-
Le 26 May 2011 à 20:05 | mise à jour le 26 May 2011 à 20:56

Samo Bajec, champion d'Europe de Roller Soccer

Samo Bajec, champion d'Europe de Roller Soccer

Samo Bajec est le capitaine de l’équipe slovaque Rollera Team. L’équipe a gagné le dernier championnat d’Europe de roller soccer, qui s’est déroulé aux Pays-Bas du 6 au 8 mai dernier. Voici le récit d’une aventure extraordinaire – espérons-le avant la prochaine, au Brésil en août...

Article par 

“ Finalement, nous l'avons gagné, ce titre ! ”

Samo Bagec champion d'Europe de roller soccer

Le tournoi ERSC s'est donc déroulé du 6 au 8 mai 2011 dans le Sportshall De Struijck à Zaandam, Amsterdam, approximativement à 10/15 minutes du centre-ville. « La place était sympa, notamment le parquet en bois qui accrochait bien et qui convenait parfaitement à notre style de jeu. C'est dommage que le tournoi n'ai pas eu lieu plus dans le centre, dans un endroit où la foule aurait pu venir facilement... » explique Samo. Le roller soccer n'est pas encore un sport très reconnu, et c'est vraiment préjudiciable. Car c'est un sport très physique et très technique, ce qui signifie que les joueurs sont de véritables athlètes. Un match est court et très intensif. Il n'y a pas de place pour l'approximation : une victoire ou une défaite arrivent plus vite qu'on ne le pense !

Pas de classico cette fois-ci !

Il y avait huit équipes en lice pour le trophée: le team Cinghiali d'Italie, les Shinobis de Belgique, quatre équipe françaises (AMSCAS I et II, Epinay Sharks, Caen RS), et l'équipe hôte, team Roller Holland. Sans compter l'équipe Rollera de Samo. « Comme d'habitude, nous craignions le plus l'équipe de Marseille (AMSCAS), qui nous mène généralement dans des duels épiques où nous devons déployer 120% de nos forces respectives ! Mais ce ne fut pas le cas cette fois. Il n'y a pas eu de classico parce que, aussi surprenant que cela puisse paraître, les AMSCAS ont perdu précocement durant leur phase de poule. » Quoiqu'il en soit, les spectateurs du Sportshall De Struijck ont apprécié à leur juste valeur les 32 matchs en deux jours de cette compétition !

32 matches, un long chemin ! Pour le Rollera, ce furent en fait cinq matchs à la suite, des matchs de poule jusqu'à la finale. Il faut vraiment être au top niveau pour encaisser une telle intensité. Comment Samo et son équipe se sont-ils préparés pour le tournoi ? Les Slovènes utilisent d'habitude une salle qu'ils louent durant l'hiver. Mais avant le championnat d'Europe, ils se sont préparés plus à fond. « Les deux derniers mois, nous sommes aussi allés dans une autre salle deux fois par semaine pour des séances d'une heure/une heure trente. C'était une salle habituellement réservée au inline hockey, mais nous avons apporté nos propres buts de roller soccer » nous dit Samo. Il n'y a pas de secret de toute façon : cette préparation peut expliquer le parcours du team Rolelra.

Une préparation intensive offre de sérieuses options à une équipe. Mais il n'y a rien de mieux que des supporters efficaces dans les moments cruciaux. Comme le roller soccer est un sport mineur, l'équipe Rollera n'avait de toute façon pas plus d'aide financière que d'habitude... Samo le confesse : « nous aurions peut-être dû essayer d'aller démarcher des sponsors, mais c'est difficile de tout faire en même temps. » Pire encore, il n'existe pas encore de Fédération de Slovénie. L'équipe de Samo a tout fait toute seule...

Samo Bagec champion d'Europe de roller soccer

Le tournoi...

Les championnats d'Europe ont donc débuté le 6 mai. Samo explique le premier match, souvent le plus important de tous quand on débute une série. « Nous sommes bien entrés dans ce premier match, très sérieusement. Nous l'avons gagné contre la seconde équipe de Marseille. Je ne me rappelle plus du score à la fin, mais la marge était assez confortable... » Confortable ? Les Slovènes ont gagné 15 à 0. Un bon début effectivement !

Mais il n'y a pas de secret. L'équipe Rollera est compacte, et certains des coéquipiers se connaissent depuis belle lurette. Quelques uns ont même grandi ensemble. « L'état d'esprit dans l'équipe est très bon. Il s'est renforcé tout au long des voyages que nous avons passés pour aller d'un tournoi à un autre dans le bus. Ce genre d'expérience aide à créer de bonnes vibrations ! » C'est vrai que c'est important d'être compris par ses coéquipiers, de se trouver sans forcer. Ce genre de détails permet d'aller loin, de match en match, jusqu'à des moments critiques...

Nous avons demandé à Samo quand est-ce qu'il a vécu le moment le plus critique du tournoi : était-ce la demi-finale ou bien la finale ? C'est deux matchs sont souvent très intensifs. Mais pour le capitaine de l'équipe, c'était bien avant. « Je l'ai ressenti durant les phases de poule, quand nous avons été confrontés à l'équipe locale, Team Holland. Nous avons dû batailler pour commencer à mener, et encore... Le Team Holland a réussi à recoller au score. Le matche était très serré. Nous avons enfin réussi à briser leur ligne de défense pour mener à nouveau dans les moments creux du match. On peut dire qu'on a été chanceux, mais je dirais plutôt que nos efforts ont finalement payé. » Samo a raison : si on gagne contre l'équipe qui accueille, on a déjà fait la moitié du chemin !

Samo Bagec, champion d'Europe de Roller Soccer

La finale contre Shinobis : Rollera plein de confiance

Tout le monde connait la fin de l'histoire : l'équipe Rollera est devenue championne d'Europe de roller soccer. Samo nous parle de ce moment très particulier avec ses propres mots. « Je pense que chacun d'entre nous est arrivé en finale rempli de confiance. Nous pensions tous que nous pouvions gagner. Nous avons pris notre destin dans nos mains dès le début et l'avantage très tôt dans le match. Ca a renforcé notre confiance. Nous nous attendions à un match plus serré et à un résultat moins déséquilibré, mais nous n'allons pas nous plaindre ! Le résultat final ? 7 à 3... »

Quand on aborde un tel match, on doit être sûr de ses forces, mais également connaître à fond ses adversaires. Les Rollera les avaient étudiées. Samo pense d'ailleurs que les Shinobis ont souffert d'un manque de stratégie dans cette ultime confrontation. « Ils nous ont pris avec trop de respect, et ils ont peut-être abandonné trop tôt. » Mais on doit encore souligner un autre point. Leur point faible réside aussi dans le fait que certains de leurs joueurs étaient blessés depuis le début du journal : « leur système de jeu n'a pas fonctionné aussi bien à cause de cela » explique Samo avec beaucoup de fair-play.

D'un autre côté, Rollera était prête à gagner. « Je pense que notre point le plus fort a été notre bravoure et notre fighting spirit : nous n'avons rien lâché et nous avons pu combiner tous nos atouts techniques pour trouver la formule gagnante ! » confesse Samo avec beaucoup de joie. « Notre point faible résidait sans doute dans notre puissance de tir, mais à la fin, peu importe le score sur le tableau ! »

Très heureux avec le titre !

Le premier mot qui leur est venu après le titre, c'est : « finalement ! » Finalement, ils ont brisé ce mauvais sort. Le Team Rollera a finit deuxième tellement de fois par le passé. Ce titre, c'est leur premier grand titre. Cela les a rendu heureux, bien sûr. « Chacun d'entre nous a beaucoup travaillé et cette victoire vient de très loin : c'est ce qui nous rend heureux ! » Mais ils n'auraient jamais pu gagner sans le soutien essentiel de leurs nombreux supporters. Samo pense aux petites amies, aux parents, aux amis restés en Slovénie. Tout le monde autour d'eux était également tellement heureux !

De retour à la maison, ils n'ont pas eu trop d'articles dans les médias ni d'intérêt médiatique quelconque. Mais Samo est réaliste : « ç'aurait été le cas si nous avions été une équipe de football tout court, n'est-ce pas ! Mais la plupart des gens en Slovénie ou dans le monde ne sait même pas que notre sport existe... » Les honneurs, les récompenses, tout est venu de leur cercle d'amis et de parents. Deux sites slovènes ont aussi relayé les informations sur leurs sites. Et surtout, les Rollera tentent maintenant de se focaliser sur un autre rendez-vous de taille, les championnats du monde qui auront lieu à Récife au Brésil fin août. « C'est clairement notre prochain objectif. En ce moment, nous essayons de rassembler des sponsors pour faire décoller, au sens propre et au sens figuré, notre équipe... » Ils voudraient goûter la victoire à nouveau... Et vous pouvez être sûrs qu'ils le feront !

Samo Bagec, champion d'Europe de Roller Soccer

Liens

www.rolanje.eu
www.rollmania.net

Résultats complets au format Excel ici

Texte : Vincent Esnault
Photos : droits réservés
Mis en ligne  le 26 May 2011 - Lu 4526 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB