-
Le 25 October 2014 à 11:06 | mise à jour le 25 October 2014 à 13:11

Huit bonnes raisons pour devenir bénévole

Huit bonnes raisons pour devenir bénévole

Est-ce la sinistrose ambiante ou une tendance structurelle ? Le bénévolat s'effriterait-il dans le roller et ailleurs ? Le repli sur soi semble à l'ordre du jour, plus ou moins volontairement entretenu par les médias. Voilà 8 bonnes raisons pour devenir bénévole...

Article par 

Cessez d'être des consommateurs, devenez des acteurs !

Mise en place de la bannière des partenaires au Lugdu 2014Nous nous habituons tellement à la structure associative, que l'on finit par en oublier ce sur quoi elle repose pour l'essentiel : des bénévoles. Nous sommes pourtant constamment au contact des bénévoles : dans notre club de roller, à travers les ONG qui nous démarchent à la sortie du centre commercial, dans notre syndic de copropriété, dans l'association de musique locale, dans celle de réinsertion des jeunes en difficulté... le bénévolat est partout ! C'est une composante essentiel de nos sociétés.

Les chiffres le montrent : le bénévolat direct (le coup de main occasionnel) explose. En revanche, l'engagement durable n'est plus à l'ordre du jour. En période difficile, les français préfèrent se consacrer d'avantage à leur famille ou à eux-mêmes, une tendance légitime mais dommageable pour les rapports sociaux. Ils sont également plus nombreux qu'avant à penser que leur engagement bénévole va nuire à l'emploi.

1) Parce que le bénévolat ne détruit pas d'emploi

Sur 1,3 millions d'associations en France, seules 165.000 ont un ou plusieurs salariés à temps complet ou à temps partiel, soit à peine plus de 10% d'entre elles. En revanche, 12,7 millions de bénévoles s'investissent dans ces structures, soit près de 20% de la population française. Autant dire que le chemin de la professionnalisation est encore long. Si le bénévolat est si présent dans les structures associatives, c'est aussi parce que l'argent n'est pas toujours là, ni suffisant pour mener à bien un projet collectif.

2) Parce que le roller n'est pas encore assez mature pour être totalement professionnalisé

Les bénévoles mettent en place les cellules au Lugdunum Contest 2014La professionnalisation est une nécessité pour pérenniser une pratique ou une structure... mais elle demande un certain temps et une démarche volontaire. En attendant, le roller doit continuer de se structurer pour connaître une véritable reconnaissance et se développer. Nous avons constaté ces derniers années que les associations et les événements les plus solides sont ceux qui reposent sur une structure faisant au moins partiellement appel à des professionnels rémunérés. Pour l'instant, il faut prendre conscience que la plupart de nos structures ne peuvent se passer de l'implication des bénévoles pour fonctionner : présidents, secrétaires, trésoriers, entraîneurs... tout le monde trouve sa place !

La professionnalisation ne doit pas être un tabou. Il faut se sortir de la tête ces clichés sur l'emploi associatif. La mise en place d'un emploi est une démarche lourde pour une association, souvent contraignante pour les bénévoles du bureau, mais elle représente aussi une formidable possibilité de pérennisation de la structure. Pour donner un exemple simple, on constate que les courses de roller les plus anciennes et les plus développées s'appuient en partie sur la professionnalisation : Rennes sur Roulettes (par l'intermédiaire du Cercle Paul Bert), le Marathon Roller de Dijon ou encore les 24 Heures du Mans Roller.

Qu'une association se professionnalise, voilà tout le mal qu'on peut lui souhaiter !

3) Parce que tout le monde n'a pas la chance de faire un travail qui lui plaît...

... et le bénévolat peut permettre de trouver un équilibre personnel en s'investissant dans des actions qui nous tiennent à coeur ! Rien de tel pour se vider la tête et donner du sens à ce que l'on fait. S'impliquer dans une association participe à l'épanouissement personnel, grâce aux rencontres que l'on peut faire, aux projets que l'on porte, à un idéal que l'on défend.

4) Parce qu'on n'est pas que des consommateurs et qu'il est bon d'être acteur

Les staffeurs bénévoles encadrent la randonnée du Lugdunum Contest 2014

Etre bénévole est une forme de militantisme. De plus en plus de gens viennent dans les associations comme ils iraient dans une salle de remise en forme privée : ils paient une cotisation et attendent un service, comme ils achèteraient un produit au supermarché. Quand on adhère à une association, c'est d'abord parce que les activités qu'elle propose nous plaise, mais aussi parce qu'elle est en accord avec nos valeurs. Il ne faut jamais oublier qu'une association loi 1901 n'a pas été mise en place dans une logique de profit mais pour atteindre un but commun. Il suffit de lire ses statuts pour le comprendre !

5) Pour mieux comprendre et respecter l'engagement d'autres bénévoles

En comprenant le mode de fonctionnement associatif, on ne peut qu'avoir davantage de sympathie pour les bénévoles et les heures qu'ils donnent à la communauté. Au-delà de la considération que l'on peut avoir pour telle ou telle personne, il ne faut jamais oublier que cette dernière a fait le choix de s'investir gracieusement pour vous permettre de pratiquer votre passion dans les meilleures conditions : organisateur d'événement, président de club, élu fédéral, initiateur... la plupart ont déjà un emploi en parallèle et prennent sur leur temps libre pour accompagner un projet.

6) Parce qu'on s'enrichit au contact de l'autre

Malgré leur densité de population, les villes ne sont pas forcément propices aux rencontres et aux échanges. Une association réunit des personnes qui ont au moins une affinité en commun, le roller par exemple. C'est l'occasion de passer de bons moments avec des personnes que l'ont ne connaît pas, de se faire de nouveaux amis, d'acquérir de nouvelles compétences, d'apprendre de nouvelles techniques...

7) Pour mettre son savoir-faire au service des autres

Super Dupont

Vous avez forcément quelque-chose à apporter à une association, quelle que soit votre compétence, votre talent. Une association a besoin de tous les savoir-faire ! Vous être cariste ? La logistique n'a pas de secret pour vous. Vous êtes infographiste ? L'affiche du prochain événement de l'association ne sera pas un problème pour vous. Vous êtes dans la restauration ? Vous apporterez de précieux conseils pour tenir la buvette de la prochaine compétition.

8) Parce qu'on veut nous faire croire que l'on vit dans une société individualiste

Les médias entretiennent quotidiennement la sinistrose... il suffit d'écouter les informations pour se rendre compte que les mauvaises nouvelles ont un quasi-monopole de l'information. Rien de tel pour créer un climat de défiance et de repli sur soi. Les associations luttent à leur manière contre cet état d'esprit en nous mobilisant au quotidien. L'esprit associatif nous engage dans une démarche altruiste.

Tout n'est pas toujours rose bien évidemment !

Alors bien sûr, on ne vous dit pas que tout est rose dans toutes les associations, que certains sont là pour des raisons moins louables qu'ils veulent bien le laisser montrer. Mais ce qui est important au bout du compte, c'est de donner votre énergie pour une cause qui vous semble juste. Vous vous coucherez le soir avec le sentiment d'avoir contribué à votre façon à un collectif, de participer à un élan commun et porteur de sens pour vous, chose que les médias et le politiques actuels chahutent sérieusement en ce périodes difficiles...

L'équipe des bénévoles du Lugdunum Contest 2014

Liens utiles

L'état de santé du bénévolat en France - article de ReL (1/2)

La situation du bénévolat en France en 2013

Occupation du temps libre une norme de consommation inégalement partagée (Crédoc, 2004)

Texte : Alfathor
Photos : ReL 
Mis en ligne  le 25 October 2014 - Lu 1507 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB