-
Le 30 June 2010 à 00:00 | mise à jour le 29 June 2010 à 22:11

Battle US IV San Francisco, CA June 12th-13th, 2010

Battle US IV San Francisco, CA June 12th-13th, 2010

Après New York City, Seattle et Boston, c'est au tour de San Francisco d'héberger Battle US, l'étape majeure des Séries US, pour sa quatrième édition. La cinquième édition (2011) devrait retraverser les US pour revenir sur la côte Est (avis aux Européens...)

Mis en ligne par 


Le spot était situé au milieu de Golden Gate Park, à l'angle de la 6e Avenue et de la John F. Kennedy Drive. Depuis des années, cet endroit est le Q.G. de la ride dans San Francisco... une fois sur le spot, on comprend pourquoi : un revêtement coulé spécialement pour les skaters, et un cadre magnifique ! Il n'y a que trois freestylers tout au plus à San Francisco. Par contre on trouve un paquet de longboarders torse nu, les cheveux décolorés au vent en train de faire le piquet sur leur planche ; des rollerdancers blacks avec leur stetson vissé sur la tête ; des quaddeuses du dimanche en mini-short – Eh oui, bienvenue en Californie, là où le soleil brille alors qu'à Paris... les sessions slides sont de rigueur !

Les spectateurs se sont laissé tenter, d'une part par l'herbe verdoyante à l'ombre des arbres qui entouraient le spot, et d'autre part par le spectacle peu commun qui se déroulait au milieu: un Battle de Freestyle Slalom (du jamais vu dans le coin) avec des pointures internationales... et des inconnus qui créent la surprise !
La plupart des riders étaient logés près de Union Square, dans une Auberge de Jeunesse 100% américaine de la chaîne USA Hostels – la nôtre a d'ailleurs le prix de la meilleure ambiance 2010. Inutile d'en rajouter pour vous dire que c'était plutôt sympa. Il y avait 35 inscrits au total, dont une grosse partie d'américains (forcément), mais aussi des riders venus d'Irlande, d'Allemagne, de France, de Belgique, d'Angleterre, des Pays-Bas, d'Australie, et de Corée !
En 2007, J'avais eu la chance de participer à la toute première édition (i.e. la toute première compétition de Freestyle des USA)... Les USA ont bien évolué depuis !

L'événement était supervisé par nul autre que David G. Miles Jr., le Godfather of Skating (www.cora.org/dmiles.html) avec le soutien de la CORA (California Outdoors, Rollersports Association).
Les épreuves restaient fidèles à celles d'un Battle US : en plus du Battle (non-mixte, pour la première fois) national et international, et du speed slalom, il y avait un mini-contest de slides, un tournois de roller-soccer, et un trick-ladder.
Les épreuves fun ont eu lieu le samedi, et les épreuves plus sérieuses le dimanche.
Mais le weekend commençait vraiment le vendredi soir avec l'incontournable Friday Night Skate (www.cora.org/friday.phtml), l'une des meilleures des States (les montées et descentes mises à part !) qui offre une superbe visite de la ville by night.

TRICK LADDER

Pour ceux qui se posent la question du pourquoi du comment du qu'est-ce-que-c'est... Les règles sont les suivantes : Chaque participant se voit remettre une liste de tricks, classés par ordre de difficulté du plus basique au plus complexe. Ils passent les uns après les autres suivant l'ordre d'inscription. Selon le trick, un certain nombre de plots à franchir (sans plot chuté) est requis. Chaque rider a droit à une (seule) erreur, appelée « miss » (lorsque le trick n'est pas exécuté comme demandé). Celui qui miss son trick a droit de continuer en passant, comme les autres, au trick suivant. Le deuxième miss est éliminatoire.

Cette épreuve fun permet aux riders tous niveaux confondus d'y trouver leur compte : les plus débutants peuvent évaluer leur niveau grâce à cette échelle, et les plus confirmés peuvent parfois avoir des surprises sur certaines lacunes – je ne citerai personne, mais certains ont dû apprendre le Crazy Sun sur le tas, et d'autres ont un peu transpiré pour passer des Wipers ou des Cafetières...

(plus de précisions, ainsi que la liste, ici : www.battleus.com/trickladder/)

A la fin de la liste, il s'est avéré qu'il restait deux premiers ex-aequo qui avaient réussi les 24 tricks sans aucun miss : les coréens Kim Sung Jin et Yu Jin Seong... qui se sont fait départager au Toe Seven : ce fut à celui qui ferait le plus de plots. Tout simplement. Yu Jin Seong part en premier et après 4 plots, tourne sur place. Kim Sung Jin enchaîne avec un petit 8 plots, histoire de montrer qui est le patron.

SLIDES CONTEST

Le slide contest était plus une démonstration habillée en contest qu'une véritable compétition. Ils n'étaient que 6 inscrits, et l'ambiance était très décontractée : deux demi-finales de trois, à la fin desquelles les américains Dennis Palmer et Troy Wilkes se font recalés. En finale on retrouve deux filles et deux garçons : Megan McIntosh et Naomi Grigg du Team Freestyle, et les coréens Kim Sung Jin et Yu Jin Seong... les gars éclatent les filles à plate couture (pourtant il me semblait que les coréens étaient plutôt galants !).
Kim Sung Jin remporte sa deuxième épreuve du weekend (et c'est pas fini), suivi par son acolyte Yu Jin Seong, et des deux Freestyleuz Naomi Grigg et Megan McIntosh.

ROLLER SOCCER

Là encore, le roller soccer avait plus des airs d'initiation encadrée par de vrais soccer-skaters, que d'épreuve à proprement parler. A défaut d'être très constructif, l'épisode a permis de se défouler les roulettes (ou de les achever, au choix) ! Quatre teams se sont affrontés dans des demi-finales, et les deux gagnants se sont retrouvés en finale.
Le team gagnant était composé de Nancy Gallacher (USA), Gabriel Weighous (USA), An Seong Bae (Kor), Kim Sung Jin (Kor) et Yu Jin Seong (Kor).

SPEED SLALOM

Cette année, le speed slalom est plus classique que pour les deux dernières éditions (où il s'agissant d'une épreuve de trick-speed : les deux adversaires devaient tirer au sort le trick avec lequel ils devaient faire le round). Pour cette édition, retour aux sources avec les règles de 2007 : Le premier qui franchit la ligne d'arrivée l'emporte du moment qu'il fait moins de 3 pénalités (plots chutés, poussés ou évités). A partir de trois pénalités, le rider est éliminé pour la manche. A partir de l'année prochaine, les américains auront des cellules et l'épreuve deviendra plus académique.
En attendant, cette règle offre quelques ouvertures stratégiques intéressantes pour les plus joueurs. Personne, pourtant, ne s'est essayé – par exemple – à éviter les deux premiers ou les deux derniers plots pour gagner du temps...

L'organisation a passé les qualifications à la trappe pour gagner du temps, et l'épreuve de speed slalom a attaqué directement avec les KO Systems. Les duels ont été composés en fonction du World Ranking des participants : le mieux classé rencontrait le moins bien classé et ainsi de suite. Pour les non-classés, leur ranking à l'épreuve de trick-ladder a fait l'affaire.

Speed Slalom Women

En quarts de finale, Chloé Seyrès (Fra) et Megan McIntosh (USA) se débarrassent de Cindy Pearlman (USA) et Sheri Wilmers (USA). Les deux autres groupes sont plus serrés : dans le G2 c'est Natalie Ujuk (Aus) qui remporte le round face à Stacy Schlutsmeyer (USA) ; le G3 est interminable, avec des manches à refaire encore et toujours... c'est finalement après l'avertissement sans appel de la Speakeuz Naomi Grigg (à la prochaine manche, celle qui aura le moins de pénalités quelque soit le nombre de plots tombés, l'emportera) que Carmen Plate (Ned) clôture le round en remportant sa deuxième manche face à la jeune Nancy Gallacher (USA).

En demi-finale, Natalie Ujuk (Aus) se fait sortir par Chloé Seyrès (Fra), alors que Megan McIntosh (USA) offre le round à Carmen Plate (Ned)... en guise de cadeau d'anniversaire, elle lui offre sa place en finale (sic.) ! (trop gentille, Megan !)

En finale, Chloé Seyrès fait gracieusement cadeau de la première manche à Carmen (après Megan, elle se sentait un peu obligée), puis égalise et la dépasse sur les deuxième et troisième manches.

Résultats du Speed Slalom Women :
1-Chloé Seyrès (Fra)
2-Carmen Plate (Ned)
3-Megan McIntosh (USA)
4-Natalie Ujuk (Aus)
Speed Slalom Men En quarts de finale, les internationaux ne font qu'une bouchée des américains : Kim Sung Jin (Kor), Yu Jin Seong (Kor), et Tim Schraepen (Bel) sortent Chris Bohren, David ‘Brownie' Brown et Kristen Poola. Le G2, opposant les deux américains Dennis ‘FedEx' Smith et Dennis Palmer, offre un peu plus de suspens. Et finalement – il faut croire que c'est la tradition d'offrir le round aux riders dont c'est l'anniversaire – FedEx, se retire bon prince, face à Dennis Palmer dont (vous l'aurez compris) c'est aussi l'anniversaire. Oui, il y a eu une épidémie d'anniversaires ce jour-là.

En demi-finale, c'est sans trop de surprise que les deux coréens maîtrisent leurs adversaires Dennis Palmer et Tim Schraepen – avec une petite frayeur pour Yu Jin Seong qui a laissé une manche à la Belgique en voulant faire du zèle en pied arrière – eh non, ça marche pas à tous les coup !!

La finale est coréenne. Au premier run, Yu Jin Seong franchit la ligne d'arrivée en premier avec seulement un plot tombé (son run est donc validé) : il prend l'avantage sur Kim Sung Jin. Ce dernier se rattrape sur le deuxième run avec un perfect plus rapide que Yu Jin Seong. La troisième manche est décisive : Kim Sung Jin accélère, fait chuter deux plots... mais reste dans le quota de pénalités tolérées, et l'emporte donc sur Yu Jin Seong – certes plus propre, mais plus lent !
Kim Sung Jin gagne le speed slalom après trois manches. Kim Sung Jin, qui notons-le, score à quatre victoires sur quatre épreuves effectuées...

Résultats du Speed Slalom Men :
1-Kim Sung Jin (Kor)
2-Yu Jin Seong (Kor)
3-Tim Schraepen (Bel)
4-Dennis Palmer (USA)

Battle Freestyle National

Les premiers rounds des Battles ont eu lieu le samedi, afin qu'il ne reste que les demi-finales et finales pour le dimanche.
Il y avait deux battles distincts dans cette compétition : un Battle International et un Battle National, dont le vainqueur serait sacré Champion des USA 2010.
Pour la première fois, les battles n'étaient pas mixtes.

Battle National Men

Demi-finale, Groupe 1
La première demi-finale ne pose pas trop de problème pour classer les riders: Jeremy LaCivita (WA), le champion des USA qui remet son titre en jeu, mène la danse, suivi de Dennis ‘FedEx' Smith (PA) dont la performance générale, agréable à regarder, et composée majoritairement de pas de style – à part un heel wheeling sur 6 plots, quelques voltes et grandes voltes, et des tricks sautés type X et Wiper.
Doug Persons (WA) termine troisième de la poule: pourtant fluide, il est pénalisé par sa lenteur. David ‘Brownie' Brown (MA) est classé quatrième.
Demi-Finale, Groupe 2
Pour la deuxième demi-finale, les deuxième et troisième places sont plus problématiques: d'un côté nous avons Kristen Poola (CA) et de l'autre, Greg Tinney (GA). Les deux tricotent sur une base de crazy. Et après parlementation, les juges donnent la deuxième place qualificative pour la finale à Kristen Poola, plus propre, plus équilibré et peut-être un peu plus varié.
Et la première place? Elle revient de droit à un illustre inconnu du nom de Gabriel Weighous, venu de Reno dans le Nevada. Il a fait le voyage jusqu'à San Francisco pour rencontrer les protagonistes des vidéos youtube qu'il se passe en boucle. Personne ne le connaît, par contre lui, il connaît tout le monde! Et quelle ne fut pas la surprise de Naomi Grigg lorsque, amusée de ce jeune homme de 16 ans tout fier de venir participer à sa première compétition, elle lui demande de slalomer un peu – se demandant même s'il arriverait à tenir un crazy potable... Et là... révélation: du flow, du style, de l'originalité, du WOW! La scène s'est passée la veille de la compétition. Et tout au long du weekend, Gabriel n'a fait que confirmer sa présence: loin de perdre les pédales avec le stress, il est concentré, méthodique, et il connaît les règles. C'est l'adversaire majeur de Jeremy LaCivita, le challengeur au titre de Champion des USA. Il a suffisamment eu le temps de faire ses preuves la veille aux qualifications, où il est arrivé à sortir Jeremy dans la catégorie Internationale...
Finale
Enfin la finale, avec la confrontation tant attendue entre Jeremy LaCivita et Gabriel Weighous... qui du tentant du titre ou du challengeur l'emportera?
Jeremy LaCivita a vite tiré des leçons de son échec de la veille et a étudié son adversaire. Gabriel Weighous est encore trop fougueux, et ses prestations sont assez brouillon sur ce round. Quant à Jeremy, il prend soin de placer des tricks variés, et s'applique: ses runs sont propres. Et bien que le last trick de Gabriel (un déboulé toe-toe) aie bien plus de poids que le seven raté de Jeremy, il n'est pas suffisant pour rattraper l'écart entre leurs prestations respectives sur leurs runs.
Le plus gros débat se situe pour les troisième et quatrièmes places, entre les deux Denis: Palmer et Smith (FedEx). FedEx a un plus gros potentiel que Palmer, comme il a pu le démontrer sur les rounds précédents: il est plus fluide, plus stylé, et a des tricks à son répertoire techniquement au-dessus de Palmer. Cependant, Palmer se bat... il a certes moins de flow que FedEx mais ses prestations sont plus variées... et FedEx s'emmêle un peu les roues sur la finale, si bien que même si le style est à peu près là, la technique n'y est plus. Débat entre les juges: qui, du plus technique ou du plus stylé, mettre devant? Un last trick s'impose... qui renverse la tendance sans donner de solution, puisque FedEx (le plus stylé) propose un wheeling sur 4 plots (i.e. de la technique), et que Palmer (le plus technique) propose un Salchow Jump (i.e. du style). La troisième place sera attribuée, à deux contre un, à Denis Palmer.

Jeremy LaCivita conserve son titre de Champion des USA pour 2010, mais à l'avenir, il devra faire attention au jeune Gabriel Weighous, motivé comme jamais après cette première compétition.

Battle National Men:
1-Jeremy LaCivita (WA) – Champion
2-Gabriel Weihous (NV) – Vice-Champion
3-Dennis Palmer (MA)
4-Dennis ‘FedEx' Smith (PA)

Battle National Women

Le Battle Women est allée plus vite: il n'y avait que cinq américaines sur la compétition. Elles ont donc fait une finale à cinq. La finale s'est déroulée sans suspense: et les résultats ont quasiment suivi l'ordre de passage des rideuz (i.e. leur world ranking).

Megan McIntosh (MA) finit loin devant avec des runs complets, dynamiques et stylés. Des wheelings (heel/toe) d'une dizaine de plots, des toupies (coréennes, russes), des spins, des blocs, une cafetière qui se confirme petit à petit... et un joli last trick de 10 plots en volte russe finalisé en toe spin.
Sheri Wilmers (WA) et Cindy Pearlman (WA) finissent respectivement cinquième et quatrième.
Les deuxième et troisième places sont un peu plus serrées mais le classement s'effectue rapidement: La jeune Nancy Gallacher (WA), 12 ans, pour sa troisième participation à Battle US, termine vice-championne des USA, grâce à des runs variés et propres (des toupies chinoises, coréennes, des wheelings sur 4-5 plots, du style, un joli X sur le 50s, et un beau last trick de 9 plots en toupie décroisée). Elle relègue ainsi Stacy Schlutsmeyer (WA), un peu en dessous techniquement, à la troisième place.


Résultats du Battle National Women:
1-Megan McIntosh (MA) – Championne
2-Nancy Gallacher (WA) – Vice-Championne
3-Stacy Schlutsmeyer (WA)
4-Cindy Pearlman (WA)
5-Sheri Wilmers (WA)

Battle Freestyle International

Battle International Men

Les hommes étaient 18 à participer à l'épreuve internationale. Les deux premiers tours (qualifications et quarts de finales) ont eu lieu le samedi, la veille des Finales.

Les deux premiers rounds
Pour les qualifications, les riders ont été dispatchés en six groupes de trois. Pendant ce premier tour, c'est la fin du jeu pour Kristen Poola (CA) et Greg Tinney (GA), les deux premiers de la co-finale nationale; Chris Bohren (CA), Troy Wilkes (CA) et Andrew Felle (Ire) sont aussi hors-jeu à ce stade.
Pendant les quarts de finale, à part dans le premier groupe où Doug Persons (WA) est pris en sandwich entre deux internationaux (et pas des moindres: Martin Sloboda (Ger, #1) et Tim Schraepen (Bel, #17)), dans les trois autres groupes les nationaux sont deux (sur trois riders) et ont donc une chance d'accéder aux demi-finales: du coup, on assiste bien souvent à des duels fratricides pour les deuxièmes places qualificatives – les internationaux s'étant emparés des premières places: Yu Jin Seong (Kor, #9), Kim Sung Jin (Kor, #3) et Rudy Op't Veld (Ger, #4). Dennis Palmer (MA) et Dennis ‘FedEx' Smith (PA), deux des finalistes de l'épreuve nationale, éjectent Robert Stroud (FL) et Dennis Radcliffe (CA).
Le groupe 3 était attendu au tournant car il contenait, en plus de Kim Sung Jin, les deux futurs Champion et Vice-Champion des USA (sacrés le lendemain, cf. Battle National), Jeremy LaCivita (Champion des USA 2009) et Gabriel Weighous (Challenger). Et c'est le challenger qui remporte la bataille face à Jeremy LaCivita qui avait opté pour une stratégie technique: réussir des tricks techniques pour passer devant Gabriel Weighous dont le patinage n'est encore que pur freestyle... mais visiblement un peu stressé, ce dernier ne passe rien, et Gabriel Weighous empoche la deuxième place avec une bonne marge d'avance.
Le reste de l'épreuve internationale a eu lieu le dimanche, après le battle national:

Demi-Finales et Co-Finale
Le classement des deux groupes de demi-finales est facilement établi: Kim Sung Jin et Rudy Op't Veld éliminent Tim Schraepen et Dennis Palmer, tandis que Martin Sloboda et Yu Jin Seong se chargent de Gabriel Weighous et de Dennis ‘FedEx' Smith. Les quatre recalés ne faisaient pas le poids face aux monstres de technique qu'ils devaient combattre!
En Co-finale, Tim Schraepen prend l'avantage avec style et panache – pas besoin de sortir l'artillerie technique, à part un toe seven sur 4 plots en last trick. Il tricote en jouant sur sa vitesse d'exécution. Gabriel Weighous décroche une jolie deuxième place (i.e. 6e au classement général et premier national) avec sa fougue (qu'il doit arriver à tempérer), son originalité de combos, et son clin d'œil en last trick (un Pendulum www.youtube.com/watch?v=rTzDeSh1kUk). En troisième et quatrième place, nous retrouvons les deux Dennis, ‘FedEx' Smith et Palmer, qui avaient donné tant de fil à retordre aux juges pour les départager en national. Les résultats sont un peu plus évidents, et cette fois-ci c'est FedEx qui l'emporte sur Palmer.

Finale
En finale, nous retrouvons un petit groupe d'habitués: les deux coréens Kim Sung Jin et Yu Jin Seong, et les deux allemands Martin Sloboda et Rudy Op't Veld. Deux fights internes s'organisent: Martin et KSJ se battent pour la première place, tandis que Rudy et YJS se disputent la troisième marche du podium.
Yu Jin Seong est recalé quatrième: il manque de variété et de réussite... et rate son last trick (special one foot sur juste 3 plots). En gros tricks, il n'aura passé qu'un heel special one foot de 7 plots sur son premier run et un toe seven de 9 plots sur le troisième.
Rudy Op't Veld saute sur l'occasion pour s'emparer de la troisième place en proposant des combos variés maîtrisés (en figures assises, en toupies, en retournés de wheelings) et un bel enchaînement en last trick: wheeling avant to special one foot sur un plot (type parenthèse sur un pied) to retour en special one foot sur 4 plots et un petit escargot wheeling pour finir...

Quant à Martin Sloboda et Kim Sung Jin, techniquement, ils sont impossibles à départager. Il est vrai que Kim Sung Jin a fait un retour de plus en Heel Wheeling Arrière sur son 50s... mais à ce stade là, on n'est plus à 20 plots près... Sur le last trick, il est possible que Martin ait l'avantage, puisqu'il a fait un retour de plus sur 6 plots en special one foot (mais sur une base de 20 plots en special one foot... on n'est plus à 6 plots près non plus). Par contre, Kim Sung Jin va faire la différence en originalité de tricks proposés: il fait du zèle pendant ses wheelings... et quand Martin s'en tient à un combo de coréennes, KSJ balance un déboulé 360 avec un toe spin à la fin. La préférence des juges va donc cette fois-ci à Kim Sung Jin... Qui remporte alors la cinquième épreuve de Battle US, en plus des quatre autres (Trick Ladder, Slides, Roller Soccer, Speed Slalom)!
Résultats du Battle International Men:
1-Kim Sung Jin (Kor)
2-Martin Sloboda (Ger)
3-Rudy Op't Veld (Ger)
4-Yu Jin Seong (Kor)
5-Tim Schraepen (Bel)
6-Gabriel Weighous (USA)

Battle International Women

Les qualifications ont eu lieu le samedi, comme pour les hommes. Il n'y a eu qu'un seul round pour épurer les candidates jusqu'aux demi-finales. Le round de qualification était composé de trois groupes de trois rideuz.
Chloé Seyrès (Fra) et Sinead Howick (Ire) éliminent Nancy Gallacher (WA), la future Vice-Championne des USA (sacrée le lendemain), Carmen Plate (Ned) et Stacy Schlutsmeyer (WA) se chargent de Cindy Pearlman (WA), tandis que Megan McIntosh (MA) et Natalie Ujuk (Aus) règlent son compte à Sheri Wilmers (WA).
Les deux demi-finales ont lieu le lendemain: Chloé Seyrès et Megan McIntosh se qualifient haut-la-main pour la finale, alors que Natalie Ujuk et Sinead Howick s'emparent des deux deuxièmes places sous les yeux de Stacy Schlutsmeyer et de Carmen Plate.
La co-finale ne réunit que deux compétitrices (puisqu'il n'y avait que 3 filles dans chaque groupe de demi-finale). Après deux runs et un last trick, Carmen Plate gagne ce round devant Stacy Schlutsmeyer.
La finale est remportée par Chloé Seyrès suivie de Megan McIntosh, mois rapide et moins technique mais avec un style personnel dynamique qui se confirme toujours. La troisième place revient à l'irlandaise Sinead Howick, et la quatrième place à l'australienne Natalie Ujuk.
Résultats du Battle International Women:
1-Chloé Seyrès (Fra)
2-Megan McIntosh (MA)
3-Sinead Howick (Ire)
4-Natalie Ujuk (Aus)
5-Carmen Plate (Net)
6-Stacy Schlutsmeyer (Wa)

Liens Utiles

WebSite de BattleUS : www.battleus.com
Résultats Complets: www.battleus.com/results
Site des WorldSlalomSeries: www.worldslalomseries.com
Texte : Close Yr E's
Photos : JClose Yr E's ,Natalie Ujuk
Mis en ligne  le 30 June 2010 - Lu 3671 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB