-
Le 03 June 2011 à 19:06 | mise à jour le 11 June 2011 à 11:52

Critères de jugement WSSA Slalom Classic Style

Critères de jugement WSSA Slalom Classic Style

Une toute nouvelle réglementation vient de voir le jour en ce qui concerne le format "Classic" en slalom dans le circuit WSSA. L'association internationale nous a fait parvenir le détail de ces modifications. Explication du Jugement du Classic Freestyle WSSA par Naomi Grigg...

Mis en ligne par 

CRITERES DE JUGEMENT DU CLASSIC FREESTYLE WSSA PAR NAOMI GRIGG

Visuel Freestyle ClassicCe document tend à expliquer le jugement du Classic WSSA d’une manière facilement compréhensible. Il contient :

  • Les critères sur lesquels chaque performance est jugée
  • Comment chaque juge arrive à son résultat.

Ce document ne contient aucune information sur la procédure, telles que la façon dont les résultats des juges sont assemblés pour donner une note finale, ou des détails sur le timing, l’organisation l’aire de compétition, etc.

Les critères

Les critères de jugement sont divisés en deux parties : Technique et Artistique. Cependant, dans la philosophie de jugement du Classic en WSSA, les deux sont fortement connectés, si bien que certaines descriptions de critères peuvent laisser à se demander s’ils sont classés dans la bonne catégorie. Vous pourrez également voir la forte relation entre ces deux catégories dans la section « Résultats ».

1. Technique

  • Variété
  • Continuité
  • Vitesse

1.1. Variété

Ici, les juges prêtent attention au nombre de familles de tricks visitées. Les familles sont :

  • Toupies (Spins)
  • Figures assises
  • Figures sautées
  • Wheelings
  • Autres

La question qui brûle les lèvres de tout un chacun à cet instant est : « Est-ce la même chose que l’ancien format utilisé en Europe ? Et si non, en quoi est-ce différent ? »

La réponse est qu’en pratique, cela n’est pris en compte par les juges que lorsqu’ils doivent comparer un technicien pointu et un technicien moyen mais varié – ils n’attribuent pas directement des points pour chaque famille visitée.

La philosophie est la suivante : Admettons par exemple qu’un rider fasse des spins en wheeling pendant son run entier… Alors il sera probablement au top du niveau technique, cependant ayant concentré tout son savoir-faire sur un petit domaine, cela lui donne l’avantage dans ce domaine, ce qui lui permet d’avoir des très bonnes notes techniques. Alors qu’un autre rider pourrait s’efforcer à devenir un rider polyvalent… Lier différents types (familles) de tricks représente aussi une réussite technique.

1.2. Continuité

 Il est considéré important que les éléments de haute difficulté technique ne soient inclus que s’ils se fondent bien dans la routine.

Dans cette section, les juges déterminent également le niveau de base du patinage de chaque slalomeur – ils recherchent les compétiteurs qui ne font que des tricks très techniques, mais qui ne semblent pas vraiment à l’aise avec le niveau de base.

1.3. Vitesse

 Ici, il est reconnu que plus la vitesse d’exécution est rapide, plus le challenge est grand ; mais aussi que certains tricks sont plus durs selon qu’ils sont exécutés plus ou moins vite/lentement.

Fusion – La vitesse doit être ‘fusionnée’ lorsque des tricks techniques sont utilisés, ainsi plutôt que de ralentir sur les tricks les plus durs, il est probablement plus judicieux de ralentir un peu la vitesse d’exécution générale.

Rythme – La capacité à contrôler la vitesse des tricks afin de coller au rythme de la musique est considérée comme un challenge technique. Pour donner un exemple assez impressionnant : contrôler un wheeling sur le beat de la musique.

2. Artistique

  • Performance corporelle
  • Expression musicale
  • Gestion des tricks

2.1. Performance corporelle

La performance corporelle est la capacité à mixer le mouvement du corps avec le patinage, plutôt que de laisser les pieds et les jambes faire tout le travail et avoir le reste du corps raide comme un piquet.

La philosophie de jugement du Classic WSSA à ce propos est la suivante : un débutant se concentrera particulièrement sur ses pieds, mais en progressant il portera une attention de plus en plus importante sur ses bras, sa tête, son corps… Les juges s’attacheront à définir à quel stage de progression le rider se trouve concernant ce domaine. Il est important de se concentrer sur le corps tout entier, et pas seulement sur la moitié inférieure.

2.2. Expression musicale

Ce critère ne se borne pas seulement à respecter le tempo de la musique : le but est surtout de correspondre à l’humeur musicale. La fusion entre le mouvement du corps et la musique est prise en considération.

2.3. Gestion des tricks

Cela comporte deux éléments majeurs liés à la chorégraphie :

  • A quel point la chorégraphie correspond à la musique, aux breaks et aux changements musicaux, etc.
  • Il est noté que les ‘points culminants’ techniques sont plus durs en milieu de ligne, etc. alors qu’ils sont en général plus faciles en entrée ou en sortie de ligne.

Un résumé pour préparer vos combos :

  • Variété – Combien de familles utilisez-vous ?
  • Continuité – Avez-vous des à-coups, ou votre patinage est-il continuellement fluide ?
  • Vitesse – Quelle est votre vitesse d’exécution ? Est-elle stable ?
  • Performance corporelle – Est-ce que votre corps tout entier accompagne votre patinage ?
  • Expression musicale – Est-ce que votre patinage reflète l’humeur de la musique ?
  • Gestion des tricks – Est-ce que votre combo correspond aux changements de la musique ?

 B)  Résultats 

La note maximale est 100 soit 60 pour la Technique et 40 pour l’Artistique... Bien que, comme mentionné plus haut, les deux sont tellement liés que la frontière n’est pas aussi nette. Ce que vous vous apprêtez à lire est la manière théorique dont les résultats sont attribués pour la performance de chaque rider. En pratique, les choses sont un peu moins scientifiques, mais cela donne une idée de la philosophie derrière les résultats. Nous ne rentrerons pas dans les détails ici.

Technique

Artistique

A

50 - 60

A

30 - 40

B

40 - 50

B

20 - 30

C

30 - 40

C

13 - 20

D

20 - 30

D

8 - 13

E

10 - 20

E

4 - 8

F

0 - 10

F

0 - 4

1.     A propos de la note technique

a)      Prise de note sur la difficulté des tricks réalisés pendant le run, en se référant à la matrice de niveaux (à titre consultatif), et sélection du niveau général des tricks lors de la performance.

b)      Si un compétiteur fait une majorité de tricks de niveau C, avec quelques tricks de niveau B, le juge peut donner une note de niveau C tout en le gratifiant de points bonus pour refléter cela (colonne de droite dans la matrice) – ils ne sont donnés que pour un ou deux tricks et sont dégressifs : par exemple 1.5pt pourrait être attribué à un trick de niveau A, mais seulement 0.75pt pour le deuxième.

c)       Afin d’évoluer du niveau C au niveau B, le rider devra réaliser des tricks de niveau B de différentes familles.

d)      Il est pris en considération qu’il sera plus facile pour un jeune rider souple d’effectuer des tricks en souplesse.

 

2.     A propos de la note artistique

a)      La note de base artistique est liée au niveau de base technique. Si le rider a une base technique de niveau C, alors il lui sera attribué un C comme note de base artistique. La philosophie étant que sans un certain niveau technique, un rider est limité pour démontrer plus d’un point de vue niveau artistique.

b)      Cependant… des bonus sont disponibles pour les performances corporelles impressionnantes, tout comme pour l’impression musicale et la gestion des tricks.

3.     Pénalités

  • La pénalité habituelle de -0.5pt par cone tombé ou oublié, déduite de la note technique.
  • Une perte d’équilibre normale est déduite de la note artistique, alors qu’une mauvaise chute est déduite de la note technique.
  • La pénalité de temps (-5pts) est déduite de la note artistique.

Liens utiles

www.worldslalomseries.com

Texte : Naomi Grigg et WSSA
Traduit par Chloé Seyres
Image : WSSA
Mis en ligne  le 03 June 2011 - Lu 5611 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB