-
Le 22 November 2012 à 18:11 | mise à jour le 26 January 2013 à 20:17

Adrian Glick : immersion dans le roller-hockey américain

Adrian Glick : immersion dans le roller-hockey américain

Adrian Glick est un pratiquant passionné de roller-hockey. Il a décidé de partir aux Etats-Unis pour parfaire sa formation sportive et universitaire. Retour sur les derniers mois de son aventure...

Mis en ligne par 

Avant le Départ pour Chicago

Stage des Spiders

Adrian Glick aux USAAvant de partir, j’ai pu participer à un stage de roller hockey organisé par les spiders de Rouen. J’y avais déjà participé l’année dernière et je l’avais trouvé bien meilleur que les autres stages auquel j’avais pu participer en France. Le stage se déroulait sur une semaine, et le gros point à considérer quand on signe pour l’inscription, c’est l’équipe de coach. Avoir Patrick Sebek comme entraineur, c’est une occasion qui n’est pas donnée tout les jours, et Yohann Labreux comme organisateur, on sait a quoi s’attendre : une semaine très rythmée.

Toujours le même format de stage, un entrainement physique suivi d’un entrainement terrain le matin puis un entrainement terrain l’après midi.

Les premiers jours sont toujours très durs, surtout le tout premier entrainement. La chose qui me restera le plus en mémoire, c’est ce moment en milieu de session où je n'ai plus senti mes jambes, où je ne pouvais plus respirer, avec la balustrade comme unique maintien. Et devoir faire un exercice de patinage avec Patrick Sebek ou Michal Simo qui vous coursent derrière et vous obligent à continuer ... c’est intense !

Puis ces premiers jours passés, on peut savourer à fond les entrainements, c’est assez délicat d’avoir un entraineur qui ne parle pas la langue. Du coup, les entrainements se font en Anglais, ce n’est ni la langue de l’entraineur ni des joueurs, c'est parfois assez drôle.

Avoir des coaches étrangers, ça ne se sent pas uniquement au niveau de la langue. Les exercices sont différents de tout ce que j’ai pu faire avant, très similaires aux sessions de glace.

La semaine se ponctue d’activité en extérieur, de visualisation de matchs Elite et de séances sur l’arbitrage ou le hockey en général. Puis à la fin, un maillot récompense le meilleur stagiaire. Autant vous dire que j'ai été content d’être choisi pour cette récompense ! C’est toujours un petit plus qui fait plaisir...

La semaine s’est très bien déroulée, cela a été vraiment une très bonne expérience. J’encourage tout les hockeyeurs à s’inscrire pour le prochain stage ! Ce qui différencie ce stage des autres, c’est définitivement la qualité des entraineurs et du centre d’accueil, et aussi d’avoir une expérience bilingue.

Le stage fini, j’ai eu 4 jours de trêves, avant de me diriger vers CDG pour le départ.Adrian Glick aux USA

Farm Tough Hockey

Adrian Glick aux USA14 heures d’avion … ce n’est pas la partie la plus facile du voyage, plus des formulaires douaniers et visa sans fin, ce n’était pas de tout repos. Dés l’arrivée à Chicago, j'ai pris un bus en direction de Milwaukee pour rejoindre Peter Dale à la Farm Tough Hockey. Je suis resté une semaine avec Peter.

La Farm Tough Hockey porte bien son nom, puisque c’est une ferme totalement refaite pour accueillir des entrainements de hockey. 2 granges avec du sol spécifique, l’une pour le roller hockey, l’autre pour le fitness, une piscine et un terrain de plus de 5 hectares pour courir.

Il y a aussi un accès a un terrain FULL SIZE en OUTDOOR.  Se rendre à la Farm Tough Hockey, c’est s’assurer de recevoir un entrainement intensif. Peter Dale, avec 6 titres de champions du monde avec les USA, que ce soit sur le terrain ou derrière le banc, sait comment pousser les joueurs qui viennent le visiter.
En plus d’être un excellent entraineur, c’est une personne avec des qualités humaines incroyables. Lui et sa famille m’ont accueilli les bras ouverts. Ils m’ont assisté dans toutes mes démarches sans attendre quoi que ce soit en retour. Ce sont vraiment des gens en or ! Bref si vous voulez vous améliorer en tant que joueur et avoir une expérience à l’autre bout du monde, contactez Peter Dale sur Facebook, vous serez dans l’avion en un clin d’œil !

Après une superbe semaine dans le Wisconsin, j'ai repris la route en direction de Chicago pour commencer mon année scolaire, les choses ont alors commencé à se gâter !

Direction Chicago

Adrian Glick aux USAPour mon premier entrainement, je suis mal tombé et je me suis blessé à la jambe. Cela m’a pris 2 semaines pour me rétablir, mais j’ai surtout loupé les sessions d’essais avec les Chicago Carnage, l’équipe pour laquelle je devais jouer.
Je me suis donc retrouvé pendant un mois sans équipe à faire de la thérapie pour ma jambe. C’était peut-être un mal pour un bien car ce malheureux accident m’a fait rencontrer mon actuelle famille d’accueil.
A l’origine, je devais vivre en résidence étudiante, mais du fait de ma jambe abimée, mon école n'a pas voulu que je sois sans sécurité ou moyen de transport. C’est donc une personne de l’administration du Lycée qui m’a accueillie le temps que ma jambe guérisse … Et finalement, je ne suis jamais reparti !
A l’image de la famille de Peter Dale, ma famille d’accueil a vraiment tout fait pour moi, pour que je puisse faire ce que je voulais et vivre l’expérience à fond. Je leur dois beaucoup !

Nouvelle équipe

Pour le hockey je me suis rabattu sur la MIHA (Midwest Inline Hockey Association) avec les Great Lake Gamblers. La MIHA a trois niveaux de jeu, T1 T2 T3, les Gamblers n’ayant pas de T1, je joue en T2. Le niveau de jeu en T2 est assez homogène et est comparable à la N1 en France.
La très grosse différence comparée à la France, c’est au niveau de l’organisation : pour les entrainements, c’est une location de terrain. Du coup, chaque séance est payante, 5 à 10 dollars. Les matchs sont des plateaux avec 6 a 10 équipes qui ont lieu chaque mois, le premier a eu lieu à Cincinnati (Ohio).

L’ambiance est tres similaire à ce que j’ai connu en Playoff en France : la route, les diners, les hôtels, tout avec les gens de l’équipe, c’est vraiment cool. Au niveau du jeu, nos premiers adversaires ont été les Squirtle Squads de Saint-Louis, une équipe de plus bas niveau que nous. Nous les avons logiquement battu 6-2.
Ensuite une équipe supposée plus forte que nous, les Buffalo Steel, un match superbe que nous avons gagné 8-2. Puis est venu le match éliminatoire contre nos rivaux principaux : les Chicago chi-town Shamrocks. Apres avoir encaissé 4 buts en première période, nous n’avons jamais pu revenir... Et c’est sur un frustrant 6-3 que j’ai pu marquer mon premier but en tant que Gamblers.

A venir...

Adrian Glick aux USAPour ce qui est de la suite, le mois de Décembre déterminera mes prochaines années, puisque c’est après de longues discussions que j’ai réussi à obtenir une séance d’essai avec les Lions de Lindenwood, la meilleure équipe du championnat Universitaire.
Leur palmarès parle pour eux : 7 fois champions de D1 NCRHA (2002, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008 et 2010) 10 fois vainqueur de leur division, avec des joueurs tels que Greg Thompson, Sean Sullivan et Travis Fudge, tous bien connus pour leur présence en Team USA … C’est une opportunité en or de jouer au plus haut niveau, mais aussi pour étudier. En effet, l’université de Lindenwood détient l’un des meilleurs département de « Sports and Health science/Athletic Training », celui que je veux étudier. Mes essais se dérouleront début décembre, je fais tout pour m’y préparer au mieux afin d’obtenir une place dans ce programme.

Apres ces essais, je reviendrai en France pour passer les fêtes avec ma famille et mes amis, et revenir encore plus fort pour le reste de l’année !

Adrian Glick aux USAAdrian Glick aux USA

 

Adrian Glick aux USA

Liens utiles

Roller-hockey : Adrian Glick voyage Outre-Atlantique pour vivre son rêve

 

Texte : Adrian Glick
Relecture : Iggnorance
Photos : Adrian Glick
Mis en ligne  le 22 November 2012 - Lu 1431 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB