-
Le 09 October 2010 à 00:00 | mise à jour le 09 October 2010 à 09:00

Slalom : Lugdunum Contest 2010

Slalom : Lugdunum Contest 2010

Pour la troisième année consécutive, le Lugdunum Roller Contest représente l'étape finale (dans les deux sens du terme) des French Slalom Series. La compétition a confirmé la place de Chloé Seyres chez les dames et consacré Cédric Diguère et Alexandre chez les hommes...

Mis en ligne par 

Le point sur les French Rankings à la veille du Lugdunum

Chez les femmes

Chloé Seyrès est largement en tête au classement des French Series, en Speed comme en Battle, ayant fini première française sur toutes les French Series de la saison. Le reste du podium est encore incertain à la veille de cette dernière compétition :
En Battle, Sophie Lovato, Emilie Audrezet et Marie Prost prétendent au podium. Claire Ploton les suit de près...
En Speed, les 2e et 3e places du ranking sont disputées par les jeunes soeurs Granjon (Zoé et Lily) et Sophie Lovato.

Chez les hommes

...par contre, le suspense reste entier car cette toute dernière étape est décisive, tant pour le Battle que pour le Speed.
En Battle, Antoine Colange avait un léger avantage sur Alexandre Claris jusqu'à la dernière étape à Grenoble, où une contre-performance de sa part et une victoire de Claris inversent la tendance... Pourtant tout se jouera en fonction des résultats du Lugdunum: le meilleur classé des deux remportera le titre de Champion de France WSSA 2010. D'autres concurrents peuvent aussi prétendre au podium en fonction de leurs résultats sur cette dernière étape: Julien Boucry, constant sur toute la saison avec de bons résultats; Benjamin Sergot et Kyan Sanchez, un peu moins réguliers mais à ne pas ignorer; et Igor Cheremetieff, absent la moitié de la saison mais capable de faire un hold-up de première place sur l'étape...
Quant au Speed masculin, c'est Cédric Diguere qui est en tête, légèrement devant Alexandre Claris et Romain Lebois. Les résultats du Lugdunum finiront de sceller le sort de l'ordre du podium français. Notons l'absence déplorable de Romain Lebois sur cette dernière étape.

L'organisation

Sébastien Deschaux a repris le Mic le temps de l'événement, et a su captiver l'attention du public courageux qui a bravé les averses et le vent, à coups d'explications abordables des règles, de distributions gratuites de T-shirts, de descriptions efficaces des compétiteurs, de flash-interviews des riders comme des spectateurs en attendant les décisions des juges, etc.
Son collaborateur Mister DJ Alexandre Dumas a assuré un bon mix varié, alternant tubes intemporels et perles indépendantes, entre électro, rock, break-beat, et autres morceaux alternatifs.
La compétition, organisée par Générations Roller et Freestyle-slalom.com en partenariat avec le CFAI de l'AFPM, avait lieu cette année encore sur la maintenant célèbre Place Bellecour, mais pas à l'endroit habituel – Damned, c'est perturbant de déroger à ses petites habitudes! La place est en cours de rénovation: à une semaine près l'organisation s'est vue contrainte de déménager à l'autre bout de la place, sur un spot moins grand – mais dont le dévers était probablement moins gênant pour les compétiteurs.
Autour de la place avaient lieu en parallèle diverses épreuves de vitesse et même (nouveauté 2010) une course de trottinettes, la Trotti'race.
La compétition s'est déroulée sur deux jours en suivant le programme habituel: Speed slalom le samedi, suivi des qualifications masculines de Battle (et un dîner collectif à volonté au Flam's d'à côté pour finir la journée); et les Battles féminin et masculin des quarts aux finales le dimanche.

Speed Slalom

L'épreuve de Speed slalom a ouvert la compétition. Quelques averses impolies ont interrompu le déroulement de la catégorie masculine, mais elles se sont vite éclipsées et la compétition n'a pas pris trop de retard – une chance que le sol sèche vite!

Speed Slalom Féminin

Les filles étaient 11: dix françaises et une italienne, Chiara Lualdi, qui remportera la compétition face à Chloé Seyrès en deux manches faciles puisque Chloé ne validera aucun de ses deux runs de finale.
Sur les 11 filles, 8 sont sélectionnées pour les quarts de finales des KO Systems. Les deux futures finalistes sortent leurs concurrentes, Emilie Audrezet et Eva Cochey-Cahuzac, en deux manches. Le deuxième quart oppose Tiphaine Bourbon à Sophie Lovato: Tiphaine, plus rapide que Sophie, arrive à remonter les scores et à remporter le round malgré un strike en premier run. Le troisième quart est fratricide: Zoé et Lily Granjon s'affrontent pour la qualification en demi-finale. Zoé a une petite avance sur le premier run, qu'elle perd à cause d'une pénalité; son deuxième run en perfect lui fait égaliser les scores, mais elle strike sous la pression au troisième run et laisse sa petite soeur continuer l'aventure.
En demi-finale, Chiara Lualdi perd la première manche par manque de concentration face à Tiphaine Bourbon, mais renverse la tendance sur les deux manches suivantes. Quant à Chloé Seyrès, elle élimine Lily Granjon en deux manches.
Les deux sortantes se retrouvent dans une petite-finale sans appel: deux manches, propres des deux côtés, au cours desquelles Tiphaine a quasiment deux dixièmes d'avance sur Lily. Elle décroche la troisième place.

Résultats du Speed Slalom Féminin

1) Chiara Lualdi (Ita)
2) Chloé Seyrès (Fra)
3) Tiphaine Bourbon (Fra)
4) Lily Granjon (Fra)

Speed Slalom Masculin

Les hommes sont 17 au rendez-vous mais reçoivent le même traitement que les filles: seulement 8 sont retenus pour les KOs.
Cédric Diguère et Alexandre Claris passent à côté des qualifications en se classant respectivement 9e et 10e. Pas de KO system pour les deux favoris!
Robin Tessier, Igor Cheremetieff et Hervé Guilloux, les trois premiers qualifiés, sont les seuls à passer en-deçà des 6 secondes.
C'est sans trop de surprise que Robin et Igor remportent leurs quarts de finale, malgré un plot fatidique pour Igor sur son premier run: ils sortent Thomas Cavelier et Julien Messina. Hervé Guilloux se fait sortir en deux perfects par Julien Boucry, et Benjamin Sergot l'emporte sur Boris Rozbroj, un des prétendants au podium français.
Robin et Igor mettent à l'amende Benjamin et Julien: plus rapides, ils règlent leurs demi-finales en deux perfects.
Julien Boucry offre la troisième place à Benjamin Sergot en strikant sur la troisième manche décisive de la co-finale.
Quant à la finale, les riders roulent en un peu moins de 5.5, les temps sont serrés, les plots chutent... le duel est remporté par Igor Cheremetieff avec deux centièmes d'avance sur Robin Tessier sur sa deuxième manche gagnante.

Résultats du Speed Slalom Masculin

1) Igor Cheremetieff (Fra)
2) Robin Tessier (Fra)
3) Benjamin Sergot (Fra)
4) Julien Boucry (Fra)

Freestyle Battle

Battle Féminin

Diaporama du LHSK sur le Battle Féminin
Avec 15 filles inscrites, le battle féminin a commencé par des quarts de finales. Les groupes 2 et 3 offrent des duels serrés pour décrocher la qualification.
Dans le deuxième groupe, elles sont trois prétendantes potentielles pour deux places: L'italienne Sara Masi, l'irlandaise Sinead Howick, et Eva Cochey-Cahuzac, de retour sur le marché de la compétition après un long break. Sara Masi prend la tête grâce à sa capacité à freestyler qui fait défaut aux deux autres concurrentes. Sinead Howick est moins propre que lors des dernières compétitions alors que Eva Cochey présente des runs variés: la française se qualifie en deuxième position.
Dans le troisième groupe, Sophie Lovato a l'avantage. Par contre, il est nettement moins évident de départager Claire Plot(on) et Zoé Granjon pour la deuxième place. Malgré des pics techniques plus importants (toe wheeling arrière, christie, etc.), Zoé termine 3e derrière Claire qui fait preuve de plus de richesse, d'originalité et de fluidité dans ses enchaînements.
Les deux demi-finales sont dominées par Chloé Seyrès et Chiara Lualdi. Les deuxièmes places restent à prendre. Dans le premier groupe, c'est Marie Prost qui décroche le ticket pour la finale devant Sara Masi et Claire Plot(on), tandis que dans le deuxième groupe Sophie Lovato s'impose de justesse devant Eva Cochey-Cahuzac et Emilie Audrezet.
En Co-finale, Claire Plot(on), un peu en-deçà techniquement, termine à la quatrième place (huitième). Eva Cochey-Cahuzac remporte le round grâce à de solides bases en figures assises et des runs complets, devant Sara Masi plus freestyle mais moins ordonnée, et Emilie Audrezet.
Les deux premières places de la finale sont prévisibles: Chloé Seyrès et Chiara Lualdi, plus rôdées que leurs concurrentes, terminent respectivement première et deuxième. Quant à la troisième place, elle revient à Marie Prost qui a dernièrement beaucoup progressé en transitions entre ses tricks et qui prend l'avantage avec sa fluidité; elle est suivie par Sophie Lovato dont les pics techniques n'ont pas suffi à rattraper son miss en last trick.

Résultats du Battle Féminin

1) Chloé Seyrès (Fra)
2) Chiara Lualdi (Ita)
3) Marie Prost (Fra)
4) Sophie Lovato (Fra)

Battle Masculin

Les qualifications du Battle masculin ont eu lieu le samedi (la veille): les 24 riders étaient dispatchés en huit groupes de trois.
Le russe Andrey Barulin et Laurent Tournier se montrent trop joueurs: tentent des tricks techniques sans succès... si bien que Dominique Pitingolo et Thomas Cavelier, moins gourmands se contentant d'enchaînements plus modestes mais propres, réussissent à se qualifier pour les quarts de finale du lendemain. Le duel le plus serré des qualifications est remporté par Lindsy Reynolds qui sort Julien Messina. Quant à l'italien Daniele Lenzi, il est repêché de justesse après avoir remporté un best trick, à deux voix contre une, contre Maël Nehache.
En quart, Aurélien Boudoux se fait éliminer par Kyan Sanchez: ses effets de style ne suffisent pas à contrebalancer la variété des runs de Kyan qui mélangent efficacement technique et fluidité – une bonne batterie de figures assises, un peu de style et quelques wheelings le mettent hors de portée de Taz-le-freestyleur.
Tout comme le premier groupe était dominé par Igor Cheremetieff, le deuxième l'est par Alexandre Claris. Le jeune rider s'impose comme un adversaire à ne surtout pas prendre à la légère pour les rounds à venir, grâce à des combos extrêmement bien léchés: toe wheeling to toe wiper, special one foot sur huit plots, retourné de wheeling to seven aller-retour... Julien Boucry se qualifie en deuxième position, éliminant ainsi Hervé Guilloux, moins propre.
Dans le troisième groupe, les deux français, Antoine Colange et Benjamin Sergot, ont raison des deux italiens, Daniele Lenzi et Giovanni Marchi.
Le quatrième groupe est le moins serré: Robin Tessier termine en tête, suivi de Boris Rozbroj.La composition des demi-finales ne réserve aucun suspense quant à la qualification pour la finale. C'est sans surprise que Igor Cheremetieff et Alexandre Claris maîtrisent le premier groupe, alors que Antoine Colange et Robin Tessier s'occupent du deuxième.
En Co-finale, nous retrouvons Benjamin Sergot et Boris Rozbroj de la première demi-finale, et Kyan Sanchez et Julien Boucry de la deuxième demi-finale. Kyan Sanchez remporte le round grâce à un heel wheeling arrière sur 20 plots, un petit retourné, une douzaine de coréennes, et un combo efficace de kasakchok to kasakspin. Boris Rozbroj prend la quatrième place. Quant à la deuxième place... impossible de trancher entre Benjamin et Julien, qui terminent finalement ex-aequo. Les deux riders ont joué dans deux registres différents – leurs registres respectifs: Benjamin Sergot est récompensé pour la haute technicité de son last trick (special one foot sur 20 plots et retour en wheeling avant sur la moitié de la ligne), tandis que Julien Boucry est récompensé pour la richesse de son freestyle et la régularité de ses performances.
La finale est un véritable casse-tête. Chaque rider présente des qualités qui lui permettrait de gagner. Essayons de démêler les riders, point par point.
En figures assises, Igor Cheremetieff a un net avantage grâce à sa cafetière-wheeling. Robin Tessier et Antoine Colange présentent des combos solides, tels que christie to cafetière to cafetière spin pour Robin, ou christie to kasakchok avant et arrière pour Antoine. Alexandre Claris est moins convaincant que les trois autres sur ce point avec seulement une christie avant.
En wheeling, Alexandre Claris est loin devant avec des combos du type toe wheeling arrière to special one foot sur 7 plots, ou retourné to seven toe aller-retour (3) 9). Robin Tessier est le plus faible des quatre sur ce point. Et Igor Cheremetieff a un léger avantage sur Antoine Colange grâce à sa rapidité d'exécution – notamment sur les sevens, et à son double retournée sur son troisième run, malgré un 14 plots en heel wheeling arrière d'Antoine.
En freestyle, Antoine Colange prend la tête du classement avec du tricotage rapide mais non moins propre et précis. Il y a moins d'originalité chez Alexandre Claris mais il reste propre. A l'inverse, Igor Cheremetieff fait preuve d'originalité mais un bon nombre d'à-coups et de plots chutés viennent parasiter son freestyle. Quant à Robin Tessier, le freestyle est son talon d'Achille.
Néanmoins, la capacité de ce dernier à enchaîner transition sur transition le repêche un peu: il présente les combos les plus longs de la finale, avec des transitions principalement à base de toupies coréennes, de papillons et de cobras. Alexandre Claris a lui aussi de solides enchaînements (cf. ses wheelings). Quant à Igor Cheremetieff et Antoine Colange, ils ne montrent de réels combos que sur leur last trick – ils jouent d'ailleurs sur le même tableau en proposant le même enchaînementde toupies coréennes to compas croisés arrière, abordé avec la même technique d'arrêt de rotation dans un sens pour la relancer dans l'autre. A ce jeu-là, Antoine Colange est plus consciencieux et méthodique: ses transitions suivent un ordre logique de nombre de plots et de trajectoires.
Au final, le jugement est le suivant: Alexandre Claris termine premier pour ses hauts pics techniques et sa propreté d'ensemble; Antoine Colange (vainqueur 2008) prend la deuxième place juste devant Igor Cheremetieff (vainqueur 2009) car, à tricks équivalents, ses performances étaient plus régulières et équilibrées; et Robin Tessier se retrouve à la quatrième place malgré un last trick mémorable (marathon de papillon sur seulement deux roues – comprendre que les six autres, inutiles, ont été enlevées au préalable).Résultats du Battle Masculin 1) Alexandre Claris (Fra)
2) Antoine Colange (Fra)
3) Igor Cheremetieff (Fra)
4) Robin Tessier (Fra)

Ranking final des French Slalom Series 2010

Chez les femmes Chloé Seyrès réalise pour la deuxième fois le doublé Speed+Battle en se classant première française sur toutes les étapes des FSS auxquelles elle a participé.
En speed slalom, les soeurs Granjon s'emparent des deuxième et troisième places (Zoé 2e, et Lily 3e), alors que Sophie Lovato se retrouve au pied du podium à quatre points derrière la troisième.
En Battle Sophie Lovato prend une deuxième place déjà assurée avant le Lugdunum. Grâce à sa troisième place, Marie Prost décroche la troisième place qu'elle se disputait avec Emilie Audrezet, qui termine quatrième, six points derrière.Chez les hommes Cédric Diguère et Alexandre Claris décrochent les deux premières places au ranking français de Speed Slalom malgré leur élimination prématurée au Lugdunum. Romain Lebois, absent, perd sa chance de faire la différence et termine bon troisième avec une vingtaine de points d'avance sur le quatrième, Boris Rozbroj.
En remportant le Lugdunum, Alexandre Claris remporte également la première place au ranking français de Battle, devant son principal adversaire, Antoine Colange. Julien Boucry prend la troisième place, à seulement deux points devant Igor Cheremetieff (qui atteint le minimum requis de trois compétitions avec le Lugdunum). Non loin derrière suivent Robin Tessier et les ex-aequo Benjamin Sergot et Kyan Sanchez (ex-aequo pour le Best 3).
Le ranking final complet est disponible ici.

Liens utiles

Résultats complets du Lugdunum
Le Lugdunum vu par le LHSK
Site des World Slalom Series
Site du Lugdunum Roller Contest 2010Texte : Close Yr E's
Photos : Laurent Méliot, 2010
Mis en ligne  le 09 October 2010 - Lu 5268 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB