-
Le 30 December 2012 à 09:12 | mise à jour le 30 December 2012 à 12:38

Le roller dans le jeu vidéo

Le roller dans le jeu vidéo

Le jeu vidéo et le sport ont une relation intime depuis les prémices de l'informatique. On se souvient notamment du fameux "Pong", sans doute le titre historique le plus connu. Mais qu'en est-il de la place du roller dans les jeux vidéo ?

Article par 

Le roller dans le jeu vidéo : un paysage fragmenté

Jet Set Radio FutureY-t-il une meilleure période que celle des fêtes de fin d'année pour s'intéresser à la place et à l'image du roller jeu vidéo ? Alors que les (grands) enfants demandent souvent des jeux pour leur console au papa Noël, nous nous devions de prendre un peu de recul sur l'image du roller véhiculée dans le jeu vidéo.
De rapides recherches dans quelques titres historiques nous ont permis de vous proposer ce postulat : " La place et l'image du roller dans le jeu vidéo sont à l'image de la perception du roller dans la société " .
Nous allons vous expliquer pourquoi nous en venons à cette conclusion...

Le roller reste considéré comme un jeu d'enfant et un loisir

Première constatation : le roller étant considéré comme un jeu d'enfant, sa présence dans le monde du jeu vidéo est totalement logique et légitime. Nous avions déjà rédigé un article sur la perception du roller dans la société à travers l'article "Le roller est-il un jeu d'enfant ? ". Nous avions vu que le roller restait avant tout un jeu pour enfant et un loisir avant d'être considéré comme un sport à part entière.

Cette perception explique notamment pourquoi l'ensemble des titres roller parus dans l'univers du jeu vidéo depuis 12 ans ne sont pas des titres réalistes mais des jeux d'arcades faciles à prendre en main. En comparaison, les sports collectifs ou les jeux de pilotage regorgent de simulations.

D'autre part, le choix du type de graphisme est également un élément qui peut nous interpeler : le choix du Cell Shading, technique proche du rendu des dessins animés, n'a rien d'anodin. On s'éloigne du rendu réel pour se projeter dans un univers coloré, imaginaire et enfantin comme le fait Jet Set Radio Future.

Les jeux vidéos de roller se limitent à deux pratiques phares : le street et la course

Monster High

Parmi la dizaine de jeux connus que l'on a pu trouver sur le marché durant la dernière décennie, la grande majorité mettent en scène des course ou du roller agressif, voire les deux en même temps.
Que ce soit X-Treme Roller, Jet Set Radio Future ou Aggressive Inline, Rollin et Street Gears, tous sans exception impliquent des patineurs utilisant la ville comme terrain de jeu en glissant sur les murets, les fils électriques. Bref, que du street ! Autrement dit et pour schématiser : dans la tête du grand public, le roller, c'est le street !
La course en tant que tel n'a absolument aucun fun dans la plupart des jeux si elle ne se combine pas à quelques acrobaties. Tous les jeux flash ou presque ne nécessite que d'appuyer comme un âne sur deux boutons à toute allure. Autant dire qu'il n'y a rien de stimulant pour les neurones.
On parvient toutefois à trouver un peu plus dans fun quand la course est pimentée par quelques obstacles. On glisse alors vers le freeride et le skate-cross.

Le roller garde une image de pratique qui dégrade le milieu urbain

Dans l'esprit des élus, le roller street dégrade le mobilier urbain. Si l'on se penche sur la question, c'est effectivement le cas, les murets, les marbres, les barres investies par les pratiques de glisse urbaine (roller, BMX, skateboard, trottinette) peuvent souffrir de la pratique intensive.
On retrouve cette image négative du roller encore accentuée dans des titres comme "Jet Set Radio Future" où le roller, en plus d'échapper à la police et de jouer avec les forces de l'ordre, s'amuse à faire des graffitis pour marquer son territoire ! Autant vous dire que l'amalgame est tout trouvé dans la tête des parents qui achètent ces jeux. On vous passe ici le fait que dans JSRF les patineurs sont organisés... en gang ! La notion de gang véhicule toute une ribambelle de clichés ultra-violents où les déviances sont légions.
Le nom même de la pratique du street "roller agressif" véhicule un message de violence alors même que cette pratique peut être structurante et cadrer les jeunes.
Dans le jeu en flash "Street Burglar", la logique est poussée encore plus loin puisque le patineur est mis en scène comme un voleur de rue. Là encore, dans l'inconscient collectif, le roller est assimilé à un arracheur de sac de petites vieilles. Pas très glorieux...

Le manque d'imagination et de culture roller des éditeurs de jeu vidéo

Street GearsLe roller est une niche au plan sportif, il est logique qu'il le soit également dans le jeu vidéo. Cela n'explique cependant pas pourquoi le gameplay des jeux de roller est aussi simpliste. Les jeux de roller agressif sont des plagiats de leurs équivalents en skateboard comme Tony Hawk, les jeux de course n'offrent que peu d'intérêt. Pourquoi un tel désert scénaristique ?

La première réponse est économique : on s'appuie sur les bonnes vieilles recettes qui marchent ailleurs histoire d'être sûr d'assurer un minimum de vente. C'est un peu le principe des suites au cinéma. L'utilisation du principe d'un Tony Hawk garantit un succès relatif et réduit le risque lié à l'investissement.

La seconde cause est culturelle. Il reste délicat s'aventurer sur des terres inconnues, dans une niche comme le roller. En effet, le public n'a pas forcément les clés culturelles pour appréhender une pratique et la façon dont il faudra jouer. Un passionné de roller saura tout de suite distinguer un patineur street d'un patineur de vitesse ou d'un hockeyeur, un consommateur du tout venant aura beaucoup plus de difficulté à faire la différence.
On applique donc une recette connue pour que les utilisateurs trouvent leurs marques, mais en changeant le support (roller au lieu de skateboard). Ainsi, les éditeurs se limitent donc volontairement à des pratiques qui connaissent un minimum d'écho sur le marché.

Des pistes ?

On regrettera cependant que les éditeurs de jeux vidéo ne réfléchissent pas à des concepts plus élaborés. La création d'un jeu de slalom est tout à fait envisageable par exemple. On peut très bien imaginer que des combinaisons de touches permettent de réaliser des tricks spéciaux, à la façon des jeux de combats qui ont connu tant de succès.
Il est aussi tout à fait possible d'appliquer le principe de gestion d'une équipe de hockey sur glace à une équipe de roller-hockey. Là encore, la taille réduite du marché fait certainement peur aux développeurs et aux éditeurs.
Même les jeux de course peuvent trouver des améliorations considérables en reposant sur des principes déjà existants pour d'autres disciplines comme la gestion de l'aspiration, le choix des trajectoires, l'amélioration de la position de patinage.
Le management d'une équipe en course pourrait être aussi un aspect intéressant avec la gestion de la stratégie, de l'entraînement, de la fatigue des athlètes, le choix des courses dans le calendrier international...

Et la tendance actuelle ?

2012 vient de voir sortir un nouveau titre qui s'intitule "Monster High". Il mélange astucieusement les tendances actuelles en surfant sur la vague du roller-derby. Il met en scène des patineuses et des patineurs mêlant les codes vestimentaires de l'artistique, du derby, un peu de glamour et un zeste de vampire édulcoré façon "Twilight".
En cela, on peut dire que le roller-derby a actuellement un impact non négligeable sur la perception du roller dans la société.

Pour aller plus loin : quelques jeux vidéos de roller existants ou ayant existé...

X'treme Roller (2001)

Aggressive InlineDéveloppé par Microids et sorti en France en septembre 2001 sur Playstation et Nintendo 64. Ce jeux vous emmène dans une course mêlant des obstacles urbains et la possibilité de réaliser des figures. Le joueur peut collecter des bonus pour améliorer ses points et ses performances.

Jet Set Radio Futur (2002)

Sega a lancé Jet Set Radio Future en 2002. Ce fut l'un des premiers titres à rencontrer un succès mondial. Il a souvent été livré avec la console XBOX. Ce titre a également été disponible sur Dreamcast.
Les personnages animés avec la technique du cell-shading donnaient l'impression d'évoluer dans un univers de dessins animés. Le principe du jeu était relativement simple : faire des graffitis sur un maximum de zones pour s'approprier des territoires, tout en échappant aux gangs adverses et à la police. JSRF a été le premier jeu vidéo à proposer aux riders la possibilité de faire des grinds (slide) sur les éléments du décor.  

Aggressive inline (2002)

Aggressive Inline met en scène un patineur street à la façon du célèbre jeu de skateboard "Tony Hawk", la référence en matière de jeu de glisse urbaine façon arcade. Z-Axis a lancé agressive Inline en 2002 sur PlayStation 2, Xbox, Game Boy Advance, GameCube.
Parmi les riders célèbres présents dans le jeu on trouvait : Chris Edwards, Eito Yasutoko, Franky Morales, Jaren Grob and Taïg Khris.

Le jeu développé par Underground Development et édité par Acclaim Entertainment a redonné ses lettres de noblesse au roller street.

Rolling (2003)

Un énième jeu de roller façon "Tony Hawk". Ce titre développé par Rage Software a failli ne pas voir le jour. Il a été sorti des cartons par Eidos Interactive pour Noël 2003. On y trouvait quelques célèbres riders de l'époque comme Cesar Mora, Fabiola Da Silva ou encore Jon Julio.

La réalisation médiocre l'a envoyé aux oubliettes face aux géants qu'étaient alors Tony Hawk Pro Skater 4 et Aggressive Inline.

Street Gears (2008)

Monster High

Street Gears est un jeu en ligne massivement multijoueurs (MMORPG) qui propose des courses de roller et des missions à travers une grande variété d'univers différents.

Totalement gratuit, il a rencontré le succès pendant plus de 3 ans avant de disparaître.
Le joueur incarne un ou une adepte de roller. Afin de gagner de l'expérience et d'acquérir de nouvelles facultés, vous devez accepter des missions. Les crédits vous permettent d'accéder à la boutique pour acheter de nouveaux objets et customiser votre personnage.

Monster High (2012)

"Course de Rollers Incroyablement Monstrueuse"
Studio : LittleOrbit
Editeur : Namco Bandai
Console : Nintendo Wii & DS
Sortie en France : 30 novembre 2012
Pegi : 7

Monster High s'inspire du dessin animé éponyme. Le joueur peut y incarner les principaux personnages de la série tels que Frankie Stein, Clawdeen Wolf ou Lagoona Blue.
Leur look se rapproche davantage du patinage artistique et du roller derby avec leurs quads montants.

Il s'agit de constituer une équipe et de parcourir les catacombes de Monster High à toute vitesse. Il est possible d'attraper des pouvoir pour remporter les courses.

Les jeux vidéo Flash

Ils sont légions sur le web ! Cela s'explique par le fait que les coûts de développement sont inférieurs à un jeu traditionnel. Le gameplay est souvent très basique, il se limite la plupart du temps à l'utilisation des touches directionnelles ou à marteler deux touches pour aller le plus vite possible.

On trouve notamment :

  • Barbie on Roller Skates (un jeu d'habillage de Barbie ! Le roller n'est qu'une excuse...)
  • Roller Speed (un jeu de course de la firme Rollerblade assez connu chez les patineurs)
  • Hello Kitty Roller Rescue (une course à niveau avec Hello Kitty et d'autres personnages où il faut marteler les touches)
  • Fitness recreation (un jeu Rollerblade de course d'obstacle où il faut slalomer et sauter)
  • Street Burglar (un voleur à roller collecte des bonus et évite des obstacles/ennemis)

Liens utiles

Street Gears : enfin un jeu vidéo dédié au roller !
Le roller est-il un jeu d'enfant ?
Un topic ouvert sur les jeux vidéo de roller sur le forum de rollerenligne.com
Quelques jeux de roller sur jeuxvideo-flash.com
Jet Set Radio Future sur Wikipedia
Lire le test d'Aggressive Inline sur GameKult
Lire le test de Rolling sur GameKult

Texte : Alfathor
Photos : droits réservés 
Mis en ligne  le 30 December 2012 - Lu 4535 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB