-
Le 15 July 2011 à 17:32 | mise à jour le 11 August 2013 à 17:50

Interview avec Peter Doucet

Interview avec Peter Doucet

Peter Doucet est le très dynamique patineur du Toronto Inline Skating Club (TISC) ainsi que le webmaster du fameux site Speed Skate World. Malgré un emploi du temps très chargé, Peter a accepté de répondre à nos questions sur sa carrière de patineur, sa vie de webmaster et un peu plus encore…

Mis en ligne par 

“ Je suis incroyablement fier des performances des patineurs du TISC aux championnats du Canada !”

Interview Peter DoucetD’abord Peter, félicitations pour ton titre de champion du Canada acquis lors du 10 km points/élimination !

Merci ! Je voulais gagner le classement général de ces championnats du Canada. Pour cela, il fallait vraiment que j’imprime le rythme de cette course. Mes principaux adversaires, les frères Jesse et Jade Pauley, avaient très bien couru cette saison, gagnant de nombreuses courses. C’était certains qu’ils seraient mes principaux adversaires. Quand la course est partie, j’ai rapidement pris les commandes. J’ai commence à engranger les points, deux ou trois dans la foulée. Si quelqu’un parvenait à me dépasser sur la ligne, je faisais en sorte de gagner les points de la deuxième place histoire de bien montrer aux autres que j’étais là ! Je me suis rapidement retrouvé seul devant, heureux de cette situation car je gagnais deux points à chaque tour. Je menais confortablement avec un demi-tour d’avance. Jesse Pauley est ensuite revenu à ma hauteur, mais malgré tout, je continuais à additionner les points. A deux tours et demi de l’arrivée, Jesse a voulu lancer le sprint. Je savais alors que j’avais assez de points pour remporter la course et je ne voulais pas m’entamer pour les courses suivantes, donc je l’ai laissé partir. J’étais content de gagner cette course et de devenir champion du Canada devant Jesse, qui avait gagné toutes les courses de ce même championnat en 2010. Ce que je ne savais pas alors, c’est que son frère Jade allait gagner toutes les autres courses !

Combien de médailles ton club de Toronto a-t-il gagné en tout ce week-end ?

Le TISC avait aligné vingt patineurs. Nous avons gagné des médailles dans chaque catégorie, notamment des premières places au général et le Top 3 sur les courtes distances et les courses de fond. En tout, nous sommes rentrés avec 32 médailles ! Je suis donc incroyablement fier des performances des patineurs du TISC lors de ces championnats du Canada. J’ai été très impressionné par la solidarité au sein du club, notre comportement sportif, notre éthique et nos performances. Ces dernières années au sein du club, nous nous sommes concentrés sur la programmation des entraînements, la concentration sur des objectifs clairs et précis et le recrutement de jeunes patineurs afin de les aider à progresser et pour leur inculquer une certaine philosophie du sport. Nous les avons beaucoup sensibilisés à ce qu’est notre sport. Notre club bénéficie de deux tranches horaires hebdomadaires. Nous utilisons une piste de 400m, assez grandes pour mener de front tous nos programmes d’entraînement. L’un de ces programmes est dirigé par Jesse Pauley : il est surtout centré sur les gammes et la technique. Je m’occupe du programme qui concerne les patineurs fitness qui veulent se hisser au rang des compétiteurs. Nos entraînements se focalisent sur presque tous les aspects du roller de vitesse (technique, stratégie, tactique, relais, vitesse, endurance, sprints et bien plus encore !). Au-delà de ces sessions, nos membres s’entraînent également sur les routes de Toronto et Hamilton, ainsi que sur une piste de 200m à Toronto. Certains suivent des cyclistes, d’autres soulèvent des poids et font de la plyométrie... C’est très complet !

Comment est la piste de ces championnats du Canada à Harriston ?

Alex Perrie, qui est très impliqué dans le roller et la vitesse en particulier depuis des années, a reconstruit la piste d’Harriston de 200m avec des virages relevés en 2003. C’était déjà lui qui l’avait construite en 1998. Lors des championnats du monde d’Ostende de 2002, il avait été impressionné par la piste et avait bien noté toutes les mesures. C’est la raison pour laquelle il a refondé celle d’Harriston, la rendant plus large que celle d’Ostende au passage (6m de large je pense). Il a rajouté deux ou trois choses au plan initial, incluant notamment une petite piste de 110m à l’intérieur de celle de 200m pour les entraînements de short track en hiver et sur les rollers en été. Alex a toujours été très ouvert à ce que les patineurs utilisent sa piste : il m’a souvent laissé, ainsi que mes amis, patiner dessus. Il faudrait qu’on le rembourse pour cette courtoisie, ou bien qu’on lui offre des bières ! Il dirige un club, le Northern Roller Sports, qui compte d’ailleurs essentiellement de jeunes patineurs.

Interview Peter Doucet

Une question de curieux : pourquoi n’existe-t-il pas de maillot de champion du Canada pour les vainqueurs, comme il en existe en France par exemple ?

Ca serait vraiment cool qu’il y en ait ! D’après ce que je sais, il n’y en a jamais eu... C’est peut-être parce qu’on n’a pas de fournisseur officiel, ou encore par manque de budget, ou alors parce que personne n’y a jamais pensé ! Il existe huit catégories aux championnats du Canada, femmes et hommes compris ensembles. On va essayer de suggérer aux organisateurs des championnats de 2012 à Montréal de penser à faire floquer huit maillots !

Connait-on la sélection canadienne pour les championnats du monde ? 

D’après ce que je sais, il n’y aura pas de Canadien aux championnats du monde en Corée du Sud cette année. Je pense que la raison principale, c’est le budget trop élevé du déplacement. C’est aux compétiteurs de payer... Et ils savent que les meilleurs ne feront des résultats, au mieux, qu’en milieu de peloton : le jeu n’en vaut sans doute pas la chandelle !

Peter, tu es aussi le webmaster de Speed Skate World et je crois savoir que tu as encore bien d’autres occupations. Comment fais-tu pour tout faire ?

Je suis quelqu’un de très organisé. Comme beaucoup de gens, j’essaie d’évaluer le temps dont je dispose et d’optimiser. Je suis le président du Toronto Inline Skating Club et c’est un rôle qui me tient à cœur. Notre club comporte beaucoup de personnes très motivées, très attentionnées, prêtes à travailler et à aider. C’est certainement la raison pour laquelle le club continue de grandir et de bien marcher.
J’aide aussi quelques websites, comme par exemple Roller Sports Canada. J’aimerais avoir plus de temps pour ce site web, parce qu’il est nécessaire de développer la partie francophone. Comme webmaster du Toronto Inline Skating Club, je dois répondre à de nombreux e-mails, ce qui me prend également pas mal de temps ! Je suis aussi coach du Toronto Speed Skating Club en short track. Je suis d’ailleurs en relation avec de nombreux autres coachs qui comprennent bien ce qu’est le roller et le patinage : ils m’apprennent beaucoup et m’aident beaucoup !
Je suis bien sûr également un compétiteur qui s’entraîne et coure. J’adore aller vite et j’adore les compétitions ! Bien m’entraîner m’aide évidemment à bien coller à mes objectifs de compétiteur.
J’ai la chance d’avoir une petite amie, Morgane Echandour, qui est aussi une compétitrice entièrement tournée vers ses entraînements. Morgane et moi-même nous complétons. Nous essayons de nous concentrer sur les entraînements et nous complétons les entraînements que notre coach et mentor Mike Murray nous propose. Morgane m’aide beaucoup à me concentrer sur l’essentiel et sur ce qui est important ; quant à moi, je l’aide à voir le côté positif des choses.
En dehors de tout cela, je suis aussi professeur : je dis souvent à mes étudiants que je fais le plus beau métier du monde, ce qui est vrai ! Mes étudiants me renvoient beaucoup de sincérité, de passion et de joie. Ils viennent de toutes les catégories sociales et ils m’apprennent probablement plus que je ne leur apprends !
Le fait d’avoir un poste à 80% me permet de me dégager ce temps libre nécessaire à la pratique de toutes mes autres activités : mon salaire est amputé, mais d’un autre côté, je suis beaucoup plus actif pour le roller !
J’adore aussi la musique et j’adorerais avoir plus de temps pour pratiquer. Heureusement, quand je voyage pour participer à l’Eastern Seaboard Series à Trexlertown, en Pennsylvanie, on me demande habituellement de chanter l’hymne canadien ! Si Herb Gayle et Ross Creveling sont là, nous nous accordons : nous sommes tous les trois des chanteurs d’exception !
Ces 18 derniers mois, ça a été assez difficile parce que j’ai aussi dû assister l’un des membres de ma famille atteint d’un cancer. Depuis l’apparition de sa maladie, mes priorités ont changé et je n’ai pas pu m’entraîner aussi bien que ce que j’aurais voulu ou travailler aussi efficacement sur mon site web. Patiner est moins important dans ce cas-là, mais c’est plus important dans le sens où cela me procure beaucoup de liberté, ainsi qu’une certaine forme de solitude et de silence qui me mettent en paix avec mes pensées et mon esprit. Dorénavant, la pression des résultats est derrière moi. J’ai eu du mal à accepter de devoir perdre en qualité et en quantité d’entraînement, mais je ne regretterai jamais d’aider ceux que j’aime.

Merci beaucoup pour ces réponses Peter... et bonne chance pour la suite !

Interview Peter Doucet

Liens utiles

Le site de Peter Doucet SpeedSkateWorld
Tous les résultats des championnats du Canada

Texte : Vincent Esnault
Photos : droits réservés
Mis en ligne  le 15 July 2011 - Lu 6563 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB