-
Le 29 September 2015 à 08:11 | mise à jour le 27 October 2015 à 19:59

Rencontre avec Thomas Buanec, gardien de but du SCRA Saint-Omer

Rencontre avec Thomas Buanec, gardien de but du SCRA Saint-Omer

Après être passé successivement par les clubs de Vaulx-en-Velin, Tourcoing, Gleizé et Ploufragan, Thomas Buanec revient dans les cages du SCRA Saint-Omer. Un retour aux sources pour le gardien...

Mis en ligne par 

Le retour aux sources

Thomas BuanecThomas Buanec est un gardien de 29 ans, il a commencé le Rink hockey à l'âge de 11 ans. Alors qu'il avait 17 ans, il rejoint le SCRA Saint-Omer où il a joué de 2003 à 2008 et remporté avec cette équipe un titre de champion de France et une Coupe de France. Il a ensuite rejoint le club de Vaulx-en-Velin, Tourcoing, a arrêté un an et demi puis est parti pour Gleizé et ensuite Ploufragan où il a joué avec deux autres joueurs connus de la région audomaroise, Mathieu Ruckebusch et Romain Planque. C'est en juillet après sa participation au mondial 2015 en Vendée que nous avons appris le retour aux sources pour Thomas, car il a signé à Saint-Omer pour la saison à venir...

Bonjour Thomas. Tout d'abord je tiens à te remercier d'avoir accepté de m'accorder un peu de ton temps pour cette interview. Comment s'est déroulé ton retour à Saint-Omer et pourquoi avoir choisi de revenir dans ce club ?

Bonjour Pierre, tout d'abord je dois dire que c'est avant tout une grosse surprise pour moi. Si on m'avait dit cela il y 4 mois je n'y aurais jamais cru. J'ai passé 3 supers saisons au SPRS Ploufragan. J'y ai même fait venir deux audomarois, Romain [Planque] et Mathieu [Ruckebusch]. Mais mon métier et mon attachement à la région me faisaient passer beaucoup de temps dans le Nord et en Belgique. Je réfléchissais donc depuis quelques mois à un retour dans la région. Sans aucun contact avec le SCRA. J'ai même pensé arrêter...

Et puis, l'occasion de re-signer à Saint-Omer s'est présentée alors que je n'avais toujours pas renouvelé à Ploufragan. Je ne m'y attendais pas du tout, mais un énorme concours de circonstance a permis ma signature. J'en profite ici pour remercier les gens qui ont lancé la rumeur de mon arrivée au SCRA avant même que le club et moi-même, nous y pensions (rires). C'est de cette rumeur que l'intérêt est né. Le club avait encore besoin d'un gardien après la signature de Neto mais n'avait pas pensé à moi, car il pensait que je m'étais déjà réengagé avec Ploufragan. Ce n'était pas le cas...

Malgré tout, cela n'a pas été une décision facile à prendre.

Mais j'ai une histoire particulière avec ce club et cette ville. J'y suis venu très jeune, j'y ai rencontré des personnes qui font partie de mon entourage proche. J'avais dû partir à contrecœur au bout de 5 ans laissant une grosse partie de ma vie ici. Je ne pensais pas pouvoir y revenir. Mais comme quoi rien n'est figé dans la vie...

Tu as évolué 5 ans à Saint-Omer et remporté un titre de champion de France et une coupe de France. Cela, le public ne l'a pas oublié. Lors d'un retour au Brockus, alors que tu jouais pour Ploufragan, le public audomarois avait pris des pancartes écrites "Bubu on t'aime". Quelles ont été tes impressions lors de ce match et es-tu heureux de retrouver ces supporters qui t'apprécient tant et de porter les couleurs de leur club de cœur ?

Pour moi, le Brockus c'est mythique. J'y ai gagné une médaille européenne (Jeunesse en 2002), j'y ai joué mon premier match en D1 (contre Vaulx en Velin – victoire 5-1), c'est l'une des meilleures salles de France (Avec Quevert et Ploufragan) avec un public incroyable. J'aime la relation avec le public et les supporters. J'en ai besoin pour être performant. J'ai hâte de les retrouver et je suis d'ailleurs déçu du calendrier nous faisant jouer les deux premiers matchs à l'extérieur.

Thomas Buanec

Et le premier à domicile, c'est Ploufragan. Jouer un match contre son ancien club, c'est toujours spécial. Et même si pour avoir beaucoup bougé, pour moi cela pourrait presque représenter la moitié du championnat (rire), c'est un sentiment très particulier. Je me souviens bien sûr de ce match au Brockus avec ces pancartes. Lorsque j'ai repris le rink après un an et demi d'arrêt, j'ai toujours eu dans un coin de ma tête le prochain match au Brockus...

En juin, tu as participé au mondial. Quelle a été ta réaction lorsque tu as appris que tu étais sélectionné dans l'équipe nationale ?

Quelle surprise! J'avais fait une croix dessus depuis un moment. Après avoir longtemps espéré, je ne pensais plus du tout être appelé. J'ai joué en D2, j'ai arrêté le hockey, j'ai repris chez un promu, et là je suis appelé en A. Je pense que tout cela à démultiplier ma joie. Je me rappellerai toute ma vie du jour et du moment où j'ai reçu le « fameux appel » qui change la vie de tout sportif. Petit, je rêvais de représenter mon pays et d'entendre la Marseillaise pour un match que je jouerai. J'ai eu cette chance inestimable.

Comment as-tu vécu ce mondial ? Quel est ton meilleur souvenir de celui-ci ?

C'était fantastique. Ça parait bête de dire ça, mais c'était une vraie aventure de groupe. Une super ambiance entre nous.
C'est très difficile d'extraire un moment en particulier de toutes ces émotions. On a vécu comme des professionnels à tous les niveaux pendant un mois. Entre autre, je garde en tête notre arrivée à l'hôtel que nous avons occupé pendant le Mondial, là ça devenait concret! Aussi une soufflante qu'on a pris à la mi-temps d'un match et qui a été un moment fort dans la réalisation du résultat sportif. Et puis surtout cette ambiance incroyable dans le Vendéespace... Inoubliable.

Le 1er match à domicile se jouera contre Ploufragan, et tu pourras y retrouver tes anciens coéquipiers. L'ambiance va être au rendez-vous dans la salle, car le public y retrouvera également la nouvelle équipe du SCRA ainsi que Mathieu et Romain qui sont des anciens joueurs du club. Cela va être un match particulier pour toi. As-tu hâte de les revoir ?

Logo du SCRA Saint-OmerBien sûr ! Comme je l'ai dit, c'est toujours particulier de jouer contre son ancien club. Je suis rôdé à l'exercice. Romain et Mathieu sont mes amis. Je les ai régulièrement au téléphone. Pour pleins de raisons, cela va être un match spécial. Mais cela reste un match de rink hockey de 2x 25 min, qu'il faudra gagner. Eric Cantona disait « je ne joue pas contre une équipe en particulier, je joue contre l'idée de perdre. » Tout est dit.

Pourquoi avoir choisi le SCRA et quelles sont tes ambitions pour la saison à venir ?

Outre l'attachement à la Région et la facilité pour mes activités professionnelles, le SCRA possède des infrastructures quasi uniques en France. On nous met dans les meilleures conditions matérielles pour travailler.
Alors après avoir dit ça, c'est difficile de dire qu'on va jouer le maintien! (rires). On a une bonne équipe. Mais qui a beaucoup changé. Un mixte d'expérience et de jeunesse. Il faudra voir ce que cela produit au fur et à mesure des semaines et des matches. Il y a eu beaucoup de mouvements cet été dans beaucoup de clubs. Je pense qu'il est difficile de savoir réellement la valeur de chacune des équipes, aujourd'hui.
La seule chose qui est sûre c'est que lorsqu'on joue au SCRA, on joue pour être à la lutte pour le titre et pour entrer dans le Final Four de la Coupe.

Merci beaucoup d'avoir répondu à mes questions. Je te souhaite plein de réussite et de bonnes choses pour la saison à venir.

Merci à toi.

Liens utiles

La fiche de Thomas Buanec sur wikipedia

Site du SCRA Saint-Omer

Interview : Pierre LAURENT (SCRA)
Relecture : Iggnorance
Photos : SCRA Saint-Omer, droits réservés
Mis en ligne  le 29 September 2015 - Lu 2171 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB