plimpton (Etats-Unis) est né à Medfield (Massachusetts, USA), en 1828. Il était mécanicien. De constitution frêle, son médecin lui conseille de faire de l'exercice, et plus précisément du patin à glace, pour rester en forme. Ses chevilles fragiles ne lui permettent malheureusement pas de pratiquer dans les meilleures conditions.

L'idée de départ : être plus stable latéralement sur glace

Si l'on en croit La Revue des Sports du 16 janvier 1892, Plimpton aurait rencontré M. Cook, patineur émérite sur glace, sur le lac de Central Park à New-York (Etats-Unis). Cette rencontre lui aurait donné l'idée d'inventer un patin sur lequel on peut se tenir tout de suite sans danger :

"...car il était déjà arrivé à l'âge mûr sans avoir jamais patiné. Ce patin bizarre avait quatre petites lames, deux en avant et deux en arrière ; un traineau en miniature. Ces lames restaient toujours à plat. Au moyen d'un ressort, elles convergeaient quand le patineur se penchait "en dedans", et divergeaient quand il se penchait "en dehors". En un mot le patineur pouvait faire des dehors ou des dedans sans se mettre sur la carre. Cherchez un peu, et vous trouverez là l'origine du patin à roulettes moderne. En effet, désirant continuer son exercice, le dégel survenu, M. Plimpton fit, d'après ce modèle de patin-traineau, le patin à roulettes que vous avez tous essayés."

Si l'invention n'a pas eu le succès escompté sur la glace, il en a été tout autrement pour sa version à roulettes.

De la glace à la roulette

Un brevet de Plimpton déposé en 1908

Le premier patin à essieux de Plimpton a été construit sur le même principe : 4 roues en bois montées sur deux essieux articulés. L'inclinaison latérale des pieds fait converger les essieux et permet de tourner.

Il a créé sa paire de patins à roulettes en 1863 et les a nommés "Rocking Skates" (littéralement "patins à bascule"). Cependant, les premiers prototypes dateraient de 1860. Plimpton eut l'idée de séparer les roues de la plateforme pour accroître la maniabilité, à l'image des boggies des trains.

Des innovations successives

L'usure prématurée des roues sur les essieux constitue le seul problème posé par ce système. Plimpton va donc perfectionner son invention par l'ajout d'une bague en bronze à l'intérieur du trou de l'essieu. Il met également au point un système de lubrification. Ce système, composé d'une vis sans fin, permet de limiter l'usure des roues en entraînant la graisse sur les points de friction.

Plimpton va déposer de nombreux brevets tout au long de sa vie. Les deux premiers datent vraisemblablement du 6 janvier 1863 et du 26 juin 1866. Toute sa vie, il n'aura de cesse de défendre son invention en faisant des procès aux copieurs en tous genres. Le plus récent que nous ayons trouvé date de 1908 (ci-contre), trois ans avant sa mort. A partir de 1884, il rencontre une sévère concurrence de Richardson.

La brillante idée de Plimpton : les Skating Rinks

Selon l'ouvrage "Rollermania" de Sam Nieswizski, les patins de Plimpton n'étaient pas vendus aux particuliers, mais exclusivement aux propriétaires de patinoires qui les louaient par la suite à leurs clients. Son invention suscita un engouement sans précédent pour le patin à travers les Etats-Unis en 1870, puis à travers l'Europe, en commençant par l'Angleterre.

On peut dire que Plimpton a eu de la suite dans les idées. Pour favoriser la pratique du patin dans les meilleures conditions et accroître les ventes de ses patins, James Leonard Plimpton a ouvert ou favorisé l'ouverture de nombreux "skating rinks". L'un des premiers a ouvert à New-York, à côté de son magasin dans le Plimpton Building de Manhattan (1863), une autre est sortie de terre à Newport (Rhode Island) et une troisième à Londres avec le Crystal Palace en 1865. Puis, vinrent Cincinnati (1867), Louisville (1869).

Plimpton fit la promotion du patin à roulettes comme activité noble et aux standards moraux élevés. Il visa particulièrement la clientèle riche et distinguée.Après la Guerre Civile, les américains eurent une fièvre de remise en forme. L'invention de Plimpton rencontra alors un succès considérable. D'après Harvey Green, professeur d'histoire à l'Université de Rochester et vice-président du Strong Museum de Rochester, le succès initial du roller était également dû, en partie, à sa popularité auprès du public féminin. Le patin à roulettes aurait ouvert de nouvelles possibilités de faire la court, favorisant "un contact physique étroit, un sens du mouvement libératoire des femmes confinées dans les normes de l'époque victorienne" (article du Washington Post du 5 mai 1989).

Les skating rinks se répandent à travers les Etats-Unis et à travers le monde

En 1869, des investisseurs comme Jos. W. Wayne ne s'y sont pas trompés et ont investi dans cette invention pour la faire fructifier, attirer d'autres investisseurs et revendeurs en quête de rendement. A 4$ la paire (par lot de 25 paires), Jos. W. Wayne parle d'un retour sur investissement dès le premier mois ! Il incite même des entrepreneurs à monter des skating rinks en leur précisant les caractéristiques techniques nécessaires pour les salles et leur taux de rentabilité :

Patin de Plimpton

"The Expense of Fitting Up a Hall for Skating purposes is not necessarily large, as the main requisite is a smooth and solid floor. A room 25 by 75 feet will accomodate 50 or more skaters, and an audience of 150 to 200, an so in proportion to size."

L'entrée du magasin de Plimpton

Les skating rinks sortent de terre dans les états américains

  • Kentucky : Indianapolis, Hopkinsville, Henderson, Louisville, Madisonville, Owensboro, Paducah, Russelville
  • Tennessee : Brownsville, Chattanooga, Clarksville, Fayetteville, Murfreesboro, Menphis, Nashville, Paris
  • Georgie : Atlanta, Augusta, Athens, Albany, Brunswick, Columbus, Cartersville, Griffin, La Grange, Macon, Newman, Rome
  • Louisiane : Nouvelle-Orléans, Shreveport
  • Mississippi : Brownsboro, Eufaula, Greenville, Meridian, Natchez, Viksburg, Yazoo City
  • Texas : Galverton, Jefferson
  • Indiana : Evansville, Indianapolis, New Albany, Terre Haute

En 1867, ses patins sont présentés à l'exposition universelle en France et seront importés par la suite. Plimpton fait fortune grâce à son invention et gagna l'équivalent de 20 millions de Francs-or entre 1863 et 1876, l'équivalent d'un demi-milliard de francs en 1991 ! La période qui suivit vit l'apogée du patin à roulettes.

Patins Plimpton - Credit: Science Museum

Liens utiles

Notre dossier consacré à l'histoire du roller et du patin à roulettes

Anatomie d'une paire de quads / patins traditionnels

Mis en ligne  le 19 December 2017 - Lu 1359 fois

Mis en ligne par :
Fondateur et webmaster de rollerenligne.com. Alexandre est un passionné de roller en général et sous tous ses aspects : histoire, économie, sociologie, évolution technologique... Ne le branchez pas sur ces sujets sans avoir une aspirine à portée de main !

Site web Google+ facebook Twitter


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB