-
Le 04 November 2011 à 08:59 | mise à jour le 12 December 2011 à 11:05

5e Championnat du Monde Freestyle Skating : Battle, derniers Rounds

5e Championnat du Monde Freestyle Skating :  Battle, derniers Rounds

Avant dernier article sur les 5e Championnat du Monde Freestyle Skating qui se sont tenus à Geisingen (Allemagne). Les phases finales des compétitions de battle ont couronné deux chinois : Su Fei Qian chez les dames et Pu Hao Yang chez les hommes...

Mis en ligne par 

A Geisingen, Allemagne

Au cas où vous seriez passés à côté, le résumé des premiers rounds du Battle se trouve ici

Day 2 of 5th WORLD FREESTYLE SKATING CHAMPIONSHIPS Geisingen from FrozWheels Thailand Slalom Style on Vimeo.

Battle dames

Au tout début, 43 femmes étaient inscrites pour le Battle. Les 26 mieux classées étaient qualifiées d’office, et les 17 autres ont dû se battre pour une des 6 places restantes dans un round de pré-qualification. Le premier round, composé de 8 groupes de 4 (32 femmes), a eu lieu en suivant, afin d’éliminer la moitié des sélectionnées. Voici très brièvement ce qui s’est passé la veille, lors de l’ouverture de l’événement.

Quarts de Finale dames

A présent, le moment était venu pour les 16 meilleures freestyleuses du monde de s’affronter !

  • Marina Boyko, Feng Hui, Kristina Lysenko, Angelika Babiy
  • Daria Kuznetsova, Svetlana Komissarzhevskaja, Sabina Ismailova, Su Fei Qian
  • Polina Semenova, Klaudia Hartmanis, Paulina Czapla, Chanya Mongkolchareonchok
  • Angelica Prucnal, Chiara Lualdi, Barbara Bossi, ChenChen

C’était la composition des quarts de finale. En gras, les noms des freestyleuses sélectionnées pour les demi-finales. Les sortantes n’ont pas démérité, mais certaines compétitrices ont placé la barre bien haute.

Marina Boyko (Ukr, #1) et Feng Hui (Chn, #9) empochent facilement la qualification dans le premier groupe face aux russes Kristina Lysenko (Rus, #24) et Angelika Babiy (Rus, #23) – Kristina rate la plupart de ses tricks et manque de liaisons, tandis qu’Angelika passe à côté de son second run et de sa chaise longue arrière. Les deux gagnantes se disputaient la première place qualificative, et ont dû dévoiler leurs meilleurs runs : des day-nights sur 15 plots ainsi que des sevens efficaces pour Marina qui termine 1e, contre des combos complexes du genre [machine à coudre + papillon + toe wheeling arrière] et un seven de 14 plots pour Feng Hui.

Le second quart de finale était un groupe de Juniors ! La chinoise Su Fei Qian (Chn, #4) prend la tête avec des combos de dingue semblant ridiculement faciles : [double retourné arrière-avant-arrière sur le 50s… un freeze sur le talon à la fin de la ligne, et la même en retour] ou encore un [aller-retour sur 10 plots en shift]...

Bien qu’elle était largement au-dessus du lot dans son groupe de huitième de finale, Sabina Ismailova (Ukr, #40) ne se qualifie pas, dépassée par la championne de Russie Daria Kuznetsova (Rus, #19) : cette dernière présente plus de combos, est plus variée et réussit plus de tricks.

Polina Semenova (Rus, #3) finit première du troisième groupe particulièrement grâce à un très bon combo sur les 10 plots de 80 pendant son deuxième run : [heel wheeling + day-night + retour avec 4 heel sevens externes]. La performance de Paulina Czapla (Pol, #33) manque de liaisons et ses tricks manquent de finition, et le patinage de Chanya Mongkolchareonchok (Tha, #49) a encore besoin de mûrir. Elles se font sortir, laissant la deuxième place qualificative à la polonaise Klaudia Hartmanis (Pol, #6) qui ne méritait pas moins avec son seven externe sur 6 plots, ses shifts, et ses combos de coréennes et cobras…

Le quatrième groupe est remporté par ChenChen (Chn, #2) qui passe son temps à faire des shifts. De toutes les sortes. Impressionnant mais pas très original. Ca pourrait lui jouer des tours dans les rounds suivant… Le véritable combat dans ce groupe était entre les deux italiennes pour la deuxième place. Finalement, Barbara Bossi (Ita, #7) l’emporte sur Chiara Lualdi (Ita, #12).

Demi-Finales dames

Le but des demi-finales n’est pas de finir première pour garder l’avantage dans le round suivant, mais d’accéder à la finale : une chance sur deux.

  • Marina Boyko, Su Fei Qian, Klaudia Hartmanis, Barbara Bossi
  • Feng Hui, Daria Kuznetsova, Polina Semenova, ChenChen

Oui, Polina Semenova a bloqué l’accès à la finale à ChenChen ! Ne vous avais-je pas dit que son obsession pour les shifts finirait par lui jouer des tours ? Polina n’avait pas des pics techniques aussi hauts que ChenChen mais elle a fait preuve de variété, et elle a été récompensée au-delà de ses espérances. Bien que Feng Hui soit une Junior, son patinage est déjà terriblement mature et maîtrisé : elle peut faire des wheelings, des shifts, des machines à coudre, des sevens, mais aussi des tricks en souplesse comme des papillons ou des cobras, ainsi que des tricks assis du genre christie et chaise longue – elle lie tous ses tricks et elle est rapide. Plutôt inquiétante !

Daria Kuznetsova ne se qualifie pas pour la finale malgré une performance très propre et appliquée, avec des combos de wheelings variés, des tricks en souplesse, des spins, et des tricks assis.

C’est sans surprise que, dans le second groupe, Marina Boyko et Su Fei Qian, techniquement au-dessus de leurs concurrentes, se qualifient pour la finale.

Finale de Consolation dames

Deux runs et un last trick pour chacune.

C’est à ce moment précis que ChenChen se réveille et réalise qu’elle sait faire autre chose que des shifts : des sevens par exemple ! …mais aussi des papillons et des cafetières – dans un éclair de lucidité à la fin de son deuxième et dernier passage. Malgré tout, elle ne peut pas s’empêcher de balancer un toe shift de quasiment 40 plots pour son last trick. Sa performance est néanmoins suffisamment convaincante pour qu’elle remporte la finale de consolation, devant Daria Kuznetsova qui dépasse Klaudia Hartmanis grâce à des combos plus techniques et un last trick plus propre (un papillon sur trois lignes avec seulement un plot tombé, contre un cobra arrière sur trois lignes avec des plots évités pour Klaudia). Barbara Bossi finit 4e du groupe.

Finale dames

La finale féminine était un duel singulier entre l’Asie et l’Europe: Feng Hui et Su Fei Qian, respectivement futures championne et vice-championne junior de Classic, contre Marina Boyko (#1 mondial et Championne du Monde de Battle 2010) et Polina Semenova (Championne d’Europe de Battle et de Classic).

Trois runs et un last trick.

Les chinoises mènent la finale. Elles font des shifts dans tous les sens, en normal ou opposite, seuls ou combinés.

Elles maîtrisent leurs sevens : un toe seven de 9 plots et un heel de 10 plots ainsi qu’un [papillon + toe seven sur 6 plots + chicken leg interne] pour Feng Hui ; et un heel seven sur 9 plots pour Su Fei Qian, qui préfère miser sur les combos à base de shifts comme [shift opposite + multiples retournés de wheeling], [heel shift sur 11 plots aller et 15 retour], ou encore [papillon + toe shift sur 15 plots]. Feng Hui aussi fait du [heel shift + retournés de wheelings], sans oublier son 15 plots en last trick (avant qu’elle ne fasse une touchette et que le wheeling arrière qui suivait ne soit pas comptabilisé), mais Su Fei Qian a de l’avance dans ce domaine.

Et bien que Feng Hui soit plus convaincante en figures assises (chaise longue sur 5 plots et christie, contre une simple christie), Su Fei Qian prend définitivement l’avantage grâce à son last trick : le retourné arrière-avant-arrière sur le 50s décrit plus haut, avec heel freeze en fin de ligne… trois fois d’affilée.

Les runs de Marina Boyko sont construits de telle manière que vous avez l’impression qu’elle se répète. En réalité, elle fait effectivement les mêmes tricks sus ses deux premiers runs mais tantôt en heel tantôt en toe. Néanmoins, elle fait une boulette qui lui coûte cher : peu inspirée pour son last trick, elle se répète encore et pour de bon avec un toe day-night suivit d’un inutile toe wheeling avant sur le 50s. Cela la relègue probablement à la 4e place, derrière Polina Semenova, qui est une fois de plus récompensée pour sa variété ! Quant à son last trick, cette dernière fait des boucles externes en heel wheeling sur 10 plots aller et 6 retour. C’est le même type de trick que son heel seven externe que l’on retrouve en combo dans son deuxième run, en retour d’un [heel wheeling + day-night]. Néanmoins, elle a proposé différents types de tricks tout au long de ses runs, ce qui n’est pas suffisant pour passer devant les chinoises mais lui permet de s’accrocher à la troisième marche du podium.

Résultats du Battle Women

  1. Su Fei Qian (Chn)
  2. Feng Hui (Chn)
  3. Polina Semenova (Rus)
  4. Marina Boyko (Ukr)
  5. ChenChen (Chn)
  6. Daria Kuznetsova (Rus)
  7. Klaudia Hartmanis (Pol)
  8. Barbara Bossi (Ita)

Résultats complets du Battle dames

Battle hommes

Admettons-le, les hommes étaient deux fois plus nombreux que les femmes : sur les 80 inscrits, 56 étaient qualifiés d’office et les 24 restant ont dû se battre pour les huit dernières places libres au cours de pré-qualifications. Il a fallut un round de plus que pour les femmes pour atteindre les quarts de finale et garder les 16 meilleurs.

Quarts de Finale hommes

  • Zhang Hao, Lan Wang Heng, Alexandre Claris, Andrey Shitov
  • Kim Sung Jin, Pan Yu Shui, Guo Fang, Martin Sloboda
  • Jon Larrucea, Liao Jie, Igor Cheremetieff, Ye Hao Qin
  • Romain Lebois, Denis Islamov, Yu Jin Seong, Pu Hao Yang

Flippant, non ?

Les noms en gras appartiennent aux petits chanceux qui se sont qualifiés. Etant donné la concurrence, à ce stade, il ne s’agit pas uniquement de technique pure mais aussi de tactique… et de prières pour que votre concurrent ait un moment de faiblesse.

Généralement, ça ne devrait plus vous surprendre à présent, les chinois sont en tête. A part pour le groupe 2 où Kim Sung Jin (Kor, #1) finit premier (devant le chinois Guo Fang (Chn, #5)), il y a au minimum un chinois dans chaque groupe et vous pouvez être sûre qu’ils sont premiers ! Martin Sloboda (Ger, #4), n’ayant pas renouvelé sa panoplie depuis un moment, se fait sortir de ce même groupe – les heel wheelings arrières sur 40 plots et les sevens d’une dizaine de plots ne suffisent plus désormais.

Jon Larrucea (Esp, #3) et Romain Lebois (Fra, #14) sont les seuls Européens à continuer l’aventure. Ils font tous deux du bon boulot en finissant respectivement derrière Yeo Hao Qin (Chn, #19) et Pu Hao Yang (Chn, #2) et en sortant Liao Jie (Chn, #7) et Igor Cheremetieff (Fra, #13) dans le groupe 3, ainsi que Yu Jin Seong (Kor, #23) et Denis Islamov (Rus, #29) dans le groupe 4 – deux asiatiques de moins à gérer !

Notons au passage que la nouvelle génération de chinois est encore plus extra-terrestre que la précédente. Vous en avez eu un petit aperçu dans la catégorie féminine, masterisée par deux chinoises juniors…

Alexandre Claris (Fra, #16) était à rien de la qualification mais il s’est fait passer devant par Lan Wang Heng (Chn, #12) dans le groupe 1 mené par Zhang Hao (Chn, #22). A performances équivalentes, les deux compétiteurs tentaient de s’abattre à coup de heel sevens arrières et de combos de shifts. Néanmoins, Wang Heng avait un léger avantage car il comptabilisait plus de tricks techniques à son actif sur le round (heel chicken leg arrière, toe wiper, [shift opposite + normal], [chaise longue + heel wheeling switch avant-arrière]), si bien que le dernier combo d’Alexandre n’était suffisant pour le sauver [shift opposite + machine à coudre + retour en toe wheeeling arrière].

Demi-Finales hommes

Ce qui importe, c’est d’être l’un des deux qualifiés pour la finale, quelque soit la place, du moment qu’on n’est pas congédié !

  • Zhang Hao, Kim Sung Jin, Jon Larrucea, Romain Lebois
  • Lan Wang Heng, Guo Fang, Ye Hao Qin, Pu Hao Yang

C’est ici que descendent nos héros européens après avoir bravement combattu l’envahisseur. Zhang Hao et Kim Sung Jin les achèvent dans le premier groupe : le chinois se qualifie notamment grâce à sa chaise longue sur 10 plots et à son [shift sur 19 plots + transfert sur le 50s + toe wiper + freeze], et le coréen numéro 1 mondial grâce à son combo impressionnant lors de son premier run [shift opposite + normal + transfert sur le 50s avec un wheeling avant-arrière + retour avec un heel wheeling arrière sur 16 plots], et des subtilités comme son heel star (un shift sur un plot tournant vers l’extérieur – l’exact opposé du seven Flower qui tourne vers l’intérieur).

Quant au second groupe, c’est un massacre de chinois, qui confirme au passage la réflexion faite plus haut disant que la nouvelle génération chinoise et encore plus barje que la « vieille » (entre guillemets parce que certains riders de la « vieille » génération sont toujours Juniors…) : Pu Hao Yang, que ses compatriotes surnomment Dieu, se la raconte en commençant par une [chaise longue sur 14 plots + toe seven Flower], et continue avec un toe seven de 25 plots (20+5 retour) finalisé avec un spin, un [toe wheeling arrière-avant 10x10 + machine à coudre + toe wiper + machine à coudre opposite] et finit avec un deck-seven de 3 plots – oui, une chaise longue qui tourne comme un seven...

Guo Fang et Lan Wang Heng, la vieille génération, n’ont d’autre choix que de s’incliner devant lui et Ye Hao Qin, qui s’empare de la deuxième place qualificative – le gamin a tout de même réussi la ligne entière de 120s en chaise longue arrière… Oh, et j’ai failli oublier sa chaise longue christie sur 3 plots !

Finale de Consolation hommes

WFSC 2011 Slalom Battle CoFinal Men by REKIL.RU from ReKiL on Vimeo.

Jon Larrucea et Romain Lebois se vengent et récupèrent les deux premières places de la Finale de Consolation grâce à des runs complets et variés, ainsi qu’à de solides last tricks. En effet, Guo Fang et Lan Wang Heng se répètent largement sur les leurs : Guo Fang retente son [toe wiper + toe wheeling + toe wiper] sur le 50s qu’il a raté pendant ses runs, mais échoue sur ses deux essais – il termine 4; tandis que Lan Wang Heng propose un [heel opposite shift + heel opposite wiper] – bien que ce combo ne soit pas exactement identique à ce qu’il a pu faire en runs, cela reste de la même famille de tricks. Il termine 3e.

Romain Lebois réalise une bonne performance avec des combos maîtrisés comme son [toe shift sur 20 plots + machine à coudre normal + opposite] sur 30 secondes, ainsi que son last trick [toe retourné arrière-avant 10x10, trois fois] – la troisième ligne n’étant « que » du 10x5. Jon Larrucea fait moins de combos mais, contrairement à Romain, il montre qu’il sait faire du toe *et* du heel, ce qui, ajouté à sa variété, ses liaisons et sa propreté, le propulse à la 1e place du groupe.

Finale hommes

Battle Men Final 5th WORLD FREESTYLE SKATING CHAMPIONSHIPS from FrozWheels Thailand Slalom Style on Vimeo.

Men’s Final by ReKiL.ru

WFSC 2011 Slalom Battle Men Final by REKIL.RU from ReKiL on Vimeo.

Le tableau est plutôt cocasse: Kim Sung Jin entouré de gamins chinois. On pourrait confondre avec la finale d’une compétition locale, si l’on oubliait que l’habit ne fait pas le moine – et que l’âge ne fait pas le rider : Ces petits sont programmés pour tuer !

Devinez qui récupère la première place ? Pu Hao Yang, vous avez gagné ! Après ses trois runs de barbare, dont deux étant des combos de 30 secondes, il n’a même pas pris la peine de demander un deuxième essai pour son last trick (un deck-seven sur quatre plots dont deux tombés). Ceci dit, je suppose que je me serais sentie assez confiante aussi avec une [chaise longue sur 14 plots + toe shift sur 20 plots + toe star] et un toe seven de 40 plots…

Ye Hao Qin prend la deuxième place grâce à sa chaise longue arrière sur 14 plots, son toe seven de 19 plots et ses divers combos de wheelings… ainsi que sa christie chaise longue sur 3 plots en last trick pour couronner le tout.

Kim Sung Jin réussit à battre Zhang Hao grâce à son freestyle, son originalité et la maturité de son patinage. Le petit chinois est une machine à wheeling mais il n’a pas la créativité… pas encore ! Il prend néanmoins une quatrième place honorable avec une chaise longue sur 14 plots ainsi que des shifts et wheelings variés.

Résultats du Battle Men

  1. Pu Hao Yang (Chn)
  2. Ye Hao Qin (Chn)
  3. Kim Sung Jin (Kor)
  4. Zhang Hao (Chn)
  5. Jon Larrucea (Esp)
  6. Romain Lebois (Fra)
  7. Lan Wang Heng (Chn)
  8. Guo Fang (Chn)

Résultats complets du Battle Men

Conclusion

Les chinois ont touché le jackpot avec la compétition de Battle, autant chez les femmes où ils ont fait main basse sur les deux premières places et pris le lead de la Co-Finale, que chez les hommes où 5 des 8 premiers sont Chinois !

Pu Hao Yang mérite très largement d’être sacré Champion du Monde de Battle pour la deuxième fois d’affilée. Kim Sung Jin, le numéro 1 actuel, se fait un peu dépasser techniquement par les chinois mais tient bon, en atteignant la finale et la troisième marche du podium. Jon Larrucea, le double Champion d’Europe en Classic et Battle, confirme sa suprématie sur l’Occident en finissant premier européen de la compétition, devant Romain Lebois qui réussit le meilleur résultat de sa carrière montante.

Prochainement : la dernière partie du Report sur les Championnats du Monde, résumant l’épreuve de Classic Freestyle du dernier jour.

Liens Utiles

Médias sur le Battle

Video: Women’s Final by Frozwheels
Video: Men’s Final by Frozwheels
Video: Men’s Final by ReKiL.ru
Video: Men’s CoFinal by ReKiL.ru

Photos: Battle Finals by Mon Hurbanova
Photos: Battle First Rounds by Mon Hurbanova

Résultats complets Battle Women
Résultats complets Battle Men

Général

Video: Competition Preview by Frozwheels
Video : Day 2 by Frozwheels

Website of the world slalom series
Website of the event

Résumé de la première journée, Premiers rounds de Battle
Résumé de l’épreuve de Speed Slalom
Résumé de l’épreuve de Pair Classic
Résultats complets des 5e World Championships à Geisingen

 

 

Texte : Close Yr E’s
Photos : droits réservés 
Mis en ligne  le 04 November 2011 - Lu 5625 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB