-
Le 01 September 2012 à 10:09 | mise à jour le 06 September 2012 à 08:10

Retour sur le Championnat WFSC 2012 à Lishui (Chine) - 3e journée (3/4)

Retour sur le Championnat WFSC 2012 à Lishui (Chine) - 3e journée (3/4)

Nous commençons à présent notre troisième et dernier jour de compétition avec un grand beau temps. Un soulagement pour l’organisation, car deux des épreuves restantes ont dû être reportées pour cause de mauvais temps la veille...

Article par 

WFSC 2012, Lishui: Samedi 25 août - Speed Slalom et Slides

WFSC 2012L’emploi du temps a été entièrement remanié et a pris un peu de retard. Pas impossible, mais chargé : La priorité est donnée aux épreuves de speed slalom et de slides tant que c’est sec, et battle pour finir – dehors sur l’anneau ou dedans dans le gymnase.

Qualifications Junior de Speed Slalom : des temps rivalisant avec ceux des Seniors - Qualifications féminines

Ne perdons pas de temps et commençons tant que les conditions climatiques sont clémentes. Une rapide présentation des juges (vous avais-je dit que les juges devaient parader tous les matins pour être présentés ? Je parie que non. Et pour cause.) un rapide warm up et les juniors féminines attaquent leurs qualifications. Mêmes conditions que pour les Seniors jeudi (voir Report Jour 1) : free start et deux dispositifs de vérification à l’arrivée (cellules et caméra haute vitesse). 22 filles sont inscrites et seulement les 8 premières participeront aux KO Systems.

Les deux juniors françaises se qualifient : Tiffany Derisbourg (#6) se classe 2e, seulement 0.001 derrière la première qualifiée, la chinoise Lu Qian Qian (#43, 4.971) tandis que Zoé Granjon (#10) est 6e avec une performance régulière – deux perfects dans les 5.1’s. Le reste des qualifiées est essentiellement composé de chinoises (3) et de filles de Taipei (3), dont les deux chinoises polyvalentes Feng Hui (7e, speed #33, nouvelle championne du monde de classic) et Guan Yu Xiang (speed #45, nouvelle vice-championne du monde de classic) qui se classe 3e avec 5.035… soit avec seulement 0.02 de plus que la 2e Senior, Barbara Bossi (ITA, #2) ! Le temps de la dernière qualifiée est de 5.286… moins que celui de la dernière Senior (5.322). Les temps des Juniors et des Seniors sont à peu près dans la même fourchette, exception faite de Cristina Rotunno (#1, ITA) qui signe le meilleur temps de qualification et de loin, toutes catégories féminines confondues, avec un 4.798. Notons que contrairement aux Seniors, chacune des 8 qualifiées Juniors a réussi un run sans pénalités (contre seulement 3 Seniors). Les Seniors ont tendance à être plus gourmandes sur la course de départ et manger le premier plot.

Junior Women Qualifiers, Best 8

  1. Lu Qian Qian (CHN)
  2. Tiffany Derisbourg (FRA)
  3. Guan Yu Xiang (CHN)
  4. Su Pei-Ching (TPE)
  5. Huang Cai-Jhu (TPE)
  6. Zoé Granjon (FRA)
  7. Feng Hui (CHN)
  8. Liang Hsuan Min (TPE)

Qualifications masculines

Première frayeur de la journée. La pluie est de retour au beau milieu des qualifications des garçons. Nous sommes en train d’attaquer les deuxièmes runs de qualification quand des gouttes de plus en plus insistantes nous forcent à couvrir l’aire de compétition d’une bâche et à attendre. Heureusement, ça n’était pas un gros nuage et le vent nous a donné un bon coup de pouce.

Les garçons sont 25 à tenter leur chance aux qualifications, pour seulement 8 places disponibles en KO Systems. Pour être qualifié, c’est plutôt simple : il faut être en-dessous des 5.0. Les temps descendent de plus en plus bas, jusqu’à 4.482 et 4.493 pour les deux premiers, le chinois Pan Yu Shuo (#81) et Wu Dong-Jiun de Taipei (#758). Les Taipeiens sont faciles à reconnaître : ils roulent tous en trois roues ! Il y a un écart important de quasiment 0.2 entre les temps du 3e (Wu Don-Yan – TPE, #193) et du 4e (Qiu Yi Ming – CHN, #690), qui passent de 4.503 à 6.696.

Seuls les 4 premiers se qualifient avec un perfect. En fait, ça n’est pas totalement exact: le 8e se qualifie avec un perfect, préférant assurer avec un run lent après son premier run nul: le dernier temps de qualification est donc de 4.913. Le garçon s’appelle Farbod Motavasel (#NR) et il a la spécificité d’être iranien! Notons également les qualifications aux 6e et 7e places des polyvalents Ye Hao Qin (CHN, #87 – vice-champion du monde de speed 2011) et Zhang Hao (CHN, #46) qui a remporté la compétition de Classic hier.

Tout comme pour les filles Junior, les temps des garçons Junior sont à peu près les mêmes que ceux des Seniors: les 6 premiers Juniors auraient fait partie des 8 premiers Seniors, le premier Junior aurait été classé 3e chez les Seniors, et le 8e et dernier Junior aurait tout de même été qualifié 13e chez les Seniors.

Junior Men Qualifiers, Best 8

  1. Pan Yu Shui (CHN)
  2. Wu Dong-Jiun (TPE)
  3. Wu Dong-Yan (TPE)
  4. Qiu Yi Ming (CHN)
  5. Huang Yu-Ping (TPE)
  6. Ye Hao Qin (CHN)
  7. Zhang Hao (CHN)
  8. Farbod Motavasel (IRI)

Speed Slalom Junior KO Systems

Girls KO Systems : la domination chinoise

Quarts de finales – Les quatre premières qualifiées passent en demi finales au détriment des quatre dernières qualifiées. Les deux premiers groupes ne sont qu’une formalité : Lu Qian Qian (CHN, 1e Q.) et Su Pei-Ching (TPE, 4e Q.) se débarrassent de Liang Hsuan Min (TPE, 8e Q.) et de Huang Cai-Jhu (5e Q.) en deux runs, plus propres et plus rapides (de 2 à 3 dixièmes d’avance). Le résultat du groupe réunissant Tiffany Derisbourg (FRA, 2e Q.) et Feng Hui (CHN, 7e Q.) coulait de source, pourtant la française se fait une petite frayeur en perdant le deuxième run à cause de deux pénalités. Mais tout est bien qui finit bien, elle se rattrape en remportant le troisième run. Quant à la deuxième française, Zoé Granjon (6e Q.), elle se couche face à Guan Yu Xiang (CHN, 3e Q.).

WFSC 2012Demi-finales – Lu Qian Qian ne fait qu’une bouchée de Su Pei-Ching. En revanche, chez Tiffany Derisbourg et Guan Yu Xiang, c’est serré. Tiffany est un peu plus rapide mais pas suffisamment pour être hors d’atteinte en cas de pénalité. Le premier run est un perfect pour les deux concurrentes et Tiffany prend l’avantage. Mais elle fait une pénalité sur le deuxième run, ce qui permet à Guan Yu Xiang, qui était seulement 0.03 derrière, d’égaliser. Le troisième run est décisif: malheureusement pour Tiffany, la chinoise fait preuve d’une propreté mécanique et son avance de 0.1 n’est pas suffisant pour couvrir sa pénalité. La régularité de Guan Yu Xiang est récompensée et elle se qualifie pour la finale.

Finale de consolation – La française Tiffany Derisbourg est 0.3 devant Su Pei-Ching de Taipei, et elle n’a besoin que de deux runs pour sceller le round.

Finale – La finale est chinoise… et plutôt serrée ! Lu Qian Qian et Guan Yu Xiang tournent autour ou en-deça des 5.5 et elles sont affreusement propres : Pas un seul plot n’est tombé ou évité au cours de ces trois runs de finale. Le premier run revient à LQQ avec une avance de quasiment 0.1. Mais GYX accélère et égalise avec une avance de 0.003 sur le deuxième run ! Le troisième run est moins serré mais pas pour autant gagné d’avance : LQQ est en 5.342 et GYX en 5.371. Le titre revient à Lu Qian Qian qui est parvenue à mener la compétition depuis les qualifications jusqu’à la fin.

Results of the Junior Women’s Speed Slalom

  1. Lu Qian Qian (CHN)
  2. Guan Yu Xiang (CHN)
  3. Tiffany Derisbourg (FRA)
  4. Su Pei-Ching (TPE)

Boys KO Systems: La surprise iranienne

Quarts de finales – Les KO Systèmes des garçons commencent avec une vraie surprise : le premier groupe oppose Pan Yu Shuo (CHN) et Farbod Motavasel (IRI), i.e. le premier et le dernier des qualifications. Le public comprend alors que l’iranien est un très bon speed slalomeur et qu’il n’était simplement pas au top lors des qualifications : il descend jusque dans les 5.0 ! Il prend l’avantage sur le premier run (avec un perfect en 5.079 contre un run nul) mais perd le second run, plus lent avec plus de pénalités que le chinois. Le dernier run est intense : Pan Yu Shuo descend sous les 5.0 avec un temps de 4.954… dommage pour Farbod qui est en 5.033. Mais attendez : le juge de premier plot lève son doigt pour le chinois ! Sa pénalité le relègue derrière Farbod qui se qualifie pour les demi-finales ! Les trois autres groupes opposent chacun un chinois et un taipeien. Et les chinois passent un mauvais quart d’heure : deux se font sortir en deux runs seulement (Qiu Yi Ming et Zhang Hao) par Huang Yu-Ping et Wu Dong-Jiun. Ye Hao Qin sauve la face et est le seul chinois restant en course.

Demi-finales – Le premier groupe met en scène l’iranien Farbod Motavael et Huang Yu-Ping de Taipei, l’un des favoris de la compétition. Ce dernier a un net avantage en vitesse : il remporte le premier run avec une bonne avance malgré une pénalité (temps pur : 4.878, temps final : 5.078), même si Farbod est loin d’être ridicule avec son perfect en 5.127. L’iranien profite du flottement durant le deuxième run pour égaliser : pendant la course de départ, Huang Yu-Ping fait un écart étrange sur le côté… sa platine se dévisse ! Il demande un temps mort pour régler ses vis avant le troisième run… qu’il remporte haut-la-main avec un perfect en 4.905, contre une pénalité et un temps final de 5.249 pour Farbod. Le second groupe est une véritable reconstitution de bowling : Ye Hao Qin strike sur le premier run et il n’est ni assez rapide ni assez propre sur le deuxième run pour se rattraper. Avantage final pour Wu Dong-Jiun qui atteint la finale.

 Finale de consolation – Tout comme dans le round précédent, Ye Hao Qin rate son premier run et Farbod Motavasel prend la tête avec mérite (perfect en 5.021). Ce dernier est le plus rapide sur le deuxième run mais une pénalité le relègue derrière Ye Hao Qin qui égalise. Et le run final revient à l’iranien avec une avance de plus de 0.2. Il prend une troisième place bien méritée !

Finale – La finale se joue entre deux coéquipiers de Taipei et se règle en seulement deux runs. Même scénario sur les deux runs : Huang Yu-Ping (qui a dû revisser sa platine sur le dernier round) est dans les 4.9s avec 2 pénalités tandis que Wu Dong-Jiun est dans les 5.1 en perfect… faites le calcul : Wu Dong-Jiun l’emporte.

Results of the Junior Men’s Speed Slalom

  1. Wu Dong-Jiun (TPE)
  2. Huang Yu-Ping (TPE)
  3. Farbod Motavasel (IRI)
  4. Ye Hao Qin (CHN)

Speed Slalom Senior KO Systems

Women’s KO Systems: un goût amère d’inachevé

Quarts de finale – La moitié des slalomeuses qualifiées sont de l’équipe d’Italie (voir Report Jour 1). Et le « destin » fait bien les choses parce que les 4 sont dispatchées dans les 4 groupes de quarts : Pas de duel fratricide pour ce round. Alors que Cristina Rotunno et Barbara Bossi, les deux premières qualifiées (et #1 et #2 mondiales !), se débarrassent facilement de leurs adversaires de Taipei avec deux perfects chacune, la bataille est plus corsée pour leurs coéquipières Sara Barlocco (#38) et Chiara Lualdi (#6), qui rencontre respectivement la française Clémence Guicheteau (#3, championne du monde junior 2010-11 et vice-championne d’Europe 2012) et la chinoise Meng Yun (#19). Pour les deux, le scénario est sensiblement le même : après avoir perdu leur premier run, elles égalisent sur le deuxième et sont trop lentes pour remporter le troisième run. A l’issu des quarts de finales, la moitié de l’équipe italienne est décimée et seulement une asiatique est encore en course.

WFSC 2012Demi-finales – Grâce à leur classement aux qualifications, les deux italiennes restantes sont dans deux groupes différents et sont données favorites. Et pour cause : elles éliminent toutes les deux leurs adversaires et accèdent au prochain round… la Finale ! (On va finalement l’avoir, ce duel fratricide !) Cristina Rotunno n’a pas grand’ chose à faire contre Clémence Guicheteau : elle a plus de 0.2 d’avance sur le premier run et Clémence strike sur le second… Le défi de Barbara Bossi est plus intéressant : elle prend la tête sur le premier run et est aussi devant sur le second… mais elle prend une pénalité de +0.2 pour premier plot évité, ce qui a pour conséquence de créer une égalité de chronos : 5.557 pour elle est Meng Yun. Le deuxième run doit être refait. Elle accélère jusqu’à 5.234 (!) et prend deux pénalités dans la précipitation. Mais le perfect de Meng Yun n’est pas suffisant pour lui offrir le run et Barbara empoche la qualification pour la finale, avec un temps final de 5.634 contre 5.659.

Finale de consolation – Prolongeons le suspens avec la consolation, opposant la française Clémence Guicheteau à la chinoise Meng Yun. Les temps sont proches mais Clémence maîtrise Meng Yun en seulement deux runs. Deux perfects : 0.2 d’avance sur le premier run, et sa propreté a raison de la vitesse de son adversaire sur le deuxième run (5.537 avec 0 pénalité contre 5.502 avec 2 pénalités). La française atteint la troisième marche du podium des Senior Femmes de Speed Slalom.

Finale – Le combat ultime de la saison 2012 est sur le point de commencer. La pression est palpable et la situation semble quelque peu délicate : Les deux coéquipières sont sur la ligne de départ, prêtes pour le dernier niveau… D’un côté on se croirait à la maison, mais de l’autre, on y est, c’est pour de vrai. Et d’un autre côté aussi ça sent étrangement le déjà vu : elles étaient toutes deux réunies dans cette même finale pour les Championnats du Monde Geisingen (Ger) l’année dernière. Sur la première ligne nous avons Cristina Rotunno, la nouvelle #1 (Juillet 12) et championne d’Europe actuelle. Sur la seconde nous avons Barbara Bossi, nouvelle #2 (fraîchement détrônée par Cristina après 22 mois de règne) et double championne du Monde (2010, 2011). Le ton est donné dès le premier run : elles se battent dans les 5.2’s. Barbara Bossi gagne le premier run avec une légère avance et seulement 1 pénalité (contre 2 pour Cristina). Les rôles sont inversés pour le second run : égalité. Le troisième run tranchera. Elles sont nerveuses sur la ligne de départ. « A vos marques… prêt… » FAUX DEPART pour Barbara. Retour sur la ligne, elles prennent la pose. « A vos marques… prêt… » Croyez-le ou non, FAUX DEPART pour Barbara. Encore. Deux faux départs d’affilée sont éliminatoires. Et voici comment Cristina Rotunno est devenue Championne du Monde avec un goût amère d’inachevé...

Results of the Senior Women’s Speed Slalom 

  1. Cristina Rotunno (ITA)
  2. Barbara Bossi (ITA)
  3. Clémence Guicheteau (FRA)
  4. Meng Yun (CHN)

Men’s KO Systems: une finale prématurée en quarts

Huitièmes de finale – Avec initialement 46 patineurs inscrits pour les qualifications, la catégorie masculine était la seule bénéficiant de huitièmes de finales : les 16 meilleurs ont été gardés pour les KO Systems (voir Report Jour 1). La plupart des groupes n’ont besoin que de deux runs pour être pliés. Le 1e qualifié, le chinois Guo Fang (#4), élimine l’italien Luca Ulivieri, plus lent et moins propre. Le 2e qualifié, Yang Hsin-Chiao de Taipei (#15), sort le polonais Michal Sulinowski (#26) en 3 runs : rapide mais pas très propre (tourne dans les 5.1’s mais prend 3 pénalités sur chacun de ses 3 runs), il peut s’estimer chanceux que son adversaire ne soit pas plus propre – en effet, Michal réussit un perfect en premier run et prend l’avantage, mais Hsin-Chiao finit par le dépasser au score. Le 3e qualifié, le chinois Lan Wang Heng (#16), est propre et a 0.2 d’avance sur le russe Kirill ‘ReKiL’ Ryazantsev (#12), les deux runs ne sont qu’une formalité. Même commentaire pour l’italien Savio Brivio (#9), le 4e qualifié, malgré une fâcheuse tendance à prendre une pénalité de premier plot… il est malgré tout loin devant Jireh Goh (SIN, #360) : premier run en 4.795 – il ne dépasse même pas la barre des 5.0 avec sa pénalité (4.995), deuxième run en 4.818 (temps pur)… Le duel du 5e qualifié n’est pas plus compliqué mais est émouvant : l’italien Simone Nai Oleari (#3) élimine son coéquipier Tiziano Ferrari (#7). Ce dernier est plutôt rapide (dans les 5.1’s) mais Simone est un cran au-dessus et extrêmement régulier : le round est fini après deux perfects en 4.931 et 4.932. Le 6e qualifié, Kim Sung Jin (KOR, #3), est plus propre que son adversaire, le chinois Luo Jia Cheng (#329), ce qui est un grand avantage quand vous devez affronter un adversaire à peu près aussi rapide que vous : deux runs suffisent pour passer au niveau suivant. Le groupe opposant les 7e et 10e qualifiés est le seul qui ne finit pas par la victoire du favori des qualifications : le français Alexandre Claris (#4), le 10e, se débarrasse proprement du chinois Li Yu Chen (#24) en deux runs. Quant au dernier groupe, le coréen Yu Jin Seong (#13) sort le français Igor Cheremetieff (#14) à l’issu d’un combat en trois manches dans les 5.2’s.

Guess who’s back ? Back again ? (non, pas Eminem) La pluie est de retour ! Cette fois, c’est papa nuage qui se charge de décharger, et ça n’est pas beau à voir ! Mais nous commençons à être rôdés : on ramasse les plots, on protège les appareils électroniques, on recouvre l’aire de compétition, on attend, on décide d’annoncer la pause déjeuner, on profite au maximum du temps gâché en lançant la cérémonie des récompenses pour les épreuves de la veille et du matin, on va manger même si à présent c’est sec et ensoleillé – parce que de toute façon tout le monde est déjà parti pour remplir leurs estomacs, on revient sur l’aire de compétition et on reprend les KOs masculins à 14h30. Ca, c’est fait.

Quarts de finale – Le round connaît quelques retournements de situation ! Commençons par les résultats les moins improbables : les deux chinois Guo Fang et Lan Wang Heng éliminent les deux coréens, respectivement Yu Jin Seong et Kim Sung Jin, en deux runs. Bien qu’ils tournent à peu près dans les mêmes chronos, les chinois sont un poil plus rapides et plus propres. A présent, parlons des trucs excitants : Alexandre Claris, le 10e qualifié dont le chrono moyen est aux alentours de 5.2, remporte le groupe contre Yan Hsin-Chio le taipeien à trois roues qui est plutôt du genre 5.0. Ce dernier passe complètement à côté de ses deux runs : un premier run nul et 4 pénalités sur le deuxième run. Un coup de chance pour le français qui passe ainsi en demi-finales ! J’ai gardé le plus sensationnel pour la fin : le deuxième groupe oppose les coéquipiers italiens Simone Nai Oleari et Savio Brivio… deux des favoris pour l’Or. Quel gâchis ! C’est une finale prématurée. Ils font tous les deux des chronos en-dessous des 5.0 et le suspens est au rendez-vous. Le premier run ressemble étrangement à une égalité et les juges ont beaucoup de mal à les départager, même avec la caméra haute vitesse. Malheureusement, cela amène les juges à réaliser que Savio pose son pied libre légèrement avant la ligne d’arrivée (invisible à l’œil nu) et son run est déclaré nul. Pourtant, Savio reste concentré et réussit à égaliser sur le deuxième run avec un perfect impressionnant en 4.829, contre un perfect en 4.929 pour Simone. Simone ne tient pas la pression sur le troisième run et strike, offrant alors la qualification à la demi-finale à son adversaire.

Demi-finales – Savio Brivio doit avoir donné tout ce qu’il avait sur le round précédent… il se sort tout seul dans le premier groupe, laissant le ticket pour la finale à Guo Fang : un premier run nul et trois pénalités sur le deuxième run. Cependant, avec deux runs sous les 5.0 (temps pur), le chinois s’est montré digne de la qualification. Le résultat de l’autre demi-finale était prévisible : Le chinois Lan Wang Heng, plus rapide et plus propre, élimine le français Alexandre Claris en deux perfects réguliers (5.009 et 5.005). Les deux finalistes sautent dans les bras l’un de l’autre à l’annonce de la qualification de Wang Heng. La finale féminine était italienne, mais la finale masculine sera chinoise !

Finale de consolation – Pas de surprise ici, la pression s’est évanouie et Savio Brivio pulvérise Alexandre Claris avec des temps dans les 4.8’s – une pénalité de premier plot sur le premier run et un perfect sur le second. S’il avait réalisé les mêmes performances contre Guo Fang, il aurait roulé la finale…

Finale – L’ambiance est plus légère que durant la finale des femmes. Nous avons l’impression qu’ils sont satisfaits d’être là ensemble et de partager ce round ultime. La finale est intéressante. Les deux riders sont propres et roulent en moins de 5.0. Ils sont tous les deux en perfect sur le premier run, qui va à Guo Fang, plus rapide de 0.02. Il est aussi plus rapide sur le deuxième run, mais sa pénalité de premier plot lui coûte la victoire sur le run et permet à Wang Heng de remonter au score. Le troisième run, décisif, est un double perfect, et encore une fois Guo Fang est légèrement plus rapide (4.955 contre 4.989). Il remporte le round, la compétition et le titre mondial avec mérite.

Results of the Senior Men’s Speed Slalom:

  1. Guo Fang (CHN)
  2. Lang Wang Heng (CHN)
  3. Savio Brivio (ITA)
  4. Alexandre Claris (FRA)

Epreuve de Slides

WFSC 2012Pas de repos pour les braves ! – Continuons sur la lancée avec les catégories hommes et femmes de l’épreuve de Slides pendant qu’il fait beau (sait-on jamais). Mais tout d’abord, je vous dois une confession : les slides étaient la seule épreuve que je ne jugeais pas et j’ai pris une pause bien méritée – qui n’en était pas vraiment une puisque j’ai continué à écrire mes reportages. Je vais donc simplement vous donner les résultats… (comme d’habitude de toute façon, car je ne suis pas spécialisée en slides.)

Slides Femmes

Il n’y avait que 5 femmes inscrites, dont 3 russes qui s’emparent du podium, une chinoise qui finit au pied du podium, et une italienne. Etant donné le nombre de participantes, la compétition a directement commencé par la finale. Olga Fokina est la nouvelle Championne du Monde, et sa coéquipière Natalia Krykova conserve son titre de Vice-Championne du Monde de l’année dernière.

Slide Women Results

  1. Olga Fokina (RUS)
  2. Natalia Krykova (RUS)
  3. Liudmila Li (RUS)
  4. Chen Yuan (CHN)
  5. Chiara Lualdi (ITA)

Slides Hommes

Contrairement aux femmes, les hommes sont assez nombreux : 18 participants. Ils doivent réussir les qualifications pour atteindre les demi-finales. Seulement 10 d’entre eux auront l’opportunité de rester dans la course, et ils n’ont que deux slides pour convaincre les juges. Le premier qualifié est le chinois Dong Lei, suivi par le russe Kirill ‘ReKiL’ Ryazantsev et par le chinois Zhao Zhen Hua. En plus des chinois et russes, il y avait des sliders de Malaisie, du Vietnam, de Taipei, de Singapour et d’Espagne !

Les 10 qualifiés sont divisés en deux groupes de 5 et ont droit à 3 slides. Seuls les 3 meilleurs de chaque groupe iront en finale. La compétition s’arrête ici pour le malaisien Lew Yun Choon et le vietnamien Dao Dinh Huan du premier groupe, ainsi que pour les singapouriens Jasper Lee et Clement Khoo du second groupe.

Le groupe de finale est composé des 6 sliders restants et est remporté par les deux chinois, Dong Lei (premier des qualifications) et Zhao Zhen Hua, avec Chung Yung-Tzu de Taipei pour compléter le podium. Le russe ReKiL finit au pied du podium.

Slide Men Results

  1. Dong Lei (CHN)
  2. Zhao Zhen Hua (CHN)
  3. Chung Yung-Tzu (TPE)
  4. Kirill ‘ReKiL’ Ryazantzev (RUS)

Le plus gros des épreuves de la journée est fait, ne restent que les Battles hommes et femmes, que nous nous dépêchons de commencer. Nous sommes évidemment en retard à cause des interludes pluvieuses mais le délai est raisonnable et nous savons d’ores et déjà que nous parviendrons à boucler le programme ! Le prochain (et dernier) report reviendra sur l’épreuve de Battle.

Liens utiles

REPORT 1/4: Jour 1 - Senior Speed Qualification et Junior Classic

REPORT 2/3: Jour 2 - Senior Classic, Pair Classic et Battle Qualification

WFSC2012 Youtube channel
Schedule of the WFSC Lishui
WFSC Facebook Event
World Slalom Series Website
Eric Daryl’s Youku channel
ReKiL.ru’s Vimeo channel
Picture gallery of the WFSC2012 by Frozwheels

Par Close Yr E's
Photos: Frozwheels
Mis en ligne  le 01 September 2012 - Lu 3900 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB