-
Le 01 February 2009 à 00:00 | mise à jour le 21 April 2009 à 08:33

Quelques conseils pour bien débuter en slalom

Quelques conseils pour bien débuter en slalom

Au plan institutionnel, le slalom appartient à la famille du "roller acrobatique", tout comme le saut ou le roller agressif. Il s'agit d'une pratique qui allie dimension technique, ludique et artistique. Elle nécessite souplesse et équilibre. Voici quelques pistes qui vous aideront à débuter dans ce sport sans trop vous emmêler les guibolles...

Article par 

Quel matériel choisir ?

Plusieurs disciplines existent : le speed-slalom (course de vitesse en slalomant), le slalom figure (avec un programme libre à présenter), le jam (à deux en chorégraphie, le battle (affrontement façon "hip-hop").
Deux marques de référence se partagent le marché du slalom : Rollerblade avec son fameux "Twister" qui traverse les générations et Universkate avec le "Seba High", un patin plus récent et très abouti techniquement. Powerslide pourraient bien grignoter un peu ce marché avec son nouveau S3. La plupart des slalomeurs utilisent l'un ou l'autre de ces modèles.
Il fut une époque où de nombreux patineurs utilisaient les FSK Salomon ou des patins de hockey Mission. De plus en plus de riders optent pour des customs (mélanges de plusieurs pièces de patins de marques différentes) pour arriver à un patin idéal...

Les caractéristiques du patin de slalom

Il faut un patin relativement rigide mais confortable pour supporter plusieurs heures d'entraînement sans douleurs et des prises d'appuis très variées (plat, talons, pointes...).
Le patin sera équipé de roues avec des dimensions comprises entre 76 mm et 80 mm. Elles peuvent être tendres à dures (entre 78 et 85A).
Le patin devra aussi être équipé d'une platine courte afin d'avoir un maximum de maniabilité (environ 250 mm en 4x80 mm). La platine devra être bien centrée sous le pied, ni trop en avant, ni trop en arrière.
Il faudra mettre vos roues en "banane": une roue petite à l'avant, une autre petite à l'arrière, et 2 grandes roues au milieu. Du coup, ce sont surtout les roues du centre qui touchent le sol, cela facilite les prises de carres. Ce montage est très utilisé par les slalomeurs. Il est fortement instable et peu efficace si vous faites de la randonnée ou une autre activité que le slalom.

Les protections : est-ce utile ?

Le port des protections n'est pas obligatoire en compétition pour les adultes. A l'entraînement, c'est en fonction des sensations de chacun, les chutes sont quand même assez fréquentes vu que l'on passe son temps en déséquilibre.
En slalom, les protections ont tendance à gêner les mouvements.
Si vous sentez que vous n'êtes pas encore très sûr de vous, utilisez l'intégralité des protections (coudes, genoux et poignets). N'oubliez pas les protéges-poignets ou protège-paumes qui se révèlent être vraiment indispensable pour vos débuts en slalom... Le principal est de pratiquer en toute sécurité.

Les plots

Un pratiquant en compétition aura besoin d'une soixantaines de plots car il devrait mettre en place 3 lignes de slalom de dimensions différentes :
- 1,20 m d'espace entre les plots,
- 80 cm d'espace entre les plots,
- 50 cm d'espace entre les plots.

Il est conseillé de commencer par le "grand" où les plots espacés de 1,20 m. Le 80 cm est le plus utilisé par les slalomeurs. Le 50 cm (micro) demande une excellente maîtrise technique. Si vous chaussez du 45, vos pieds font environ 30 cm, imaginez l'espace restant...
Le nombre de plots par ligne est de 20 mais libre à vous de le changer, d'en mettre plus par exemple.
On peut trouver des plots dans les shops spécialisés ou les fabriquer soi-même. Idéalement, il vaut mieux qu'ils soit petits, de forme pyramidales, suffisamment rigides pour ne pas les écraser en roulant dessus mais sans être trop dur en cas de chute dessus.

L'aire de pratique

Il vous faudra une vaste surface plate avec un revêtement bien lisse d'environ 40 m de longueur minimum pour commencer (si vous posez 20 plots d'1,20 m). Vous pouvez aussi pour commencer en ayant des écarts plus grand selon vos envies...

L'apprentissage et la progression en slalom

L'apprentissage du slalom demande du temps, de la patience et de la persévérance. Dans un premier temps, il s'agira d'acquérir des figures de bases, puis de les combiner, puis, par la suite, d'introduire des variantes.
A terme, si vous persévérez, il faudra également avoir un véritable entraînement physique en parallèle de la technique.

Les figures de base du slalom

Il existe plusieurs figures simples pour débuter. Les premières figures à tenter peuvent par exemple être la godille avant et le croisé avant. Il est conseillé d'essayer sur le "grand" slalom d'abord avec des plots espacés dans un premier temps.
- La godille consiste à slalomer entre les pots en gardant les jambes jointes et les parallèles, comme au ski...
- Le croisé avant, comme son nom l'indique a pour but de croiser les pieds et de les décroiser entre chaque plot.
De nombreuses autres figures peuvent être abordées rapidement en fonction du niveau du patineur.

Les familles de figures

On peut répertorier les figures de slalom en différentes familles selon la façon dont on aborde les plots. Les réglements nationaux et internationaux distinguent :
- les aigles et reverses,
- les figures assises,
- les wheelings,
- les spins,
- les figures sautées
On peut aussi distinguer des variantes pour les figures : switch, avant, arrière, impérial, royal...

Progresser en enchaînant des figures différentes

La magie du slalom, c'est de combiner des figures de façon fluide, et là, les combinaisons sont quasi-infinies ! Une fois plusieurs techniques maîtrisées, essayez de les enchaîner, des les mélanger : croisés avants, arrière, aigles, serpents avants ou arrières, etc.
Progressivement, vous pourrez passer à des techniques plus complexes comme les figures en arrière, sur un pied, à l'envers, sur les pointes de pieds. Astuce 1 : Le "crazy" est une bonne technique de transition. Il se compose de successions de "croisé avant" et de "croisé arrière" exécutés latéralement à la ligne de plots.
Astuce 2 : Essayer de travailler systématiquement chaque figure dans un sens puis dans l'autres, sur votre bon pied puis sur votre mauvais pieds, cela donnera beaucoup de richesse à votre technique.
Pour profiter d'une liste et de tutoriaux de qualité pour apprendre le slalom, rendez-vous sur www.kompakombo.fr (le site de référence)

Et le speed-slalom ?

Un autre type de slalom existe : le slalom vitesse (ou speed-slalom). Il est aussi impressionnant que le slalom figure est artistique.
Son but est simple : parcourir 20 plots espacés de 80 cm le plus rapidement possible.
Optez pour un montage Hi-Low ou banane pour sa pratique, cela vous donnera une plus grande maniabilité à vive allure. Une coque rigide est indispensable pour le maintien de la cheville et la réactivité.
En règle générale, les patineurs partent à toute allure en "pied avant" car c'est une des techniques les plus rapides. Il y a certaines exceptions, des patineurs en "pied arrière" ou "croisé avant".
Utilisez la figure sur laquelle vous êtes le plus à l'aise, le plus confiant.
Les écarts entre 2 temps sont tels que des cellules sont utilisées en compétition. Les temps se jouent souvent au centième près, voire au millième. Les meilleurs mondiaux passent les 20 plots en moins de 5 secondes. Le recordman du monde est français : Yohan Fort !
Pour commencer, essayez le speed slalom avec des plots assez espacés puis resserrez jusqu'à l'espacement réglementaire de 80 cm.
Vous pouvez aussi travailler votre réactivité et votre précision sur du 50.

Liens utiles

www.kompakombo.fr (le site de référence)
Vidéos tutorielles sur Kompakombo.fr
Réglement sportif acrobatique (CNRA)
International Freestyle Skating Association (IFSA)
World Slalom Series (WSSA)
Texte : Alfathor, basé sur un ancien article de Tigr'Roue
Photos : droits réservés
Mis en ligne  le 01 February 2009 - Lu 11008 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB