-
Le 14 February 2013 à 19:02 | mise à jour le 18 February 2013 à 23:19

Rencontre avec Jean-Paul Chiffoleau

Rencontre avec Jean-Paul Chiffoleau

Les gens du rink-hockey le connaissent bien. Il a longtemps été gardien de l'équipe de France avant d'occuper des fonctions de dirigeant au sein de la FFRS. Il oeuvre aujourd'hui auprès des instances internationales. Rencontre avec Jean-Paul Chiffoleau...

Mis en ligne par 

Interview avant une réunion avec la FIRS

Bonjour Jean-Paul, vous avez pratiqué à le rink-hockey à haut-niveau. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours sportif ?

Jean-Paul ChiffoleauJ'ai commencé la pratique du rink-hockey à la création du club de La Vendéenne de La Roche-sur-Yon en octobre 1956. Par la suite, j'ai été 4 fois Champion de France « élite » avec ce club. Nous avons également à notre actif plusieurs participations à des Coupes Européennes. J'ai également été gardien de l’équipe nationale de 1963 à 1984 (235 sélections) et enfin arbitre national de 1971 à 1997.

Comment en êtes-vous arrivé à vous investir en tant qu’élu ?

A l'occasion de la mise en place de l'organisation actuelle de la Fédération Française de Roller Skating en janvier en 1981, j'ai été élu pour 4 ans au Bureau Directeur de la FFRS en qualité d'Athlète de Haut-Niveau.

Qu'est-ce qui vous a motivé à devenir dirigeant au sein de la FFRS ?

A l'issue de ce premier mandat, je me suis tout naturellement représenté pour m'investir plus spécialement au sein du Comité National de Rink-Hockey dont j'ai été le Secrétaire Général pendant 12 ans et le Président pendant 12 ans également.

Qu’est-ce qui vous plait dans le fait d’être dirigeant ?

Je pense que c'est le contact humain, le plaisir de côtoyer ou revoir les dirigeants ou athlètes rencontrés tout au long de ma carrière, la volonté de redonner un peu au sport qui m'a tant apporté. 

Vos fonctions au sein de la FFRS ont évolué, vous êtes maintenant en charge des relations avec les instances internationales. En quoi cela consiste-t-il ? 

Hélas, et comme dans beaucoup de domaines, la "politique" joue aussi (et souvent) un grand rôle dans le domaine sportif. En fait, bien que notre Fédération soit représentée au sein des instances internationales (Gilbert Portier est l'actuel Président du Comité International de Roller In Line Hockey et Rolland Broustaut vient d'intégrer le Comité Européen de Course), notre influence est trop modeste au plan européen ou mondial... Et ce alors que 2012 a vu la France se classer au second rang mondial au plan des résultats sportifs !
Aussi, et en liaison avec le Président et le siège fédéral, je suis donc en charge du suivi de l'actualité internationale ; principalement au plan administratif (le côté sportif relevant plus directement des Comités Nationaux techniques).
Ainsi, le 23 février prochain, je serai à Rome pour représenter la FFRS au Congrès de la Fédération Internationale de Roller Sports et apporter la voix de la France à l'occasion, notamment, de l'élection du Président pour la prochaine Olympiade et de l'adoption de nouveaux statuts. 

Que vous a apporté votre passé dans le haut-niveau pour cette fonction ?

La France battue par l'EspagneEn fait, ce sont plus mes 8 années en qualité de Vice-Président du Comité Européen, que mon passé parmi le haut-niveau, qui ont forgé mon expérience au plan international. Ce passé m'a surtout appris à ne pas avoir de complexes vis à vis des "grandes nations" et à faire front malgré les inévitables alliances ou tractations de couloir.

Quels sont les gros dossiers du moment à l'international ?

Comme je l'ai dit plus haut, priorité est donc donnée au tout prochain Congrès de la FIRS. Mais beaucoup d'autres chantiers sont en cours comme, par exemple, l'harmonisation des règlements sportifs européens et mondiaux.

Quel avenir pour le roller aux Jeux Olympiques selon vous ?

Pour le sport que je connais le mieux, le rink-hockey, je dirais que nos instances internationales n'ont pas su "surfer" sur la vague des J.O. de 1992 à Barcelone où ce sport était en démonstration. Mais tout espoir n'est pas perdu, notamment pour la course. Je sais que la FIRS travaille beaucoup dans ce sens auprès du C.I.O.. Comme beaucoup d'autres nations, la France participe tous les 4 ans aux Jeux Mondiaux (les J.O. des sports non Olympiques) dans les disciplines Artistique, Course et Roller Hockey. Ces Jeux sont l'antichambre des Jeux Olympiques.. Alors, pourquoi ne pas les intégrer comme l'a fait, par exemple, le Rugby à 7 à l'issue des Jeux Mondiaux de 2009 ?

Liens utiles

AG FFRS 2009 - rapport moral de J.P. Chiffoleau

AG FFRS 2008 - rapport moral de J.P. Chiffoleau

 

Texte : Alfathor
Relecture : Iggnorance
Photos : droits réservés 
Mis en ligne  le 14 February 2013 - Lu 1662 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB