-
Le 06 June 2017 à 17:06 | mise à jour le 06 June 2017 à 18:13

Entretien avec Claude Ducourtioux, président du club de Coutras

Entretien avec Claude Ducourtioux, président du club de Coutras

Coutras termine la saison 2017 un 9ème titre de Champion de France féminin de rink hockey en poche (le 3ème consécutif) et une participation à la Coupe d'Europe. Le club s'est assuré une place en Coupe CERS. Faisons le point de la situation avec Claude Ducourtioux...

Mis en ligne par  Jean LASSUEUR

Entretien

Bonjour Claude Ducourtioux, avant de parler de cette saison et, si possible un peu du futur, vous êtes le Président de Coutras depuis de nombreuses années. Depuis quand et dans quelles circonstances avez-vous endossé cette responsabilité ?

Claude DucourtiouxJ'ai été élu Président en 1998. Cette élection s'est faite dans des conditions un peu particulières. Lors de l'Assemblée Générale élective de 1998, le Président en place n'a pas souhaité se représenter, personne n'était au courant de cette situation. Un nouveau Comité Directeur a été élu par l'AG composé de 15 
personnes. Ce nouveau CD s'est retiré afin de présenter un nouveau bureau. Pour la comptabilité ainsi que pour le secrétariat les postes ont été pourvus rapidement, en ce qui concerne celui de la Présidence il a fallu plusieurs tours de table, personne ne voulant prendre cette responsabilité. On se devait de continuer, j'ai proposé ma candidature qui a été accepté par le CD. Nous sommes revenus devant l'AG afin de présenter le nouveau bureau et que les membres présents valident le nouveau bureau. Le vote a été unanime, un nouveau bureau venait de voir le jour. Voilà comment je suis devenu Président un peu part hasard.

Vous être certainement le Président actuel français, peut-être même de tous les temps, le plus couronné que l'on additionne ou non les titres masculins et féminins. Quels sont-ils ?

Notre premier titre de champion de France remonte à l'année 1964, c'était lors d'un tournoi final avec 4 équipes à Paris au gymnase Japy. Saint Omer, Tourcoing, Gujan et Coutras étaient les finalistes. Gujanais et Coutrillons se retrouvaient en final, Milou Ducourtioux était alors le capitaine de l'équipe, à 2 minutes du terme les 2 équipes étaient à égalité, mon père plaçait la balle sur le point du penalty, allait chercher le jeune Bernard Fonfrède en lui demandant d'aller chercher la victoire dans ce tir, ce qui fût fait. A la fin de la rencontre, une immense joie envahissait joueurs et dirigeants, Coutras venait d'accrocher son premier titre de Champion de France.

Les titres se sont alors succédés, avec une période particulièrement faste pour le club, une équipe dans laquelle tous les joueurs avaient été 
formés au club ont réalisé une véritable prouesse, 4 titres d'affilée, 1982, 1983, 1984 et 1985, les titres de 1982 et 1983 ont été gagnés en remportant tous les matches, soit à l'époque plus de cinquante matches sans défaite si l'on comptabilise le début de la saison 1984. Les joueurs qui formaient cette équipe s'appelaient : Damien Clauzure, Philippe Seurin, Jacques Carteau, Patrick Ducourtioux, Philippe Lalet, Didier Bourreau, Eric Pérazat et moi-même, l'entraîneur était Roger Pétrini, le Président Milou Ducourtioux.

Après le titre de 1986, il a fallu attendre plus de 20 ans pour voir à nouveau les Coutrillons obtenir un 15ème titre, suivi en 2011 d'une seizième couronne, gardant ainsi son statut de club le plus titré de France.

En ce qui concerne les Féminines, ce sport est apparu beaucoup plus tard. A Coutras le hockey féminin existe depuis une trentaine d'années, avec une coupure dans les années 80/90. Le premier titre de Championnes de France remontre à la saison 2001. 
Depuis cette période les Coutrillonnes ont toujours été dans les places d'honneur - 1ère ou 2ème -, qualifiées tous les ans pour la Coupe d'Europe, avec un titre de vice-championnes d'Europe à Manlleu. Cette année, c'est leur neuvième titre, le troisième d'affilée et elles deviennent ainsi les plus titrées de France.

De quel nombre d'équipes Coutras est-il composé ?

A Coutras nous avons cette année engagé 14 équipes.

Côté jeunes, 1 en U9, 2 en U11, 2 en U13, 2 en U15 et 1 en U17, 1 en U20.

En ce qui concerne les Seniors, 2 équipes en N3, 1 équipe en Elite féminine et 1 en équipe Elite masculin, et pour terminer notre équipe loisirs.

Ce début de saison, face à quelles difficultés éventuelles vous êtes-vous trouvés confrontés, toujours côté masculin et féminin ? Notamment au niveau des gardiennes, je suppose ?

l'US Coutras, Double Champion de France 2011

Des difficultés, je pense que tous les clubs en ont. Chez les garçons, en début de saison, il manquait le capitaine Loic Ducourtioux suspendu, avec une équipe recomposée à 60%. Cela a été un gros préjudice avec les défaites face à Ploufragan et Noisy à domicile. Ensuite nous avons retrouvé une stabilité avec un point fort lors des matches retour et ces 16 points pris sur 18 possibles.
 Après la fin du championnat était compliquée, nous étions opposés aux équipes de tête, Quévert, Mérignac, La Roche/Yon. Face à Quévert, nous avons produit notre meilleur hockey de la saison, on pensait finir en beauté, un événement extra-sportif est venu perturber cette fin de saison.

Avec les filles le plus gros handicap a été au niveau des gardiennes après le faux bon d'une gardienne qui, au dernier moment, nous a lâché. Anna Gil, ancienne internationale espagnole joueuse coutrillonne a fait parler ses connaissances et nous a trouvé 2 gardiennes espagnoles, ce qui nous a permis d'honorer notre engagement en Coupe d'Europe et Championnat.

Quel était votre objectif initial hommes, sachant que vous avez pratiquement depuis le début de saison la meilleure défense avec Alan Audelin dans les buts ? Et, peut-être, quel est-il encore à ce jour ?

D'être meilleure défense n'est pas un objectif pour moi. L'objectif affiché tous les ans en début de saison est de finir le plus haut possible dans le classement et quand je dis le plus haut possible c'est la première place que l'on vise. Cette année l'objectif numéro 1 ne sera pas atteint. Il reste une rencontre à disputer chez nous contre Saint-Omer et nous espérons finir en beauté en battant l'équipe des Hauts de France afin de nous maintenir au 5ème rang, Nantes n'étant qu'à un seul point.

Quel est votre point de vue concernant la Coupe CERS hommes ?

Concernant les hommes, au niveau européen tous les clubs français éprouvent des difficultés dès qu'ils sont opposés à des nations comme l'Espagne, le Portugal, voire l'Italie. Ces nations ont des joueurs professionnels, les meilleurs jouent dans ces pays. Les budgets des clubs français ne sont pas suffisants pour attirer ces joueurs qui font la différence avec leur talent. Le niveau du rink-hockey progresse depuis une dizaine d'années, cependant il est, pour moi, encore un ton en dessous de ces nations ou le professionnalisme existe depuis plusieurs dizaines d'années

Et concernant la Coupe d'Europe féminine ?

Le championnat français n'est pas encore d'un assez bon niveau pour pouvoir actuellement rivaliser avec des nations comme le Portugal et surtout l'Espagne et son championnat qui n'a peut-être d'équivalence qu'en Argentine dans la région de San Juan, et les rencontres espagnoles sont toutes d'un très bon niveau.

Pour ce qui est de l'Europe, cette année les Coutrillonnes ont passé un premier tour face à Iserlohn, s'inclinant logiquement face à Benfica, équipe dont une grande partie des joueuses forment l'ossature de l'équipe nationale. Je constate une petite évolution en France, cependant cela reste très fragile tant que les clubs (surtout N1 et N2) ne feront pas l'effort de développer le rink-hockey féminin, cela fait plus de 15 ans que j'en parle. Dommage pour notre sport qui veut garder son statut de haut niveau et qui se prive d'un atout indispensable dans le maintien de ce statut de haut-niveau.

Notre championnat devrait être un vrai championnat avec matches « Aller » et « Retour » et non pas sous forme de plateaux qui n'ont aucune visibilité médiatique. Si l'on veut m'opposer que les frais de déplacements sont trop importants, avec le système de plateaux les Coutrillonnes se sont déplacées à Callac, Fontenay sous Bois, Saint-Brieuc, Mérignac, Aix-les-Bains et enfin Noisy, manque 1 déplacement à Nantes, soit un coût supérieur à un championnat normal, car nous avons été obligés de prendre des nuits d'hôtel et des repas que nous n'aurions pas pris avec une seule rencontre, formule d'un championnat classique. Je ne sais pas pourquoi on s'entête dans cette formule.

Vous avez une équipe féminine qui joue le championnat masculin de N3 Sud-Ouest, une situation peut-être unique en Europe, voire même au-delà. Pour quelles raisons ?

C'est une volonté du club d'engager nos filles dans le championnat N3, les équipes étant pour la plupart composées d'hommes. Cet engagement permet à nos filles de garder un bon niveau de compétition, l'opposition dans ce championnat est bénéfique. Etant de vraies compétitrices, un simple engagement en championnat féminin ne serait pas suffisant pour que les filles gardent leur motivation à jouer au plus haut niveau.

La situation du Haut-Niveau n'étant, à notre connaissance, pas réglée à ce jour, quelle est son influence actuelle sur votre club ?

Le statut de haut niveau est très important pour les clubs. Nous sommes en train de préparer la prochaine saison en prévoyant des budgets avec des subventions (Régions/Départements) que l'on connaissait jusqu'à présent. Qu'en sera-t-il demain si ces institutions nous abandonnent ? Comment pourrons-nous faire face aux différentes dépenses que nous engageons, tant sur le plan national que sur le plan européen ? Sans ces aides, je ne sais pas si l'on pourra aller au bout de la saison 2017/2018. Ce sera très difficile.

Quels sont vos objectifs pour la saison à venir, côté masculin et féminin ?

Loic DucourtiouxNos objectifs sont, d'une année sur l'autre, à peu près les mêmes. Continuer à dynamiser notre école de patinage ainsi que notre école de rink-hockey, continuer à encadrer nos équipes de jeunes, amener le plus de public possible à la patinoire les soirs de matches, trouver des partenaires qui nous permettent d'évoluer au plus haut niveau. Les jeunes sont attirés par nos équipes Elite, ce sont elles qui les font venir à la patinoire pour essayer ce sport dont on parle dans le journal Sud-Ouest.

Pouvez-vous peut-être nous donner quelques informations sur la saison future, toujours au niveau masculin et féminin ?

Nous avons déjà beaucoup travaillé sur la prochaine saison. Côté masculin 2/3 joueurs vont quitter le club, 2/3 vont arriver. Chez les filles nous faisons le maximum pour trouver des joueuses (3 dont 1 gardienne) afin que l'on puisse rivaliser avec l'Espagne et le Portugal dans les rencontres européennes, mais cela reste très compliqué.

Cette saison, Quel est votre plus mauvais souvenir en tant que Président ?

Le plus mauvais souvenir est celui de la disparation du frère d'un de nos joueurs.

Et plus encore, votre meilleur ?

Le meilleur, le neuvième titre de nos filles qui deviennent les plus titrées de France, comme les garçons
. Pour terminer, vive le rink-hockey au masculin et au féminin, plus joli sport au Monde.

Une conclusion ?

Merci Jean pour tout ce que vous apportez dans la communication du rink-hockey européen, heureusement qu'il y a des personnes comme vous.

Un grand MERCI à vous, Claude Ducourtioux !

Liens utiles

Les capitaines d'équipes de rink hockey : Loïc Ducourtioux (US Coutras)

Mis en ligne  le 06 June 2017 - Lu 1709 fois

Mis en ligne par :
Après avoir fait son apprentissage de spectateur lors de Coupes des Nations jouées à l'ancien pavillon de Montreux, suivi les évolutions du club du bout du lac il y a quelques décennies, s'être perdu longtemps dans un autre sport, a finalement retrouvé sa lucidité-rink à l'occasion de l'Euro U17 de Genève en 2011.

Site web facebook Twitter


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB