-
Le 28 June 2012 à 11:06 | mise à jour le 07 February 2016 à 21:26

Comment bien terminer son entrainement roller course ?

Comment bien terminer son entrainement roller course ?

Le corps n'est pas une machine, à la fin d'un entraînement intense, en roller ou dans un autre sport, il est indispensable d'effectuer un retour au calme grâce au "déroulage" pour ne pas conserver de séquelles de l'effort. Explications...

Mis en ligne par 

Le retour au calme est indispensable

Récupération post-entrainementA la fin du dernier exercice de l’entrainement on voit trop souvent des patineurs s’arrêter et ranger les rollers. Pourtant les 10 minutes que le coach appelle "déroulage", d'une intensité inferieure à 50% de la fréquence cardiaque maximale, sont capitales à plusieurs titres...

Intérêt technique : pour travailler son geste

En effet, le geste se dégrade avec la fatigue et au moment du déroulage. On peut en profiter pour le recadrer en présence de l’entraineur.

Quelques exercices simples peuvent être appliqués pendant cette phase comme le patinage patins desserrés et/ou en sens anti-conventionnel, ce qui oblige le patineur  à la concentration... ou pourquoi pas un peu de travail en peloton à vitesse réduite.

On peut également imposer un temps au tour à respecter à chaque passage, ce qui fait travailler la régularité du geste (Toujours s’attacher à son geste technique, même sur la liaison entre piste et vestiaire par exemple)

«Plus le patineur est capable de repousser la dégradation de son geste technique dans l’effort, plus celui-ci sera performant en compétition »

Intérêt physiologique : pour la récupération  (active)

Récupération post-entrainementC’est certainement le point le plus important de ce déroulage. S’il faut deux à trois minutes pour récupérer d’un sprint de 20 secondes, il faudra plus de 48 heures pour récupérer d’une séance complète d’entrainement, en particulier des séances de fractionné.

Pour accélérer ce processus de récupération et limiter les courbatures des jours suivants, rien ne vaut cette séquence de récupération active qui va accélérer l’élimination des déchets dans l’organisme (l'acide lactique).

En effet, l’acide lactique généré dans les muscles par l’entrainement va s’éliminer bien plus rapidement que si on reste passif.

« Donc arrêtez de penser qu’on récupère mieux sur le banc et venez dérouler avec les copains ! »

Pour être complet, n’oublions pas non plus les étirements avant de rentrer à la maison.

On remarque qu’une meilleure récupération est aussi un gage de  sécurité (système cardiovasculaire choyé). On reprendra ainsi le patinage en meilleure forme lors du prochain entrainement.

Intérêt psychologique : pour le retour au calme de la tête

Les patineurs peuvent aussi « débriefer » leur entrainement sur les patins, que ce soit au plan technique ou en terme de gestion de leur effort. Ils peuvent en profiter pour communiquer leur ressenti à l'entraîneur qui pourra ainsi adapter ses séances aux besoins des patineurs, sur le plan technique ou de l'intensité physique, au regard des objectifs de la saison.

Liens utiles

Peloton : s'entraîner derrière les cyclistes
La phase de poussée en roller
Découvrir la double poussée en roller
Relais : l'américaine en roller
Renforcement musculaire avec Yann Guyader Préparer un marathon à roller (Par Arnaud Gicquel)
Intégrer la musculation à l'entrainement roller
Article relatif à la récupération sur le site de Mérignac Roller Sports

Zed
Entraineur MRS
Photos : MRS
Mis en ligne  le 28 June 2012 - Lu 10132 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB