-
Le 19 September 2011 à 07:09 | mise à jour le 08 November 2016 à 10:49

Championnat du monde roller course 2011 à Yeosu (Corée du Sud) : la délégation argentine

Championnat du monde roller course 2011 à Yeosu (Corée du Sud) : la délégation argentine

Nous continuons notre tour du monde des délégations présentes aux derniers championnats du Monde de roller de vitesse à Yeosu (Corée du Sud). L'argentine est venue avec des patineurs des différentes catégories. Voyons la place qu'a le roller au pays du football...

Mis en ligne par 

Etape n°9 : Bienvenue en Argentine la délégation qui aura marqué les esprits avec un titre invraisemblable !

La délégation d'Argentine aux championnats du Monde de vitesse 2011

Bien sûr, nous vous présenterons la composition de cette délégation d’Amérique du Sud. Bien sûr, vous en saurez bientôt un peu plus sur le développement du roller dans le pays. Bien sûr, les critères de sélection, la préparation et les objectifs de ce mondial seront abordés. Mais nous ne pouvons nous retenir d’entamer cet article par l’évènement qui aura marqué ces championnats du monde : la finale du 1000 m sur piste chez les Seniors femmes avec un doublé des blanches et bleues. « Argentine » vient du latin « Argentum » et signifie « argent. » Mais cela n’a pas empêché la délégation d’aller goûter à l’or… un peu par hasard peut-être !

Grâce à l’Argentine, le roller a son Steven Bradbury !

Souvenez-vous de Salt Lake City, les Jeux Olympiques en 2002 et l’incroyable victoire de Steven Bradbury lors de l’épreuve du 1000 m en short-track… Qui peut avoir oublié le fabuleux destin de cet Australien parvenu en finale grâce à la disqualification d’un Canadien en quart de finale et à la chute d’un adversaire en demi-finale. En finale, sa tactique était claire : bien conscient de son faible niveau par rapport aux autres finalistes, l’entraineur australien avait donné pour consigne de rester en quatrième position, en attendant la chute, car « tout peut arriver » ! Et l’impossible se passa dans le dernier virage avec la chute collective des trois patineurs prétendant au podium. Steven Bradbury franchit donc la ligne d’arrivée le premier et décrocha ainsi l’or olympique !

Et bien au roller, nous ferons désormais référence non pas à l’Argentine mais aux Argentines dans le domaine ! Car c’est un scénario quasiment similaire (en exagérant à peine) qui s’est produit sur la piste bosselée de Yeosu en Corée du Sud cette année.

La délégation d'Argentine aux championnats du Monde de vitesse 2011

Retour sur les 1000 m sur piste dans la catégorie Senior femmes

En série, rien à signaler ! Trente patineuses sont inscrites. Cinq séries sont donc composées. Les qualifiées sont les premières de chaque série et les onze meilleurs temps. Les séries s’avèrent assez hétérogènes : quatre secondes séparent la série la plus rapide (1’’31'494) de la moins rapide (1’’35'347). L’intégralité de la troisième série, courue en 1’’31'794, se qualifie en demi-finale. Estefania Fasinato, classée troisième de cette série en 1’’32'234, se retrouve donc propulsée au tour suivant. Il en est de même pour sa compatriote Melisa Bonnet, classée deuxième dans la cinquième série avec un temps de 1’’32'806.

En demi-finales, premier coup de bol ! Les règles de qualification sont similaires : les qualifiées sont les premières de chaque demi-finale et les six meilleurs temps. Les deux Argentines se retrouvent dans la première demi-finale. Or, c’est celle qui se coure le plus rapidement en 1’’30'563. Ainsi, six des huit patineuses de cette demi-finale accèdent à la finale. En prenant les quatrième et cinquième positions de ce 1000 m, les deux Argentines décrochent donc leur ticket pour la finale. Seule les deux premières de la deuxième demi-finale se qualifient pour la finale, toutes deux ayant par ailleurs obtenu un meilleur temps que les Argentines.

En finale, l’improbable arrive ! Aux alentours de 18 heures, les huit finalistes s’élancent pour cinq tours de piste de folie. Les Colombiennes Kelly Martinez et Jercy Puello sont aux avant-postes, talonnées par la Taïwanaise Yang Hochen, la talentueuse Chinoise Dan Guo, et la locale Yi Seul Aun. Les favorites sont là et les spectateurs sentent la pression de ce 1000 m autour de la piste. Les deux Argentines et l’Australienne Angeline Thomas ferment la marche. Nombreux sont ceux qui misent sur un doublé colombien, un résultat somme toute assez banal sur ce Mondial 2011. Mais à la sortie du dernier virage, STRIKE, ou presque ! Alors que la victoire se profilait avec quasi-certitude pour les Colombiennes, Kelly Martinez a dérapé au moment de relancer pour les ultimes hectomètres qui la mèneraient vers la gloire… Hélas, elle ne peut se rattraper, chute et emporte dans sa glissade sa compatriote Jercy Puello. Ni Yang Hochen, ni Dan Guo ne parviennent à éviter le duo Colombien et elles viennent s’empiler sur le « coussin » colombien formé par le binôme à qui la victoire était promise. La voie est donc dégagée pour la ligne droite d’arrivée, les quatre malchanceuses s’étant entassées à proximité de la barrière de sécurité. L’autre moitié des finalistes est encore debout : il reste en fait quatre candidates pour trois places sur le podium (Estefania, Melisa, Angeline et Yi Seul) et moins de cinquante mètres avant la ligne d’arrivée. Pas le temps de réfléchir, il faut foncer… Foncer vers cette ligne, la franchir la première pour décrocher un titre inespéré ! Et c’est aux Argentines que la chance a souri, puisqu’Estefania franchit la ligne en 1’’35'442 devant son amie Melisa en 1’’35'742 et la Coréenne Yi Seul Aun en 1’’35'745. Quelle finale !

Voilà une course qui a marqué les esprits ! Il est fort à parier que la championne et la vice-championne du monde 2011 de ce 1000 m n’en reviennent toujours pas ! Grâce à cette course et à ces deux médailles, l’Argentine se place au huitième rang des nations, juste derrière la France et devant l’Italie.

La délégation d'Argentine aux championnats du Monde de vitesse 2011

La délégation argentine

Il est temps désormais de revenir au cœur de notre enquête en vous présentant la délégation argentine à Yeosu. Cette dernière se composait de dix patineurs, dont un Junior, cinq Seniors femmes et quatre Seniors hommes. Quatre officiels les accompagnaient : un dirigeant, un représentant du comité international course (CIC) et deux entraineurs. Ni médecin, ni kinésithérapeute n’ont fait le déplacement jusqu’en Corée.

Les coureurs bénéficient de certaines subventions du gouvernement pour pouvoir s’entrainer dans des conditions satisfaisantes. D’ailleurs, même s’ils exercent tous une profession parallèlement à leur activité d’athlète de haut-niveau, la plupart d’entre eux s’est vue accordée des horaires aménagés.

Le roller au pays de Maradona

Le ballon rond, c’est sacré en Argentine… La roue de roller l’est beaucoup moins ! Pourtant, d’autres sports sont populaires : c’est le cas du hockey sur gazon, du rugby et du basket-ball. Le roller reste un petit sport. « Et l’organisation de nombreux mondiaux par le passé, tous à Mar del Plata (1966, 1969, 1975, 1978, 1983, 1997), n’a pas permis de développer le roller à la hauteur de ce qui aurait pu être espéré » explique l’un des entraineurs.

Il existe quelques anneaux routiers et une dizaine de pistes de roller sur le territoire, mais seulement deux d’entre elles répondent aux standards internationaux.

La sélection pour le mondial

Les entraineurs ont sélectionné selon des critères qui leur sont propres. « Grosso modo, même si un athlète remporte les championnats nationaux, cela ne lui permet pas automatiquement de décrocher sa sélection », raconte l’entraineur. Plusieurs courses sont prises en compte pour repérer les athlètes considérés comme ceux qui seront les meilleurs sur un mondial : il s’agit dans l’ordre d’importance des championnats Panaméricains, des championnats d’Amérique du Sud et des championnats nationaux. Des stages de détection sont par ailleurs mis en place au cours de la saison pour affiner ces choix.

A Yeosu

L’objectif était de rentrer dans le Top 15, « c’est-à-dire se placer entre la première et la quinzième position » tient à préciser l’entraineur. L’objectif est non seulement rempli pour Estefania Fasinato et Melisa Bonnet, mais il l’est également pour Ezequiel Capellano, qui manque de peu le podium lors de la finale du 1000 m sur piste en Senior. Il a dû se contenter de la médaille en chocolat, et une fois la frustration passée, il s’est dit très satisfait d’avoir pu réaliser cette belle performance face à une telle concurrence ! Cette finale était en effet composée de deux Colombiens, deux Taïwanais, un Coréen, un Néo-Zelandais et un Français (Elton de Souza). Mayra Arias remporte quant à elle une belle septième place sur le 10000 m à points route. Victoria Rodriguez Lopez se place elle aussi septième lors du 200 m chrono en Senior (en 18’’165). En somme, nombreux sont les athlètes à avoir rempli leur contrat.

En termes de moyens, le déplacement a été intégralement pris en charge par le gouvernement, et aucune subvention particulière ne sera versée aux médaillées dans la mesure où elles perçoivent déjà des subventions mensuelles de l’Etat.

Pour conclure, voici un message d’une des athlètes qui a souhaité adresser quelques mots aux lecteurs de Rollerenligne, au nom de sa délégation :

« En Argentina no solo hay buenos futbolistas sino también buenos patinadores…  Talento, garra y pasión !»

La délégation d'Argentine aux championnats du Monde de vitesse 2011

Liens utiles

Voir notre page du championnat du monde roller course 2011 à Yeosu (Corée du Sud)

Texte : Léa Réguer-Petit
Photos : Daniel Busser
Mis en ligne  le 19 September 2011 - Lu 7178 fois

Photographe :

Site web



Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB