-
Le 09 October 2011 à 13:46 | mise à jour le 12 December 2012 à 22:34

Interview : Ewen Fernandez (Powerslide Matter)

Interview : Ewen Fernandez (Powerslide Matter)

Ewen Fernandez roule dans le club familial, les Patineurs d'Herbauges. Cette année, le français est parti à l'étranger, en Allemagne, à Inzell pour s'entraîner sur glace. Il y croise un certain Alexis Contin. L'objectif ? Participer aux grandes courses mondiales et réaliser les minimas pour les Jeux Olympiques...

Article par 

Rencontre...

Ewen Fernandez by rollerenligne.comNom : Fernandez
Prénom : Ewen
Pseudonyme : Ouin Ouin
Date de naissance : 17 février 1989
Taille : 175 cm
Poids : 73 kg
Né à : Saint Lô (50)
Habite à : Bouaye (44)
Pratique depuis : 1998
Catégorie : senior Elite
Profession / études : NC
Points forts : Physique
Points à améliorer : Sprint
Autres sports : Patinage de vitesse sur glace (longue piste)
Sportif préféré : NC
Dernier film vu : "Taken" à l'aéroport de Düsseldorf avant le marathon de Cologne
Musique préférée : I'll be waiting (Lenny Kravitz)
Jeux vidéos : Jeux de  foot ou vélo
Lectures : Le Guerrier Pacifique
Fringues préférées :
Adore : les personnes que j'apprécie
Déteste : les personnes fausses
Qualités : toujours prêt à rendre service
Défauts : râleur
Club : Patineurs d'Herbauges Bouaye
Team : pour 2012 je ne dis rien... héhé
Meilleur souvenir : Ma victoire au Marathon de Berlin
Pire souvenir : je ne sais pas
Langues parlées : Français, bricolage en anglais et espagnol
Alcool ou jus de fruit ? Jus de fruits
Glace ou roller ? Roller pour le moment...
Route ou piste ? Pas de préférence
Sprint ou marathon ? Marathon
Gomme tendre ou dure ? Tendre
Mer ou montagne ? Montagne
Matin ou soir ? Soir
Fromage ou dessert ? Dessert hum...
Rap ou techno ? Aucun des deux...
Foot ou rugby ? Football
Simple ou double poussée ? Double poussée

Palmarès 2011

  • Vainqueur du Marathon de Berlin
  • 2ème du relais route au Championnats du Monde
  • Champion d'Europe du relais piste
  • 2ème du relais route au Championnats d'Europe
  • 3ème de la course à points route
  • Champion de France élimination route
  • 2ème de la course à points route et piste, de l'élimination piste et du contre la montre (5km) Championnats de France

Palmarès 2010 

  • Vainqueur de la French Inline Cup
  • 3ème du relais route au Championnats du Monde
  • Champion d'Europe du relais piste
  • 3ème de la course à points route au Championnats d'Europe
  • 2ème de la course à points piste et du contre la montre (5km) au Championnats de France 

Palmarès 2009

  • 2ème de la course à points route au Championnats d'Europe
  • 3ème de éliminations piste au Championnats de France

Matériel utilisé

  • Chaussures : Powerslide Icon moulées
  • Platines : Virus en magnésium (4*110mm)
  • Roues : Matter G13
  • Roulements : Twincam Powerslide

Ewen Fernandez au marathon roller de Berlin 2011

Interview

A quel âge as-tu commencé le roller ?

J'ai commencé le roller en 1998, c'est à dire à l'âge 9 ans. J'ai toujours fait les mêmes sports que mon frère : il a fait du foot, j'en ai donc fait. Il a fait du roller je suis donc venu au roller, mais vu qu'il était beaucoup moins mordu que moi de sport, il faisait ça plus en dilettante alors que je suis plus dans la compétition... Mais c'est grâce à lui que j'ai découvert ce sport qui m'a donné tant de plaisir à travers mes résultats, rencontres...

Qu'est-ce qui t'a plu dans cette pratique ?

Ce qui m'a le plus attiré dans le roller de vitesse ? C'est un sport physique, qui nécessite le dépassement de soi, c'est un sport tactique, mental, très technique... mais surtout la sensation de vitesse !

Tu as essayé d'autres pratiques que la vitesse ?

Non je n'ai jamais essayé d'autres disciplines que le roller de vitesse, mais je pense que le rink-Hockey en est une qui m'attire. Pourquoi ? Simplement parce que mon oncle en a fait et que j'allais le voir jouer quand j'étais plus jeune. Je pense que j'essayerai dans l'avenir quand je me ferai vieux pour le roller de vitesse.

Quelles sont les autres pratiques qui te plaisent ?

J'adore le vélo parce que c'est un sport qui se rapproche beaucoup du roller, j'en fait beaucoup pour m'entrainer, ça me permet de me changer les idées. Autrement, j'aime aussi le foot puisque j'en ai fait jusqu'à mes 13 ou 14 ans en club. Je ne suis jamais contre une partie de foot entres copains. D'ailleurs la dernière remonte à la semaine du marathon de Berlin, c'est à dire vers le 20 septembre avec Alexis Contin et Benjamin Macé contre les équipiers de l'équipe d'Alexis. C'était la "French Connection" contre le reste du Monde et nous avons gagné "forcément" héhé !

La descente t'attire ?

Ewen Fernandez au Marathon roller de Berlin 2011Cette discipline ne m'attire pas du tout, j'aime bien regarder, je trouve ça impressionnant, mais je ne pourrai pas en faire, pour la simple raison que je trouve que c'est prendre beaucoup trop de risques quand je vois ce qui arrive à certains athlètes.

Tu entraînes les jeunes dans ton club ?

De temps en temps je suis amené à entrainer les jeunes de mon club pour dépanner quand l'entraineur (David Fortin) ne peut pas assurer pour diverses raisons. Je trouve ça passionnant de pouvoir transmettre les choses que l'on m'a appris dans le passé.
Je pense que je serai motivé à entrainer quand je ne patinerai plus à haut niveau car après mes deux entrainements journaliers, il est difficile de se dire qu'il faut que j'aille encore entrainer et parler roller. A petite dose pour le moment comme je fais pour dépanner ça me va très bien et ça me permet de voir ce que c'est.

Quelle sensation as-tu ressenti en parcourant les derniers mètres à Berlin ? Tu pensais à quoi ?

Ewen FernandezBerlin est un marathon spécial, il n'est pas comme les autres du fait du nombre de participants, de spectateurs, l'organisation... tout est grandiose ! Rien que ça fait que tu ressens déjà quelque chose de bizarre, comme une grande joie interne sur le fait d'avoir une enfin pour notre sport une reconnaissance.
Mais de sortir du dernier virage et de voir la porte de Brandebourg se présenter devant, je savais que c'était enfin l'arrivée après 20 km qui furent surement les 20 derniers kilomètre les plus difficiles de ma vie ! Quand je suis sorti de ce virage et il ne me restait plus que 700 m ou 800 m avant la ligne d'arrivée, mais je n'arrivais pas à y croire, j'ai souvent regardé derrière moi dans la dernière ligne droite de peur de me faire reprendre au dernier moment comme ça fut le cas pour Alexis Contin en 2006. Pourquoi j'avais cette peur ? Parce que durant toute la course je n'ai eu aucune info sur mon écart sur les autres concurrents.
Lorsque que j'ai passé la porte de Brandebourg, j'ai ressenti une sensation de frissons avec tout ce monde à regarder l'arrivée, à m'encourager et m'applaudir pour ce que j'ai accompli... Des milliers de frissons, une joie comme je n'ai jamais eu auparavant... Gagner Berlin était toujours un rêve pour moi, il faisait partie de mes objectifs à long-terme, gagner le plus beau marathon du Monde c'est toujours quelque chose d'inoubliable !
Ce rêve est devenu réalité, et c'est aussi ma première victoire sur un marathon en senior et quelle victoire !

Tu voyages beaucoup ?

J'ai eu la chance grâce aux différentes compétitions de roller, notamment aux championnats du Monde et aux stages à l'étranger avec l'équipe nationale de pouvoir découvrir beaucoup de pays comme la Chine (2005 et 2009), la Corée (2006 et 2011), la Colombie (2010), les États-Unis (2005) et les pays d'Europe... Cela m'a aussi permis de pouvoir voir la chance que l'on a en France.

Quel pays a tes faveurs ?

Je ne sais pas trop quel pays hors continent européen j'ai le plus aimé entre les États-Unis et la Colombie ! Ces deux pays ont mes faveurs, la culture est différente, mais pour le peu de temps que j'ai été là bas, je me suis senti bien dans les deux.
Par contre je n'aime pas trop l'Asie. Le pays qui à toutes mes faveurs reste quand même la France. J'estime, qu'on n’est jamais aussi bien que chez soi, en compagnie des gens que l'on apprécie !

Tu penses pouvoir gagner ta vie un jour grâce au roller ?

Gagner sa vie au roller est compliqué et pas facile. Le seul moyen est d'avoir un sponsor qui accepte de vous payer pour patiner et utiliser votre image pour promouvoir la marque, des produits auprès de la clientèle... Donc gagner ma vie un jour avec le roller sera difficile, tout dépendra de ma carrière, de mes résultats sportifs et de mon image auprès des gens.

Passer à la glace, ça veut dire que tu vas arrêter le roller ?

Je suis passé à la glace l'hiver dernier pour tester si cela pouvait me plaire. Et ça me plait, sauf qu'il fait froid et que je n'aime pas trop ça... normal avec mes origines espagnoles ! J'ai donc intégré cette année une académie d'entrainements à Inzell, dans le sud de l'Allemagne en Bavière. Les conditions pour s'entrainer sont optimales, maintenant il y a plus qu'à bien s'entrainer pour y arriver !
Mais mon passage à la glace ne veut pas dire que je vais arrêter le roller, je pense que j'ai besoin du roller pour continuer à progresser sur glace et vice versa car ces deux sports si proche en apparence mais si différent dans la technique de patinage, sont complémentaires.
De plus, je suis loin de réussir en glace, je suis qu'au commencement et il y a du boulot. J'ai des objectifs que je me suis fixé au roller et je voudrais les réaliser avant de m'arrêter, sinon j'aurai un sentiment de regret.
Le roller est mon sport de cœur, sans qui je n'aurai jamais eu l'occasion de connaître toutes ces joies, ces personnes, ces moments spéciaux... et aussi le patin à glace.

Te vois-tu leader d'une équipe un jour ?

Ewen Fernandez sur le podium à BerlinPour être leader d'une équipe, c'est à moi de travailler dur pour y arriver, mais c'est sur que ça me ferai vraiment plaisir comme à beaucoup d'athlètes, mais même en ayant le statut de leader, il ne faut pas se reposer sur ses lauriers. C'est le leader qui a le plus de pression car il est souvent dans l'obligation de réussir le plus souvent possible. Il a une équipe autour de lui qui fait le nécessaire pour l'amener dans les meilleures conditions, un sponsor qui a des attentes et auxquelles il faut répondre...
Malgré toutes ces contraintes j'espère y arriver rapidement mais comme je l'ai dit précédemment, c'est à moi de tout mettre en œuvre pour y parvenir.

Comment vois-tu ton avenir dans le roller ?

Je le vois bien ! Dire l'inverse serait me mettre un handicap avant même d'avoir commencé.
Je dois continuer à m'entrainer dur, améliorer mes points faibles, travailler mes points forts pour m’appuyer dessus durant les courses pour aller chercher des résultats et des victoires. Je dois encore et encore progresser pour atteindre les objectifs que je me suis fixés.
J'espère que mon avenir sera le meilleur possible et même encore mieux que ce que je peux imaginer, mais bon seul l'avenir me le dira !

Comment sélectionne-t-on ses objectifs roller quand on est sportif de haut niveau ? (Sponsors ? Évènements favoris ? aptitudes techniques et physiques ?)

Pour ma part, comme pour la majorité des athlètes, mes objectifs sont les championnats et surtout les Championnats du Monde qui sont le but ultime de la saison. C'est le grand rendez-vous des meilleurs athlètes mondiaux pour se départager sur les différentes distances et désigner le meilleur sur chaque distance (piste, route ou marathon).
Les courses qui se passent durant la saison sont plus ou moins des courses préparatoires pour savoir où j'en suis dans ma préparation, bien-sûr parmi ces courses, il y a des courses obligatoires qui sont importantes pour le sponsor. Donc il faut essayer d'arriver en forme pour y réaliser un bon résultat ou gagner pour faire honneur à l'entreprise qui m'accompagne durant toute la saison.
Ensuite, il y a des courses que j'affectionne forcément et auxquelles je souhaite participer, parce que d'un premier point ce sont des courses durant lesquelles je prends du plaisir et d'un autre point des compétitions qui correspondent à mes qualités techniques et physiques.
Mais toutes ces courses ne sont que des étapes pour atteindre mon but ultime, les championnats du Monde !

Combien d'entraînements / jour / semaine ?

Pour les entrainements, je suis suivi par un entraineur avec qui on réalise une planification d'entrainements sur la saison, cette planification marche par cycle de 4 semaines, c'est à dire trois semaines d'entrainements et une semaine de repos pour la sur-compensation.
Je m'entraine tous les jours de la semaine deux fois par jour sauf le dimanche "le jour du seigneur", un jour de repos est important pour le bien être de l'athlète.
Ce qui fait en tout 12 entrainements semaines, lors des grosses périodes mais cela est moins important durant certains moments, en gros mes entrainements semaines varient entre 8 et 12 ou plus ce qui peu arriver aussi.

Quel type de séances tu fais ? 

Je suis amener à tout faire, foncier en roller, vélo ou course à pieds mais rarement, intervalles longs ou courts suivant la période de l'année, sprints lancés longs ou courts (entre 100 m et 500 m), très peu en départs arrêtés et du renforcement musculaire.

Comment on concilie glace et roller ?

Pour le moment pas facile de répondre à cette question car c'est la première fois que je vais faire les deux saisons entièrement, donc je pourrai vous en dire plus à la fin de la saison glace après avoir enchainer les deux et m'être fait une première expérience.

Qu’est-ce qui t’attire sur glace ?

Quand j'ai vu le type d'effort. J'ai tout de suite aimé. Les efforts solitaires, j'aime ça ! Donc je me suis dit : "il faut que j'essaie". J'y suis également venu parce que c'est un sport olympique !
L'effort de la glace est un style que j'affectionne énormément, il faut se connaitre parfaitement, bien savoir gérer sa course, rester calme pour être efficace, savoir se dépasser comme au roller, mais surtout avoir un mental de costaud...
Le contre la montre est un effort très spécial qui ne correspond pas forcément à tout le monde, certains athlètes n'aiment pas ça pour ma part j'adore, ça change des courses de rollers, c'est nouveau et donc motivant.

Ewen, pour toi, la saison n’est pourtant pas finie…

Effectivement ! J'ai débarqué le 15 septembre à Inzell, en Allemagne, dans le camp d’entraînement de Jeremy Wotherspoon, le Canadien huit fois champion du monde et douze fois vainqueur de la Coupe du monde de sprint sur glace, qui est assisté par Tristan Loy. A partir de cette date, je vais véritablement commencer une nouvelle vie, je vais débuter un nouveau challenge : celui de réussir les minimas sur glace sur la distance du 5 km…
Je ne suis pas seul dans ce camp d’entraînement, puisqu’un autre Français est sur place, outre Tristan : il s’agit de Benjamin Macé. Les conditions sont idéales, nous sommes extrêmement bien cadrés et je suis là-bas pour faire uniquement du long track.
Mon but : descendre sous les 6’48 et ainsi, pouvoir faire la Coupe du monde ISU… C’est possible : l’année dernière, j’avais bouclé un 5 km en 7 minutes et un autre en 6’58, qui n’a pas été validé car j’avais empiété sur le couloir voisin… Je dois donc encore grappiller 10 secondes et pour cela, il est nécessaire que je progresse techniquement.
En roller, on peut toujours se rattraper physiquement quand on commence à pêcher techniquement : ce n’est absolument pas le cas sur la glace. Or, l’année dernière aux Pays-Bas, on m’avait dit que les 6’58, j’étais allé les chercher grâce à mon physique. Maintenant, si je veux atteindre mon objectif, il va falloir que je travaille énormément d’un point de vue technique. Le challenge est le suivant : en l’espace de trois ou quatre mois, je dois gagner une seconde au tour pour passer sous cette fameuse barre des 6’48 et valider les minimas !

Tout se passe bien ?

Très bien, je patine mieux que l'année dernière... là, j'attends mes nouvelles chaussures Cavalli pour la glace.

Où en es-tu des minimas maintenant ?

Cette année je ne sais pas, je n'ai pas fait de test. Je suis à Insell pour tout l'hiver. Je ne fais que du patin à glace. Depuis le mondial et avant Berlin, je n'avais mis les rollers que 2 fois ! Une fois pour la télévision (le reportage de Télé Nantes) et une fois la veille de berlin.

Tes prochains tests sur glace sont pour quand ?

Les vrais tests ISU pour la Coupe du Monde auront lieu la semaine prochaine et la semaine suivante.

Tu prévois des tests officieux avant pour te jauger ?

Oui, ce week-end.

Que signifient les nombres 24#6 dans l'entête de ton blog ?

Ewen Fernandez en actionLe 24 correspond au 24 avril 2006. Il s'agit de la date de décès de mon frère dans un accident de moto. Le 6 correspond au 6 juin 2008 date de décès de ma cousine dans un accident de voiture. Sur mes anciennes chaussures j'avais toujours les dates d'écrite. Pour moi, c'est un moyen de me dire qu'ils sont toujours avec moi même sur mes rollers, pour me donner la force de réussir.C'est pour ça aussi que c'est dur pour moi de réussir à certains moments, j'ai une pression sur moi depuis ces 2 accidents. La famille est vraiment soudée et quand je fais une course, toute de suite, tout le monde veut savoir si j'ai réussi ou pas et du coup je me sents dans l'obligation de réussir. Mon frère avait 22 ans et ma cousine 18 ans.

Quels sont tes objectifs professionnels ?

J'ai eu mon BTS assistant de gestion PMI/PME en 2010, l'année dernière je m'étais inscrit dans un autre BTS mais cela ne m'a pas plu. Pour le moment vu que je suis à l'étranger je me suis donné une année sabbatique et j'attends de voir comme la glace va se passer.
De plus, je ne sais pas quoi faire pour le moment, il n'est pas facile de choisir la bonne voie lorsque l'on vit à l'étranger et lorsque que l'on fait du sport de haut niveau !

Tes objectifs sportifs pour l'année à venir et pour la suite ?

Sur glace mon objectif pour cet hiver et de réaliser les minimas sur 5.000 m afin de pouvoir participer aux plus grandes courses internationales, après on verra comment se passera ma progression. Là, je pourrai me fixer de nouveaux objectifs.
Pour le roller, en 2011, j'ai toujours fait mieux qu'en 2010 donc je voudrai continuer sur cette lancée en 2012 et aller chercher un titre de champion d'Europe individuel en Espagne sur la terre de mes ancêtres et une médaille en individuel au mondial en Italie. Mais aussi de défendre mon titre de champion de France acquis cette année.

Quelle équipe pour toi l'année prochaine ?

Pour le moment je n'ai rien décidé puisque je n'ai rien signé, j'ai reçu deux offres et peut-être une troisième, donc j'attends de tout avoir devant moi pour prendre la meilleure décision possible.
Mais j'ai déjà mon idée derrière la tête ! A suivre dans les prochains jours...

Que dirais-tu à une personne qui ne pratique pas pour la motiver à essayer le roller ?

Je lui dirai que le roller est un sport complet (vitesse, endurance, technique, tactique...), où avec n'importe quel niveau, il pourra s’épanouir tellement, il y a tellement de challenges à relever comme des raids, des courses, des courses d'endurance (24h, 12h, 6h)... De plus cette personne rentrera dans la grande famille du roller et elle pourra y rencontrer des personnes fantastiques et partager de bons moments.

Que manque-t-il au roller pour être médiatisé selon toi ?

Le roller est un sport magnifique, mais le seul problème c'est que l'on n'est peu connu du grand public et pour cela je pense qu'il faut que le roller puisse se greffer à des organisations comme des marathons à pieds par exemple comme ils savent si bien le faire en Allemagne. La plupart des German Inline Cup se disputent en même temps que les courses à pieds (le semi-marathon de Berlin, le marathon de Berlin, marathon de Cologne etc.). Cela permettrait au roller d'être reconnu plus facilement car tout est déjà sur place, l’organisation, les routes bloqués, les spectateurs... Il n'y aurait plus qu'à profiter et aider les organisateurs pour réussir à se développer.

Un mot à dire aux patineurs qui te suivent ?

Rien n'est impossible, si l'envie et la motivation sont là, il faut persister et un jour ça marche !

Liens utiles

Powerslide recrute Ewen Fernandez (2007)
Interview : Ewen Fernandez rêve d'un titre mondial (2010)
Le blog d'Ewen Fernandez
Page facebook d'Ewen Fernandez

Texte : Alfathor et Vincent Esnault
Photos : Powerslide et droits réservés
Mis en ligne  le 09 October 2011 - Lu 10444 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB