Suivre Rollerenligne sur Facebook S'abonner à rollerenligne sur Twitter
Le 24 mars 2013 à 10:03 | mise à jour le 26 juin 2013 à 07:45

La randonnée en patin à roulettes des années 80 à nos jours

La randonnée en patin à roulettes des années 80 à nos jours

Après notre premier volet consacré à la genèse de la randonnée en roller, nous braquons les projecteur sur une histoire plus récente, sur une période de renouveau pour la randonnée à roller, de 1980 à nos jours. C'est parti pour un voyage dans le temps...

Par Alfathor

La révolution des roues en uréthane

Les prémices de Rennes sur Roulettes en 1982/83 à VillejeanLe fin des années 70 et le début des années 80 marquent l'arrivée des roues en polyuréthane. La légende raconte que l'effondrement du marché du skateboard aurait alors relancré le marché du patin à roulettes. Les fabricants disposant d'un surstock de roues auraient écoulé leur marchandise en équipant des patins traditionnels, redonnant un nouveau souffle à la pratique. Comme quoi ces deux pratiques seraient interconnectées malgré elles !

L'uréthane est un polymère, une matière plastique, sa souplesse offre une meilleure adhérence et un plus grand confort de glisse au patineur. L'entretien est grandement facilité. Les patineurs délaissent les roues en bois à l'usure rapide et les roues métalliques à l'adhérence précaire. De nouveaux horizons s'ouvrent devant eux.

Les manifestations roller renaissent

Des randonnées informelles s'organisent à Paris. Les premières éditions de courses de roller voient le jour. On pense notamment aux prémices de Rennes sur Roulettes à Villejean en 1982/1983.

Les raids au long cours : la folle aventure de Ted James

Des raids longue distance germent dans la tête des patineurs.
Le plus marquant est sans aucun doute celui de l'américain Theodore James Coombs, (comme par hasard un informaticien, ils sont tellement présents dans le roller qu'on va finir par se poser des questions ! ).

En mai 1979, il se lance dans un raid à travers les Etats-Unis pour protester contre la crise énergétique et le manque de carburant. Il apprend que Clinton Shaw a déjà traversé les Etats-Unis et le Canada en décrochant plusieurs records du Monde au passage. Il s'élance de la station service d'Hollywood pour son voyage à travers les USA. Il est suivi par son ami Brian Douglas en van.
Les randonneurs fousDurant le parcours, il bat le record de distance en une journée avec 120 miles (193 km) de Breckenridge à Dallas (Texas). Il est aussi le premier patineur à avoir franchi le tunnel Lincoln à New-York, sous bonne escorte policière !
Le 13 septembre 1979, il bat le record du monde de distance dans la petite ville de Mount Sterling (Missouri). Malgré le vol du van qui le suivait, il continue et lève des fonds pour poursuivre son voyage. Il s'arrête finalement à Yates Center (Kansas) après avoir parcouru 5,193 miles (8,375.33 kilomètres).

Les femmes ne sont pas de reste : Jackie Jacobs - the deputy shot the records

Le 7 décembre 1980, la shériff adjointe du comté de San Diego, Jackie Jacobs, alors âgée de 22 ans, s'élance de Palm Springs Californie pour une tentative de record sur 24 Heures. Elle veut patiner 200 miles pour entrer dans le Guiness des records pour la seconde fois consécutive. Elle a déjà a son actif le record de la traversée du continent la plus rapide en 37 jours entre San Diego et Tuybee Beach. 

En France, les Randonneurs Fous arpentent le pays...

En France, la dalle Montparnasse fourmille de patineurs. Toutes les disciplines du roller s'y mêlent. Le groupe des Randonneurs Fous y évolue. Il ne s'agit pas une association mais il structure la pratique en organisant des randonnées ouvertes à tous sur 15 à 40 km. Puis, le petit groupe se lance aussi dans des raids au long cours de Paris à Deauville avec Marc Petit, de Paris à Bordeaux, de Paris à Nice (1000 km en 12 jours), de Paris à Biarritz (900 km en 11 jours), de Paris à Grenoble (600 km en 5 jours).

Les Roulettes RussesEn parallèle, le roller intègre des manifestations pluri-disciplinaires et populaires comme la Traversée de l'Essonne, les parcours du Coeur, la Grande Fête de la Forme...

Les Roulettes Russes

Durant l'été 1989, Pierre Surun et une bande de copains décident de partir à l'aventure. Originaires de Rennes, c'est naturellement vers l'Est qu'ils décident de tracer leur route en direction de Moscou, à 3.000 km de là. Le groupe des Roulettes Russes relie La Bretagne à Moscou. Leur aventure est condensée dans un livre souvenir. Vous pourrez retrouver l'intervie de l'auteur Pierre Surun sur ReL pour en savoir plus...

De nombreux autres raids vont se faire à travers la France et l'Europe.
En août 94, Pierre Labaune et Guillaume Hueber, deux jeunes patineurs de 20 ans, s'élancent de Lille vers Marseille : 1200km de galères, de bonheurs, de rencontres et d'imprévus. 
En 1996, Fabrice Gropaiz a 26 ans, il s'élance dans un voyage de 6 mois et 6000 km à travers les Etats-Unis après s'être testé sur un Paris-Barcelone. Il parcourra aussi l'Europe de l'est, l'Asie et même l'Afrique !
L'histoire des raids est très riche, nous lui consacrerons prochainement un article plus complet... 

Les années 90 : la naissance des grandes randonnées populaires

Logo de Pari Roller

Les Randonneurs Fous seraient à l'origine de la grande randonnée parisienne au début des années 90. En septembre 1993, l'association Rollermania lance ce rendez-vous avec de nombreux membres des Randonneurs fous.
En 1994, le départ se fait à la Place d'Italie. Il s'agit initialement de former les patineurs au déplacement urbain. Une centaine de patineurs participent alors à ce rendez-vous hebdomadaire qui devient ingérable...
En 1995, à l'occasion des grandes grèves, les Randonnées redeviennent sauvages avec une masse sans cesse croissante de patineurs, Rollermania ne pouvant assurer la sécurité.
La fréquentation augmente : 300 patineurs en 1996 avec la naissance d'un staff d'encadrement. En 1997, on atteint les 500 patineurs. Les négociations avec les autorités commencent.
La Friday Night Fever va naître à la fin 1997 et se structurer avec l'association Pari-Roller qui voit le jour en février 1998, sur demande de la préfecture. On attendra alors des chiffres incroyables avec près de 20.000 participants, la grande époque !
Rollers et CoquillagesEn parallèle, Olivier Husson et Emmanuel Jackson vont lancer la rando Rollers et Coquillages (qui ne porte pas encore ce nom), de façon informelle en 1996, puis de manière plus structurée le 9 décembre 1997.
L'association Rollers et Coquillages réunit elle aussi des dizaines de milliers de patineurs le dimanche après-midi au départ de Bastille. C'est une randonnée tranquille où l'on vient pour patiner tranquillement avec les amis, les enfants, en famille, pour faire des rencontres.  

La FNF fait des petits...

La Friday Night Fever fait partie des premières grandes randonnées populaires qui ont vu le jour en France. Une multitude d'autres randonnées ont vu le jour dans la capitale avant d'essaimer en province. A Paris, chaque jour voit se dérouler une ou plusieurs randonnées, il en existe pour tous les types de patineurs : les adeptes de descente, les fans de vitesse, les passionnés de culture. 

Livre blanc roller du CertuAvec quelques années de décalage, les randonnées se structurent donc en Province. On pense notamment à la randonnée Lilloise (Ride On Lille) qui connaît des difficultés avec les autorités avant de finalement trouver sa place dans le paysage urbain lillois. Les grandes métropoles enboitent le pas : Lyon (Générations Roller), Bordeaux (AIR), Marseille, Toulouse (Roulez Rose)... En France, on a compté jusqu'à plus de 80 randonnées populaires régulières au début des années 2000.

Le statut du roller

Les années 2000 ont vu les premières tentatives de reconnaissance du roller et son intégration au code de la Route avec la parution du fameux Livre Blanc du CERTU en 2001. Depuis lors, le roller n'a malheureusement pas réussi à trouver sa place en tant que mode de déplacement doux malgré le travail considérable réalisé par la Commission Randonnée de la FFRS.

Les causes de l'essoufflement des randonnées populaires

Beaucoup de randonnées roller populaires se sont essoufflées depuis lors pour plusieurs raisons :

La première vient souvent de la difficulté à coopérer avec les autorités locales. Les préfectures et les municipalités ont longtemps vu ces rendez-vous d'un mauvais oeil. Le manque de connaissance de la pratique roller a souvent amené les autorités à confondre toutes les pratiques du roller et à prendre des mesures drastiques.
Il en a résulté des bras de fer dans plusieurs grandes villes où les municipalité n'ont pas pu faire grand chose pour endiguer le mouvement, devant les centaines de patineurs qui ont déferlé sur la chaussée. 

Image de la randonnée de Sarrebruck

La seconde reste la difficulté des associations de roller à maintenir une équipe d'encadrement motivée dans la durée et en toute saison. Il faut également des moyens financiers pour payer le matériel nécessaire à un bon déroulement. Les suvbentions et les moyens mis à disposition par les municipalités ont été des vecteurs de développement ou d'extinction de nombreuses randonnées. En période de crise, les subventions au sport et à la culture sont les premières à baisser.

Une troisième raison moins glorieuse du déclin de certaines randonnées aura été l'éparpillement des acteurs locaux. De nombreux clubs n'ont pas réussi à s'entendre pour pérenniser leurs rendez-vous. La division entre les clubs d'une même ville a éloigné les patineurs, réduit les capacités de négociations avec les autorités et fait sombrer plusieurs randonnées populaires.

Une autre cause probable de baisse des effectifs des randonnées populaires pourrait être attribuée à une augmentation du niveau technique des patineurs. Beaucoup ont participé aux randonnées rollers populaires pour faire leurs premiers pas, une fois un bon niveau technique acquis, un grand nombre ont privilégié les randonnées en petits groupes d'amis, indépendants sur les pistes cyclables.

On peut aussi évoquer un manque de renouvellement de l'offre des randonnées. Le niveau des patineurs évoluant, il est important de leur proposer des parcours variés, des vitesses différentes, des randonnées roller à thèmes pour éviter la lassitude et l'abandon de la pratique.

Enfin, et il faut bien être réaliste, la mode des années 1995 à 2000 est retombée. D'une part avec l'arrivée de nouvelle pratiques, mais aussi par manque d'investissement des grandes marques dans la communication et la dynamisation du marché. Nul doute que l'on retrouvera un nouvel élan, mais pour l'instant, la machine semble être à l'arrêt.

Liens utiles

Le roller : histoire de 1760 à nos jours

Histoire : Il était une fois les Randonneurs Fous

La page des randonnées roller sur ReL

Pierre Surun, auteur de Roulettes Russes

Le développement des raids roller et de la longue distance

Le livre "Rollermania" de Sam Nieswizski

Le site officiel de Ted Coombs

Texte : Alfathor
Photos : Rennes sur Roulettes, Pierre Surun
randonnée de Sarrebruck, Rollers et Coquillages
Tous droits réservés
Mise en ligne par Alfathor le 24 mars 2013 - Lu 3793 fois

PUB