-
Le 09 June 2011 à 09:22 | mise à jour le 08 June 2011 à 09:33

Essonne Terre de Roller (presque) au paradis

Essonne Terre de Roller (presque) au paradis

L'Allemagne, la Suisse et l'Espagne ont la leur. Alors pourquoi pas la France ? Fort de ce constat, le collectif Essonne Terre de Roller a lancé voilà cinq mois un projet de construction d'une piste couverte. Un complexe sportif révolutionnaire à plus d'un titre et qui, porté par quatre personnalités enthousiastes, commence réellement à prendre forme. Christian Champion, Frédéric Davi, Christelle Pelletier et Laurent Petitbon sont aujourd'hui (presque) au paradis...

Mis en ligne par 

Le projet de piste couverte fait l'unanimité

Leur projet fait l'unanimité parmi les acteurs du roller et les hommes politiques. Si tout se passe bien, la première piste couverte de France devrait sortir de la terre d'Essonne en 2014...

Week-end du 4 et 5 juin 2011 : les patineurs de vitesse d'Ile-de-France sont réunis sur la piste du complexe sportif Camille Hebert à Brétigny. Au même moment, l'équipe de France Elite est en stage à Pampelune en Espagne. Alors que les organisateurs du championnat régional piste inaugurent la réfection de leur piste extérieure, ils font ce constat que les meilleurs patineurs nationaux doivent « s'exiler » pour se préparer aux prochains championnats d'Europe. Pourquoi un si long voyage alors que la France possède une palanquée de pistes toutes aussi intéressantes les unes que les autres ? Tout simplement parce que celle de Pampelune est couverte : elle permet donc aux athlètes de s'entraîner avec certitude, sans se préoccuper du temps qu'il fait dehors...

Un projet mûrement réfléchi

C'est en partant de cet exemple, mais en s'appuyant également sur d'autres souvenirs de compétitions annulées, reportées ou écourtées à cause de la pluie, qu'un collectif s'est mis en place voilà quelques mois avec une idée en tête : faire sortir une piste couverte en terre d'Essonne. Les quatre patineurs à l'origine du projet appartiennent tous au CS Brétigny.

« L'absence de piste couverte en France fragilise notre sport, estime Christian Champion : les athlètes ne peuvent pas s'entraîner dans des conditions optimales et le pays ne peut pas accueillir de championnats internationaux. »

Laurent Petitbon, par ailleurs conseiller municipal à Brétigny, sait qu'il peut activer quelques leviers politiques pour faire avancer une idée qui paraissait au départ presque utopique.

Cinq mois déjà que le projet est en gestation : il est maintenant mûrement réfléchi.

« Une piste couverte en Essonne présenterait beaucoup d'avantages à tous points de vue, explique Frédéric Davi. Nous sommes à proximité de toutes les connexions possibles : l'aéroport d'Orly, le TGV à Massy, des embranchements d'autoroutes (A6, A10, Francilienne), le RER... Nous disposons d'un autre atout de taille : la base militaire 217 va fermer en 2012. Les terrains de l'aérodrome représentent une surface de 300 hectares sur plusieurs communes de la communauté de communes. Il faudra bien remplacer les militaires ! »

Convaincre les partenaires

Stand Essonne Terre de Roller300 hectares, c'est franchement largement suffisant pour construire une piste de roller ! Mais une telle surface qui se libère aux portes de Paris attire forcément les convoitises des promoteurs. Les maires eux-mêmes savent que le départ des militaires engendrera un manque à gagner pour l'économie locale et que, par conséquent, il est préférable de voir venir s'installer des entreprises et/ou des usines. Une piste de roller est-elle intéressante de ce point de vue là ? C'est ce que le collectif Essonne Terre de Roller s'est attelé à prouver.

« Notre argument premier, ça a été de dire aux élus locaux : vous aurez la première piste de roller couverte sur votre territoire argumente Frédéric Davi. Ça a fait tilt dans leur esprit. » Il a fallu ensuite creuser pour étoffer le dossier.

D'un point de vue fédéral, l'intérêt est de se rapprocher du Ministère des Sports à Paris : si la piste couverte sort de terre, la FFRS implantera une annexe en Ile-de-France. Les deux Pôles de Talence et de Nantes pourraient être regroupés en un et les jeunes seraient scolarisés dans des sections sport-étude qui existent déjà à Brétigny. L'université d'Orsay n'est pas loin non plus... Par ailleurs, cette piste couverte ne servirait pas que pour les patineurs :

« le plateau central de la piste peut être utilisé par d’autres sports comme le hand ou le basket, ainsi que par des handisports » rétorque Frédéric Davi.

Les deux derniers arguments pèsent de tout leur poids. La commune du Plessis-Pâté envisage de construire le plus grand stade de rugby de France sur la base 217 : si le projet est validé, la piste couverte viendrait naturellement se rajouter. Les deux infrastructures pourraient partager des équipements en commun et mutualiser leurs ressources. Ce genre de raisonnement parle aux élus et aux argentiers. Pour finir, Paris va présenter sa candidature pour les Jeux olympiques de 2024. Si la Ville Lumière devient aussi ville hôte, tous ces équipements trouveront leur sens. Car le roller devrait devenir sport de démonstration lors de cette olympiade, voire même avant, à Rio en 2016...

Tous derrière le projet

Les arguments du collectif "Essonne Terre de Roller" ont percuté, c'est le moins que l'on puisse dire ! Samedi 4 juin, lors de l'inauguration de la piste du complexe Camille Hébert, tout le monde semblait soutenir le projet. Luc Bourdin, chargé de l'équipement au sein de la FFRS :

« quand un club développe une telle idée, la Fédération ne peut que soutenir ; c'est le projet numéro 1 pour la FFRS ! »

Michaël Christophe, conseiller diplomatique de Chantal Jouanno au Ministère des Sports :

« c'est notre devoir d'accompagner de tels projets pour que les patineurs s'entraînent en France et nous serons à l'écoute des demandes de subvention. »

Laurent Petitbon revient d'ailleurs sur l'état d'avancement auprès des différents partenaires :

« nous avons été reçu par la Ministre des Sports en mai dernier et notre dossier a fait bonne impression, explique-t-il. Tous les échelons politiques, que ce soit la région, le département ou encore la communauté de communes, nous soutiennent. Aujourd'hui, nous savons où aller et comment y aller. »

Les terrains de la base 217 s'étendent sur plusieurs communes, et c'est à ce stade que la communauté de communes peut avoir son rôle : Brétigny, le Plessis-Pâté, Vert-le-Grand... toutes vont dans le même sens !

Par ailleurs, le collectif a aussi reçu l'assurance de plusieurs élus, de quelque bord politique que ce soit. Ces divers soutiens confirment encore que le projet est fédérateur. A ce jour, il reste à trouver un maître d'ouvrage pour exécuter les travaux (« c'est en cours de discussion » confesse Laurent Petitbon) et les signatures des officiels pour concrétiser les soutiens. Le projet de piste couverte en Essonne est sur de bons rails : souhaitons qu'ils mènent au paradis pour le collectif Essonne Terre de Roller, mais aussi pour tous les acteurs du roller de vitesse en France !

Raphaël Planelles, quadruple champion de France sur route à Angers

"le projet de piste couverte en Essonne est « une très belle initiative » !"

Stand Essonne Terre de RollerRaphaël, que penses-tu de ce projet ?

C'est avec grand plaisir que je constate que ça bouge dans le roller français. Nous sommes une nation qui finit sixième aux derniers championnats du monde (c'est déjà bien vu le manque d'infrastructures en France en comparaison des autres grandes nations). Avoir un équivalent en France de l'Arena Geisingen, j'en rêve déjà ! C'est une très belle initiative. Cette infrastructure va être située en Ile-de-France : cela va rendre possible l'organisation de vraies compétitions sur piste en Ile-de-France à couvert. Pour ma part, je vis à Montpellier, à 2h50 de Paris en TGV : cela sera rapide et pratique de venir en stage ou sur des manifestations diverses telles que des Championnats de France, d'Europe et du monde... On a d'énormes talents en France et on a besoin que ce projet aboutisse. Félicitations ! En espérant que le projet se concrétise...

Le soutiens-tu ?

Oui je le soutiens. C'est un rêve de voir ce projet aboutir pour y voir et participer à de belles et nombreuses compétitions. C'est pourquoi je soutiens ce projet à 2000% !

Quels arguments utiliserais-tu pour dire aux décideurs que tu souhaites voir sortir de terre une telle piste couverte ?

Un espace couvert dédié à la vitesse serait un plus pour l'entraînement sur toute la saison hivernale, mais également tout au long de l'année pour patiner au sec. Je sais, moi qui vis dans le Sud de la France où il fait beau toute l'année, l'importance des conditions météos qui influencent énormément notre préparation. Certains patineurs sont obligés de partir en Amérique du Sud ou en Floride, justement à cause du manque de piste couverte en France qui permettrait d'être beaucoup plus performant et compétitifs au niveau international.

Liens utiles

www.terrederoller.fr
Projet : une piste couverte en Essonne

Texte : Vincent Esnault
Photos : Fred Davi et droits réservés
Mis en ligne  le 09 June 2011 - Lu 3658 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB