-
Le 17 May 2011 à 08:05 | mise à jour le 09 March 2015 à 23:01

World Inline Cup 2011 : Bart Swings fait valser Rennes

World Inline Cup 2011 : Bart Swings fait valser Rennes

Si l'on ne devait retenir qu'un nom... Bart Swings a fait valser Rennes sur Roulettes en sa faveur. Une première pour le Belge de 20 ans dans une World Inline Cup. Le leader du team Cado Motus ne fait pourtant que suivre un chemin logique : champion d'Europe, champion du monde, vainqueur de plusieurs étapes de la KPN Cup aux Pays-Bas ou de la German Inline Cup en Allemagne, ainsi que de quelques critériums internationaux (Geisingen, Gross Gerau...). Récits de courses...

Mis en ligne par 

Il grandit encore...

Bart Swings victorieux à Rennes

Mais une valse ne se danse bien qu'avec de bons « partenaires ». En l'occurrence, Swings a dû se défaire d'adversaires plus dangereux et aussi affamés les uns que les autres, jusqu'à Yann Guyader (Powerslide) et Nicolas Iten (Swiss Skate Team) dans la dernière ligne droite ! Chez les femmes, Cecilia Baena (Powerlside) s'est imposée logiquement : la Colombienne, tenante du titre, a fait parler son explosivité face à la Néo-zélandaise Nicole Begg (X-Tech MPC).

30 000 spectateurs sur l'esplanade Charles-De-Gaulle et dans les rues du centre-ville de la capitale bretonne : comme d'habitude, Rennes sur Roulettes attire les amateurs de sport ! Cette année, France 3 ne retransmettait pas le marathon de la World Inline Cup, alors c'est une star de la télévision (et du roller) qui s'est déplacée : Taïg Khris, l'un des héros de Koh Lanta et de Pékin Express, celui qui a sauté du premier étage de la Tour Eiffel l'année dernière, était en effet le parrain de cette 29ème édition de Rennes sur Roulettes !

Soleil sur Rennes

Une 29ème édition baignée par un soleil printanier, honorée par un plateau, certes moins fourni que par le passé, mais d'un haut niveau qualitatif : on ne comptait plus sur la ligne de départ les champions du monde (trois) ou d'Europe (au moins dix), les vainqueurs de WIC (cinq), et même un recordman du monde du marathon en la personne de Roger Schneider (Swiss Skate Team). Pour l'anecdote, le géant Suisse (il fait deux mètres) avait gagné l'édition 2007 de Rennes sur Roulettes sous un déluge de pluie et de vent : on en était loin ce dimanche, même si le vent soufflait assez fort pour perturber les athlètes. Du vent, des faux-plats montants, des portions de gratton, des faux-plats descendants très roulants... Le circuit de Rennes sur Roulettes n'est pas le plus reposant ! A vrai dire, c'est même l'un des plus exigeants du plateau : il est presque impossible de se cacher et, quand le peloton est réduit à une quinzaine d'unités, c'est aussi très facile de sauter par l'arrière !

 

C'est ce qui est arrivé à de sérieux clients comme Juan Najib Tobon (Bont Geisingen), qui s'est fait surprendre en se faisant contrer, ou Elton De Souza (RPM Poli), qui a malheureusement dû abdiquer trop tôt à cause d'un bris de roue : l'un comme l'autre auraient pu prétendre à envenimer le sprint final par exemple... Car c'est un fait, la course n'a laissé de répit à personne ! Des pointes à 50km/h dans les lignes droites (compteur moto vérifié par Arnaud Gicquel, notre Laurent Jalabert d'un jour), des relances dignes d'une course à points d'un championnat du monde... Quand en plus elles sont menées par Bart Swings ou Yann Guyader, il faut savoir serrer les dents !

Roger Schneider dans l'aspiration de Nolan Beddiaf

Les Suisses ont failli faire sauter la banque !

En fait, ce marathon n'est réellement parti qu'après un premier tour d'observation et de placement. Julien Levrard (Levallois Sporting Club) décidait de lancer les hostilités en fin de montée, histoire de jauger les forces en présence. A l'issue de cette première escarmouche, un peloton d'une dizaine de coureurs se formait à l'avant. Très rapidement, Bart Swings décidait de contrer dans le faux-plat descendant. La course était définitivement lancée. Elton De Souza et Nolan Beddiaf (RPM Poli) n'ont pas été avares de leurs efforts. Les quatre Helvètes du Swiss Skate Team non plus : d'un niveau homogène et très bien organisés, ils ont failli faire sauter la banque, se lançant régulièrement à l'assaut d'une course de laquelle ils sont rarement revenus bredouilles (outre la victoire de Schneider en 2007, Severin Widmer avait par exemple finit troisième l'an dernier). En fait, Schneider, Widmer, Iten ou encore Achermann ont usé d'une tactique parfaitement rôdée : des attaques, en solo ou à deux, et un coéquipier à l'arrière pour briser les relances...

Cette tactique aurait pu marcher si un Nolan Beddiaf ou un Ewen Fernandez ne s'étaient sacrifiés pour leurs leaders respectifs, forçant une arrivée au sprint. C'est bien ce qui a failli se produire. Mais à 1,5km de la ligne, Alexis Contin (Levallois Sporting Club) tentait une dernière sortie. Pas assez incisif – il lui faudra encore un peu de temps pour se réadapter à la roulette -, il se faisait dépasser par Nicolas Iten à la flamme rouge. Le Suisse partait vers... un podium. Car, aux 600m, Bart Swings réagissait : dans l'une des parties du circuit les plus délicates à passer (une petite ligne droite avec du graton et des ornières), le Belge partait à l'assaut du Suisse, avec dans sa foulée Yann Guyader.

Deux champions du monde pour une couronne

Heureusement pour lui, Nicolas Iten ne s'est pas trop retourné : s'il avait vu les deux champions du monde dans son sillage, il aurait pu être déstabilisé. Il avait en fait les yeux rivés sur la ligne... Mais il se faisait d'abord passer par Swings à 20 mètres, puis par Guyader à deux mètres. Les trois médaillés de Rennes sur Roulettes 2011 bouclaient le marathon à une moyenne dépassant les 40km/h ! Huit autres patineurs finissaient pratiquement dans leur foulée, les huit derniers « survivants » d'une course menée tambour battant !

Bart Swings en tête du peloton à Rennes

Une course à élimination chez les femmes

Si le marathon international masculin ressemblait à une course à points, avec ses sprints et ses (rares) moments de relâche, celui des femmes s'est plus apparenté à une course à élimination. La dernière « éliminée », la Belge Jessica Gaudesaboos (RAPS) termine cinquième à 1'20 du quatuor de tête. Parmi les quatre « finalistes », deux Françaises, Justine Halbout (2APN Avon) et Melissa Chouleysko (IDEEsprint-EO Skates), et deux médaillées au niveau mondial, Cecilia Baena et Nicole Begg. Mais quatre à l'avant au bout d'un tiers de course, ce n'est pas révélateur d'une bonne santé du peloton féminin... Comment l'expliquer ? La proximité des championnats de France route (le week-end qui arrive) y est peut-être pour quelque chose : certaines compétitrices préfèrent se préserver en vue de cette échéance et, plus tard, en vue d'une sélection. Le chevauchement des dates, un mal récurent dans notre sport, y est aussi pour beaucoup : il y avait en effet une manche de l'European Cup à Weinfelden (Suisse) ce même week-end... Une situation suffisamment alarmante en tout cas pour que Cecilia Baena lance cet appel singulier (via le blog du MSC Roller) : « recherche concurrentes désespérément ! »

Le peloton féminin en action à Rennes

Revenons à la course, qui elle n'attend jamais. Le tempérament et les arguments de Nicole Begg poussaient la Néo-zélandaise à tenter encore et encore de forcer une arrivée en solo : Begg, moins véloce que Baena au sprint, aurait voulu décrocher cette dernière plutôt que de l'avoir encore sur le dos dans les derniers mètres ! Mais Cecilia Baena ne se décroche pas si facilement. A l'entame du dernier kilomètre, Nicole Begg tentait encore de forcer son destin : sa rivale colombienne, idéalement placée dans sa roue, et qui avait parfaitement en tête la trajectoire rêvée pour le sprint, déboîtait la patineuse de Timaru juste ce qu'il fallait, aux 40 mètres. Et allait conquérir sa deuxième couronne en deux ans à Rennes. Begg deuxième, Halbout troisième et Chouleysko quatrième. Une Mélissa Chouleysko qui pourra s'en vouloir d'être passé si près d'un podium en WIC, mais qui, d'un autre côté, monte sur la troisième place au classement provisoire de cette coupe du monde des marathons, derrière Nicole Begg justement et l'Italienne Giovanna Turchiarelli. Chouleysko enfin qui mène son équipe à la première place du provisoire de cette même WIC : de quoi la rendre fière et confiante pour la suite !

Arrivée féminine et passage

Principaux résultats

Classement général hommes

1) 01:00:35.999 - Bart Swings - CadoMotus
2) 01:00:36.396 - Yann Guyyader - Powerslide Matter World
3) 01:00:36.470 - Nicolas Iten - Swiss-Skate-Team
4) 01:00:37.811 - Reyon Kay - Bont Arena Geisingen
5) 01:00:37.831 - Brian Lépine - RPM Poli
6) 01:00:39.320 - Julien Levrard - Levallois SC
7) 01:00:39.633 - Severin Widmer - Swiss-Skate-Team
8) 01:00:41.384 - Ewen Fernandez - Powerslide Matter World
9) 01:00:41.557 - Michael Achermann - Swiss-Skate-Team
10) 01:00:50.479- Alexis Contin - Levallois SC

Classement général femmes

1) 01:17:29.957  - Cécilia Baena - Powerslide Matter World
2) 01:17:30.169 - Nicole Begg - X-tech MPC-International
3) 01:17:30.590 - Justine Halbout - 2 APN 77 Avon
4) 01:17:32.227 - Mélissa Chouleysko - IDEEprint-EOSKATES
5) 01:18:50.100 - Jessica Gaudesaboos - RAPS
6) 01:20:22.282 - Jakobine Wolf - IDEEprint-EOSKATES
7) 01:20:22.394 - Renata Karabova - IDEEprint-EOSKATES
8) 01:20:22.531 - Sabrina Gaudesaboos - RAPS
9) 01:20:22.592 - Samantha Michael - X-tech Wheelz
10) 01:26:48.720 - Sina Walder - IDEEprint-EOSKATES

Vidéo

Liens utiles

L'ensemble des résultats de la 2ème étape de la Coupe de France Marathon Roller
Site de l'organisation
Photos sur le site du GROL

Texte : Vincent Esnault
Photos : Alexandre Chartier
Mis en ligne  le 17 May 2011 - Lu 6097 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB