-
Le 18 December 2012 à 19:12 | mise à jour le 18 December 2012 à 22:58

Rink-hockey : projets pour l'Olympiade 2013-2016

Rink-hockey : projets pour l'Olympiade 2013-2016

Après le rapport d'activité du Comité Rink-Hockey, nous passons aux grandes axes de travail pour l'Olympiade 2013-2016. Présentation par Dan Mortreux...

Mis en ligne par 

Le développement doit rester un axe fort...

L'équipe de France au championnat d'Europe de rink-hockeyIl doit se traduire par une croissance importante du nombre de pratiquants car nous devons être entendus en interne [NDLR : au plan fédéral] mais aussi en externe (médias, partenaires, institutions).

  • Dans la filière compétition jusqu’au haut niveau
  • Dans une pratique de loisir pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent rentrer dans la filière compétition : Création d’un règlement adapté, de rencontres loisirs (associées à d’autres disciplines), d’un investissement dans le hockey-fauteuil...

Il faut construire des outils, avec les clubs et qui correspondent à leurs attentes. Nous avons tenté de faire passer la « bonne parole » au travers d’ADR. Il semble que cette opération ne soit pas suffisante et qu’il faille davantage être à l’écoute des clubs. Les grands clubs ont des besoins, les petits en ont d’autres. Il faut trouver un style différent, plus souple et personnaliser nos interventions.
Les statistiques montrent un turnover trop important chez les licenciés, preuve que nous ne savons pas suffisamment fidéliser notre public. Il est vrai que les enfants ont envie de découvrir un panel de sports avant de se fixer sur un seul, mais pour les fidéliser, il faut que nous soyons attractifs, sérieux et d’un bon niveau d’encadrement. Nous avons besoin de progresser dans ce domaine.

Les outils que nous avons créés sont à poursuivre :

  • Le kit école doit être généralisé et chaque fois que c’est possible, en collaboration avec l’USEP (1 million et demi de licenciés dans les tranches d’âge que nous touchons pour débuter notre discipline).
  • Le guide du coach : pas encore sorti et diffusé, il y aura besoin de bien en préciser l’objectif, le public ciblé et sa fonction
  • Le guide de l’animateur Rink, idem
  • Les journées de découverte, à poursuivre en y apportant du nouveau
  • Les tests des crosses ne sont pas un succès car beaucoup trop difficiles s’ils ne sont pas pris en compte par la DTN. Sur cette base technique, nous devrions reprendre l’idée déjà exploitée du concours du hockeyeur. Il faudrait mettre en place une formule qui soit moins élitiste (quoi que).

D’autres sont à créer :

  • En collaboration avec la FFRS, créer des outils d’aides administratives aux clubs (dossiers de subventions, communication, emploi, formations…)
  • Notre formation est au point mort. Nous ne formons pas d’éducateurs sportifs. Le BEF est boudé (trop cher, pas efficace, pas obligatoire…) Notre commission formation doit être renforcée. Nous devons arriver durant cette olympiade, avec la collaboration de la DTN et de la commission enseignement fédérale, à imposer un diplôme obligatoire et adapté pour encadrer à différents niveaux.
  • Renforcement de la commission communication : le site permet actuellement de faire briller difficilement la vitrine que représente le haut niveau. Il faut aussi pouvoir mettre en avant le travail des clubs, communiquer sur leurs actions, leurs résultats… La communication en interne doit reprendre ses droits. Chaque licencié de chaque club a le droit de connaitre le fonctionnement fédéral, ses projets, ses actions. Un échange doit être possible et quoi de plus facile en donnant la parole au travers d’un forum contrôlé ?

Le développement passe par de meilleures conditions d’arbitrage. 

Gardien de but de rink-hockey du CO PacéLa formation des arbitres reste un grand chantier à poursuivre. La CNA devra se réorganiser pour réaliser les points suivants :

Chez les plus jeunes :

  • Mettre en route l’initiation à l’arbitrage dès le plus jeune âge
  • Valoriser l’arbitrage dans les petites catégories
  • Création d’un Label pour les clubs formateurs

Le niveau adulte régional (à partir des U20)

  • Suivi des jeunes arbitres et passage en catégorie3 par le CRA
  • Organisation de la formation continue
  • Organisation de l’accompagnement et de la supervision

Le haut-niveau : les objectifs à atteindre

  • L’accès aux catégories 4 et 5 ne peut s’obtenir qu’au mérite, ce qui implique que la base de la pyramide du nombre d’arbitres grandisse considérablement. Ne plus être arbitre pour éviter des pénalités à « mon » club, mais par vocation.
  • Poursuite de la supervision par l’échange vidéo (Dartfish) et sur le terrain et ses conséquences (promotion ou rétrogradation)
  • Organisation de la formation continue pour cette catégorie (vidéo conférence, lettre de l’arbitre, stage sur les évènements de haut niveau en France…)

Les moyens pour y parvenir :

AngoulèmeUne CNA renforcée en membres actifs et une répartition des tâches au travers :

  • D’un département formation - formation de formateurs (indemnisation des formateurs à étudier)
  • D’un département supervision/évaluation (avec les outils dartfish, de terrain, ..) en relation avec le département formation (définition des besoins en matière de formation, alimentation d’une banque de données d’images pour la formation.)
  • D’un département désignations des arbitres, leur suivi, suivi des pénalités, etc.
  • De réunions régulières sur les thèmes d’étude à définir (Call conference)

Une ouverture, un échange avec le corps arbitral d’autres sports afin de profiter de leurs acquis pour les transposer dans notre pratique au niveau :

  • De la formation
  • Du comportement
  • Du suivi des arbitres

Une association des arbitres français pour que se crée un véritable corps arbitral, vivant, innovant et régulateur

Le haut-niveau

Le maintien d’un haut niveau pour nos équipes nationales est primordial. A la façon d’un train de voyageurs, le sport de compétition que nous sommes ne saurait se priver de sa locomotive. Cette vitrine incontournable, nous devons continuer à la mettre en avant tout en sachant que les temps seront durs eu égard aux subventions ministérielles en baisse (-5% par an annoncés pendant 3 ans).

Il va falloir s’adapter pour maintenir notre niveau et vraisemblablement faire des choix douloureux. 
Mais il est clair que nous ne pourrons tenir le volume de préparation actuel des EDF sans une collaboration rapprochée des clubs et sans un apport de nouveaux financements privés. 

Fonctionnement du Comité Rink Hockey

Il est nécessaire d’élargir le champ de compétences des élus en les investissant davantage dans les travaux du Comité. Les responsabilités doivent être partagées et ne pas se concentrer dans les mains de quelques uns. Le travail en commission doit prendre toute sa place, y compris en s’ouvrant ponctuellement en direction de non élus.

Equipe de france féminine, vice championne d'EuropeLes membres du CD sont élus pour gérer le sport au quotidien au nom de l’intérêt général

  • Organiser les compétitions
  • Veiller à leur bon déroulement, au respect des règlements
  • Assurer l’arbitrage et sa formation (CNA)
  • Gérer les finances du Comité, des championnats, etc.
  • Assurer le fonctionnement des organes fédéraux (CDD, CD, CA…)
  • Publier des PV relatant l’activité du CRH

Ils doivent être à l’écoute des clubs et agir pour répondre aux besoins

  • De développement et de promotion des clubs
  • De formation d’éducateurs
  • D’aménagement des règlements

Mais ils doivent aussi être en capacité de communiquer

  • Pour animer les projets en cours
  • Pour que chaque licencié se sente concerné par les évènements liés à son sport
  • Pour échanger et s’enrichir des idées de chacun
  • Pour s’ouvrir vers l’extérieur et faire découvrir notre discipline au travers de petits et grands médias

Toutes ces nombreuses tâches représentent un investissement en temps très important. Nos méthodes de travail doivent être rigoureuses en s’appuyant sur le partage des missions. Le travail en commission doit être effectif. Les moyens de communication modernes n’impliquent pas des déplacements pour travailler. Il faudra les utiliser plus fréquemment pour élaborer les pré-projets. 
Mais nous serons encore plus efficaces si nous savons intégrer des professionnels dans nos travaux. Il faudra être attentifs aux nouveaux dispositifs pour l’emploi des jeunes et tenter d’en tirer le meilleur parti. Notre secrétaire comptable croule sous les tâches toujours plus nombreuses et les bénévoles ne peuvent pas toujours consacrer beaucoup de temps à la gestion de notre sport. Certes se pose le problème du financement. Il faudra alors, le moment venu, savoir faire des choix.

Le 01/12/12, Dan MORTREUX, Président sortant du CRH/FFRS

Liens utiles

Bilan de mandature de Dan Mortreux, président du Comité Rink-hockey

 

Texte : Dan Mortreux
Photos : Patineurs d'Angoulème, Cindy Laurent, FFRS, droits réservés 
Mis en ligne  le 18 December 2012 - Lu 1518 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB