-
Le 12 March 2012 à 20:09 | mise à jour le 20 April 2012 à 22:01

Championnats de France du Marathon 2012 à Valence d’Agen

Championnats de France du Marathon 2012 à Valence d’Agen

Dresser le bilan d’un championnat de France à Valence d’Agen est toujours une gageure. Encore une fois, le club de l’ALVA a réalisé un sans-faute au niveau de l’organisation : les dirigeants et les bénévoles du club sont tous tellement rôdés à l’exercice qu’on le sait de toute façon. Cette année, le temps était de la partie, ce qui ne gâche pas la fête, forcément...

Mis en ligne par 

Un plateau de qualité mais un manque de quantité…

Arrivée serrée pour Julien Levrard et Brian Lépine

...Quant au circuit, il présentait des aspects très intéressants (quelques côtes, de longues lignes droites roulantes) et d’autres plus ardus (un peu de gratton et du vent) qui font le charme des championnats de France du Marathon. L’un des bémols concerne le nombre de participants, qui semble décliner, notamment, et c’est inquiétant, dans la catégorie des Elites hommes. D’autres catégories s’étoffent en revanche (celles des Elites femmes et des Juniors). Sans tout remettre en question, il faudra voir si cela ne nuit pas à l’attrait des courses pour les compétiteurs. Ce qui est sûr, c’est que tous ceux qui ont été couronnés ce week-end possèdent un niveau continental, voire mondial. La qualité est là, indéniablement !

Les résumés des marathons

Elites femmes : Nathalie Audoire change de nom, mais pas de numéro !

La catégorie s’étoffe progressivement avec la montée de quelques Cadettes de 2011 et l’investissement massif de quelques clubs, comme par exemple Pibrac. Mais toutes les Elites femmes de la liste n’ont pas pris le départ de ce championnat de France : certaines étaient même venues en voisines et en tant que spectatrices. Quoiqu’il en soit, les résultats du 42 km n’étonneront personne. Nathalie Audoire a étrenné pour le mieux sa toute nouvelle combinaison de la Beaumanoir de Dinan.

Après plusieurs attaques lancées dans les deux premiers grands tours, souvent relancées par celles de Déborah Marchand (ALC Bouguenais), la multi-championne de France et d’Europe parvenait à surprendre le peloton à quelques 20 kilomètres de l’arrivée. En se déportant sur la gauche après le rond-point au bateau, la Bretonne parvenait à former un écart suffisant. Aux abords du deuxième pont du circuit, seule Clémence Halbout (2APN Avon) raccrochait et soutenait l’accélération. Le duo s’envolait alors pour un long contre-la-montre, devant un paquet qui tardait à réagir : pendant un tour, elles étaient encore à distance, mais à la cloche, elles avaient disparu du champ de vision de leurs poursuivantes...

A l’arrivée, Nathalie Audoire en remettait une couche pour déposer sa jeune acolyte et s’arroger un énième titre national : c’est toujours le numéro 1 qu’elle affectionne, sans aucun doute ! Quant à Clémence Halbout, elle aura « tourné autour » comme on dit : deuxième du marathon et deuxième du CLM... tout comme sa sœur Justine, qui parvenait un peu plus tard à prendre le meilleur dans le sprint du peloton.

Le récit de la course par Nathalie Audoire

« Ce circuit de Valence d’Agen paraissait facile sur le papier, mais finalement, il présentait quelques belles difficultés. Je suis partie sans tactique précise, mais avec l’idée qu’il fallait mieux durcir la course. J’avais repéré la partie gratton et surtout le fait que, passés les deux premiers petits tours, mes concurrentes semblaient quelque peu fatiguer sur cette portion. C’est là que j’ai placé mes premières attaques, mais le paquet est revenu. J’ai profité d’un relâchement après une attaque de Déborah Marchand pour ressortir : seule Clémence Halbout a pu suivre. Nous nous sommes bien entendues pour mener cette échappée à son terme. Clémence étant sprinteuse, elle a effectué moins de travail de relais, mais c’est normal. Et franchement, je préférais l’avoir à mes côtés jusqu’au bout. Ce titre de championne de France n’est pas un énième titre dans une liste : il s’agit très probablement de mon dernier en marathon. Le gagner à Valence d’Agen, l’une des terres du roller en France, lui donne une saveur d’autant plus particulière ! »

Elites hommes : Julien Levrard encore (et toujours ?) deuxième

Le maillot de champion de France Marathon 2012Ce n’est pas commun de titrer sur un deuxième, mais cette fois-ci, ça s’imposait. Non pas que le premier démérite, bien au contraire. Brian Lépine (AL Saint-Sébastien) est un beau vainqueur, très bon fondeur, rapide et complet (puisqu’il s’arroge également la médaille d’argent de l’épreuve du CLM). Mais à Valence, et pour la quatrième fois, Julien Levrard (Levallois Sporting Club) rate le maillot. Il a déjà vu Yann Guyader, Fabien Hascoët et Thomas Boucher lui rafler le tricot ces dernières années. Ce qui est sûr, c’est que le plateau était certes relevé, mais guère fourni chez les Elites. On pourrait même se faire du souci en ce qui concerne cette catégorie phare.

Les coups de boutoir !@#$%^&*énés par Yann Guyader (Métallo SC) dès le premier tour auront éparpillé un paquet de seulement 13 coureurs et achevé bien des espoirs : après à peine cinq kilomètres de courses, ils n’étaient en effet plus que cinq devant (suite à l’abandon de Guillaume De Mallevoue sur blessure et de Joris Gardères), puis quatre quand l’ultra-favori, Yann Guyader s’est relevé : il a en effet préféré écourter sa course à l’or afin de ne pas amplifier une douleur tenace aux adducteurs et compromettre la suite de sa saison. Quatre pour trois places donc, et c’est Nolan Béddiaf (RIL Lamballe) qui en a fait les frais. Le sprint s’est en vérité joué entre deux hommes, Brian Lépine et Julien Levard : si le dernier nommé a semblé prendre l’avantage un moment, le Ligérien est revenu à sa hauteur en puissance pour le passer sur la ligne. Elton De Souza (Roller Provence Méditerranée) assistait à cette passe d’arme un peu derrière, la médaille de bronze – qui lui avait échappé en 2011 – cette fois-ci autour de son cou !

Un petit mot au sujet des fratries pour finir. Certaines sont célèbres et récoltent les médailles à la pelle, comme par exemple celle des sœurs Halbout en Elites femmes. Dans la catégorie jumelle, Gary Lépine et Mickaël Beddiaf, les frères de qui vous savez, se sont montrés très courageux également : accrochés à un train filant à près de 50 km/h en début de marathon, ils ont rallié la ligne d’arrivée avec un peu de retard certes, mais aussi une expérience qui leur permettra de progresser dans le futur et d’honorer leur catégorie. Malheureusement, la retraite des Thomas Boucher, Maxime Provost, Sébastien Babault et autres Julien et Adrien Despaux n’a pas été accompagnée d’une montée dans la catégorie de « remplaçants » au poste pour poste. Il manque du liant dans cette catégorie, entre le haut du plateau et sa base…

Le récit de la course par Brian Lépine

« Dès les premiers kilomètres, Yann Guyader a commencé à miner la course à plusieurs reprises. Julien Levrard et moi-même, nous sommes remontés sur lui et nous avons essayé de nous échapper avec lui, mais ça n'a jamais marché. Après quelques tours, Yann quitte la course ; du coup, nous ne nous retrouvons que Julien et moi à rouler et à essayer de partir. Dans le dernière tour, j’attaque une fois encore et je réussis à décrocher Nolan Beddiaf. Julien et moi, nous nous sommes entendus jusque dans le dernier kilomètre pour maintenir cet écart. Ensuite, ça a été chacun pour soi ! Je lance le sprint à 300/400m et le titre s’est joué au lancé de patin. »

Aurélien Roumagnac franchissant la ligne devant Alexandre Guyomard

Juniors hommes : le titre pour Aurélien Roumagnac

Voilà aussi une catégorie qui s’étoffe. Il y a deux ans seulement, les Juniors n’étaient pas bien nombreux au départ du championnat de France du Marathon à Lyon. Cette fois-ci, on en comptait 19 au départ, donc quelques belles pointures médaillées aux championnats d’Europe ou du monde. La course a été secouée par deux hommes essentiellement : Tomy Lépine (AL Saint-Sébastien) et Pierre-Yves Péridy (POL Longjumeau). Mais le peloton est finalement resté assez compact : les échappés n’ont jamais pu prendre plus de quelques secondes d’avance, la faute sans doute aux très longues lignes droites et au vent de face assez présent.

Au bout du compte, Tomy Lépine, très en forme la semaine passée à Lille, n’a pas pu tirer les fruits de son travail à Valence : le Ligérien termine sixième. Son compère Pierre-Yves Péridy s’en est mieux sorti dans le sprint, puisqu’il prend le bronze. Aurélien Roumagnac, très attentif et bien calé dans les roues jusque-là, s’arroge le maillot bleu-blanc-rouge après 1h14 de course devant un excellent Alexandre Guillomard (Guingamp RS) qui ajoute désormais, à sa panoplie de sprinter, celle de fondeur !

Viktor Thorup, la sensation qui venait du Nord

Il est Danois de nationalité, mais licencié dans le club de Pibrac depuis deux ans maintenant. C’est la raison pour laquelle Viktor Thorup peut s’aligner sur des championnats de France. Ce week-end, le grand blond a fait sensation dans la catégorie des Juniors : il s’arroge le meilleur temps du CLM en 7min51 (un temps qui le place quatrième du classement des Elites hommes) ainsi que la quatrième place du marathon. Celui qui a été adopté par tout un club mérite mieux qu’un hommage : on entendra certainement reparler de Viktor cette saison, que ce soit sur les marathons de la Coupe de France ou à l’occasion des championnats d’Europe, voire du monde ! Pour l’anecdote, les textes européens permettent aux fédérations sportives d’octroyer des titres nationaux aux ressortissants européens non-Français qui participent à un championnat de France (principe de l’égalité de traitement des non nationaux dans les compétitions sportives individuelles). Mais seule la Fédération française de gymnastique a adopté ce principe à ce jour.

Nationales femmes : quatre sur quatre pour Flavie Balandras

Cette catégorie va devoir être rebaptisée la Balandras Inline Cup si ça continue ! La Lyonnaise, qui monte de la catégorie Cadette, empoche en effet son quatrième titre en 2012 – sur quatre possible (deux aux indoors et deux à Valence). Aussi à l’aise au sprint que dans l’effort solitaire ou sur une longue distance, Flaie Balandras montre qu’elle a très vite passé un cap.
Dans cette course, Ludivine Houze (ROC Steoruellan) prend la médaille de bronze, sa deuxième ce week-end : belle régularité et beau résultat ! C’est Laure Guillard (JS Coulaines) qui vient s’intercaler entre Balandras et Houze : déjà deuxième l’année dernière à Pornichet, elle manque encore le maillot cette année. La Sarthoise aura cependant certainement l’occasion de briser le signe indien très prochainement !

L'arrivée serrée des nationaux hommes avec Robin Duez, Benjamin Douchin et JS Sierra

Nationaux hommes : Robin Duez sur ses terres

Les favoris ont frappé ! Dans la catégorie des Seniors hommes Nationaux, le podium fleure bon le haut niveau. Robin Duez (ALVA) s’empare du titre assez facilement alors que son compère Benjamin Douchin passe Jean-Stéphane Sierra (Grenade-sur-Garonne RS) sur la ligne. Pour les taquiner, on pourrait dire qu’on a hâte de les (re)voir en Elite l’année prochaine. Ils portent en tout cas le drapeau d’une catégorie qui voit ses effectifs fondre également (ils étaient tout de même 53 au départ, un beau paquet), mais pas la qualité. On ne pourra pas tous les citer, mais des athlètes comme Philippe Poirier (VSF La Ferrté-Bernard), Thierry Zocca (Grenade RS), Stéphane Pineau (Roulettes Herbretaises), Antoine Lesavre (Paris Université Club) ou encore Bruno Tavant (RS Gujan-Mestras) donnent d’autant plus de valeur au podium. Mention spéciale à Gaël Jacob (Mont-Blanc Roller) qui a essayé de sortir plusieurs fois du paquet, et encore une dernière fois à la flamme rouge, pour échapper à un sprint massif : ça n’a pas marché cette fois-ci…

Cadettes : Margaux Vigié décroche l’or

Sprint massif chez les Cadettes. Au terme d’une course sage, la locale Margaux Vigié (Roller du Touch) prend le meilleur sur Anaïs Laurent (POL Longjumeau) et la sprinteuse Jessie Fernandes (ALVA). Le temps est moyen (1h32), mais il ne faut pas oublier que ces Cadettes viendront étoffer les rangs des Elites femmes l’année prochaine. En 2011, une certaine Déborah Marchand (ALCB) avait décroché le titre sur cette même course et, cette année déjà, elle est devenue championne de France du CLM chez les Elites femmes.

Raphael Planelles passe au stand et monte sur le podium !

Cadets : Raphaël Planelles au-dessus du lot

La plupart du temps, en matière de sport, toute l’attention est focalisée sur le vainqueur, quoiqu’il arrive. En France, on aime bien aussi le panache, le beau geste, l’élégance. Il se trouve que Raphaël Planelles (Les Fous Rollant de Villetelle) a réuni les deux ce dimanche. On ne donnait pourtant plus très cher de ses chances passée la mi-course, alors qu’il devait s’arrêter pour changer deux roues cassées (et repartir 40 secondes derrière le peloton) et alors que Benjamin Soulet (RAC de Saint-Brieuc) était seul en tête avec près de 45 secondes sur ce même peloton… Pourtant, le Montpelliérain est revenu, d’abord sur le paquet, puis sur l’homme de tête ! Et c’est à la loyale qu’il a déposé le Breton dans les derniers mètres de course pour prendre le titre : un très bel exploit qui lance une saison ! Le très véloce Elphège Pédicone (AM Sports) s’arroge le sprint du paquet – ainsi que la médaille de bronze – à quelques mètres du duo de tête.

Le récit de la course par Raphaël Planelles

« Comme le début de saison a été compliqué dans la préparation hivernal (problèmes d'hernies discales et fracture du poignet), l’objectif sur ce marathon était d’être prudent pour essayer d’arriver au bout et de jouer le sprint. A la mi-course, un problème mécanique m'a obligé à m'arrêter et à changer deux roues cassées. A ce moment très précis, quelques-uns de mes adversaires décidèrent d’attaquer… Je suis reparti "du stand" en chasse-patate et tout seul derrière peloton. Trois kilomètres plus tard, je rejoins enfin le groupe de tête qui décide à nouveau de contre-attaquer. A ce moment-là, je me suis dit que c'était cuit. Mais les patineurs de tête ont eux aussi commencé à craquer. A trois kilomètres de l’arrivée, je me suis décidé à me lancer à la poursuite de Benjamin Soulet qui était parti un tour avant en échappée. Ce n’'est que 500m avant l’arrivée que je le rattrape et que je gagne ce Marathon ! »

Changement de roue(s) pendant une course : le point sur le règlement

Ce qui est arrivé à Raphaël Planelles durant sa course n’est malheureusement pas rare. Il arrive que des roues, des roulements ou des vis cassent. Dans ces cas-là, l’athlète concerné doit au plus vite prévenir son « assistance technique » si c’est possible. Certains patineurs décident quand même de continuer la course malgré tout : Yann Guyader a ainsi gagné le marathon du Goëlo en 2007 malgré une platine qui bougeait depuis la mi-course… Mais si l’athlète s’arrête, personne ne doit l’aider directement. On peut lui donner une clé et/ou mettre à sa disposition le matériel de rechange. C’est exactement ce qui s’est passé dimanche lors du marathon des Cadets : la mère de Raphaël a placé par terre la clé et les roues nécessaires pour que son fils se dépanne. Et qu’il puisse ainsi repartir sans que les juges n’interviennent !

Nathalie Planelles l’explique :

« au deuxième tour, Raphaël nous prévient qu’il a un problème de roues. Donc on s’organise pour lui trouver des roues et la clé qu’il n’avait pas sur lui bien entendu. Sur le parcours, des patineurs de Lourdes l’ont prévenu que nous l’attendions avec son matériel avant la ligne d’arrivée. En fait, il avait deux roues de décollées ! »

Le contre-la-montre

Contre-la-montre : deux belles « surprises » chez les Elites

Quand le speaker a annoncé les titres pour Déborah Marchand (ALCB) et pour Guillaume De Mallevoue (2APN Avon) samedi, on aurait pu être surpris. Les deux athlètes viennent juste de changer de catégorie (Déborah Marchand est même encore Cadette surclassée), et les voilà qui s’imposent tous les deux dans la catégorie reine. C’est souvent au second (voire au troisième) qu’on voit la valeur du premier. Déborah Marchand a donc battu les sœurs Halbout (Clémence et Justine) pour prendre ce titre sur le CLM ; quant à Guillaume De Mallevoue, les bras dans le dos, il a repoussé Brian Lépine (ALSS) et Nolan Béddiaf (RILL) sur la deuxième et sur la troisième marche ! De très beaux exploits !

Chez les Nationaux hommes, pas de surprise : Erwan Le Corre (RC Rochefort) s’arroge le titre devant Robin Duez (ALVA) et Cyril Carcano (RS Dijon Bourgogne). Antoine Lesavre (PUC) termine au pied du podium. Le podium des Nationales femmes est exactement le même que celui du marathon : Flavie Balandras (LOU Roller) devant Laure Guillard (JS Coulaines) et Ludivine Houze (ROCS). C’est on ne peut plus significatif : les meilleurs ont trusté les médailles comme il se doit !

Heureusement, il y a (aussi) les Vétérans !

Le nombre de participants tend à diminuer dans certaines catégories. Mais heureusement, les Vétérans sont désormais là pour redresser les chiffres. Ils étaient ainsi 43 chez les V1 hommes, 23 chez les V2 hommes et 13 en tout chez les femmes. C’est certes moins que l’année dernière ou que sur certains marathons de milieu de saison (comme celui de Dijon par exemple). Mais cela a suffi pour délivrer de belles courses. A commencer par celles des femmes où, rapidement, une échappée de trois s’est formée : Catherine Coustes (ALVA) et Nathalie Poujol (TUESG), toutes deux classées V1, emmenaient dans leurs roues l’inoxydable Claudie Duval (CS Brétigny), immatriculée chez les V2. Au sprint, madame Coustes s’impose et prend le titre, mais Claudie Duval parvient à s’intercaler entre ses deux cadettes. Chapeau bas !

Chez les V1 hommes, une échappée a également rapidement pris forme : le peloton était secoué depuis le début par les coups de boutoirs de patineurs aguerris comme Thomas Dauvergne (AM Sports), Damien Ducreux (Générations Roller), Jean-Marie Coustes (ALVA) ou encore le Réunionnais Frédéric Técher, qui avait déjà enchanté les pelotons hexagonaux à la fin des années 90, quand il patinait pour le club de Briec-de-l’Odet et le team Salomon. D’une dizaine, ce premier groupe allait bientôt fondre à cinq unités, puis quatre aux abords du dernier tour – quand Stéphane Pujos (RS Grenade) lâchait prise à son tour. Le titre s’est finalement joué au sprint : Damien Ducreux s’est montré le plus véloce même s’il a dû sentir la menace de Thomas Dauvergne, bien calé dans sa roue, jusque sur la ligne. Frédéric Técher s’empare de la médaille de bronze : il n’aura pas fait un long voyage pour rien ! Jean-Marie Couste devra quant à lui patienter pour lever les bras à nouveau, comme il l’avait fait en 2011 à Angers…

Enfin dans la catégorie des V2 hommes, il y avait également du beau monde. Assez logiquement, Jean-François Lenotre (Pibrac RS) s’empare du maillot tricolore devant Jean-Jacques Morpurgo (Paris Hockey Club) et Jacques Houssais (ASTA de Nantes). L’arrivée s’est également jouée au sprint entre huit concurrents et, cette fois-ci, c’est Olivier Heuzé USM Villeparisis) qui en a fait les frais, puisqu’il termine à la plus mauvaise place…

Principaux résultats

Classement du 5000 m contre-la-Montre Nationaux hommes

1) Erwan Le Corre (Roller Club Rochefortais)
2) Robin Duez (ALVA)
3) Cyril Carcano (RSDB)
4) Antoine Lesavre (Paris Université Club)
5) Philippe Poirier (VSF La Ferté Bernard)
6) Ludovic Pouilloux (POL Longjumeau)
7) Mathieu Miquel (Pibrac RS)
8) Gaël Jacob (Mont-Blanc Roller)
9) Benoit Gamba (Générations Roller)
10) Kevin Riandière (RS Marigne)
11) Pascal Allexandre (POL Longjumeau)
12) Vincent Masse (Elan des Sorinière)
13) Sébastien Miqueu (Lourdes Roller)
14) Thomas Ouvrard (Roulettes Herbretaises)
15) Olivier Weber (JA Patinage)
16) Stéphane Pineau (Roulettes Herbretaises)
17) Samuel Guérin (RS...)
18) Antoine Voitou (Mont-Blanc Roller)
19) Nicolas Prat (Longchamp Roller Team)
20) Grégoire Leclerc (RSDB) 

Classement du 5000 m contre-la-Montre Elites hommes

1) Guillaume de Mallevoue (2APN Avon)
2) Brian Lépine (AL Saint-Sébastien)
3) Nolan Beddiaf (RIL Lamballe)
4) Elton De Souza (RPM)
5) Joris Garderes (Valence RS)
6) Vincent Esnault (Levallois SC)
7) Mickaël Beddiaf (RIL Lamballe)
8) Sylvain Cabotin (ROC Steoruellan)
9) Benjamin Bourlier (LOU Roller)

Classement du 5000 m contre-la-Montre Elites et nationales dames

1) Déborah Marchand (Amicale Laique des Couets)
2) Clémence Halbout (2 APN Avon)
3) Justine Halbout (2 APN Avon)
4) Juliette Pouydebat (Pibrac RS)
5) Luce Peruzzetto (ALVA)
6) Mélissa Chouleysko (ROC Steoruellan
7) Ysia Clausses (Pibrac RS)
8) Marion Kay (Pibrac RS)
9) Lena Labat (Pibrac RS)
10) Camille Cochet (POL Longjumeau)
11) Lyse-Anne Planchenault (CPR Château-Gontier)
12) Agnès Peruzzetto (ALVA)
13) Léa Réguer-Petit (POL Longjumeau)
14) Julie Ouvrard (Roulettes Herbretaises)
15) Margot Pouydebat (Pibrac RS)
16) Meggan Perray (AL Saint-Sébastien)
17) Pauline Combes (Pibrac RS)

Résultats complets ici :

MARATHON VF1-VF2-VH1-VH2

Liens utiles

Site de l'ALVA
Tous les résultats du championnat de France Marathon
Les résultats complets du marathon (catégories Cadettes, Cadets, Nationales femmes et Elites femmes)
Les résultats complets du marathon (catégories Elites hommes, Juniors hommes, Nationaux hommes) 
Les résultats des Vétérans
CHRONO NF-EF - 3 000m
CHRONO JH - 5 000m 
CHRONO NH - 5 000m 
CHRONO EH - 5 000m
Les photos d'AM Sports (01)
Les photos d'AM Sports (02)

Texte : Vincent Esnault
Photos : Nordine Saidou et Nathalie Planelles 
Mis en ligne  le 12 March 2012 - Lu 6837 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB