-
Le 11 July 2017 à 18:07 | mise à jour le 13 July 2017 à 12:23

Retour sur les 24 Heures Rollers du Mans 2017 avec Anaëlle Sanson

Retour sur les 24 Heures Rollers du Mans 2017 avec Anaëlle Sanson

Rollerenligne.com vous présente Anaëlle Sanson, sourde profonde de naissance, un défi pour le roller en terme d'équilibre ! Cette sportive réalise de grandes performance malgré son handicap....

Mis en ligne par  Aurélien GACHET

Présentation

24 heures roller du Mans 2017 avec Anaëlle SansonBonjour à tous. Je suis Anaëlle SANSON, j’ai 33 ans. J’ai une qualité (qui est peut-être également un défaut) : j’ai une volonté et un mental très fort. Je n’abandonne pas et je vais toujours jusqu’au bout.

Je suis licenciée du club de Roller de Landevant roller skating (56) depuis avril 2015. Je faisais surtout du roller pour les balades (et un peu de Hockey). En 1er mai 2016, j’ai assisté à la Coupe de Bretagne (en curieuse). Ça m’a donné envie de rouler moi aussi et de préparer des courses. J’ai passé beaucoup de temps pendant l’été 2016 à réunir des informations sur les courses, les rollers etc. J’ai échangé avec des spécialistes Rollers. J’ai finalement commandé une paire de roller de vitesse chez Ligne Droite en août 2016 (merci à Christophe Evart).

Finalement, je roule également avec le club GROL de Vannes. Je les remercie de m’avoir accepté et pour la bonne ambiance de l’équipe !

En novembre, Isabelle Foussadier me permet de participer à des entraînements avec des enfants de 6 ans en vitesse (Hé oui, j’étais trop trop loin, je n’arrivais pas à les attraper) je me dis que je ne pourrai jamais réussir en vitesse : mais deux mois plus tard, je réussi à les dépasser.

Désormais, je roule avec des jeunes ados et je remercie Jeremy Hardou.

Juin 2017, j’atteins les 29 km/h de vitesse de pointe pour la première fois !

Je travaille et m’entraîne à patiner toute seule presque tous les jours pendant 1h voire 2h.

Et une fois par mois, roller 50/60 km avec des amis de GROL !

Handicap et roller, peut tu en parler ?

24 heures roller du Mans 2017 avec Anaëlle SansonJe suis sourde profonde de naissance (je n’ai pas d’oreille interne, ce qui pose de sérieux problèmes d’équilibre) et atteinte du syndrome de Klippel-Feil (entre autres : fusion congénitale des vertèbres cervicales).

Théoriquement, je ne peux pas faire du sport : pourtant, avant de marcher je nageais. J’ai même été championne de Morbihan et de Bretagne de natation ! En 2007 je nageais pendant 7 heures pour 10km dans un bassin de 25 m.

Pour le roller, c’est difficile d’avoir la bonne position : mon cou est bloqué. Je ne peux pas me lever la tête pour regarder en face de moi donc forcément je regarde par terre et en même temps surveille en face de moi pour éviter l’accident ! Comme je n’ai pas de sens d’équilibre (car pas d’oreille interne), j’utilise ma vue pour corriger ma position. Et comme je n’ai pas de muscles sur mon épaule de gauche, j’ai forcément parfois de fortes douleurs nerveuses en position de roller !

J’ai également un déséquilibre lié à une jambe trop courte de 2,5cm donc j’utilise des semelles spéciales et ce n’est pas évident ! Mon bras gauche est atrophié et extrêmement fragile : je ne peux pas utiliser les protections classiques du marché. Comme les associations de roller ou d’aide aux handicapés ne pouvaient pas m’aider, j’ai moi-même contacté MG CUSTOM qui fabrique des chaussures de roller et de cyclisme pour réaliser une protection adaptée. Comme la création coûte cher (290 € ), j’ai créé une cagnotte participative sur internet (merci aux personnes qui m’ont aidées) et j’ai pu me payer ma protection. Grâce à MG CUSTOM, j’ai maintenant une protection adaptée et j’ai beaucoup plus confiance en moi pour le roller. Merci à eux : ils m’ont pris au sérieux et ont réalisé ma protection très rapidement.

A partir du moment où j’ai eu ma protection (avril 2017), le club a été d’accord pour les entraînements de vitesse !

Problématiques rencontrées avec le roller

Je n’ai pas de problème avec le roller : physiquement, je gère mes différences avec énergie et volonté. J’ai un souci avec un pied à cause des semelles pas vraiment adaptées. J'ai sollicité à nouveau MG CUSTOM pour trouver une solution adaptée.

Historique de mes courses

 

Motivation pour faire les 24 heures du Mans roller en solo

Après les 6 heures de Varades, je me suis décidée à m’inscrire en solo aux 24h du Mans, encouragée par Thierry Cocheteau ! Il m’a soutenu et je le remercie beaucoup : j’étais décidée à montrer ce que je suis capable de faire et à dépasser mes limites !

Récit de mes 24 heures rollers du Mans 2017 en solo

La veille

24 heures roller du Mans 2017 avec Anaëlle Sanson

Arrivée le vendredi 30 juin vers 19h30, je ne connais pas ce circuit du Mans. Je suis vraiment impressionnée de voir la taille du circuit et la fameuse montée. Je vais chercher mon dossard 1032 et rencontre Yannick Manuel qui m’encourage et me donne des conseils. Ensuite hôtel et restaurant. Double ration de pâtes provençales et nuit courte pleine de stress et d’excitation.

Le jour J

Le lendemain matin, arrivée sur la piste à 10h30. Je regarde les patineurs déguisés : c’est superbe mais la montée m’inquiète toujours autant. J’observe les techniques. J’espère trouver un bon équilibre pendant toute la course.

13h00 : installation dans le paddock (mince, pas de micro-onde pour mes pâtes). Après un repas tranquille, je change mes roues pour des roues de pluie adaptées avec des roulements céramique. Echauffement. Une barre de céréales puis c’est le départ.

3 tours plus tard, la pluie : je m’arrête pour changer de roues. Je roule toute seule.

Au bout de 2 heures, je ressens grande douleur au pied gauche. J’ai roulé 335 km à la GROL Race ce qui a abîmé mon tendon. J’essaye des crèmes mais finalement c’est le froid qui me fait le plus de bien (toutes les heures). Finalement, je roule surtout seule et assez peu en peloton. J’évite la moto qui suit les solos de près et je préfère rouler seule.

24 heures roller du Mans 2017 avec Anaëlle Sanson

Les heures passent et la fatigue et la faim se fait sentir. Mon moral tient bon. Je rechange les roues car la piste est sèche.

Vers 20h00 : je commence à m’endormir. Je préfère aller me coucher pour 30 minutes. Je me réveille en panique, pressée d’aller rouler. Je cherche rapidement des toilettes et je repars.

Vers 23h00 : j’ai très faim et envie de manger des pâtes donc je mange au niveau de coach et je vais dormir un peu pour digérer. Vers 00h30 je suis en pleine forme et je roule avec des pelotons ou toute seule.

Vers 4h00 ou 5h00 du matin : un homme derrière moi me tire sur la veste. Il m’épuise encore plus.

A 5h45 : je me sens toute seule. Je regarde des vidéos sur mon iPhone en roulant et ça me fait du bien. Vers 6h30, je percute un patineur (c’est de ma faute). Je n’ai pas vérifié en face de moi.

Ensuite je me suis endormie pour 30 minutes.

Vers 8h00 : j’y retourne. Les heures passent et je compte à chaque fois sur le coach pour le froid de pieds et la crème baume chinois sur mes cuisses. Mais à partir de 8h00 j attend mon café.

Vers 13h00 : je me décide à préparer un café et du coup je n’ai bu que la moitié pour soutenir Yannick.

Dernière heure : j’assiste Yannick Manuel et je l’aide un peu sur la montée à atteindre son objectif.

C’est mon deuxième solo 24 heures en 3 semaines (avec Quiberon). Je verse quelques larmes au dernier tour : c’est vraiment dur mais je m’accroche.

Bilan

Je suis très heureuse d’avoir roulé sur ce circuit et d’avoir terminé la course dans ces conditions. Je suis un peu déçue par mes 75 tours, je crois que j’aurais pu faire mieux mais la fatigue, la faim et mon tendon ne m’ont pas lâché.

De ma ville de Landevant, je suis une des seules qui à oser rouler sur ce circuit et participer à cette course depuis longtemps. Je suis assez fière et j’ai atteint mon objectif. Je suis crevée mais heureuse : 314 km et 5ème sur 12 solos femme.

Remerciements

Je remercie fortement Isabelle Foussadier de tout cœur et son fils Ewen Foussadier !

Je remercie Pierre Le Frapper d’être venu me voir de m’encourager comme coach.

Je remercie fortement Yannick Manuel, Daniel Mihalcea et Thierry Cocheteau ainsi des autres pour leurs conseils et encouragements.

Merci beaucoup à Alan Mogan pour son travail sur la protection.

Merci à mes amis de supporter ma tête de mule et merci à tous ce que je connais, qui m’encouragent et qui croient en mes capacités !

Texte : Sanglier76 & Anaëlle Sanson
Photos : ADBH Photos & Christine dumouchel

Liens utiles

La page des 24 heures du Mans roller 2017

Retour sur les 24 heures roller 2017 avec Igor Spriknik

Mis en ligne  le 11 July 2017 - Lu 1630 fois

Mis en ligne par :
Bénévole sur REL et Spotland depuis plusieurs année je pratique le roller depuis 2008 au Skate Club Lorrain d'Hettange-Grande. Ces dernières je me suis orienté vers la pratique de la longue distance et des courses en solo. Je gère Spotland et effectue quelques articles et news sur REL, un juste retour de ce que m'a apporté ce site.

Site web facebook


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB