-
Le 17 October 2015 à 12:34 | mise à jour le 20 October 2015 à 12:21

FIRS : du rififi autour du skateboard et des Jeux Olympiques

FIRS : du rififi autour du skateboard et des Jeux Olympiques

Le skateboard pourrait rentrer au programme des Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo (Japon) si le CIO approuve cette inclusion en août 2016... mais John Coates, vice-président du Comité International Oympique, semble ne pas connaître l'existence de la FIRS. Sabatino Aracu, président de la Fédération Internationale a vivement réagi à ses propos...

Mis en ligne par 

Le skateboard au centre des polémiques

Rappel du contexte

Logo FIRSL'annonce d'une possible inclusion du skateboard au programme olympique a surpris beaucoup de monde, le Comité d'Organisation Japonais de Tokyo 2020 a proposé cette pratique ainsi que le baseball/softball, le karaté, l'escalade et le surf. Cette potentielle entrée aux J.O. de 5 nouveaux sports a été rendue possible par l'Agenda 2020 mis en place par le CIO pour cette 32ème olympiade. Le Comité International Olympique redonne une marge de manœuvre aux organisateurs en leur permettant de proposer de nouvelles pratiques, pour plus de flexibilité et d'innovation.

Le skateboard, probablement plus que le roller, glane des sponsors/annonceurs de poids qui peuvent intéresser le CIO. Il offre aussi une image moins lisse et moins consensuelle, plus à même d'attirer le public jeune qui boude encore les Jeux Olympiques. Cependant, il rentre finalement dans peu de critères pour l'accession aux Jeux Olympiques. Par exemple, peu de fédérations nationales officielles sont actuellement recensées. En France par exemple, le skateboard est géré par la Fédération Française de Roller Sports, elle-même membre de la Fédération Internationale de Roller Sports. Pourtant, d'autres Fédérations Internationales que la FIRS annoncent avoir la France au sein de leurs membres...

Des concurrents nombreux face à la FIRS

Logo WSFLogo ISFSi la FIRS semble être l'interlocuteur privilégié du Comité d'organisation Japonais, d'autres instances telles que l'ISF (International Skateboarding Federation) clament leur légitimité à organiser la pratique du skateboard au niveau mondial.

L'ISF affiche 58 pays membres sur sa page d'accueil. Elle peut notamment compter sur des personnalités reconnues telles que Steve Berra (USA), Bob Burnquist (Brésil), Tony Hawk (USA) ou encore Danny Way (USA). Si nombre de riders ne souhaitent pas voir le skateboard arriver aux Jeux, Tony Hawk a clairement soutenu l'inclusion.

On pourrait également relever l'existence de la World Skateboarding Federation. Tim McFerran, président de la WSF, se félicite d'avoir également joué un rôle actif dans la promotion du skateboard à travers le monde. La WSF aurait été invitée à prendre part au process olympique. Elle revendique 92 pays membres regroupants 4000 licenciés dans toutes les diciplines du skateboard. : street, vert, bowl, slalom, skatepark, descente et freestyle.

Une chose est sûre, la guerre entre les différentes instances n'est pas prête de se calmer tant les enjeux économiques autour des Jeux Olympiques sont importants. Il sera intéressant de voir si le CIO passe outre ces conflits, en validant le choix du Comité d'organisation japonais. Réponse en août 2016...

Le Skateboard aux Jeux Olympiques: le président de la FIRS Aracu répond au vice-président du CIO Coates


" Je suis vraiment étonné des déclarations que je lis aujourd'hui venant de John Coates, une des figures les plus en vue au sein du CIO, dans son rôle de vice-président et président de la Commission de coordination des Jeux de la XXXIIe Olympiade en 2020 à Tokyo.

En dépit de ses nombreux rendez-vous au sein du CIO, il semblerait que John Coates ne soit pas pleinement conscient de la situation autour du skateboard. Ses paroles : "Je m'attendrais à ce qu'une des fédérations soit identifié dans un proche avenir, avec laquelle travailler" diffusées dans les principaux journaux américains, sonnent comme une menace pour le processus de Tokyo 2020 présenté au cours des derniers mois. La Fédération Internationale de Roller Sports a été invitée par Tokyo 2020 pour participer à l'intégration d'événements supplémentaires et sa proposition, après des mois de travail, a été acceptée.

Mais apparemment, M. Coates n'est pas vraiment dans la boucle des dernières informations, estimant que la FIRS a été directement en contact avec son président Thomas Bach, qui est le garant des valeurs du sport ainsi que le référent de toutes les fédérations internationales reconnues par le CIO.
En effet, le président Bach a formellement demandé de clarifier cette confusion autour de la planche à roulettes. Elle suscite beaucoup d'incompréhensions qui pourraient compromettre sérieusement l'inclusion du skateboard au programme des Jeux de Tokyo 2020.

Sabatino Aracu

Chose surprenante, le vice-président Coates semble également être un peu confus sur ce qu'est une fédération, estimant que quand il dit "Il ya un certain nombre de fédérations qui proposent des événements de skateboard à l'échelle internationale » il fait référence à des promoteurs commerciaux privés qui voient dans l'olympisme une bonne façon de faire croître leur entreprise, et non des fédérations à proprement parler.
Par souci de clarté : il n'y a pas d'autres fédérations sportives qui peuvent prétendre, au niveau du CIO, être impliqués de quelque façon que ce soit concernant le skateboard. La soi-disant fédération qui avait été impliquée durant les Jeux Olympiques de la Jeunesse à Nankin en 2014, est un promoteur commercial américain qui n'a la reconnaissance d'aucun organisme officiel du sport comme le CIO, Sport Accord, ARISF, ASOIF...

Enfin, lorsque M. Coates a été questionné à propos de la pétition contre la planche à roulettes aux Jeux olympiques, il semblerait qu'il ne l'a pas vraiment lue correctement : la pétition semble être orientée contre le CIO et ses stratégies commerciales.  Je cite : "le skateboard n'est pas un « sport » et nous ne voulons pas que la planche à roulettes soit exploitée et transformée pour entrer dans le programme olympique."
Il semble très clair que les 6000 patineurs qui ont déjà signé la pétition, sont contre la dimension commerciale des Jeux et ne sont en aucun cas contre la FIRS.

Je suis sûr que le président Bach aura bientôt clarifié les projets du CIO et que toutes ces spéculations vont enfin cesser. Elles créent des dommages à tous les niveaux.
Je suis également convaincu la décision finale sera cohérente avec le développement et la mise en œuvre de l'Agenda 2020, garantissant le plein respect des règles et de l'éthique du CIO."

Sabatino Aracu
Président FIRS

Liens utiles

L'article d'Insidethegames.biz

Article du RidersPost à propos des skaters hostiles à l'entrée aux Jeux Olympiques

Texte : Alfathor
Relecture : Iggnorance
Photos : FIRS, droits réservés 
Mis en ligne  le 17 October 2015 - Lu 1246 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB