-
Le 18 June 2011 à 08:06 | mise à jour le 19 June 2011 à 20:23

Retour sur les championnats du monde Master 2011 à Dijon (21)

Retour sur les championnats du monde Master 2011 à Dijon (21)

290 patineurs toutes catégories confondues, des athlètes venus des quatre coins de l’Europe, mais aussi du monde, un circuit rapide et un temps idéal. Voici les ingrédients du succès de la grande première pour Dijon : les championnats du monde Master...

Mis en ligne par 

Le succès d’une grande première

Podium avec triplé français au mondial masters de Dijon 2011

Les catégories les plus fournies

les U50 masculins (103 patineurs au départ), les U60 masculins (66 patineurs) et les U40 masculins (53 patineurs).

Vive l’Europe… et vive le monde !

Ils sont venus d’Espagne, d’Italie, des Pays-Bas, de Belgique, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, d’Autriche, de Suisse, d’Estonie, du Liechtenstein, de République Tchèque, de Finlande, de Norvège, mais aussi des Etats-Unis, du Chili, du Brésil et même d’Irak !

Les moyennes les plus rapides

Les U40, forcément ( !), avec une moyenne de 36,5km/h pour le premier, Jean-Stéphane Sierra. A noter que les premiers U50 ont réalisé exactement la même moyenne horaire (lire la suite)… En général, tous les patineurs présents (ou presque) ont baissé leurs temps sur un marathon et donc amélioré leurs records de moyenne. Certains U50 et U60 ont même descendu leur temps de dix minutes ! Sur un circuit de 2,2km parfaitement roulant comme celui des allées du Parc, quoi de plus normal !

Le petit couac

Les U50 sont partis derrière les U40, mais trop tôt (à peine 30 secondes). Le peloton des U50 est ensuite parvenu à rattraper celui des U40, tiré par des locomotives comme Philippe Poirier. Les deux groupes se sont ensuite fondus en un seul. Gros bouchons en perspective, et notamment dans le dernier rond-point avant l’arrivée, où la course au placement a « obligé » certains à faire son trou avec les mains... Ca n’a pas plu à tout le monde, de devoir se battre de la sorte. Mais d’autres ont retrouvé des sensations de Junior. « Franchement, je me suis senti revivre, expliquait Emmanuel Sallé (JS Coulaines), huitième à l’arrivée en U40. Un si gros peloton et cette sensation de course sur piste, c’était génial ! »

Arrivée de Sutkin au mondial masters 2011 à Dijon

Les (gros) couacs

Un championnat du monde reste une course d’un jour. On la réussit parfois, et souvent, on n’atteint pas le titre suprême… Demandez à Serges Guichard, le président d’AM Sports : il est tombé à l’entraînement trois jours avant le mondial et s’est déboîté l’épaule... Le bras en écharpe, il a été contraint et forcé d’assister à la course depuis le bas côté de la route. Mais comme il le dit lui-même : « ce n’est que partie remise. » On pense également à Thomas Dauvergne, l’échappé du dernier tour, qui s’est fait reprendre trop tôt : « mes jambes ne répondaient plus » expliquait-il après la course. Il aura en tout cas fait battre nos cœurs ! Jean-François Lenôtre doit être un peu déçu également… Il a frôlé le podium en U60, et quand on dit frôlé… Idem pour Sylvain Pirodon : le Francilien et ancien cycliste avait été excellent à Pornichet, mais il est quelque peu passé au travers à Dijon. Il reviendra forcément, fort de cette « expérience ».

Les grandes joies

Les deux titres de champion du monde en font forcément partie. Claire Bodao en O60 et Jean-Stéphane Sierra en U40 à l’honneur donc ! Pour Claire, c’est une grande première. Pas pour Jean-Stéphane, qui réitère son exploit de 2010, mais cette fois-ci devant sa petite famille ! Les huit autres médaillés français sont tout aussi heureux, forcément !

portrait des français au mondial masters 2011 à Dijon

Mille excuses

Thierry Zocca est donc médaillé de bronze du championnat du monde dans la catégorie U50. Le Grenadain va chercher sa médaille à la photofinish en 1h08’47’’343 derrière le double mètre de l’Anglais Sutton Atkins et l’Italien Alessio Ballardini.

Toujours faim !

Croyez-le ou pas, certains n’ont pas été rassasié de leur marathon des championnats du monde. Philippe Poirier et Jean-Stéphane Sierra ont laissé passer le déjeuner et la sieste (et encore...) pour rechausser leurs rollers dimanche après-midi. Direction le Marathon international avec les Elites. Croyez-le ou pas (bis), Jean-Stéphane a été plus rapide l’après-midi (1h07’01 contre 1h08’46), mais Philippe a été plus « lent » (de cinq minutes) !

Thomas Dauvergne en échappée au mondial Masters de Dijon 2011

Résultats

Liens utiles

Site de l'événement
Site de la Coupe de France
Revoir le direct sur France3.fr
Les photos de Roller91.fr
Photos de Sophie Lopez
Photos de AM Sports

 

Texte : Vincent Esnault
Photos : Alfathor
Mis en ligne  le 18 June 2011 - Lu 2555 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB