-
Le 13 August 2011 à 13:33 | mise à jour le 05 September 2011 à 09:12

Episode 8 : pas de révolution copernicienne en Pologne…

Episode 8 : pas de révolution copernicienne en Pologne…

Si la Pologne est à la tête de la Présidence tournante de l’Union européenne depuis le 1er juillet 2011, elle est encore loin de prendre la tête des pelotons aux championnats d’Europe de roller de vitesse. En toute objectivité, il n’y aura pas de révolution copernicienne en Pologne au niveau européen, et qui plus est mondial, dans le roller de vitesse...

Mis en ligne par 

Présentation...

L'équipe Polonaise aux championnats d'Europe 2011Mais attention prévient Witold Mazun, l’entraineur de la délégation polonaise : « chaque année, nous devenons meilleurs ! » D’ailleurs, s’ils n’étaient que quatre athlètes aux Pays-Bas, la relève était présente en nombre à Pollenza à l’occasion des championnats d’Europe « Jeunes » (13 patineurs). « Ce sont eux nos futurs champions » affirme Aleksandra Goss, représentante polonaise dans la catégorie Senior.

Les objectifs polonais

L’objectif de la délégation était de revenir en Pologne avec une médaille. Malheureusement, il n’a pas été atteint, mais patineurs et entraineurs savaient que ce serait difficile. Paulina Kowaliksigne le meilleur résultat des rouge-et-blanc dans la catégorie Junior A lors du 10.000 m à points/éliminations sur piste : elle a décroché une belle 5ème place !

Les moyens et la préparation des athlètes

En termes d’entrainements et de préparation, les clubs polonais fournissent un très gros travail auprès des athlètes. S’il existe une quinzaine de clubs dans le pays, entre huit et dix font preuve d’un sérieux remarquable. Ce sont d’ailleurs de ces derniers dont sont issus les meilleurs espoirs polonais. La fédération polonaise, qui compte près de 600 licenciés (toutes catégories confondues), ne roule pas sur l’or. Des entrainements et stages interclubs ont bien été envisagés, mais la fédération n’a pas pu accompagner financièrement cette idée, les clubs non plus. Toutefois, lors des championnats d’Europe, la fédération couvre tous les frais des patineurs, jeux de roues compris : c’est une question de principe !
En règle générale, elle finance les athlètes à hauteur de 80% durant la saison, le reste étant pris en charge par des sponsors, notamment Rollerblade. Pour se préparer sérieusement et tester leur niveau face à la concurrence européenne avant les championnats à Heerde et Zwolle, les Polonais ont participé à l’European Cup, à la PIC (Polish Inline Cup de marathons) et à son rendez-vous phare, la WIC de Gdansk, ainsi qu’à des courses en Allemagne, en Autriche, et en Hongrie.

Un sport peu reconnu en Pologne... comme ailleurs

Le roller de vitesse n’est pas considéré à son juste niveau en Pologne. La raison est simple, connue et commune à bien d’autres pays : ce n’est pas un sport olympique ! Les financements publics sont versés aux disciplines olympiques, pas au roller... C’est pour cela que ce sport se développe si lentement. Même pour les patineurs, ce n’est pas facile. Ainsi, la fédération de roller pousse certains de ses athlètes à se mettre à la glace. « Le niveau n’est pas extrêmement élevé » affirme l’entraineur de la sélection, qui connaît bien le sujet puisqu’il vient de la glace, avant d’ajouter « qu’il est ensuite assez facile de gagner un peu d’argent grâce aux sponsors et aux pouvoirs publics. Cela va dans l’intérêt des athlètes. Il est important de penser à eux ! ».

Et les mondiaux ?

Pour les championnats du monde, un patineur polonais fera peut-être le déplacement en Corée. Rien n’est moins sûr. Ces championnats ont lieu à l’autre bout du monde et la saison de glace commence à la même époque. En 2012, nous aurons plus de chance de croiser la délégation polonaise aux « Mondiaux » en Italie, si tout va bien ! Witold Mazun et ses protégés auront certainement continué de progresser au contact des nations périphériques, à la suite de leur saison sur la glace et grâce à la série polonaise des marathons. Les objectifs seront alors réévalués...

Digression : une nouvelle formule de championnat d'Europe ?

Avant de nous quitter, l’entraineur polonais nous a fait part de son regret quant à la durée des championnats d’Europe. Selon lui, ils sont trop longs et jouent en défaveur de notre sport : des épreuves sur piste et le marathon seraient amplement suffisants. Quant aux catégories, elles devraient se restreindre aux Juniors et aux Seniors afin que les médias y voient plus clair... C’est vrai que pour les petites nations du roller, voire pour les grandes, organiser le déplacement de dizaines d’athlètes à des épreuves concernant les petites catégories peut énormément alourdir la facture !

Le roller de vitesse en Pologne n’en est pas à ses débuts, mais il ne peut que progresser. Souhaitons donc aux athlètes polonais beaucoup de réussite à l’avenir, sur les roulettes... et sur la glace ! Car l’objectif, avoué à demi-mots par certains, est de participer à l’aventure olympique. Les anneaux des Jeux Olympiques font encore plus rêver que ceux de la roulette...

Présentation de l'équipe de Pologne aux championnats d'Europe 2011

Liens utiles

Episode 10 : une valse viennoise à trois pas
Episode 9 : 4 copains norvégiens aux championnats d’Europe de roller
Episode 8 : pas de révolution copernicienne en Pologne…
Episode 7 : La délégation du pays Magyar
Episode 6 : Une délégation slovène en petite forme…
Episode 5 : Les Danois (ou plutôt le Danois) aux championnats d’Europe
Episode 4 : La délégation tchèque aux championnats d'Europe
Episode 3 : la délégation du Royaume de Suède aux Europe
Episode 1 et 2 : le Portugal et le Royaume-Uni

Texte : Léa Réguer-Petit
Photos : Vincent Esnault
Mis en ligne  le 13 August 2011 - Lu 5932 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB